Le défi du samedi

Défi #615


Vous avez vu (ou lu)
"Le Nom de la Rose" ?

Bésicles

 

6151

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Pour participer, une seule adresse :

samedidefi@gmail.com

Blog d'écriture

Vous êtes nouveau ?

Vous désirez vous aussi vous joindre à nous?

Le règlement,

c'est ici !

Employez aussi cette adresse de préférence aux commentaires pour toute remarque ou communication à propos de ce blog.


Posté par Walrus à 08:27 - Commentaires [6] - Permalien [#]

06 juin 2020

Ont entamé leur quête

pas cons

6142

maryline18 ; TOKYO ; Walrus ; Laura ; Vegas sur

sarthe ; Lecrilibriste ; Kate ; Nana Fafo ; joye ;

bongopinot ; Joe Krapov ;

 

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Partisan résolu de l'herbe de bison (Joe Krapov)

DDS 614 absolut-vodka-de-suede-40-0-vol-35-cl

Il y a des gens qui ne jurent que par l’absolu.

Moi je ne suis absolu-
ment pas comme ça.

Ma fréquentation de Qui et de Que,
De Lequel et de Duquel
Et même d’Où et de Dont auquel
A pour séquelle que je suis plutôt adepte du
"Tout est relatif".

Il y a des gens qui rêvent d’un monarque absolu.

Moi le roi soliveau de la fable des grenouilles
(La Fontaine, Phèdre, Esope)
Me suffit bien.

Un roi irrésolu
Et un roi fainéant
Conviennent également.

DDS 614 ZubrowkaAprès tout, que veut le peuple ?
Du pain, du vin et des femmes.
Et même, si on supprime le pain, ça lui va bien aussi
Qu’il disait, Wolinski.
C’était avant Metoo et c’était de l’humour.

Il y a des gens qui ne jurent que par l’Absolut.

Moi je ne suis absolu-
ment pas comme ça.

Je n’ai rien contre les Suédois
(Comme tout est relatif j’aime mieux les Suédoises)
Mais je préfère la Zubrówka !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Soleil Mer et Canotier par bongopinot

b


Mardi dernier
Par une journée ensoleillée
Il nous vint une envie d’évasion
Qui nous fit quitter la maison

Et l’espace d’une heure
Enfin prendre un bain de mer
Moment de détente absolue
Loin du bruit et de la cohue

Avant l’arrivée des vacanciers
Sur nos têtes nos canotiers
Donne une saveur d’avant l’été
Dans cette liberté retrouvée

Oubliant un peu nos problèmes
On reprend nos vies de bohème
Après ce difficile confinement
Retrouver un peu nos vies d’avant

Et on se fait la promesse
Dans un moment d’allégresse
De refaire ça très vite
Loin de la foule qui s’agite

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


Oh. Chouette. (joye)

Absolu

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

Ab-solution (Nana Fafo)

Comment définir l'absolu ?

Ce sera pour l'épisode 614 du défi du Samedi...

Je lui répondrai :

"J'en sais fichtre rien !"

Et je suis absolument d'accord avec moi-même sur le choix de cette définition

qui ne souffrira aucune opposition ... (et pas de s'il vous plait, merci)

Vas-y crochète là-dessus !

DSC07469 (2)valeur abs


...
Il faudrait peut-être faire appel à Ronchonchon ?

Absolument.

Pensez-vous qu'il aurait un truc intéressant à dire ?

Absolument.

Dis, Ronchonchon, t'aurais pas une histoire d'absolu ?

Absolument.

Je suis absolument convaincu que l'absolu n'existe pas.

Avez-vous déjà vu quelqu'un obtenir l'absolution pour ses absences ?

c'est absourdre (mélange d'absoudre et de sourde) ... Je ne veux rien entendre à ce propos !

Je m'abstiens pour ne pas absorber toutes ces ab-surdités

et brille par mon absentéisme de ces derniers défis, abstraction faite de celui-ci !

