09 janvier 2016

Défi #385

Etrange disparition

Disparition

Pour satisfaire notre curiosité

faites nous connaître vos explications éclairées

à samedidefi@gmail.com

Merci à vous !

A tout bientôt !

 

Posté par MAPNANCY à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Participation de Nhand

LA RETRAITE

 

 

Quand la limace prend son temps
Pour défigurer sa laitue
Dont les jupons verts froufroutants
Font traîner aussi la tortue,

Je cours,
Au long de la sainte journée,
Je cours,
Année après année...

Quand un bateau va doucement
Sur le bleu de la mer étale
Qui s'étend paresseusement
Dans sa splendeur horizontale,

Je cours,
Dès que s'illumine l'aurore,
Je cours,
D'abord, et puis encore...

Quand j'en aurai vraiment assez
De foncer à toute berzingue
Derrière mes dossiers pressés,
J'abandonnerai ce bastringue,

Mais toi,
Seras-tu là, dans le virage,
Dis-moi,
Ou n'es-tu qu'un mirage ?

 

 

LOGO NH-PF

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Un grand classique (MAP)

Visser des boulons ...

surtout garder le rythme

visser des boutons !!!!!

..................

Visser tout ce qui se présente !!!!!

*

A quel film cela vous fait-il penser ?

A quel acteur ?

Facile n'est-ce pas !

Un petit extrait rien que pour vous !

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

St-Copé (par joye)

cha cha cha2

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,


Et passe le temps par bongopinot

bo01

 

Mes pas effleurent le sol

Petits pas petit rythme

Si tendre et si calme

Je saute et m'envole

 

Au loin une symphonie

Se faufile dans le vent

Sur le boulevard du temps

Je souffle mes bougies

 

Il court à la vitesse du son

Laissant sur moi de belles traces

Entre poésie et silence

Et tournent les saisons

 

Il tape et donne la mesure

Sur un champ de partitions

je suis ma composition

Qui m'emmène vers mon futur

 

Des odeurs d’hier

Des moments de pourquoi

Des épisodes de joies

Des tableaux de lumière

 

Une course contre la montre

Que l’on ne peut remonter

Avance, à rythme régulier

Pour nous faire ... disparaitre

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

Entrez dans la danse (Clémence)

Elle avait annoncé sa venue tout en douceur. Des frissons, des frémissements, un engourdissement, des grondements, des déchirements et puis tout à coup, une sérénité absolue. Comme en apesanteur. La musique atonales des longues conversations était un bercement paisible, bien que certaines inquiétudes crissaient déjà de leur bémol. Les jours avaient laissé leur place aux semaines, celles-ci s'empressèrent de céder le pas aux mois.

 

Une nuit, l'orage se déchaîna. Arrachements, étouffements et douleurs. Un éclair, un cri.

De longues arabesques bleutées, elle est là, toute menue. C'est le printemps, le printemps du monde, le printemps de sa vie.

 

Mais déjà, elle danse, de bras en bras. Elle danse de ses premiers pas, elle danse de ses premières courses. Elle danse et les autres entrent dans sa danse.

C'est le temps de l'insouciance, c'est le premier temps de sa vie, celui où elle est le centre du monde.

 

Danser puis courir. Sauter à pieds joints dans la cour de récréation. La ronde des comptines et des crayons de couleurs. Les arcs-en-ciel d'aquarelle, les soleils oranges et les lunes bleues.

La course arrive, au galop pour les garçons, en rondes pour les filles. Les ballons de foot et la balle au chasseur.

Les sucres d'orge et les berlingots pointus.

Les premières promesses. Les premières déclarations, les premières déceptions. Les premiers toujours, le premiers jamais.

 

Danser, courir, puis se mesurer !

Les superlatifs, les absolus, les extrêmes. Les défis, les paris.

La tête plus haute que les étoiles, la tête remplie de tous les possibles.

Oui, elle rendra le monde meilleur. Certes, elle ne reproduira pas les mêmes erreurs.

Elle n'est plus le centre du monde, elle est le monde.

La toile est son univers.

 

Elle a des millions d'amis, mais elle se sent si seule. Avec les factures, les premières fractures.

Un bout de rêve s’effiloche, un pan de vie s'effondre.

Retour à la vraie vie.

Pas celle du bonheur absolu, mais celle des petits bonheurs et des petites joies qui se succèdent.

