17 avril 2021

C'est un signe (Vegas sur sarthe)

 

Au feu rouge infini, ennuyeux, je klaxonne
aux petits vieux courbés, piétinant, je klaxonne
à la pouffe échassée Louboutin, je klaxonne
à l'accro au smartphone, aimanté, je klaxonne

Aux accents italiens d'un trois tons, je m'étonne
le bolide a freiné, rutilant, je bouillonne
la pouffe y est montée, déchaussée, la couillonne
je repars dégoûté, écoeuré je klax …

J'en étais là de l'écriture de mon défi hebdomadaire quand j'entendis corner dans la rue.
Je dis corner car mon grand-père disait corner puisque son père disait corner à l'époque où on portait des cornes.
A mesure que je descends l'escalier, le bruit de la corne s'intensifie et je l'évalue à une centaine de décibels, entre la tondeuse à gazon et le marteau-piqueur mais moins bruyant que les crises de Germaine qui peuvent atteindre ce que les acousticiens nomment – sans connaître Germaine – le seuil de la douleur.
Ça ne peut pas être Germaine qui pour l'heure ronfle dans la chambre à un niveau que les acousticiens nomment – sans connaître Germaine – le bruit d'une chambre à coucher.
J'ouvre la porte sur la rue, convaincu d'y trouver le fourgon du facteur ou quelque livreur excité de chez Amazon et devinez qui je trouve, piétinant sur le paillasson ?
Comment pourriez-vous deviner ?
Comment sauriez-vous qu'avant hier je me suis fait refourguer un cygne sauvage chez Animalus ?
Pour cause de grippe aviaire je suis reparti avec cette bestiole alors que je venais y chercher des poules naines.
Croyez-moi sur parole, un cygne sauvage ça klaxonne, ça trompette, parfaitement !
Demandez à mes voisins si vous ne me croyez pas.
Par contre j'ignore ce que ça bouffe, à part le rosier grimpant de Germaine et ses roses trémières …
En attendant Donald s'impatiente – on l'a appelé Donald – et quand un cygne klaxonne comme ça, c'est un signe … il veut bouffer.
Je voulais lui refiler notre vieux pain rassis mais Germaine exige qu'on lui donne cinq fruits et légumes par jour.
Ça n'a pas fini de corner entre nous deux, j'ai déjà les oreilles qui sifflent !
Où en étais-je ? Ah oui : je repars dégoûté, écoeuré je klaxonne.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,


10 avril 2021

La danse du serpent (Vegas sur sarthe)


Quand Germaine m'annonça qu'elle venait de s'acheter un Jodhpur, j'ai halluciné.
J'ai d'abord pensé à un nouveau canapé Ikéa mais on venait d'investir dans un Brâthult le mois dernier pour remplacer notre vieux Grönlid.
Alors j'ai imaginé un SUV qui serait subitement sorti chez Toyota mais Germaine n'a pas le permis de conduire !
« Tu vas passer ton permis ? » lui ai-je demandé sur un ton à la fois soupçonneux et horrifié.
« Mon permis de quoi ? » a t-elle très justement répondu.
« Un permis de conduire un Jodhpur » ai-je rétorqué tout aussi justement.
Germaine m'a lancé ce regard incrédule dont elle a le secret : »Un jodhpur, ça se conduit pas Môssieur, ça se porte ! »
J'en conclus qu'elle avait acheté une bagnole pour la porter … j'allais demander des détails quand elle a brandi fièrement son achat qui ressemblait de loin à une culotte de cheval.
J'étais abasourdi : »Tu vas passer un permis pour monter à cheval ? »
« Quel cheval ? » m'a t-elle demandé.
J'essaie de me la représenter en amazone, moulée dans ce truc à consonance suédoise quand elle me dit « T'as jamais vu de jodhpur de ta vie ? »

Je connais bien des choses vu mon grand âge mais j'avoue être dépassé aujourd'hui par tant d'inventions aux noms plus étranges les uns que les autres et qui disparaissent aussi vite qu'elles ont été créées.
« La culotte de cheval, c'est pas nouveau » lui dis-je, sûr de moi « mon oncle Hubert qui a fait sa carrière militaire dans les spahis en portait déjà dans les années 50 »
« C'était sûrement pas du Balenciaga » conclut Germaine avec une moue dédaigneuse.
Une odeur de carte bleue cramée me monte au nez ...
Pour moi – Balenciaga ou pas – une culotte de cheval c'est juste un pantalon large aux cuisses pour ne pas dire bouffant qui épouse cette excroissance graisseuse qu'on appelle cellulite et plus hypocritement culotte de cheval, non ?

Je ne m'aventurerai pas avec Germaine sur cette pente glissante par peur de représailles. Je me contenterai de lui dire que ça devrait bien lui seoir (seyant au participe présent) comme à toutes les femmes « pulpeuses » et qu'il ne lui manque plus que les éperons et la cravache ...
Quant au bourrin, je connais assez Germaine pour savoir qu'elle m'en attribuera le rôle et qu'il ne me restera plus qu'à hennir ou à braire comme un âne pour clore cette discussion.

Enfermée dans son dressing, j'entends Germaine fulminer et gesticuler en enfilant ce jodhpur.
Non, je ne lui suggérerai pas la danse du serpent – la Kalbeliya – pour aider à la manœuvre, je m'affalerai dans notre Brâthult en espérant des jours meilleurs … dans quel monde vit-on ?