 

Ronchonchon, faut arrêter l'absinthe , tu nous saoules !

.

.

Belle lecture et vidéo créatives à toutes et à tous.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

De l'eau et du blé (Kate)

 

Puisque l'alphabet serait circulaire et non linéaire et que nous serions donc revenus à la lettre A qui offre un réservoir très vaste de mots... alors le mot proposé est abstème absolu.

J'aurais préféré abstème et si abstème avait été proposé, j'aurais préféré absolu. En effet, alphabétiquement parlant "abstème" se trouve très proche d'"absolu", juste après...

J'oublie volontairement le troisième larron, il mérite tout de même un clin d'oeil !

0-1

0-2

Absolu : pas moins de 83 entrées dans le Cnrtl dont certaines très complexes (voire absolument absconses)... Que faire dans ce cas-là, quand je n'ai absolument aucune idée ?

Un acrostiche ? Trop fastoche et un peu moche quand même, jugez plutôt :

Alcool

Beuverie

Saoulerie

Oubli

Liquide

Underberg (*)

Non ! Voyez où ça nous mène ! Aller chercher un mot que je ne connais pas pour utiliser la lettre U !

Non, pas abstème, on t'a dit !

0-12

Alors un Scrabble où un simple E permettrait de faire un mot qui compte triple et de hurler "Scrabble !" et de marquer... Non et non !

Alors, quoi ? Ni chanson, ni film qui vole à mon secours ? Rien de rien !

Un livre, peut-être ?

0-8 2

Quand même pas "Le romantisme absolu" de Gonzague Saint-Bris que j'avais acheté dès sa sortie en 1978 (et que je ne retrouve plus), un gros pavé avec une couverture très réussie de l'auteur en romantique absolu XXème siècle, la coiffure et le nom de l'auteur y concourant et les références littéraires faisant remonter au Moyen Âge les origines du romantisme du XIXème siècle !

Je résume : absolument pas d'idée !

Comme une âme en peine, j'erre dans ma bibliothèque (oui, c'est mon côté romantique acharnée absolue), comme un abstème devant la vitrine de Nicolas "fermée pour cause de Covid 19" (au s'cours !)... Il faut absolument que je trouve une idée.

0-3

Mes dictionnaires alors ? Mon dictionnaire suédois (que je n'utilise jamais pas souvent), se jette littéralement sur moi (photo non disponible, hélas...) ! Il est du genre le minimalisme absolu au service de l'inutilité absolue : oui, en Suède on parle anglais couramment comme en France partout ailleurs, et même beaucoup mieux !

0-4

Enfin, le ridicule absolu car si l'on cherche le mot "absolu", il  nous donne le mot : "oinskränkt" alors que sur internet, la traduction est "absolut"(entre autres)... mais il nous propose de l'aide pour voyager en fiacre et trouver la rue Vivienne

0-5

et aussi pour donner sa date de naissance,

0-6

par exemple la très utile phrase "Je suis né le 7 janvier 1879"...

3bse 2

La Suède, j'en reviens, mais à lire pendant le confinement, c'était pas trop cool !

Et après l'avoir visitée inspectée du Nord au Sud,

0-7

en long, en large et en travers,

à toutes les périodes de l'année,

0-11

je suis actuellement captivée par ce Suédois en passe de partir ailleurs...
En Espagne ? C'est trop chaud !

0-10

Sans parler de ce chef d'oeuvre absolu diffusé sur Arte récemment et Palme d'Or à Cannes en 2017 : "The Square" qui met l'art moderne au coeur de la société actuelle...

Tiens, cela me rappelle tous mes voyages en Scanie où d'ailleurs je n'avais pas eu l'occasion de visiter la ville de Åhus mais Andy Warhol a eu l'occasion d'exprimer son talent graphique sur un objet tout simple, une boîte de soupe, bouteille...

Oui, je sais, on avait dit absolu pas abstème (non, pas abstème !) et si on avait dit abstème j'aurais préféré absolu (non, pas absolu !)...

