18 mai 2019

Flamberge (Vegas sur sarthe)


Godelureaux

On était à l'âge idiot
celui où, flamberge au vent
on s'affrontait bien souvent
à pisser plus loin, plus haut

Les filles plus délurées
considéraient nos rapières
nos mèches de poudrière
sensées nous godelurer

Tirer l'épée du fourreau
n'était pas chose facile
l'apathie de l'ustensile

n'aidait pas à la manoeuvre
On avalait des couleuvres
quand nous raillaient nos bourreaux

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


11 mai 2019

Sus à la tour ! (Vegas sur sarthe)


Dame Jeanne aime les saillies
excroissances, encorbellements
guérites où viennent ses amants
en absence de son bailli

Elle a la passion meurtrière
croque guetteurs et sentinelles
c'est secret de polichinelle
en cul-de-lampe et poivrière

D'embrasure en mâchicoulis
elle s'offre au premier venu
à la pudeur nul n'est tenu

pour faire le guet elle embauche
des diplômés de la débauche
qui lui sonneront l'hallali

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mai 2019

Caoutchouc brûlé (Vegas sur sarthe)


Je venais de monter vivement les rapports
avant d'abandonner le manche à mon experte
dont j'ignorais le nom, Félicie ou Alberte ...
quand j'ai senti soudain fléchir sur mon bâbord

Les courbes étaient aisées, la conduite facile
Gilberte ronronnait tel un tigre repu
j'avais apprivoisé son triangle crépu
mais je me trouvais gauche, empoté, imbécile

Pas question de caler, je suis désorienté
je braque vivement, confiant dans ses airbags
sa cabine avancée équipée pour la drague

Je feins l'apothéose, tente de simuler
mais ça sent le vieux pneu, le caoutchouc brûlé
je sais qu'à cet instant je viens de déjanter

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

27 avril 2019

Faut pas trop me chercher ... (Vegas sur sarthe)


J'étais un gringalet c'était une montagne
Castagnettes et castagne
Il était espagnol, je venais de Bretagne
Castagnettes et castagne

Il était torero bouffeur de coucougnettes
Castagne et castagnettes
Je l'ai vu par le petit bout de la lorgnette
Castagne et castagnettes

J'avais eu le malheur de mater sa compagne
Castagnettes et castagne
et de lui renverser sa coupe de champagne
Castagnettes et castagne

J'en ai fait des rillettes, andouillettes et  mouillettes
Castagne et castagnettes
Faut pas trop me chercher ...
Castagne et castagnettes

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

20 avril 2019

Ouatelse (Vegas sur sarthe)



"Refile moi un calva, Marcel, cette histoire m'a coupé les pattes."
« En tout cas ça t'a pas coupé le gosier »
« Si j'm'attendais à ça ... »
"On en a rien à foutre mon vieux, personne connaissait ce Georges Clounet dans l'quartier."
"Quand même Marcel... depuis des mois qu'y sortait d'son immeuble sans jamais une égratignure ni même un pli à son froc, et Vlan !!"
"Ben ouais, c'est la vie mon vieux : t'as tout pour être peinard, une belle gueule, des nanas, du boulot et pis y a un piano qui t'arrive sur la tronche sans que t'aies l'temps de voir la marque."
"Ouais, c'est fort de caoua! Un putain d'bastringue qu'on saura même pas qui l'a balancé... savait pas ce Clounet-qui-sait-tout qu'on sort jamais dans la rue le jour du ramassage des encombrants ?"
"Mon vieux, de nos jours les gens ont plus l'courage de descendre leurs merdes alors faut pas s'étonner qu'les pépins arrivent..."
"J'crois bien que c'était un Yamaha."
"T'es sonné mon vieux, j'te dis que c'était un piano, pas un scotaire !"
"Un bastringue ou un scotaire ça change quoi ? il est dessous à c't'heure! Bon sang, remets moi un calva Marcel."
"Tu devrais arrêter mon vieux..."
"Tu sais bien qu'y a qu'ça pour me remonter le moral, Marcel."
"Hum. J'voulais dire que tu devrais arrêter d'regarder les réclames à la téloche."
"Ca m'revient Marcel ! C'était un Ouatelse! C'est l'dernier truc qu'il a eu l'temps de dire ! Et Vlan ..."
"Tu t'fais du mal à refaire le film mon vieux. Essaie d'oublier tout ça et rentre chez toi avant qu'la Germaine te passe une avoinée."
"T'as p't'être raison, la marque du bastringue on s'en fout... y a qu'les pétomanes qui s'intéressent à ça" 
« Mélomane mon vieux, pas pétomane »
« T'es sûr ? »
« Ouais … le pétomane ça fait pas l'même son »
« T'en as déjà entendu des pétomanes ? »
« Euh … j'suis un peu pétomane moi-même mais en dilettante »
«Dilettante ? Connais pas … Tu vois Marcel, c'est pas la marque qui m'intéresse dans l'caoua c'est c'qui le pousse après. Tiens, remets en un p'tit dernier ».

