11 février 2017

Nous ont décrit ce drôle d'oiseau

pas cons

441

Venise ; Vegas sur sarthe ; Jaqlin ; Pascal ; Joe

Krapov ; Pivoine ; Laura ; JAK ; Walrus ; EnlumériA ;

bongopinot ; joye ;

 

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


On gautie comme on peut (joye)

 

faucon hobereau l'eau

Le hobereau

Ne boit pas d’eau

Pour rester cul sec.

Il n’y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien ; tout ce qui est utile est laid.

 

bec

 

La hoberelle

Ne s’arrête, elle,

Pour faire une prise de bec.

La musique est la plus chère mais la plus désagréable des bruits.

 

super_hobereau_IMG_3625-border

 

Hobereautaille ?

Belle volaille,

Aime son biftek.

Peu de gens ont le courage d’être lâches devant témoins.

 

 

~ NDLR ~

Les images ici ne sont pas les miennes, je les ai pêchées sur Google images.

Les phrases en italiques sont des citations du grand Gautier, lui-self.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,

Je suis un petit faucon par bongopinot


Je suis un petit faucon
Je vole élégamment et je chasse
Et même si cela vous agace
Je ne viendrai pas sur vos balcons

Je suis un rapace robuste
Avec un manteau gris bleu
J’aime les petits oiseaux moelleux
Et dans les airs je les déguste

Et quand ma petite pond nos œufs
Je l’installe dans le nid des autres
Toujours désertés par contre
Je suis simplement astucieux

Je suis un faucon courageux
Je suis très rapide en piqué
Et tout autant déterminé
Il n’y a que ça qui compte à mes yeux

Je n'ai que faire de vos complots
De tous vos mots et de vos ragots
Je suis le faucon hobereau
Et mon ciel n’est pas clos

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

HOBEREAU DE CHOC (EnlumériA)

 

     « Vous vous prenez pour un petit gentilhomme de province, mon petit monsieur ? Votre père est notaire à Évreux ? Et alors ? Qu’est-ce que vous voulez que ça me foute ? Vous croyez que ça vous donne tous les droits ? »

     C’est à peu près ce que j’ai pris dans le nez dès ma descente du train à la gare Saint-Lazare, ce dimanche-là.

     Pourquoi ? Oh ! Je n’avais pas de billet de train, ni même de billet de banque d’ailleurs. Pas un fifrelin, nada ! Macache bono, monsieur le contrôleur.

     Cet enfoiré venait de m’alpaguer juste à la sortie du quai. Contrôle surprise à l’ancienne, les bâtards. J’ai joué mon va-tout, annoncé mon titre de fils unique de maître Jobard, notaire à Évreux, et son clerc de surcroit, investi d’une mission urgente, pas eu le temps prendre un billet. Un bobard mal ficelé, mais je n’avais pas vraiment le temps de peaufiner un scénario hollywoodien. Tu parles, Charles, j’étais tombé sur le seul mec dans un rayon de dix kilomètres à s’être fait rouler dans la farine par un tabellion véreux. C’est ce que je sus plus tard ; au commissariat. Il n’a rien voulu savoir, Gros Pif — il avait vraiment un gros pif, tout couperosé, celui du genre de gars qui ne boit pas mais qui a souvent soif, si vous voyez ce que je veux dire.

     Cet enfifré voulait me faire casquer illico et ne me rendait pas ma carte d’identité. Il s’en servait pour tapoter le bout de ses ongles en deuil et me toisait d’un air goguenard en répétant toujours la même antienne : « Gentilhomme de province, gentilhomme de province. C’est comment le nom savant déjà ? » Il se tournait vers sa collègue, une petite bonne femme replète, au regard inquiet et fuyant. Elle ne répondait que par des haussements d’épaules et une moue rébarbative et carminée. On aurait dit que j’étais le diable en personne mais qu’elle s’en moquait au final.

     C’est quand il m’a traité de hobereau que j’ai vu rouge. Je ne savais pas ce que ça voulait dire. J’ai cru qu’il m’insultait alors qu’il voulait juste étaler sa culture. Vous allez dire que pour un clerc de notaire, un tel manque de vocabulaire, ça la fout mal. En fait, c’est parce que je n’étais pas vraiment clair. J’avais un tantinet tapé dans la gourde comme on dit. L’altercation avec le daron, je ne l’avais pas trop bien digérée ; et la bouteille de Johnnie Walker Black Label non plus. Le whisky sans glace au goulot en plein mois d’août, c’est pas exactement pareil que la Badoit. Pas de bulles, mais ça vous grimpe directement au citron sans crier gare. Surtout quand la clim’ est en panne. Bref ! Ça a tourné au vinaigre ; comme avec mon père le matin même.

