Le défi du samedi

Défi #585


les mots débutant par x
pouvant être considérés comme des raretés,
nous emprunterons à notre amie l'Adrienne
un de ses thèmes récurrents :

 

X c'est l'inconnu

 

 

5851

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


Pour participer, une seule adresse :

samedidefi@gmail.com

Blog d'écriture

Vous êtes nouveau ?

Vous désirez vous aussi vous joindre à nous?

Le règlement,

c'est ici !

Employez aussi cette adresse de préférence aux commentaires pour toute remarque ou communication à propos de ce blog.


Posté par Walrus à 08:27 - Commentaires [6] - Permalien [#]

09 novembre 2019

Ont rencontré l'inconnu

pas cons

5852

Walrus ; maryline18 ; Lecrilibriste ; TOKYO ;

Posté par Walrus à 23:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Ont joué leur petite kochvrâe

De Koche (nettoyer) et vrâe (femme) en brusseleir bien sûr

 

pas cons

 

5842

Lecrilibriste ; Vegas sur sarthe ; TOKYO ; Kate ;

joye ; Walrus ; petitmoulin ; Adrienne ; Joe

Krapov ; bongopinot ;

 

 

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Je suis femme de ménage par bongopinot

b

 

Je suis femme de ménage

Et je tourne la page

De ma petite vie sage

emplie de belles images

 

Je me sers d'un plumeau

D'une plume et de mots

D’une wassingue et d'un seau

Que j'imprime de mon sceau

 

Je suis femme de ménage

Pour moi le balayage

la tête dans les nuages

Essuyant le carrelage

 

une fée du logis

qui tue les bactéries

De rime bien arrondie

De phrases que je dédie

 

Je suis femme de ménage

un peu de repassage

Et ma tête déménage

Vers d'autres paysages

 

Essuyer la table en verre

Pour y mettre mes vers

Alignés de velours vert

Pour celui qui adhère

 

Nettoyer les étagères

Entourée de belles lumières

Et de mots de Baudelaire

A chacun sa chimère

 

je suis femme de ménage

C'est pour moi le brossage

Sur de bien beaux rivages

Emplis de mots en marge

Passer l'aspirateur

Toujours avec ardeur

Avec des mots d'auteur

Quelle joie quel bonheur

 

je suis femme de ménage

Je referme la page

Sur ce magnifique ramage

De ma petite vie sage

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


Té veux pas un cô d'ramon, non pus ? (Joe Krapov)

Euch chus d'accord, eum'n onque ! Ch'est à mi, cheul wassingue !
Pas la pein' eud nous coller un coup d'torchon pour cha !


Et puisque cours de linguistique il y a, ajoutons en un autre : 

Putain, putain, nous sommes quand même tous des Européens, non, comme chantait Arno du temps de TC Matic ? Je dois avouer que ces revendications communautaristico-linguistiques me fatiguent un petit peu ! Et comme je me suis accroché gentiment déjà l'autre semaine avec un défenseur du gallo, je ne vais pas en rajouter dans la nostalgie - que je n'ai pas - des Boyaux rouches ou des Ch'tis et de leur "parlache". Et donc je ne vous chanterai pas la chanson mentionnée par Guy Dubois, "Té peux rev'nir, Alphonse" de Line Dariel.

D'une je ne la connaissais pas, de deux je manque cruellement de temps pour la mettre dans ma guitare ou même pour en transcrire-traduire les paroles : j'ai mon ménage à faire, il faut que je passe la wassingue... euh la serpillère dans l'escalier ! 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

G comme Grand nettoyage (Adrienne)

 

2019-11-02 (25)

Depuis qu'on avait enlevé tous les tapis, Brenda était obligée de trouver une autre solution...

***

Photo prise à l'expo Banksy, espace Lafayette.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

La serpillière usée (petitmoulin)


La serpillière usée
Du repentir
Ne peut laver le sang noirci
Derrière la colline
Ni le cri de la mer
Juste avant le naufrage
Ni la lune de suie
Dans la nuit de galères
Ni les pages jaunies
De la mémoire
Ni les regards
Couverts de rouille

Elle laverait peut-être
Le sol taché de la cuisine
Mais quelle corvée !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

T'en foutrai des wassingues ! (Walrus)


Comme je vous l'ai dit (oui, je sais, j'avais aussi dit que je n'écrirais rien d'autre, mais si ça vous démange, plaignez-vous à la propriétaire de ce blog : Janeczka Dabrowski) en bon Belge je n'utilise pas le mot Wassingue.

