23 juin 2018

Parce qu'on le schtroumpfe bien (Vegas sur sarthe)


Troupch
Non

Choump
Non

Tourch
Non

Proutch
Non

Chtourm
Non

Schmourf
Allez... Laisse tomber

Schtroumpf !
C'est trop tard

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,


16 juin 2018

Le Ragtime pour les Nuls (Vegas sur sarthe)


Fils de Virginie et de X, Ragtime est né aux Etats-Unis.
Dès son plus jeune âge ragtime joue seul, c'est un genre musical joué uniquement par des noires (les touches noires du piano) car après la guerre de Sécession – qui a cessé ça c'est sûr – les touches blanches furent décimées à la bataille d'Appomattox.
Le ragtime s'inspire et s'expire de la marche des Cakes (Cake walk) surnom chelou donné par les Noirs à la danse de salon de leurs maîtres, à ne pas confondre avec le Pudding walk anglais, le Profiteroles walk français et le Wok walk chinois.

Les musiciens de ragtime savent lire les partitions en noir et blanc contrairement aux musiciens de blues qui ne savent lire que le bleu comme les Bleus Brothers.
Le compositeur de ragtime Scott Joplin – Scott comme Scott Janis et Joplin comme Joplin Janis ou l'inverse – était mi-pianiste mi-souris puisque originaire du Middle West.
Il s'est rendu célèbre avec le morceau "Maple Leaf rag" qui n'est rien d'autre qu'un morceau de feuille d'érable qu'il tentera de chasser de son clavier du revers de la main jusqu'à s'évanouir; cette technique prendra donc le nom de syncope pour donner plus tard le funk et le jazz.

Les mauvaise langues diront qu'il cherchait à chasser un morceau de cake ou de pudding ou de profiterole selon la nationalité de la mauvaise langue.

Le ragtime de Scott Joplin est utilisé pour les musiques de film de Charlie Chaplin dont le petit-fils Mark Joplin a la particularité de n'avoir aucun rapport avec Scott Joplin, ce que beaucoup ignorent à juste titre.

On ne peut enseigner le ragtime aux Nuls sans ce petit air au kazou :
Ça c’est le ragtime
Oui c’est le ragtime du kazoo
Dans un tuyau en plastique pas trop mou
A trois ou quatre centimètres du bout
Fais un trou et mets du papier par-dessus le trou
Et chante un coup dans ton kazoo

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juin 2018

J'ai tout lu Helen Rowland (Vegas sur sarthe)

 

"L'amour, la quête. Le mariage, la conquête. La nuit de noces, la quéquette. Le divorce, l'enquête." (Helen Rowland)

 Tout gamin avec Bébert, on feuilletait les magazines de cinéma pour se délecter des nénés de Gina Lollobrigida ou de Sophia Loren, alors forcément on mesurait l'amour à la profondeur des bonnets et à des considérations purements géométriques où pis valait largement trois quatorze.
La seule quête qui m'importait alors c'était celle de la messe de dix heures où j'officiais avec Bébert en tant qu'enfant de choeur et qui nous permettait au passage de pincer les fesses des gamines.
Bien plus tard j'ai fait la connaissance de Germaine; elle avait déjà quarante piges, callipyge derrière et pas jalouse devant, alors sans perdre plus de temps j'ai foncé comme un Don qui chotte, chevalier généreux et idéaliste sauf qu'elle n'était ni Gina ni Sophia, même pas Germaina.
Le pince-fesses fonctionna merveilleusement bien et c'était tant mieux car je n'avais pas d'autre méthode de drague en rayon; c'est ainsi qu'on s'est mis en ménage.
Si vous avez lu la citation d'Helen Rowland vous devez être impatients que je raconte notre nuit de noces alors que je n'ai pas encore évoqué le mariage.