     D’un mot, s’en est venu à un autre. C’est monté en puissance dans le genre noms d’oiseaux. C’est là que Gros Pif en a rajouté une pelletée. Il a pour ainsi dire planté son œil aviné dans le mien et a murmuré : « Un hobereau, c’est un gentilhomme de province — ce que vous n’êtes pas — mais c’est aussi une sorte de faucon, mais vous, vous en êtes un vrai. Circulez ! »

     Et il m’a jeté ma carte d’identité à la gueule. Mon poing est venu s’écraser sur son pif sans que j’en prenne vraiment la décision. L’appendice s’est mis à pisser le sang vous auriez vu ça, un abreuvoir à vampires. La petite bonne femme replète s’est mise à glapir de toutes ses dents, rameutant toute la flicaille SNCF des alentours et quelques badauds friands d’esclandre.

     Cinq minutes plus tard, j’étais au poste, encerclé par de trois pandoures nerveux. Gros Pif beuglait du nez en invoquant une incapacité de travail qui allait me coûter deux ou trois de mes organes. La petite bonne femme replète marmonnait des imprécations, réalisant sans doute que j’étais vraiment le diable… au final. Un des flics reluquait ma carte d’identité d’un air perplexe. Il chuchota quelque chose à l’oreille de son collègue et s’éclipsa furtivement faisant le geste signifiant : je vais passer un coup de fil.

     On me fit signe de m’asseoir et de me tenir tranquille. Gros Pif et la bonne femme replète finir par foutre le camp après avoir signé et paraphé deux ou trois cents grammes de paperasses et j’attendis. Un peu inquiet tout de même. Faudrait pas que pandoure en chef s’avise de téléphoner à la maison. Ce n’était pas vraiment de circonstance, vu les complications du matin.

     Bon en même temps, j’étais majeur ; pas de beaucoup mais quand même. J’avais passé l’âge qu’on appelle mes vioques pour me récupérer chez les keufs.

     L’attente s’éternisait. Ça sentait le vieux cuir et le tabac froid avec des relents de pouillasserie qui semblait venir de la cellule de dégrisement.

     Lorsque le flic téléphoniste revint, je vis à sa mine que ça sentait vilain. D’un claquement de doigts, il me fit signe de le suivre dans un bureau. Un local minuscule qui puait le renfermé. Un bureau, un ordinateur médiéval et un cendrier plein. Au fond, une armoire métallique déglinguée remplie de dossiers avachis. M’était avis que les crédits ne devaient pas pleuvoir sur cette officine à Javert.

     Le condé avait cet air sérieux et empesé des vieux employés des pompes funèbres. Il posa ses coudes sur le bureau, le menton appuyé sur ses mains jointes et me scruta en silence pendant un laps de temps qui me parut interminable. Par tous les saints, je crus reconnaître mon père certains soirs de fin de gueuleton. La même expression inquisitrice qui dégoulinait de ses yeux sombres.

     — Je viens de téléphoner à Évreux, dit-il abruptement. Il y a bien un notaire qui s’appelle Jobard. Du moins jusqu’à ce matin. J’ai l’impression que tu es dans une drôle de béchamel, petit gars.

     Je moufetais pas. Chiotte ! J’aurais pas dû cogner si fort.

     — Une dispute qui a mal tourné ? Hein ? Conflit de génération. Je sais ce que c’est. Mon père aussi était un emmerdeur. Si tu savais toutes les fois où j’ai eu envie de lui tordre le cou. Le mien voulait que je sois toubib. Comme tu vois, j’ai choisi une autre voie et lui en ce moment, il coule une retraite paisible dans la Drôme.

     Je haussai les épaules et demandai si je pouvais fumer. Il poussa le cendrier vers moi. J’allumai ma clope, inspirai une longue bouffée et je dis :

     — Il voulait que je reprenne l’étude. Fondée par mon arrière-grand-père en 1934. J’ai toujours été une bille à l’école, alors les études de droits, vous imaginez le désastre.

     Le condé se rencogna dans son fauteuil. Une espèce de sourire en coin déformait sa moustache en agace-chatte. Il se gratta derrière l’oreille et insinua que le désastre actuel valait dix. Alors les études, hein.