En français de Belgique Wassingue se traduit par... torchon !

Je ne vous dis pas les joyeusetés que cela implique lorsque votre fille épouse un Français (mais les Bretons sont-ils vraiment français ?) et que vous vous retrouvez en famille dans la cuisine pour une joyeuse vaisselle communautaire d'après réveillon.

Et je ne parle pas (quelle façon de dire idiote, hein ?) d'une expression comme "On ne mélange pas les torchons et les serviettes". Ça ne viendrait jamais à l'esprit d'un Belge : ce n'est pas hygiénique (surtout les serviettes) !

Par contre, le titre du film "Coup de torchon", parle plus encore aux Belges qu'aux Français.

Donc, petit résumé :

Français de France

Serpillère

Torchon

Sopalin

Crayon de bois

Vergeoise

Français de Belgique

Torchon

Essuie de vaisselle

Essuie-tout

Crayon

Cassonnade

 

Bon, on ne va pas s'éterniser non plus, j'ai déjà donné au début du jeu...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

Ménage artois (joye)

wassingue

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

Wassingue sur gringue (Kate)

 

Faut dire que ce mec un peu ringue

M'avait fait du gringue

En sortant du burlingue

- Alors, grande seringue,

tu viens mettre deux thunes dans l'bastringue ?

On bouffe, non on n'achète pas de fringues !

Pourquoi j'avais pas osé dire non à ce lourdingue

Moi qu'aime pas qu'on m'embringue

Comme ça ? Pardi,  j'avais zyeuté son flingue...

Que-d-os0-1 2

Et c'est à toute berzingue

Après s'être tapé une meringue

(c'est toujours mieux que du poudingue,

qu'il avait dit,

j'avais pas compris),

qu'on a roulé vers un rade cradingue

Où du sol dégueu au plafond bas tout chlingue,

Là, j'ai senti comme qui dirait ma carlingue

Qui tout à coup se déglingue

Surtout avec cette musique de sourdingues

Les clients multilingues

Ambiance moins de ribouldingue

Que de bourlingue

Dans la fumée à peine si on distingue

Des verres qui valdinguent

Et le louftingue

Qui m'appelle : "Grande bringue,

Va passer la wassingue !"

Moi, une secrétaire trilingue...

C'est dingue !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

La serpillère (TOKYO)


Dans ce bas monde les choses ne durent que ce qu’elles durent. Prenez une serpillère par exemple quand vous avez fait usage de celle-ci plus d’un mois elle finit par perdre son âme.
Avec mon compagnon ce fut la même chose. Après un usage inconsidéré, force est de constater qu’ il a vite  atteint son heure de gloire et n’a fait à mes yeux que décliner .
De toute évidence les folles années où tout dure sont bien passées.v

Ce déclin serait-il permanent ou des serpillères plus robustes pourraient nous laisser espérer une belle longévité en toute chose.
Les couples sont- il condamnés à s’enfoncer dans des adultères débridés jusqu’à ce qu’un  jour , tous solitaires une serpillère autour du coup en guide de chandail nous errions dans un Sahara sans nom ?

Il nous restera quoi alors à contempler ?
Les étoiles lavées de leurs larmes que nous avons versées.
Je lis en vous comme  dans un livre ouvert je vois bien que vous attendez l’épiphanie .
Les serpillères comme les sentiments d’attachements ne tiennent qu’à des fils minuscules qui s’usent que l’on s’en serve ou pas .
J’ai vu comme vous ce stupide ou génial film  « le père noël est une ordure « .v2


Comme vous la séquence du pull serpillère m’a dispensée de dix ans d’université et de soirées de Monopoly .
A cet instant quelque chose m’est arrivé. Je me suis dit qu’une chose pareille ne peut advenir. Aucun homme pourrait être assez bouché pour prendre des vessie pour des lanternes.
Aucun homme pourrait porter une serpillère en guise de gilet par amour sauf si je travaille à police secours et qu’ au vu des appels innombrables je pourrais tomber sur ce profil aux abois.
Je pourrais passer à l’offensive porter un bleu de chauffe dans cette société frauduleuse et une serpillère à la main m’agiter comme le phare dALEXANDRIE pour attirer le manant.  v3


Avec cet attirail et mon cri de guerre j’ameuterai des loups fous  du gilet serpillère (non pas du gilet jaune)
Chacun de nous à ses références et le pouvoir de séduction qu’il peut moi c’est la serpillère ..
Quel fœtus qui se respecte choisirait de naitre tout de même si on lui montrait qu’au cours de sa vie il devrait par amour porter des gilets serpillère .