Quand on sait que le mariage est la cause principale de divorce on y réfléchit à deux fois, même si on est deux pour y réfléchir.
Germaine rêvait d'une bagouze sertie de diams et d'une robe de mousseline blanche de chez La Redoute, moi je rêvais d'une belle américaine décapotable – une voiture bien sûr – avec des casseroles à l'arrière et un joli "Just married" pour faire comme les ricains.
On a réussi à s'offrir un pacs entre deux témoins, mon pote avec qui je feuilletais les magazines de cinéma et la copine de Germaine avec qui elle feuilletait Salut les Copains.
On a fini tous les quatre à Montmartre à La Bonne Franquette autour d 'une estouffade de boeuf au Beaujolais et c'était bien.
Ah oui, la nuit de noces, vous y tenez à la quéquette, hein ?
Sauf que les hommes sont faits pour raconter leurs exploits, pas leurs fiascos ni leurs naufrages.
Bien sûr ni pour elle ni pour moi ça n'était la toute première fois – toute toute première fois comme brâme Jeanne Mas – mais quand on s'amuse au jeu des comparaisons en rêvassant à nos quêtes et nos conquêtes passées... on se plante en beauté surtout quand on ne digère pas l'estouffade de boeuf.
On s'était plantés tous les deux et je nous revois encore pantelants au bord du lit; je n'étais pas Mike Brant et Germaine – native de Verdun – était plus lorraine que Sophia, alors vous comprendrez qu'il n'y a rien de plus à avouer.

Nos témoins respectifs s'étaient rapprochés et filaient le parfait amour au point qu'on s'est mis à les jalouser, même si la définition du parfait amour reste vague.
Parait qu'ils s'aimaient plus qu'hier et moins que demain, enfin c'est ce qu'ils s'étaient fait tatouer sur le bras et qu'ils lisaient chaque matin pour ne pas le dire à l'envers...
C'était nos témoins ! Témoins de quoi ? Qui a inventé ce mot pour désigner deux guignols qui n'ont pour but que de vouloir figurer en bonne place sur les photos du mariage et au plus près de la pièce montée ?
Tous les week-ends nos témoins venaient témoigner de leur amour en s'invitant pour l'apéro sans crier gare et nous coller leur bonheur sous le nez entre le picon-bière et les Knacki Herta !
Je trouve que le bonheur des autres ça a des relents doucereux qui gachent l'amertume du picon-bière. dois reconnaître qu'ils nous ont quand même sauvés du divorce en offrant un canard vibrant connecté à Germaine et en m'abonnant à Canal Foot !
Sur ce coup-là, on leur doit une fière chandelle car côté divorce on n'avait aucune expérience et surtout pas un rond pour ça.
Pas de divorce, pas d'enquête, pas de détective privé, pas de flagrant du lit... pourtant ça aurait eu un petit côté ricain qui ne m'aurait pas déplu.
J'aurais peut-être découvert que Germaine n'allait pas à ses réunions Tupperware chaque mercredi; elle aurait peut-être découvert qu'il n'y avait rien à découvrir de mon côté mis à part que je joue tout seul au loto et que je vote MoDem.

Aujourd'hui, après avoir tout lu Helen Rowland – journaliste et humoriste américaine – je réalise que je suis passé à côté de bien des choses.
N'a t-elle pas écrit "Les folies qu'un homme regrette le plus dans sa vie sont celles qu'il n'a pas commises quand il en avait l'occasion" ?
Il est trop tard pour que je parte en quête de ces folies, je vais me contenter de regarder Canal Foot... sans stress, sans surprise, sans déboires, je sais que PSG va encore gagner.

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

02 juin 2018

Phil Acter (Vegas sur sarthe)