     — D’après les collègues d’Évreux, tu n’y es pas allé de main morte. Qu’est-ce qui s’est passé au juste ?

     J’écrasai ma clope avec véhémence. Par où commencer, bordel ? Par les humiliations subies depuis tout petit, par les attouchements bizarroïdes un soir qu’il avait picolé ou par son obstination morbide à vouloir que je prenne sa succession. Et je parle même pas de toutes les fois où il a rabaissé ma mère plus bas que terre ; en s’aidant parfois d’une torgnole bien ajustée. Ce type était un pervers narcissique tout droit sorti de la cuisse de Jupiter. Vieille famille mon cul. Légende ébroïcienne. Mon aïeul était maréchal-ferrant. Alors, tu parles, la gentilhommerie vous repasserez.

     — Je suis rentré vers cinq heures du matin. J’étais en boîte avec des copains. Il m’attendait dans le salon. J’avais pas fait trois pas dans la maison qu’il s’est mis à gueuler comme un orfèvre…

     — Une orfraie. On gueule comme une orfraie, pas comme un orfèvre.

     — Je sais, je suis pas si con. C’était un trait d’humour, je…

     — Désolé, petit, mais l’humour parricide, j’adhère pas. Continue et épargne-moi tes blagues à deux balles. C’est mieux, je crois.

     Je me rembrunis. La gaffe. Je suis le roi.

     — Bon. Il gueulait quoi. Il ne sait faire que ça. Ma mère est shootée aux antidépresseurs à cause de ce con depuis des années. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Il m’a ressorti la vieille chanson des grandes familles, m’a traité de raté et de je ne sais quoi de pas très flatteur pour ma mère. J’ai pété un câble. J’ai attrapé le trophée de chasse qui prenait la poussière sur la bibliothèque. Un faucon en bronze. Et j’ai cogné. Comme un sourd. Y avait du résiné partout. C’est là que ma mère s’est pointée. Alertée par le bruit, je suppose. Il est mort, le vieux ?   

     Il y eut un de ces silences qui en disent long, mais pas suffisamment en fait. Le flic se pencha vers moi et dit d’une voix douce :

     — J’ai entendu le délire du contrôleur sur les supposés gentilshommes de province. On appelait ça des hobereaux avant. Mais voilà, on est au 21e siècle et de nos jours on vous appelle des péquenots ou des consanguins, au choix. Sinon, un hobereau, c’est une sorte de faucon. Tu savais ça ?

     — Pas jusqu’à ce matin. J’ai eu droit à un cours de français par un contrôleur alcoolique. Vous ne m’avez pas répondu pour mon père.

     Le condé me jeta un regard navré.

     — Il s’en sortira. Ta mère par contre, le cœur a lâché. Elle est morte. Voilà ! On dirait que, d’une certaine façon, t’auras quand même pris la succession ton père. On échappe pas à son destin… gentilhomme.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

Gentleman Farmer

 

Il était propriétaire...
Terrien.
Il répétait à tout bout de champ
"Si t'es pas propriétaire,
T'es rien !
"
C'est qu'il en avait des champs !
Des hectares et des hectares,
Qu'il baillait à ferme.
N'empêche qu'en son manoir,
Il bâillait ferme !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,


Participation de JAK

j


Partout dans la campagne on voit des hobereaux hautains, des roitelets déchus, d’incontournables volatiles énarques, et autres faucons-élus, des rapaces,  parlant toujours le langage de bois.
 Ils    enfument  à longueur d’assemblée,  plument  leurs adversaires   les picotant avec  mille maux pour bien mieux  les disqualifier, les faire chuter  de leur piédestal.  
Ils  magouillent à tous les étages… spéculent sur la crédulité des électeurs,   proclament leur victoire en sonnant l’hallali des    voteurs ilotes  qui sont  bien eux-aussi,  mêmement  dans  la discorde.
Rien d’étonnant que  ces ingrats  aient la voie libre  et laissent moisir dans leur délabrement, ceux   qui les ont  si bien encouragés de leur voix en se rendant aux urnes.


Choisir un candidat candide ?
C’est bien aléatoire !
Voter d’une voix blanche ?
Cela est dangereux !


Assis entre deux chaises il  nous faudra portant bien   choisir.


Suivant l’adage en Mai fait ce que veut.
Pour beaucoup ce sera  fait ce que peut
Sans parler des sauve- qui -peut abstentionnistes.