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,


13 avril 2019

Vive le progrès ! (Vegas sur sarthe)


Pour l'anniversaire de Germaine, j'avais acheté une montre chez un marchand d'art spécialisé, un instrument astronomique Made in Taïwan pour lire l'heure et qui m'avait coûté un chèque également astronomique.
C'était le prix à payer pour avoir quelque chose qui sorte de l'ordinaire … mais j'ai bien vu qu'elle appréciait modérément ce somptueux cadeau : un astrolabe de chez Astrolabos dans le quartier latin.
Heureusement la notice était claire pour du Made in Taïwan, ne serait-ce que pour repérer le recto du verso car ce modèle disposait des deux !
On reconnaît aisément le verso à son alidade à pinnules, à son limbe et à ses calendriers.
C'est très pratique pour mesurer la hauteur d'un astre sauf pour le Soleil où il faut décaler son oeil sous peine de le brûler mais il y a peu de soleil chez nous.
Une fois qu'on a trouvé la hauteur de l'astre – ce dont Germaine se foutait comme de l'an 40 – on regarde l'astrolabe au recto pour connaître l'heure et c'est tant mieux puisque c'est une montre !
Le recto se reconnaît facilement à sa mère – pas la mère de Germaine qui a le même recto que sa fille  –  son tympan et son araignée avec les signes du zodiaque.
L'araignée est la pièce la plus ouvragée de l'instrument et aussi celle dont Germaine a le plus en horreur … mais c'est le prix à payer pour avoir l'heure.
Ce jour-là le Soleil entrait dans le signe du Cancer ce qui est bien normal puisque c'était l'anniversaire de Germaine et qu'elle était du Cancer depuis sa naissance ; bref, on a tourné l'araignée pour l'amener en contact avec l'almucantarat « 45° sud-ouest » et on a lu l'heure solaire à laquelle on a retranché une heure, non pas à cause de l'heure d'été mais parce que l'opération nous avait pris une heure.
Germaine était ravie: il était 15 heures ! Exactement comme sur sa Swatch à 20 euros.
Elle m'a sauté au cou mais elle a gardé sa Swatch.
Fort de tant d'enthousiasme, j'avais proposé de lui montrer comment on détermine la direction de La Mecque mais vu qu'on va chaque année au camping municipal de Palavas pour les vacances, je n'ai pas insisté.

Par contre elle était déçue de ne pouvoir lire l'heure la nuit et on n'a jamais trouvé le mode Lune dans la notice ; je trouve les taïwanais un peu laxistes sur ce point et bien qu'on ait écrit au service après-vente on attend toujours la réponse ...
Vive le progrès !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

06 avril 2019

Tonnerre de Brest (Vegas sur sarthe)


Il s'appelait Zapotek.
Dans la classe de CM1 où on jouait à essayer d'être plus nuls qu'en CE2, on était morts de rire, le nouveau s'appelait Zapotek !
On lui a tout de suite filé le train mais il courait plus vite que nous, alors forcément on l'a baptisé Zatopek, ce qui changeait rien car on était toujours morts de rire.
On a compris que c'était pour ça qu'on courait moins vite ; à se dilater la rate, on est loin de courir comme des dératés.
On a vu que dans la liste des insultes du capitaine Haddock, Zapotek se trouvait entre  wisigoths et zèbre … alors on a rigolé encore plus.