Pas celle du malheur absolu, mais celle des petites peines, des petites douleurs qui s'amassent dangereusement.

Fragile équilibre a reconquérir chaque matin, à consolider chaque soir.

 

Telle une horloge géante, Chronos devient chronophage, dévorant tout sur son passage.

Les il faut remplacent les j'aimerais. Les tu dois remplacent je choisis.

Les impératifs commandent au présent sous la menace d'un futur cataclysmique.

Danser sur un fil.

Courir dans son couloir,

Toujours plus vite.

Le temps aux trousses !

 

Quel rythme d'enfermement. Trouvera-t-elle la faille ? La toute petite faille par laquelle elle glissera, une main, une pointe de pieds, un bras en arabesque.

 

Retrouver les volutes bleues de la lenteur.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de Venise


Quand le JAAAAZZ EST
Quand le JAAAZ est là !!!

OK OK   !!! c’est un sans faute Avec ce rythme tu va prendre l’ascenseur social !

Et dis à tes congénères que tu ne passeras pas inaperçue .
Quant à moi je vais de faire franchir les ruisseaux frais qui coulent au fond des vallées intimes du succès .

Néanmoins il y avait un je ne sais quoi dans cet enthousiasme qui semblait déplacé après ma piètre interprétation.

Le rythme , le rythme ce mot me dérangeait .
Mon cœur était traversé d ‘une course  folle , un sanglot se traça un chemin jusqu’à ma gorge et je me suis mise à danser barracuda de cloclo!!!

Je suis dans ta vie , je suis dans tes bras !!! J’ai plus d’appétit qu’un barracuda !!

Mon cœur sortait de ma poitrine et lui criait vas y tous ensemble on est avec toi .

T’es qu’un foutu menteur , je n’ai aucun rythme je chante faux et je me suis levée pour foncer sur mon père qui était au piano .
Tu m’a s déjà fait le coup avec le patin à glace tu voulais faire de moi une étoile !!

Tu as du talent , pas un talent phénoménal dit mon frère qui passait par là
Tu sais peu de gens savent ces choses là !!
Et en léchant les bon culs tu peux faire une carrière .
C’est là qu’il a pris la tarte aux fraises de maman en pleine gueule.
Le voilà mon rythme frérot .

ve01



J’ai 93 ans ce soir et cette soirée mémorable je m’en souviens encore , mais ce soir mon rythme cardiaque me joue des tours il se pourrait que cela soit le dernier spectacle que je donne bonne année .

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

LES RYTHMES (Alain André)

 

Un jour, il y a longtemps, dans un pays tout neuf aux mœurs brutaux et esclavagistes,  les nègres magnifiques imaginèrent  le Jazz ! Issu du mariage entre la symphonie des dieux et les tams-tams de l’Afrique! Issu des rythmes des labeurs  enchainés, gueulant le désir de vivre libre, marchant en chœur sur le chemin du ciel, martelant  la douleur et le désespoir, la foi et l’espoir, et le bonheur aussi, celui de vivre, d’être unis dans la même vibration,  de croire et de vouloir, sûrs, au fond d’eux mêmes que viendraient des jours meilleurs .

Gospels.( God spell, interpellant Dieu  en chœur), sublimes et émouvant mon âme jusqu’au trognon, fouillant mes certitudes, balayant mes doutes, m’emplissant d’une joie frisant l’orgasme,  et moi, comme un con, pleurant d’émoi, basculant dans le vide, oscillant au rythme des mains noires.    

Puis des  mains  d’or désargentées, s’usèrent sur des guitares de fortune  pour donner le jour à des rythmes mélancoliques : Blues des hommes libres mais méprisés, rejetés, pauvres. Des blancs inspirés en firent leur musique : Rythm and blues, berce et roule, populaire et folk.

 Des mots jetés au cœur d’accords unis aux battements des cœurs.  Nos oreilles sont leurs héritières, nous avons reçu la richesse de ces sons, nous les nantis, heureux et insouciants, nous en fîmes notre bagage luxueux, et nos cœurs battent à l’unisson de leurs rythmes qui riment aujourd’hui avec frisson, joie, danse, sens.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

Brrr (Rêves de plume)

 

Et une, et deux, et ...
Pirouette vent d'hiver
Je cherche mes gants

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,