Non je ne suis pas amère, mais un peu beaucoup pessimiste dans cette matière-là… qui est  inéluctable, cependant  je médite sans fin sur la curée qui mène   au  divin perchoir. Mais en mai, je garde espoir de  voir s’envoler certaine crécerelle

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

Paysages de chasse (Laura)

 

Je ne peux relire un passage de Mademoiselle de Maupin sans penser à sa préface

Où Théophile Gautier, précurseur du Parnasse, proclame que l’art est inutile

Et  ne vise que le beau, c’est la doctrine de « l’art pour l’art » et non pour la morale

 

 

Je ne peux parler de Théophile Gautier sans penser à Nerval et Baudelaire

Ce dernier dédie ces Fleurs du Mal à Gautier , « poète impeccable »

Nerval fut l’initiateur de  Gautier, notamment en littérature allemande

 

 

Je ne peux lire un passage  de Gautier concernant  le faucon et la chasse

Sans penser à Eugène Fromentin et à son œuvre magnifique,

Chasse au faucon en Algérie, auteur aussi de deux récits de voyage

 

Baudelaire dédie un poème à Fromentin dans son recueil Les Epaves

Maxime Du Camp évoque Nerval et Fromentin dans ses Souvenirs littéraires

Il exagère sur Nerval mais n'oublie pas le chef d'œuvre de Fromentin, Dominique

 

 

Je ne peux lire cette scène de chasse  sans penser à Maurice Genevoix et sa harde

Dans ma bibliothèque d'enfance, les couvertures cartonnées en couleur des livres

Je reste toujours ébahie devant les œuvres de Bruegel l'Ancien dont les Chasseurs dans la

neige; je pense aussi à Jack London mais il faudrait de toute manière que je le relise

 

En voyant  la Chasse à cerfs, l'hallali du cerf  de Gustave Courbet, paysage

D'hiver en décor, je nous revois marchant dans la neige, cherchant en Franche

Comté, avec réussite ou pas les tableaux de l'Ornanais parmi les grottes et les sources

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,

Le hobereau (Pivoine)


Du hobereau de campagne, tel qu'on se l'imaginait jadis, en se gaussant, sous les plafonds peints de Versailles et les lustres de l'Ancien Régime, il n'avait gardé que les bottes boueuses. Et si elles étaient boueuses, c'était à cause de cette région impossible. Et c'était à cause de cette guerre -perdue d'avance, ne le lui avait-on pas prédit? Et s'il ne lui restait que cela à défendre ? Lui-même, les autres, et puis une cause, fût-elle perdue d'avance?  

Une journée de combats harassants. Des avancées, des reculs, l'impossibilité de faire donner aux canons toute leur puissance, à cause des replis de terrain, fossés, levées, un pays morose. Il avait imaginé une plaine et le blé à peine coloré, à perte de vue… A la place, il y avait ces ornières emplies d'eau, et le goût âcre de la mort - encore.

Et puis, une nuit de veille, à penser, à se souvenir. De sa prime enfance, il gardait peu d'images, le plus beau moment de sa vie ayant été son retour en France, lorsque les nobles émigrés avaient pu rentrer au pays, et y entamer une vie nouvelle, sous un nouveau régime. Honni par les uns… Servi par d'autres. Sa mère, veuve, s'était remariée. Son beau-père avait une petite fille qui avait été d'abord élevée dans une famille de villageois, républicains et jacobins. Que de malentendus, avant que la famille se resoudât autour de deux petites sœurs. Penser à elles le faisait sourire : tous deux admiraient tellement l'Empire. Une légende dorée… Des victoires. Des châteaux. Des abeilles… Une dynastie. Et puis, et puis, l'Espagne, la retraite de Russie, il ne savait ce qui avait été le pire, mais il était un soldat de Napoléon et il le serait jusqu'au bout.

Son raffinement faisait rire ses compagnons. Son courage faisait taire les quolibets et les médisances. Parfois, on l'appelait… Le divin marquis. Cela aussi le faisait sourire. Mais il gardait un silence pudique sur ses aventures ou ses liaisons. Elles étaient peu nombreuses d'ailleurs. La crasse des champs de bataille et le bruit des détonations le tenaient éloigné des granges de fortune et des étreintes grossières, expédiées dans l'ombre de la nuit.

Il préférait imaginer telle jeune fille d'Angoulême, son pays, plutôt que...