0 2

Mais restons dans la transparence absolue, celle de l'eau... et du blé... née en 1879 ("aderton hundra sjuttio nio") !

0-13

Et n'oublions pas de jouer... avec les mots !

 

Photos de l'auteur, juin 2020

(*) à consommer avec grande modération, comme il se doit !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

L'absolu … ment (Lecrilibriste)


Ténébreux goût de l'absolu
qui l'emportait vers l'autre rive
loin de l'ennui des jours qui fuient
il lui fallait trouver sa place
en jouant de cet instrument
il fallait qu'il laisse sa trace
il ne savait pas pourtant
que le plus souvent
l'absolu … ment

L'absolu,  dangereux concept
qui l'emportait vers la folie
vers une liberté chérie
affranchie de tous les carcans
un jeu despotique et cassant
qui vous enlisait doucement
dans ses dogmes intransigeants
d'anarchie ou de barbarie   
car il ne savait pas
que le plus souvent
l 'absolu ... ment

Car l'absolu n'existe guère
pour tous les humains de la terre
tendant vers l' infini plaisir
de voir ses désirs aboutir
sans savoir s' ils vont les conduire
au paradis ou en enfer
mais il ne savent pas pourtant
que le plus souvent
l'absolu... ment

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

L'absolue relative (Vegas sur sarthe)


« C'est quoi l'absolu, mon bichon ? »
Je sais qui est bichon .. c'est moi, mais absolu, c'est quoi ? alors je questionne Larousse  – niché entre les deux petits Robert de notre bibliothèque – tandis que Germaine – la blonde – piaffe d'impatience.
Non, vous ne pouvez pas imaginer Germaine en train de piaffer.
Qu'est-ce que ça peut bien lui foutre de savoir ce qu'est l'Absolu?

Je décide de botter en touche :« Voila ce que j'ai trouvé … l'absolu c'est ce qui est absolument contraire au relatif »
« Euh... t'aurais pas une définition relativement moins relou ? »
Elle est comme ça Germaine, elle ne lâche jamais le morceau.
 «Voilà une définition qui va te plaire, l'absolu c'est ce qui ne tolère pas la critique, qui est autoritaire, têtu, si tu vois ce que je veux dire »
Germaine sourit : »C'est tout moi ça, alors je suis absolue. J'ai toujours  su que j'étais absolue»
« Euh … oui, enfin c'est relatif »
« Faudrait savoir ! Je suis absolue ou relative ? »
Je sens que ça va se corser : »Tu es relativement absolue, ma biche »
A voir sa moue dubitative, la biche mi-absolue mi-relative goûte moyennement ma réponse.
Il serait temps que je trouve une définition de l'absolu qui tienne la route.

Je pourrais évoquer un silence absolu, mais c'est quelque chose d'inimaginable chez nous.
Une idée me vient, peut-être pas si lumineuse que ça.
« Tiens ma biche, le bonheur absolu … ça te parle ? »
«Ça me parle de loin, je dirais même que ça chuchote, c'est ce que tu m'avais promis et que j'attends encore ! »
Je tente une esquive : »Tu sais ma biche, finalement le bonheur c'est très relatif »
« Ah ouais ? Relatif à quoi ? »
« Tu remarqueras qu'on envie le bonheur des autres et qu'ils envient le nôtre »
Germaine n'a pas l'air convaincue … et moi guère plus.
« Tu sais bichette, il n'y a pas de bonheur sans nuage »
Germaine de plus en plus sceptique : »Qu'est-ce que la météo vient foutre là-dedans ? Il est où le bonheur, il est où ? »

Je soupire tandis qu'elle chantonne. Germaine et moi on a des goûts musicaux relativement différents pour ne pas dire absolument différents.
Elle est très Christophe Maé alors que je suis plutôt Nougaro.