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Scène de « ménage » (Vegas sur sarthe)

vg


« Cesse de vadrouiller ici, bon sang ! J'viens d'passer la serpillière !«
Les jours de grand ménage, on est priés de ne pas déconcentrer Germaine, mais c'est plus fort que moi, j'aime bien la taquiner : »Si t'as passé la serpe hier, pourquoi j'y passerais pas aujourd'hui ? »
« Qu'est-ce que tu dis ? »
« Je dis Pourquoi tu as passé une serpe sur le carrelage ? »
«Quelle serpe ? J'ai passé la gueille, c'est tout ! »
« C'est quoi une gueille ? »
« Chez moi à Bordeaux c'est l'nom pour les torchons »
« Ah ? Chez nous en Champagne un torchon c'est une bâche »
« J'sais c'que c'est qu'une bâche, Môssieur et ça c'est une serpillière »
« En tout cas c'est les Québécois qui disent une vadrouille »
« J't'ai jamais parlé d'vadrouille !! »
«Si Madame... tu m'as dit d'éviter de vadrouiller «
« Cherche pas à m'embrouiller, Chouchou tu vas finir par y arriver et j'ai encore du pain sur la planche»
« Je ne t'embrouille pas mais avoue que ce bout de torchon qui pue le rat crevé n'avait pas besoin d'autant de noms... »
«Ca pourrait bien s'appeler une toile que j'm'en foutrais pas mal pourvu qu'ça lave les sols; mais ça, c'est l'dernier de tes soucis »
« Justement certains appellent ça une toile »
« Et ben tant mieux ! Alors je te redis : Cesse de vadrouiller ici, je viens de passer la toile!«
« Tu devrais plutôt dire : Je viens de passer la toilière »
« Pourquoi la toile hier ? »
« T'avais bien passé la serpe hier, non ? »
« Ah ça suffit maintenant ! Dégage le plancher à la fin »
« En tout cas si c'était hier, ça doit être sec maintenant et en conséquence je peux y marcher»
«Mouillé ou sec,  tu vas sortir d'ici ! »
« En tout cas c'est nickel depuis que tu as passé la serpe »
« Mais quelle serpe ? »
« Laisse tomber, Germaine. Je ne comprendrai jamais rien à ta façon de faire le ménage... mais je reconnais que tu t'en sors pas mal» 
« J'm'en sors pas mal ? Depuis vingt ans que j'fais ça, Môssieur juge que j'm'en sors pas mal ? T'es gonflé»
« Cool Germaine, je me demandais juste si ça ne serait pas plus efficace avec une wassingue »
« C'est quoi encore ce truc? »
« Je ne sais pas au juste. C'est un mot qu'on m'a suggéré au Défi Du Samedi »
« T'as vraiment rien d'autre à foutre le samedi ? »

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

Swing Wassing ! (Lecrilibriste)


 Ah ! Quand  je swingue avec Bérengère
le soir et le matin j'ote la poussière
Toujours sur le ring  je donne des coups
aux pieds du bureau du grand manitou
et je tourne autour des fauteuils retro
j'effleure juste un peu la caisse du piano
j'aimerais bien m'faufiler dessous
mais il est beaucoup trop étroit le trou
alors j' me contente de jeter un oeil
et de retourner autour du fauteuil                     
Autrement partout je m'faufile
et jamais au grand jamais je ne me défile
Quand je valse, quand je swingue avec Bérengère
 quand soir et matin j'ote la poussière

Elle me plonge, elle me secoue
Elle me cherche les poux
puis elle me fait faire
quelques ronds dans l'eau
toute  ruisselante me ressort du seau
et puis d'un seul coup elle me tord le cou
elle me serre, m'essore, sur le sol  m'étale
et s'en fout  complètement si  je râle
je reçois un coup sur la cafetière
avec la brosse d'son balai de sorcière
la valse commence et là j'ai des ailes
Quand  je swingue avec ma sorcière
rien ne peut autant me satisfaire
que d'essuyer en rond la poussière

Un matin est arrivé au boulot
un set complet de Clean Turbo
avec un vrai pack spécial seau
 un balai laveur serpillère
à cause du dos de ma Bérengère
qui aurait plus à se baisser
se mouiller les mains dans de l'eau glacée
Me voilà toute abandonnée
dans un coin noir elle m'a jetée
je moisis et j'ai le coeur gros
regardant de loin à la dérobée
le set complet de ce Clean Turbo
en train de swinguer un plaisant duo
avec Bérengère, ma  jolie sorcière

Mais un jour de neige, il en tombait tant
qu'elle est venue m'chercher tout en s'excusant
elle m'a étalée d'vant la porte d'entrée
pour qu'les voisins s'essuyent les pieds
mais toute la journée ses p'tits ont joué
à glisser, skier, sur mon dos s'traîner
j'ai retrouvé là toute ma gaieté
Est-ce qu'une vie de wassingue ça n'vaut
pas autant qu'un set de Clean Turbo ?