Mais une explosion formidable retentit, en même temps que des éclairs violents et la poudre et la mise à feu faisaient de leur abri leur future sépulture. Le corps projeté à des mètres de là, celui qu'on avait parfois surnommé « le divin marquis », l'officier de grenadiers de Napoléon Ier, le noble apatride qui s'était retrouvé une raison de vivre dans la Grande Armée, le marquis Guillaume de Rochebeau, périt, ne laissant que quelques bouts d'uniforme calcinés, et quelques restes qui disparaîraient bientôt dans la terre grasse du Brabant.

Ni plus ni moins que son aïeul inconnu, soudard ou hobereau, allez savoir, dont ne subsistaient que quelques ossements anonymes, quelque part entre la France et les Pays-Bas autrichiens, là où jadis, il y avait eu Fontenoy.

On était à Waterloo, dans la nuit du 18 juin 1815.

Et Napoléon, extrait à grand-peine du champ de bataille, retournait à Paris.


***


Et voilà qu'ils étaient toute une famille, dans un jardin d'été, réunis pour fêter un anniversaire, les parents, les beaux-parents, le jeune couple, et le nouveau-né, vagissant dans son berceau.

Quelques centaines d'années plus tard, par un bel après-midi de juin, dans un jardin, à Waterloo.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

Drôles d'oiseaux ! (Joe Krapov)

Citation non tronquée :

Les hobereauxet les gentillâtres de province parlant toujours de fumées et de laisses, de ragots et d’andouillers, d’hallali et de cerfs dix cors, et entremêlant le tout de charades d’almanach et de madrigaux moisis de vétusté, n’étaient assurément guère faits pour lui convenir, et sa vertu n’avait pas eu beaucoup à se débattre pour ne leur point céder.

Théophile Gautier


Aberration du hobereau ! Inanité de la campagne !
Comment prétendre à la hauteur avec de la boue sous les bottes ?

Devenir aigle fin ? Oiseau de proie ? Ou « gypoète » ?
Mais Théophile nous prétend que ses madrigaux sont moisis
Et que parfois le capitaine se fracasse !

DDS 441 gainsborough-hobereau 1 réduit
« Mr and Mrs Andrews » de Thomas Gainsborough

Hobereau, obéré, aberrant, mal barré,
Sur les bords désolés de la Bérézina,
Qui nous jette à nouveau ce froid de Sibérie ?

Envolez-vous, faucons, passereaux et faisans !
Paradeurs, paroliers, jacasseurs, étourneaux !

Quand la trompe de chasse entoure le manoir,
Quand la meute des chiens s’excite dans les bois,
Je n’entends plus sonner la musique des vers
Dans mon gueuloir intime.

Ah vivement, grands dieux, que s’en vienne l’été !

Je prendrai mes vacances à la plus proche ville,
Loin de vous, hobereaux, rapaces, volatiles
Et j’écrirai des chants plus grands que le silence.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

La pause (Pascal)


A l’heure de la pause canonique, j’ai vu ces gracieux remontés, te faisant une cour éhontée, dans l’espace tabagique. Sans contrefaçon, pour allumer ta cigarette, du bout de leurs briquets Dupont, ils te déclaraient tous leur flamme, ces gigolos d’opérette. J’ai vu souffler leurs exhalaisons en forme de révérences hypocrites ; j’ai vu courir les fumerolles aiguisées de leurs clopes, cherchant la cible de ton cœur ; j’ai vu tourbillonner cette aura bleutée et tu semblais danser dans la moiteur de la fumée…
Vile sorcière de mes plus doux sortilèges, j’ai vu leurs tisons rougissants de tabac t’encercler ; j’ai vu les habiles fantômes de leur fumée t’envelopper ; j’ai vu ton bûcher s’enflammer et tes rires pour l’attiser…  
Comme à l’accoutumée, à la sortie de la classe, toute cette pléthore de Cupidon artificiels, toute cette meute de chiens de chasse, t’affublaient de superlatifs sensationnels. Apprivoisée, sans arme, tu jouais les Diane emprisonnées, les tourterelles, picorant ta clope sur ta balancelle enfumée. J’ai entendu ces aristocrates te réciter quelques madrigaux ; j’ai entendu ces noblaillons vantant pêche, chasse et belles autos ; j’ai entendu leurs tours de magie, leurs coups de sang, leurs niaises hémorragies, pour sortir du rang. Tous piégés dans le nuage laiteux, l’unisson semblait vôtre, dans l’air brumeux…