Plus sérieusement la maîtresse nous avait expliqué que son nom venait d'une civilisation amérindienne.
Avec une mère indienne, et sans doute un père cowboy il avait aussi hérité d'ancêtres – toujours d'après la maîtresse – qui broutaient dans un pré colombien dans une vallée au nom zarbi de Oaxaca à l'époque de la conquête espagnole bref on avait toutes les raisons de se fendre la poire.
Parait aussi que tous les Zapotek parlaient neuf langues ; c'était donc ça le zozotement qui nous faisait tant marrer.
Zatopek , il parlait peu mais il chantait à cause de sa langue à quatre tons : haut, bas, montant et descendant un peu comme le joystick de la Nintendo !
A part ça c'était juste un pauvre mexicano venu d'une « bande de zapotèques de tonnerre de Brest » et ça nous suffisait pour le ranger dans la catégorie des étrangers, ceux qu'on forçait à s'installer au premier rang pour mieux les surveiller et leur lancer des boulettes en papier.

Un jour il nous a « chanté » qu'il descendait du puma, qu'il avait deux dieux, le Dieu de la pluie et le Dieu de la lumière et que ses ancêtres avaient pratiqué des sacrifices humains, du coup on a fini de rigoler … et puis on a arrêté de lui courir après.
De toute façon on le rattrapait jamais, Zatopek !

Et puis un jour son père – celui qu'on appelait le cowboy – est venu le chercher à l'école pour l'emmener rejoindre la communauté d'Ixtlan de Juarez, une communauté remarquable qui travaille le bois, un modèle de réduction non seulement des gaz à effet de serre mais de la pauvreté.
« Le cowboy » nous a expliqué que 30% des 600 000 dollars de bénéfices annuels étaient consacrés à la protection de la forêt ; tous ces chiffres ça nous a foutu le vertige.
On n'a jamais revu Zatopek … sûr qu'il a fait son chemin, tonnerre de Brest.
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

30 mars 2019

38 points (Vegas sur sarthe)


– 19 points et mot compte double … 38 points ma chère, tu peux ajouter 38 points pour bibi.
– Euh... c'est quoi ce iachte ?
– T'inquiète Germaine, c'est de l'angliche
– Ah bon ? Pour moi un iachte c'est une grosse vache poilue qui vit dans l'Himalaya, mais qui parle pas anglais!
– J'ai pas posé YACK, j'ai posé YACHT. Si j'avais eu yack je ne me serais pas gêné, ça m'aurait fait 24 points, Madame!
– Et c'est quoi un iachte, Môssieur-je-sais-tout ?
– C'est un bâtiment de plaisance qui navigue à voile ou à moteur
– Pff … Pourquoi pas à vapeur ? T'as déjà vu un bâtiment qui navigue, toi ?
– Non, mais il y en aurait à Monaco, à Cannes ou à Antibes
– J'suis pas idiote, si ça navigue ça peut pas être à Grenoble ni à Limoges
– Tu sais Germaine, je ne vois pas ce qu'un milliardaire russe ou un émir arabe irait faire à Limoges
– Ah parce que Môssieur connaît les habitants des bâtiments qui flottent en plus !
– Euh... j'ai lu ça dans les magazines people comme tout le monde
– Dis donc ! Qu'est-ce que t'as contre Limoges ? C'est pas assez bien pour toi, Limoges ? Tu disais pas ça quand t'es venu m'y chercher y'a trente ans
– Ma chérie, comment pourrais-je oublier ces instants même après trente ans ? Tu étais la plus belle porcelaine limougeaude que j'aie trouvée
– Oui et bien … depuis l'temps tu l'as bien fêlée ma porcelaine et encore aujourd'hui avec ton iachte !
– Bon, d'accord … je retire mon YACHT pour te faire plaisir et je place CHOYA
– Euh … J'veux pas t'embêter mais pour faire Uchoya y manque un U, Môssieur
– Oui mais Môssieur a mis CHOYA du verbe choyer et pas une pauvre île de la Terre de Feu
– Va pour choyer, je te l'accorde mais c'est la dernière fois
– N'empêche que mon YACHT était valable, ma chérie
– Ouais, bon ben on joue pas à la bataille navale non plus !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