« Ecoute ma biche, tu as déjà entendu parler du nirvana quand même ?»
A voir sa tête, je réalise que l'exemple est mal choisi.
Germaine me jette son regard noir : »M'embrouille pas avec tes groupes grunge, ça ne vaudra jamais Christophe Maé »
Tout est dit.
Je viens d'échouer dans ma quête de l'absolu.
Je ne suis pas prêt de laisser Germaine lire le sujet du Défi du Samedi ; elle m'avait déjà gonflé la semaine dernière avec ses questions sur les corniauds belges et la visite forcée au pas de course de tous les chenils du département !!

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

Qu'est-ce que l' absolu? (Laura)

 

Qu'est-ce que l' absolu?

Est-la beauté des chevelus?

Est-ce l'amour qui t'est dévolu?

Est-ce une vie dissolue?

Est-ce la sainteté d'un élu?

Est-ce qu'il a fallu

Faire ou on ce qu'on a voulu?

Est-ce d'être comme la goulue

De Toulouse-Lautrec ou d'être vite repu?

Est-ce d'être un hurluberlu

Ou d'être très résolu?

Est-ce d'être joufflu

Callipyge et mafflu?

Est-ce le café en grains ou moulu?

Est-ce qui m'a plu?

Est-ce l'homme glabre ou poilu?

Est-ce la minorité ou ce qui a prévalu?

Est-ce d'être nouvellement élu

Ou encore et encore réélu?

Est-ce le futur, le présent ou le révolu?

Est-ce le superflu?

 

Est-ce le à lire ou le déjà lu?

 

 

Qu'est-ce que l' absolu?

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

Dialogue philosophique (Walrus)

 
— Nous savons , cher disciple, depuis le grand Albert, que tout est relatif.
— Absolument, Maître !
— Et que par conséquent, cette fameuse quête de l'absolu dont on nous rabat si volontiers les oreilles, est vouée à un total échec !
— Cependant, cette relativité n'était-elle pas restreinte ?
— Auriez-vous la prétention d'émettre un doute sur la question, béotien tropical humide ?
— C'est que, sans vouloir paraître présomptueux, Maître vénéré, il y a quand même la question du... zéro absolu.
— C'est de vous que vous voulez parler, méprisable vermisseau ?
— Ma modestie me l'interdit, Lumière de la science, je fais référence à Lord Kelvin.
— Ah, ce William Thomson qui se poussait du col ? Eh bien sachez, cher enfant, que ce Kelvin a tort !
— J'en ai froid dans le dos ! Mais, plairait-il à votre Connaissance d'éclairer la lanterne de son disciple ignare ?
— Ce zéro prétendument absolu n'existe pas, toute tentative de s'en approcher, outre le prix exhorbitant de sa réalisation, sera vaine : pour le mesurer il faudra un instrument qui perturbera inmanquablement sa réalisation...
— Pourtant, Phare du savoir, dans le vide absolu...
— Pignouf de mes deux ! (Votre entêtement me fait perdre ma réserve naturelle) Dans le vide absolu, il n'y a pas de température puisque cette dernière n'est que la mesure de l'agitation de la matière ! Et d'ailleurs, le vide absolu n'existe pas non plus, sauf sous forme de concept et , entre nous, il est plutôt quantique qu'absolu.
— Cantique !?! Comme la chanson de ce Salomon dont vous possédez la sagesse ?
— Kwantique, je vous dis ! Vous  n'auriez pas un brin forcé sur l'alcool avant notre discussion ?
— L'acool, Maître ?... Absolu ?

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

C'est absolument vous (TOKYO)

 

C’est absolument vous

Ne tremblez pas comme une flèche

Pensez plutôt à tous les matins qui vous attendent.

Alors c’est vrai que vous m’aimez à votre façon.

Absolument à votre façon.

Vous rentrez chez vous

Le pays des ours et des belettes.

DAVID ET JOELLE POUR LA VIE INSCRIT SUR L’ECORCE D’UN CHENE

Vous dites que vous voulez emporter mon cœur enflammé avec vous.

v

C’est absolument vous ça

J’ai tardé à vous le dire

J’ai pris le temps de vous écrire

Mon Dieu comme vous avez déjà changé ma vie

 Ça aussi c’est tout vous absolument vous.