"Bougre d'olibrius! Ne la laisse pas filer"
    ̶  Qu'est-ce qui s'passe là, Germaine ?
    ̶  C'est rien Marcel, c'est une bulle
    ̶  Une bulle de quoi ?
    ̶  Une bulle... notre fils fait des bulles
    ̶  Depuis quand y fait des bulles ?
    ̶  C'est tout récent. Il fait partie de la bande des Cinés... Il a même un pseudo : Phil Acter !
    ̶  Phil Acter ? N'importe quoi. Y f'rait mieux d'réviser son bachot
"Je dirais même plus : c'est une aventure... heu... bizarre"
    ̶  Le bac ? Une aventure bizarre ?
    ̶  Mais non, Marcel. C'est encore une bulle de notre fils
    ̶  J'y comprends rien. Il en a encore beaucoup comme ça des bulles ?
"Czesztot on klebcz!"
    ̶  Combien ?
    ̶  Non, c'est encore une de ses bulles, ça doit être du serbe ou du croate
    ̶  J'lui en foutrais du serbe au croate, moi. Y f'rait mieux d'apprendre son anglais
"Pouah!"
    ̶  Pouah! Môssieur fait l'dégoûté par dessus l'marché ?
    ̶  Marcel... ça c'est ses onomatopées, il en a tout un tas dans sa chambre, des Blam, des Plaf, des Crouiic, des Beeek!
    ̶  Et ça sert à quoi des Beeek ?
    ̶  Ça sert à faire des bruits, comme un Cui-cui ou un Hi-Han
    ̶  Les Hi-Han ça lui va bien à cet âne bâté !
"Ah! je ris de me voir si be-e-elle en ce miroir!..."
    ̶  Ne m'dis pas qu'c'est encore une de ses bulles !
    ̶  Marcel, c'est pas une bulle, je suis en train de rire de me voir si belle en ce miroir
    ̶  Si tu pouvais éviter de t'admirer pendant que j'te parle sérieusement de l'avenir de not' âne bâté de fils !
"Et pendant ce temps-là, à des kilomètres de là..."
    ̶  C'est ça! Détourne la conversation à des kilomètres !
    ̶  Je ne détourne rien, c'est encore une de ses bulles
"SHEBAM ! POW ! BLOP ! WIZZZZZ !"
    ̶  Germaine! Tu peux demander à TON fils d'arrêter ses conneries ?
    ̶  Excuse-moi mais si on ne peut plus chantonner dans cette maison...
"Brian is in the kitchen"
    ̶  Ah! Enfin une bulle intelligente
    ̶  Non Marcel... là il est vraiment en train de réviser son anglais
    ̶  Et ben, s'il en est encore à Brian... pour le bac... c'est pas gagné... il a pris de bonnes options au moins ?
    ̶  Oui il a pris Arts Appliqués
    ̶  Arts Appliqués ? Encore un truc pour coincer la bulle !
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

26 mai 2018

L'Origami pour les Nuls (Vegas sur sarthe)

 

O rientez une feuille A5 de manière à ce que la droite passant par l'angle supérieur droit et l'angle inférieur gauche soit orienté sur un axe Paris-Shanghai.
Attention: si votre feuille A5 n'a pas d'angles, changez de feuille.
Conseil: La couleur de la feuille s'accordera au motif à réaliser (vert pour une souris, rose pour un éléphant, écossais pour un monstre du Loch Ness, et-cetera pour un et-cetera, etc...)

R epliez bord à bord les bords opposés soit environ 4 bords pour une feuille A5.
Remarque: si votre feuille A5 n'a pas de bords, essayez avec une feuille A4

I nversez les bords: un bord du centre devient bord d'aile et vice-versa.
Remarque: si votre feuille A5 n'a pas de vice-versa, retournez là recto-verso ou verso-recto

G rattouillez chaque pli afin d'éliminer les faux-plis. Si vous Frattouillez au lieu de Grattouiller, vous êtes en train de faire un oriFami et non pas un oriGami; dans ce cas, arrêtez tout de suite

A ppliquez 4 plis pétale aplatis suivis de 4 plis pétale pas aplatis puis 2 plis en double oreille de lapin sur la base de la grenouille. Vous y êtes ? Pas moi.

M arquez chaque pli avec votre ongle droit ou gauche selon votre latéralisation ou tout autre ongle (conjoint, descendant, ascendant, oncle ou tiers)
Remarque: Si vous utilisez l'ongle d'un tiers, répéter trois fois l'opération

I nscrire un chiffre de 1 à 8 sur chaque triangle ainsi formé: Bravo ! Vous venez de réaliser une salière ou coin-coin ou pouce-pouce ou pouet-pouet ou "Combien t'en veux?" c'est à dire une cocotte en papier.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,


19 mai 2018

Par ici la monnaie (Vegas sur sarthe)


J'avais hérité de mon grand oncle Hubert d'une belle pièce montée sur la bague de fiançailles de ma grand tante Anastazia représentant la décapitation du grand vizir Kara Mustapha en 1683 sous les murs de Vienne par le sultan Ibrahim 1er; il était grand temps de la monnayer et d'en tirer de quoi offrir à Germaine cette suspension baroque à pampilles dont elle rêvait depuis des lustres.