23 mars 2019

Phobique des phobies (Vegas sur sarthe)


Bonjour Docteur
Bonjour Madame … ?
Appelez moi Germaine
Qu'est-ce qui vous amène, Germaine ?
Le 666 … enfin, le bus 666.
Ah … je vois qu'au moins vous n'êtes pas hexakosioihexekontahexaphobe
Non docteur, sinon j'aurais pris une autre ligne mais celle-là est directe depuis Bécon-les-Bruyères
A part le bus, qu'est-ce qui vous amène, Germaine ?
Euh ... c'est rapport à mon mari qui est persuadé que je suis xénophobe
Je vois, pensez-vous être plutôt musulmanophobe, islamophobe
germanophobe, américanophobe, sinophobe, nippophobe, hispanophobe, grécophobe ou même italiophobe ?
Euh … aucun de ces phobes, docteur
Alors quelque chose de plus régional ? Peut-être bascophobe ?
Euh … bascophobe comme quelqu'un qui n'aimerait pas l'Etorky ?
En quelque sorte, Germaine
Non, docteur, j'aime tous les fromages

Etes-vous certaine que votre mari a dit xénophobe ? Il a pu dire xérophobe et vous aurez mal compris
Et c'est grave ça, xérophobe ?
Cela touche les gens qui ont peur du dessèchement de la peau
Ce n'est pas mon cas, docteur mais je me tartine quand même généreusement chaque matin
Bien ! Au moins vous n'êtes pas butyrophobe
C'est quoi ça la butyrophobie, docteur ?
C'est la peur du beurre
C'est fou ce que j'apprends de choses aujourd'hui docteur … tant que je vous tiens – si j'ose dire – mon mari a … comment dire ça … horreur des fellations … est-ce qu'il ne serait pas cuniculophobe ?
Non Germaine, il est plutôt pipophobe
Pipophobe ! J'aurais pu y penser. Mais où ai-je la tête ?
Ceci ne me regarde pas, Germaine par contre la cuniculophobie que vous avez évoquée c'est la peur des lapins
Justement il a aussi peur des lapins ; d'ailleurs ça n'est pas un chaud lapin et je le soupçonne d'être aussi frigidophobe
Euh … le frigidophobe a juste peur que le frigo tombe en panne, Germaine
Alors il a aussi cette maladie là, docteur . C'est lui qui aurait du vous consulter mais il a tellement la trouille de traverser la rue … c'est bien pour ça qu'il est chômeur
Alors il est également dromophobe. Dites moi, vous lui connaissez d'autres phobies ?

Pas vraiment … Ah si ! Il a peur des orchidées, mais laissez moi deviner, docteur … il serait pas orchidophobe ?
Hum … laissez moi vérifier … Hum … non, un orchidophobe a peur des testicules
Ah ? Pour ça il faudra que vous lui demandiez quand il viendra vous payer … c'est lui qui tient les cordons de la bourse
C'est cela. Encore autre chose ?
Ah oui. Il a très peur de Facebook, j'imagine qu'il est trombinophobe
Et non ! Le trombinophobe n'a peur que des trombones
Mon mari est trouillard, docteur mais pas à ce point-là
Et quoi d'autre ?
Il a bien un peu peur de sa belle-mère mais je pense que ça n'est pas vraiment une maladie
Ça pourrait être de la gérontophobie, Germaine … et si (excusez-moi) votre mère est poilue il est peut-être simplement pilophobe.
J'ignore si ma mère est poilue mais je sais qu'elle a souvent peur d'être constipée
Vous pourrez dire à Madame votre mère qu'elle souffre d'apopathodiaphulatophobie mais si vous craignez que ce mot barbare ne la bloque encore plus dites lui juste qu'elle prenne du jus de radis noir
Du radis noir, docteur? Je crois que sa xénophobie l'en empêchera
Ah ? Et depuis quand est-elle xénophobe votre mère ?
Ca remonte au débarquement des péniches en 45, docteur
Ah ? Ça c'est de la pénidébarphobie et je n'ai malheureusement pas de remède pour ça