J’ai vu ton théâtre, le lever du rideau et tes figurants blanchâtres ; sur la scène, tu étais la reine du spectacle. Debout, sur le piédestal du paillasson de l’entrée, inaccessible, tu piétinais en domptant la fumée dans ta bouche ; tes tours de langue, comme autant de tours de séduction, lancés à la figure de ces matamores, étaient le prélude à d’autres assauts campagnards. Maquillée de superbe, généreuse, tu applaudissais avec tes sourcils ; amusée, tu acquiesçais avec des moues ; déçue, tu réfutais avec des grimaces ou, désabusée, en regardant le ciel…  

A l’allant de leurs superproductions, tu étais héroïne de film, courageuse ou naufrageuse, volontaire ou exemplaire, casanière ou carnassière. Plus leurs tirades étaient enthousiastes, plus ils escaladaient tes barricades, plus ils s’enhardissaient, ces cinéastes ! Ils jouaient les banquiers pour te délivrer leur meilleur cachet ! Au comptoir du délire, ils peaufinaient tes rires ! Et toi, farouche, apprivoisée, garce et charmée, tu y prenais goût. Dans le filtre de ta cigarette, tu jetais tes sorts…  
Au milieu de tous ces serviles, princesse caprice, enrobée d’artifices tellement volatils, tu arrondissais encore la bouche et ta fumée s’enroulait dans leurs mensonges.
Implacable maîtresse, indulgente traîtresse, d’un revers de lassitude ou d’un coup de talon, tu taisais ces fieffés fanfarons. Un instant, leurs fragrances opalines se fanaient dans la faune nicotine…  
Alors, à la nouvelle goulée, ces mauvais ténors au barreau de leurs mégots revisitaient leurs plaidoyers de gentillâtres ; un instant, fumigène, le silence avait des parfums de Marlboro qu’on oublie de griller. Ces princes de l’arrogance, ces hypocrites insolents, ces chasseurs de frime, ils revenaient en farces et en faconde. Comme une nébuleuse  invite, envoûtante et soumise, ta fumée contondante dansait avec la leur…  

Au diable tous ces fumistes, tous ces misogynes pervers ! Que savent-ils de l’Amour, tous ces orateurs précoces ? Ne peut-on enfumer un cœur qu’avec des mensonges de mégoteur ? Que connaissent-ils de l’Amour, tous ces pseudo troubadours ? Pilleuse de mes sentiments ! Déraison superbe ! Parc d’attractions de mon âme ! Nymphe macrophage de mon cœur ! « Cartomanchienne » de mon avenir tellement compromis ! Moi, je voulais tuer toutes ces bouches en cœur, ces matamores de récréation, ces confectionneurs de cancer, ces charmeurs de vipères !...  

Baratineurs, ils retournaient à leurs complaisants messages d’entremetteurs ; encore, ils t’enlaçaient avec des quolibets colifichets ; encore, ils œuvraient en chœur devant tes soupirs nullement effarouchés ! Ces « guignolos », ils fourbissaient leurs adjectifs en couleur, leurs comparaisons brillantes, leurs métaphores à la Rimbaud ! Et plus leurs fariboles étaient fantastiques, fausse affranchie mais vraie vulgaire, tu y trouvais un plaisir quasiment orgasmique !...  

Pour faire diversion, calmer l’intempérance, tu rattrapais une mèche de tes cheveux, tu regardais les pointes et tu la rangeais derrière l’oreille. Pendant leurs salades musiciennes, comme un bémol parfois tu reniflais ; comme un dièse, parfois ton œil pleurait à cause d’un nuage de fumée ; comme un soupir, parfois tu allais cueillir une pépite de tabac posée sur ta langue. Sous le joug de leurs blagues graveleuses, tu avalais la fumée en regardant l’heure et tu comptais tes dernières secondes de liberté. Actrice, tu souriais en décalé comme si tes pensées ne voulaient pas traduire en images leurs salaces plaisanteries. Et quand tu riais, toute la cendre de leurs clopes tombait en même temps… à tes pieds…   

Ultime supplice, fidèle actrice, jusqu’à la lie, jusqu’au dernier maléfice, tu embrassais la fin de ta cigarette ; en apnée avec sa fumée, tu regardais crépiter ses derniers rougeoiements et, au mesquin cendrier, tu écrasais ton mégot comme on se débarrasse de l’amoureux transi… caché derrière son rideau…  


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,