J'avise donc le guichet d'une officine où quelqu'un avait pris soin d'inscrire les horaires de fermeture ce qui me permet d'en déduire les horaires d'ouverture... à moins qu'on ne nous cache un troisième horaire.
Le guichet est sensé ouvrir à quatorze heures et comme il est quatorze heures et des poussières vu que le ménage laisse à désirer, je me permets de frapper au susdit guichet.

Dans la poussière un vieux rond-de-cuir déboule du fond de la pièce par une porte dérobée.
On reconnait les portes dérobées aux espèces de vieux gonds qui la tiennent et les vieux rond-de-cuir à leur blues rapiécé.
Celui-ci a l'air d'avoir un sacré blues et me lance avec un fort accent turc un "On n'est pas aux pièces!" que je rattrape au vol.
Histoire de lui rendre la monnaie de sa pièce, je lui rétorque que s'il n'est pas aux pièces je me demande bien qui d'autre peut l'être ici.
C'est qu'il a son franc parler le préposé, il est à l'emporte-pièce le bachi-bouzouk !

Je lui soumets mon bijou de famille, pièce à l'appui car mon grand oncle Hubert ne faisait pas les choses à moitié tout comme sa moitié... ma grand tante.
On n'avait jamais trop aimé les pièces rapportées dans ma famille mais cette grand tante avait du bien et du coup toute la famille trouvait ça très bien.  

Le vieux rond-de-cuir s'empare de mes pièces, s'endort dessus un bon moment avant d'émettre un grognement de désapprobation.
Il a consulté ses archives dorées sur tranche, disséqué ma pièce rapportée et mon bijou de famille... je n'aime pas me faire tripoter !
"Ce faux-document a été créé de toute pièce" bougonne t-il en me rendant le certificat d'authenticité.
"Quoi ma pièce ? Qu'est-ce qu'elle a ma pièce ?" fulmine-je.
(Oui, je sais, ça n'est pas facile de dire fulmine-je)
"Je constate que Kara Mustapha n'a pas été décapité en 1683 par Ibrahim 1er comme vous le prétendez" insinue le vieux débris "mais étranglé par le fils d' Ibrahim 1er, le sultan Mehmed IV qui lui succéda à l'âge de 6 ans" et il referme son foutoir et son guichet sans se soucier des horaires de fermeture.
J'ai envie d'en étrangler un qui n'est pas grand vizir mais le guichet est imprenable, taillé d'une pièce dans du bois d'arbre, du tremble ou du frêne mais surement pas du charme...
Je trouve le lieu approprié pour le mettre en pièces, si seulement je pouvais passer la barrière du comptoir.
Le vieux en profite pour se dérober par la porte du même nom en faisant geindre les espèces de vieux gonds.
Pour la seconde fois je fulmine :"Qu'est-ce que ça peut bien foutre que ce Mustapha se soit fait dessouder par Ibrahim ou par Mehmed ? Je vous demande la valeur de cette pièce montée... c'est pas sorcier !"
La porte se dérobe brutalement sous le coup d'épaule d'un sorcier patibulaire qui vient droit sur moi.
Les espèces de vieux gonds sont restés coi et je décide de les imiter.
Le costaud s'empare de mon bijou et y croque un grand coup:  si sa mâchoire est d'acier, le silence est d'or mais pas ma pièce démontée !
"C'est du toc" aboie t-il d'une voix de mutant en me balançant ce qui reste de mon bijou de famille: Mustapha a morflé, décapité pour de bon.
Ma grand tante Anastazia nous aurait tous entôlés ?
Je sors de l'officine en me retournant une dernière fois.
Sur l'enseigne je peux lire "Par ici la monnaie" et en dessous "Ibrahim & Fils depuis 1650"
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

12 mai 2018

Vers de mirliton (Vegas sur sarthe)

 

D'un tube de carton feras ton mirliton
pour en boucher le bout des pelures d'oignon
une fente au mitan, les lèvres tremblotant
Trou la la Trou la la, la flûte que voilà