Bon et bien je crois qu'on a fait le tour, docteur même si j'ignore pourquoi mon mari trouve que j'ai la peau qui se dessèche !
Peut-être devrait-il consulter un ophtalmo ?
Je crois surtout qu'il est trop exigeant, docteur … toujours à vouloir le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière !
Dites moi. Il n'a pas peur des sourires niais par hasard ?
Oh je crois bien que si, docteur !
Alors je ne peux pas vous cacher qu'il est Jocondophobe
(Soupir)
Manquait plus que ça … je me doutais qu'il y avait un truc grave chez lui
Rassurez-vous, ça se soigne bien, il suffit que vous lui fassiez la gueule une heure chaque matin
Merci docteur, je crois que je peux faire ça pour lui

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mars 2019

La vie d'Alaric 1er pour les Nuls (Vegas sur sarthe)


Vers 370 c'est à dire juste après que ses semblables se soient carapatés des Carpathes naquit Alaric, dans un endroit où le Danube fait un machin pointu que les grecs appelleront delta, véritable sanctuaire pour les oiseaux de passage et les roms aussi.
Comme il se trouva être le premier à porter le nom d'Alaric (Alarico en mexicain) on décida de l'appeler Alaric Premier de Wisigothie pour ne pas le confondre avec Alaric Deuxième.
Très tôt avec ses troupes gothiques il participe à la grande transhumance des Wisigoths pour échapper à ceux que l'on nomme les Huns malgré leur nombre et qui inspireront la devise Huns pour tous et tous pour Huns.

En 394 il participe sous les ordres de Stilicone – venu de la Stilicone valley – à la campagne contre l'usurpateur Eugène (on dit dès cette époque, là où il y a Eugène, il n'y a pas de plaisir) dans les « parages » de la rivière Frigidus, une rivière de l'Ouest de la Slovénie connue pour ses migrants et ses travailleurs détachés qui viennent piquer le boulot des Huns et des autres.
A l'époque on disait « parages » car on n'avait pas la notion exacte des distances, toujours est-il qu'on se les gèle grave sur la rivière Frigidus où se déroule la Bataille de la rivière froide et c'est pour cette raison qu'Alaric 1er aura la Gaule … contrairement à son adversaire l'eunuque Flavius Eutropius qui eut droit à l'ablation totale.

Le 12 juillet 400 – 2 jours avant le 14 juillet dont ils ignorent l'importance – les Goths assiègent Kônstantinoúpolis (Constantinople en wisigoth) mais se font massacrer ; Alaric1er en profite pour s'allier avec Ostrogoth Radagaise et marche sur l'Italie, y entre du pied droit ce qui porte bonheur et ravage le Nord mais il sera défait à Vérone – dite la petite Vérone – et quittera l'Italie en 403 (l'année, pas la bagnole), la gaule entre les jambes après s'être retiré un an sur le Pô soit en 402 (l'année, pas la bagnole).

En 408 (l'année, pas la bagnole) – je sais, c'est énervant – il refait le siège de Rome et pour mettre fin à la guerre, il réclame et obtient 2500 kilos d'or, 15000 kilos d'argent, 4000 robes de soie, 3000 peaux teintes en pourpre et 1500 kilos de poivre pour son fromage pecorino de brebis.
Peu de temps avant sa mort il pille l'Italie du Sud car il le vaut bien et entre dans Rome; c'est ce qu'on appelle le fameux sac de Rome, inviolée depuis des siècles, sac de chez Del Giudice, 24 via della Stelletta qu'il offrira à son otage la belle Galla Placidia.

« Plus l'herbe est drue, plus elle est facile à faucher » dira t-il à propos de la toison pubienne de Galla, à moins qu'il n'ait fait allusion aux hautes murailles de Rome, ville éternelle tombée aux mains des barbares ; c'est là qu'il mourra de fièvre en 410 après avoir reçu la facture chez Del Giudice.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,