Tout m’étonne quand il s’agit de vous

Avons-nous comme les enfants lancé trop haut certains ballons

 Qui sont entrain de retomber et qui nous invitent à jouer encore dans la vie

 A réclamer de l’espace, des possibles, du jeu, déjouant les règles parfois .

C’est absolument vous ce luxe de ces instants à m’offrir la riviére , un coucher de soleil

Un champ de colza et les larmes de sangs des coquelicots

Tout ça c’est absolument vous.

Il ne se passait plus rien ou si peu dans ma vie

Et vous avez osé entrer en poussant ma porte.

Je ne vois jamais aussi bien qu’à travers vos yeux quand ils scrutent, observent étudient

Quand vos mains, devinent, cherchent , animent, , tout ce qu’elles touchent.

On dit que tout arrive lentement dans un amour vrai

C’est absolument faux j’en ai la preuve maintenant

Tout est lent quand on ne croit plus en rien

Vous avez la foi et ça c’est absolument vous, uniquement vous .

N’oubliez pas que des animaux sauvages traversent souvent votre chemin

Ils viennent vous saluer , ils savent tous que vous rentrez chez vous

 Ça aussi c’est absolument vous

Mon Ulysse rentre d’un long voyage

Accoudé à la fenêtre ce soir je regarde de loin votre pays

 L’endroit où vous allez reprendre votre respiration

Ce second souffle c’est encore absolument vous.

Je n’ai pas tout déchiffré de vous

 Gardez vos mystères pour qu’à   jamais vous ne cessiez d’être cet homme que j’aime

Et qui est à cet instant absolument à moi .

Mais cet amour qui rôde ne porte pas de cravate

 Il ne vous étrangle pas 

 N’oubliez jamais je suis un brin d’herbe

Simplement un brin d’herbe qui a plusieurs vies celle-ci est à vous absolument à vous.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

La tempête... (maryline 18)

m18

 


Pour une fois l'harmonie était parfaite.

Ce que je voyais, ce que j'entendais, ce que je ressentais, tout se mêlait et semblait vouloir m'offrir un moment de félicité, de bien être...Je n'avais rien décidé, je n'avais rien prémédité et pourtant, la magie s'invitait. L'habitacle de la voiture s'effaçait. 

Des tourbillons de notes m'emportaient vers des pensées exaltées.

Bien que je voyais aussi ces matins qui n'existeront jamais et ces mots auxquels je ne prêterai pas ma voix, des coups de vent faisaient s'agiter les coquelicots par dizaines le long de la route sinueuse.

La beauté de l'instant, mettait en exergue cette douleur soudainement si belle au creux de mon être, cette impatience si turbulente. J'aurais presque pu me garer devant le champ de blé et en respirer les épis dans un besoin, comme animal. Pourquoi cette nature redevenait-elle bouleversante, enivrante ?

J'aurais presque pu m'assoir près des coquelicots et écrire que la campagne était belle pour m'en souvenir demain encore...

Mais je savais que je n'avais que le temps de prendre conscience de toutes ces envies qui m'assaillaient en écoutant ces notes qui me tordaient les entrailles et m'emportaient à toute allure vers la ville.

J'aurais voulu me tromper de route pour allonger mon trajet, repasser devant les fleurs, revoir les vagues ocres dans la mer de paille, aimer les éoliennes et ma vie... Aimer mes désirs violents et même le goût de ton absence.

Mais le temps me manquait pour prendre un autre chemin. Les pétales rouges s'envolaient et des voitures, s'imposaient dans mon beau tableau au ciel azur.

J'attendais la fin de la tempête pour respirer plus doucement. Il fallait continuer la journée le plus normalement possible, calmer cette vie intérieure qui avait dansé avec le vent et m'avait fait grâce d'une allégresse absolue...le temps d'un morceau de musique.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

30 mai 2020

Défi #614


Cette semaine, j'avais prévu de vous proposer
Abstème

Mais l'Adrienne me l'a chouravé !