Beugle dans ton pipeau, souffle dans ta trompette
ne t'étouffe pas trop, ne crache ni ne pète
il est des vents sournois issus du flageolet
qui pétaradent plus qu'un simple pistolet

Oublie le baryton, les dièses et demi-tons
nasille tout ton soûl, c'est juste un mirliton
joue leur Casse-noisette, le flûtiau enchanté
avant qu'une souillon ne vienne s'y planter

Fais du gazou gazou et aussi du Tut-tut
Invite les catins, les fées de la turlute
quand s'époumonera ton vibrant chalumeau
sonnera l'hallali piano... pianissimo

 

 

Les vers de mirliton (rien à voir avec les lombrics) sont des vers faciles, peu recherchés, dans lesquels le lecteur décèle immédiatement nombre de mots qui ne sont là que pour la rime, ou pour obtenir le bon compte de syllabes. Qui plus est, le texte en question n'a souvent aucune ambition poétique.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mai 2018

Idée reçue (Vegas sur sarthe)


"Si on te coupe en deux les deux moitiés repoussent"
lui avait assuré un fieffé asticot.
Le lombric alléché fonça au massicot
innocent et tout droit sorti de sa cambrousse

Le perfide asticot s'en tortille de rire
appelle ses copains qui peuplaient le lisier
certains s'en apitoient, on veut l'anesthésier
mais le lombric est preux, à quoi bon discourir ?

Il tâte le tranchant, le voici convaincu
offre son intestin à la lame affûtée
qu'actionne un gros ténia du genre azimuté

Le lombric tronçonné pousse un cri de bâtard
regarde derrière lui et comprent un peu tard
qu'il a tout comme nous une tête et un cul

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

07 avril 2018

Historique d'une consultation ordinaire (Vegas sur sarthe)


"Bonjour Monsieur Vegas. Qu'est-ce qui vous amène cette fois-ci à part le bus 36 ?"
"Euh... je suis venu à pied, docteur... à cause de ces fichues grèves des transports"
"J'ai compris... grève des transports... amoureux. Problème de couple"
"Non docteur, c'est rapport à Germaine..."
"Des rapports consentis ?"
"Vous n'y êtes pas docteur, je crois que Germaine est hystérique"
"Ah ! Dites-moi ce qui vous amène à penser qu'elle est hystérique"

"Tout d'abord elle angoisse, Germaine voit sa mère partout... et forcément, moi je cherche ! Rendez-vous compte ! Je cherche sa mère..."
"Et vous la trouvez ?"
"Euh... non, fort heureusement mais elle angoisse encore plus si je ne la trouve pas"
"Et à part le fait que votre belle-mère ne soit pas là, quoi d'autre ?"
"Elle est au bord de la crise de nerf, docteur"
"Quel bord au juste ?"
"Elle est au bord de la crise de nerf et elle se cramponne à moi pour ne pas tomber dedans"
"C'est bien normal, elle a peur de tomber dans une dépression. Autre chose ?"

"Germaine a des convulsions, des spasmes, des tremblements, des crampes, des frissons, des..."
"N'en jetez plus, Monsieur Vegas. Je vais être direct avec vous : c'est de l'hystérie"
"Euh... c'est moi qui vous l'ai dit, docteur"
"Je vous demande pardon. Vous m'avez dit que vous croyez que votre femme est hystérique"
"Et c'est quoi la différence ?"
"C'est qu'en tant que praticien, je vous l'annonce officiellement, votre femme présente des troubles somatoformes et ça c'est payant"

"J'ai oublié de vous dire gratuitement quelque chose : il arrive à Germaine de cesser de jacasser pendant plusieurs heures"
"Et vous y voyez un inconvénient ?"
"C'est que je n'ai pas l'habitude et que ça fait beaucoup de bruit quand elle retrouve la parole pour appeler sa mère"
"Vous devriez profiter de ces moments de calme, Monsieur Vegas"
"Justement non, c'est quand il s'agit de passer l'aspirateur ou de sortir la poubelle qu'elle est comme paralysée !"