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

02 novembre 2019

Défi #584

 

Wassingue

 

5841

Oui, je sais, vous n'êtes pas de Lille !

Eh bien, moi non plus !

C'est par pur esprit de vengeance que je propose ce mot.
Vengeance à l'encontre d'un tas de Français qui continuent
de penser que ce mot serait utilisé par nous, les Belges.

Personne dans mon pays n'utilise ce mot (en dehors bien
sûr de quelques immigrés fiscaux français qui se gardent
bien d'utiliser la chose eux-même et préférent la laisser
au petit personnel de maison).

La preuve dans cette passionnante étude !

Donc, si wassingue ne vous dit rien, racontez-nous donc
une histoire de

serpillère,
torchon,
loque (à reloqueter),
patte,
panosse,
pièce,
cinse,
toile,

ou tout autre vocable en usage
dans votre région.

Pour ma part, j'estime en avoir fait assez,
considérez ceci comme ma propre participation.

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Mon vade-mecum par bongopinot

b


Mon vade-mecum en poche
Je pars sur les sentiers
Les randonnées y sont notées
Avec mes bâtons et ma torche

Je peux y aller en toute sécurité
Pas de danger que je me perde
Ici et là je m’attarde
Sous un arbre je me suis abritée

Une pluie fine vient me rafraîchir
J’enfile mon ciré bleu marine
 J’épluche une mandarine
Sur un tronc je me pose pour réfléchir

Avant que la nuit ne tombe
Je reprends ma route
Ces paysages m’envoûtent
Au dessus de ma tête passe une colombe

Mon vade-mecum est mon ami
Il me suit partout en sortie
Dans une poche ou un sac il s’y blottit
Lui et moi c’est une douce alchimie

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

La fugue. (maryline18)

 

Je l'avais croisé près du lac et on avait échangé quelques mots. Il faisait chaud. Il avait dû boire une bière pas très fraîche... Sa guitare jouait quelques arpèges un peu pénibles. Il avait tout d'un troubadour en déroute : Il n'était même pas décoiffé et ses chaussures étaient bien cirées ! Alors qu'un couple, qu'il lorgnait en douce, s'envoyait en l'air pas très loin, je lui avais susurré à l'oreille, pour faire mon intéressante :

_"Vade-mecum !"

J'ai été bien attrapé, il comprenait le latin...! Il ma prise la main et ne la plus lâchée. Depuis, on chante le long des chemins et on ramasse des châtaignes. Quand on a quelques sous, on boit un peu de vin et là, il joue un peu mieux ...On rend des p'tits services à droite et à gauche et en échange, on s'invite pour la soupe et la tome de chêvre. Le matin il débarrasse mes cheveux des brindilles de paille et on reprend la route. 

Tout le monde nous cherche, mais nous, on sais où se cacher pour leur échapper. On apprend pas à deux vieux singes à faire des grimaces. On ne rentrera pas à la maison de retraite, un point c'est tout. On avancera jusqu'à ce qu'on ne puisse plus marcher, on rêvera jusqu'à épuisement de nos envies et on s'émerveillera jusqu'à la cecité.

Mon Aimé et moi, on a plus le temps d'être raisonnable...     

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

Vade-mecum-wa (joye)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,

Je feuillette les jours (petitmoulin)


Je le tiens tout près
De mon âme nue
Comme un galet poli
Par la mer
Un galet de l'enfance
Lissé par la tendresse
Je feuillette les jours
Que tu as écrits
Avec l'attention soucieuse
Du guide
Je te remercie
Des pages blanches
Que tu m'as offertes
Pour les gribouillis
De mes insuffisances
Pour le silence de mes peurs
De mes blessures
De mes chagrins
Pour le chant
À la splendeur de mes ivresses
Et pour l'éclat
De ma liberté
Que je tiens tout près
De mon âme nue

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,