Alors, j'ai pensé à Abscons,
mais ça fait un peu con...

Alors ce sera

Absolu

Non, non, ne me remerciez pas !

6141

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

Ont eu du chien

pas cons

Une petite video ?

 

Lecrilibriste ; Laura ; Vegas sur sarthe ; Kate ;

Walrus ; TOKYO ; joye ; Nana fafo ; bongopinot ;

 

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Zinneke par bongopinot

 

b

 

C’était l’année des Z pour les chiens

Depuis l’enfance elle rêvait d’avoir un animal

Il fallait qu’elle arrive à en avoir un

Pour lui remonter enfin le moral

 

Elle s’est donc décidée d’aller le chercher

Là où certain abandonne les animaux

Et quand elle l’a vu elle l’a de suite adopté

Ensemble ils allaient former un joli duo

 

Elle décida de le surnommer Zinneke

C’était un superbe petit corniaud

Avec une robe sable magnifique

Pour commencer sa nouvelle vie avec brio

 

Et cela fait maintenant dix ans

Qu’ils sont devenus inséparables

Et au soleil ou dans le vent

Elle n’a plus le moral bancal

 

Son ami le chien lui a permis de remonter la pente

De reprendre gout et sens à la vie

Et d’avoir enfin des jours qui chantent

Avec ces doux yeux qui sourient

 

Cette boule de poil et de tendresse

Lui offre un lien si fort et charmant

Qui met son cœur en liesse

  Et qui ravit les petits et les grands

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Zinneke quoi ??? (Nana Fafo)

DSC07421 (2)

"Zinneke peace & pisse"

sera le thème de cette semaine pour le défi du samedi n° 613

Nom d'un chien Diabolo !

T'as encore pas respecté la consigne...

 

Arrête de te pavaner à la "cabot-pride"

de pisser sur toutes le B.... en forme de jeu de quille

la bien nommée "potelet", une circonlocution convenue,

sortie du langage châtié de nos élites contenues.

 

Tu crois qu'avec tes manières de vulgaire petit cabot,

tu pourras attraper "La Rousse" ?

Que nenni ! Elle te toisera,

tu n'obtiendras jamais ses faveurs, avec son coeur de Pierre,

Elle préfère les Québécois et leur accent tordu.

 

Mais chez le Pti Robert du coin,

tu pourras retrouver une jolie bruxelloise aux formes généreuses

qui espère un corniaud dans ton genre, gentil, léger, rigolo

au rire étouffé et saugrenu.

Vous vous retrouverez sur la Senne pour arroser votre flamme,

errant jusqu'à pas d'heure.

Vous vous enverrez en l'air pour mélanger vos airs dans cette ville de Brusseleirs

et pondrez des petits kiekefretters en toute zinnekitude, selon Michel de Muelenaere.

Et là, vous deviendrez des Zinnekequois


Zinneké quoi ? dirait Labajon !

inspiré de l'article d'un soir begle:
https://plus.lesoir.be/115574/article/2017-09-22/zinneke-nom-dun-chien


Encore une petite vidéo...

Belle lecture et vidéo créatives à toutes et à tous.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Le z-word (joye)

ew

 

Monsieur le président de la République samedienne,

Eh ho, Ewaré, oui, j’arrive comme un chien dans un jeu de quilles, mais je viens de savoir que le mot que vous proposez cette semaine aura ses origines dans le canicide, et cela me rend malade comme moi-même de tomber sur un tel os.

Mais qui sont-ils, ces Ouah-lons qui trouvent bon d’utiliser un mot si haineux, si anti, sinon autri chien ?  Savoir que ces pauvres clebs étaient noyés, ça me fout la rage ! Jamais vu ça à loup-tre-mer, je vous le jure ! Chasser les rats est un métier de chien. Vous avez tchiyî dins mes botes et cela ne mes pattes pas, monsieur. J’ai un mal de chien à le comprendre.