"Bon. Je vais vous donner l'adresse d'un psychothérapeute"
"D'accord mais il faudrait qu'il ne soit pas trop beau gosse"
"Pour quelle raison ?"
"Parce qu'elle a un énorme besoin de séduire"
"C'est plutôt flatteur, non ?"
"Euh... c'est les autres qu'elle séduit. Moi, ça fait belle lurette qu'elle ne fait plus rien pour me séduire"
"Peut-être s'est-elle lassée de ne pas y parvenir et qu'elle se tourne vers les autres ?"
"Euh... qu'elle se tourne oui, mais faut pas passer les bornes quand même"
"Et selon vous quelles sont les bornes à ne pas franchir ? Vous avez un souci avec les bornes ?"

"Euh... je ne suis pas là pour moi, docteur. Je suis là parce que Germaine est hystérique"
"Historique, Monsieur Vegas. Je dirais plutôt historique"
"Comment ça ?"
"Germaine est un moment important dans votre histoire et dans votre vie... donc elle est historique"
"Et c'est grave ça... historique ?"
"Je ne sais pas Monsieur Vegas. Je suis médecin, pas historien"
"Bon. Donc c'est gratuit ?"
"Je n'ai pas dit ça, Monsieur Vegas"
"Alors si c'est payant, on peut peut-être envisager une hospitalisation, par sécurité... disons une quinzaine de jours... non ?"

"Je n'osais pas vous le proposer. Vous seriez disposé pour un internement de courte durée ?"
"Qui ça, moi ?"
"Oui, je parle de vous, Monsieur Vegas !"

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

31 mars 2018

La guimbarde pour les Nuls (Vegas sur sarthe)


La guimbarde est un engin bruyant qui utilise une lamelle accélératrice actionnée avec le pied – et au mieux au doigt et à l'oeil – et encouragée avec la bouche pour donner une sorte de ronronnement de satisfaction.
La guimbarde fait partie des idiophones c'est à dire des engins de percussion; c'est pourquoi on l'équipe de pare-chocs contre les utilisateurs plus idiophones que les autres.
Les plus anciennes guimbardes ont été trouvées près de la mer Caspienne ou "Mère casse-pieds" en référence à son bruit horripilant.

La guimbarde occidentale est faite d'acier ou d'aluminium; les chassis en métal embouti évitent à l'idiophone d'avoir à le faire lui-même.
Une fois mise en branle la guimbarde peut vibrer à des fréquences jusqu'à quelques centaines de Hertz excepté la guimbarde diesel qui vibre plus grave.
L'étude acoustique du son de la guimbarde est complexe car il est accompagné de bruits parasites émis par l'idiophone tels que: "Va donc Hé connasse" ou encore "T'as eu ton diplôme dans une pochette surprise".
On peut aussi s'en servir en serrant les dents ce qui donne une intéressante diversité de sons; la cavité de résonance est dite "grande gueule" ou "pauvre con" ou plus simplement "espèce d'idiophone".
On remarquera le chantant "Figlio di puta" des propriétaires de guimbardes Ferrari et le plus guttural "Schwantzkopf "(tête de noeud) des amateurs de guimbardes Audi.
Au Québec on l'appelle bombarde puisqu'au Québec on n'est pas fichu d'appeler les choses par leur vrai nom; la bombarde a son propre chant dit "Suce ma graine" et intraduisible en français.
Il serait fastidieux d'énumérer tous les autres noms utilisés dans le monde; citons pour l'exemple le Scacciapensieri italien évoqué plus haut, la Trump anglaise quoi qu'on en pense, le Kōkin japonais plus coquin qu'on ne le pense.
Selon les pays la guimbarde se pratique à droite ou à gauche mais jamais au milieu; dans tous les cas on délivre un permis de guimbarder muni de points.
Privée de ses points, la guimbarde est muette... on n'entend plus alors que le célèbre cri du guimbardier "Mort aux vaches!"

Utilisée dans l'art musical populaire et folklorique sur route, la guimbarde est un signe extérieur de richesse; des concertos de guimbarde sont organisés traditionnellement aux périodes de transhumance estivale.
Elle permet aussi bien aux jeunes branleurs de chauffer de la cougar qu'aux vieux beaux de draguer la minette.

On ne peut clore le sujet sans évoquer la e-guimbarde, résultat d'une recherche prometteuse, un engin du futur non polluant puisque anti-bave.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,