Pire, je n’arrive même pas à utiliser cette abomination, c’est toutou. Comme quoi, j’ai mis « Le z-word » pour le titre, parce que l’autre mot est trop horrifiant.

Heureusement pour vous que le véto m’a châtré, sinon, je vous garderais bien un chiot de ma chienne ! Comme ça, je vous dirai « Non ! Mauvais ! Coucouche panier, vous ! »

 

Je, soussigné,

a signature

 

Shockalee Lawson

Chien bâtard de maman border collie et de papa berger australien de la montagne, autant que je puisse savoir

 

P.-S. : joye n'a pas pu participer cette semaine,  le stupide chat noir qui vivait dans la maison est mort, et cela l'a fait pleurer, voilà pourquoi je dis « stupide ». Normalement, j'ai des idées larges en ce qui concerne les félins...surtout parce qu'eux, ils ne noient pas mes com-pup-triotes dans les fleuves

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,

ZINNEKE (TOKYO)

 

Je me suis donné un mal de chien

C’est le pire jour de ma vie. Je suis rentrée et ma mère venait de mettre sa tête dans le four à gaz  à cause de son ami ,ce singe dégénéré ,ce ZINNEKE.

Je suis là à la sortir du four , je hurle j’agite mes bras  , je vois ces yeux rougis comme des escarres qui me scrutent comme des baguettes de sourcier .

C’est comme quand une guerre éclate , toutes les règles de conduites sociales éclatent et semblent  temporairement suspendues.

Le bon temps ne fait que commencer pour toi ma fille me dit elle prend garde à tous ces ZINNEKE.

Puis elle s’endort un sourire aux lèvres qui ressemble à une déchirure de combinaison de plongée.

Je me laisse glissée sur le fauteuil et affalée je pense à l’amour et à sa puissance destructrice .

Seigneur Dieu qui est ce sale type ?

Ce soir mon ventre réclame des protéines animales , cette histoire  m’a paradoxalement ouvert l’appétit A quoi pensait elle quand elle m’a dit que le bon temps ne faisait que commencer pour moi ?.

Au moins il fait beau dehors . c’est déjà ça me dis je en mangeant mes asperges .on est pas en 1929 des milliardaires ne se jettent pas par les fenêtres.

Les jambes encore flageolantes je suis allée marcher dans la rue en ayant pris soin de bloquer le four à gaz au cas où.

Je pense que je ne ferai pas de bébé dans ce monde je vais plutôt faire du fric beaucoup de fric.je cherche ce primate récidiviste pour lui faire la peau .

Si je passe des vacances pourries à cause de ce zinneke il a intérêt à bien me vendre sa religion car je ne veux que le buter .

Une tapette à lunette s’approche de moi , cent pour cent dans le coup sous son béret pourpre .C’est lui me dis je je le reconnais .Son taux de cholestérol doit

avoir atteint un niveau préoccupant .Avec les facultés precognitives qui sont les miennes je cherche à me contrôler , moi l’éponge émotionnelle je le regarde il se croit déjà mon ami ce toquet pachydermique .Je ronge mon frein quel toupet il a de me draguer .La brigade des mœurs pourrait me recruter je flaire un zinneké à une distance incroyable .

A tout instant cet homme  pouvait me coller  sa bouche sur la mienne . Son cerveau doit ruminer comme une vache .Puis je lui  dis/ c’est ma mère qui m’envoie celle qui avait la tête dans le four à gaz il y a de cela une heure .

Vous devriez avoir droit à la guillotine Je l’écoute à se confondre en excuses. Dans le décor d’inquiétude qui domine le théâtre de ma pensée j’imagine que bouleversé il va lui déclarer son amour .j’attends/ c’est une réalité de la vie ma petite toutes les histoires d’amour finissent mal .Vous laissez derrière vous un champ de bataille couvert de cadavres .

Puis soudain je crie je veux que tu te mettes à genoux devant elle et que tu lui demandes pardon espèce de zinneke.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,