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,

03 avril 2021

La poupée (Vegas sur sarthe)

 

Elle était mon e-doll, ma poupée virtuelle
sur les réseaux sociaux, moi je ne voyais qu'elle
je copiais ses postures et sniffais tous ses mots
les murs de ma chambrette en faisaient la promo

Et puis ce fut le drame, l'horrible tragédie
comment a t-elle chopé ma carte de crédit ?
En tombant tout à coup de son grand piédestal
elle a brisé ma vie et ma carte Vitale

J'ai fini à l'hosto au rayon Grabataires
le nez dans le ruisseau c'est la faute à ???
depuis je suis accro à l'halopéridol
c'est pas ma faute à moi, c'est celle à mon e-doll

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mars 2021

Marginal (Vegas sur sarthe)

 

« Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles », Chaval sentait sous ses doigts quelque chose de dur, de compact et léger à la fois … il prit la chose, se releva en armontant son patalon, repoussa Catherine qui s'accrochait à lui et s'enfuit sans un mot en direction de Montsou.
A l'estaminet de Rasseneur, il saurait trouver Souvarine, le russkov qui savait tout. Un anarchiste ça sait tout.

« Quoque ch’est cha, biloute ? » lui demanda Chaval tout excité en exhibant fièrement son caillou.
Au fond du troquet le cordéoneux qui jouait du Pierre Bachelet s'interrompit et c'était une bonne chose.
« Quoque ch’est qu’te berdoules avec ta gaillette ? » s'enquit Rasseneur accoudé au zinc.
Souvarine palpait et soupesait la pierre d'un noir mat
aux reflets bleu ardoise ; il la rendit à Chaval en marmonnant : »Reprends ta gnognotte mon gars, ça vaut que t'chi »
Chaval insista, vociférant : 
« Sûr que si on creuse, y'en a des tonnes là dessous, un foutu pactole ! ».
Rasseneur ricanait : «Y'a rien là-dessous, gamin. Si y'avait ça se saurait »
« Si té cros que j'te cros » aboya Chaval en serrant sa houille comme une sainte relique « j'm'en vas creuser dès demain matin ».

A cet instant la huche s'ouvrit brutalement sur la Maheude et ses mioches cramponnés à sa blouse.
«Il a encore sauté ! » cria t-elle à l'assemblée.
« Qui ça ? Le Bonnemort ?» lança Rasseneur « y'a longtemps qu'son chifflet peut pus rin faire »
« Ferme tin clapet» répondit la Maheude «ch'est Linky qu'a sauté. Cha saute tout l'temps ».
Depuis que l'arrière-petit-fils Hennebeau avait fait équiper le coron des Deux Cent Quarante en compteurs communicants, tout partait en sucette.
On ne causait plus que de ça dans le coron et aussi de tous ces moulins à vent qu'il avait alignés sur la grande route de Marchiennes jusqu'à Montsou.

« Ces éoliennes ch'est du bren » avait conclu Souvarine «mais l'a bin fait son burre le Hennebeau ».
« J'rigolerai ben l'jour où y'aura plus d'vent » osa le petit Jeanlin dans les jupes de sa mère.
L'assemblée s'esclaffa tandis que Chaval sortait précipitamment avec son caillou. Catherine l'attendait dehors : «  Quoque ch’est qu'ce truc que t'es parti sans finir ton affaire ? »
Chaval eut un rictus mauvais et – brandissant la chose – il dit simplement : »J'appellerai cha du charbon de terre ».
Inaudible, Catherine murmura : « Cha march'ra jamais ».
Chaval ajouta « Ch'est pas ton Lantier qu'aurait trouvé cha... lui qu'a jarté à Flamenville faire le soudeur à l'aut' bout d'la France ! »

Dans l'estaminet le cordéoneux avait enchaîné sur l'air d'Emmanuelle … Pendu au mur depuis trop longtemps, le portrait de Zola émit un soupir avant de se décrocher.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mars 2021

Raser le bouc (Vegas sur sarthe)

 

Bonjour vous êtes bien au siège de l'entreprise Viollet Leduc, veuillez ne pas quitter...”
Ah ça! Non, je n'ai pas l'intention de quitter”

(Petite Chopinette d'attente en forme de concerto pour piano n°1 en mi mineur accompagnée d'un charmant message Chez Viollet, tout au maillet. Chez Leduc, jamais de stuc”

Bonjour... Viollet Leduc arrière-arrière-arrière-petit-fils mais appelez-moi Pierre comme la pierre... Que puis-je pour vous?”
Je suis madame Furiousse et je ne suis pas contente du tout”
Voyons ça... Furiousse ... Oui, madame Furiousse... nous venons juste de terminer votre chantier de reprise en étanchéité d'un toit-terrasse d'immeuble situé au 30 Avenue de l'Opéra avec ...”
Epargnez-moi la suite monsieur Leduc , je sais précisément où j'habite et je suis précisément furieuse”
J'ai bien noté madame, mais en quoi puis-je vous être utile?”
Comment ça, utile? Qu'est-ce que vous avez fichu aux angles du toit et jusque sur la façade?”
Je crains fort de ne pas vous suivre, madame Furiousse”
Je parle de ces affreuses choses, de ces excroissances immondes, monstrueuses! Qu'est-ce que c'est que ça?”
Visiblement, vous faites allusion à nos gargouilles, madame”
Des gargouilles? Qui vous a demandé d'équiper des gargouilles?”
Nous n'équipons pas madame, nous taillons des gargouilles depuis 1830 comme le faisait notre ancêtre Eugène et personne ne s'en est jamais plaint”
Mais moi - aujourd'hui au vingt et unième siècle - je m'en plains! Je me plains de voir ce bestiaire grimaçant et grotesque au dessus de ma tête, qui dénature l'immeuble et fait jaser tout l'arrondissement !”

Madame eut sans doute préféré des sculptures épannelées, à peine dégrossies comme on en voit de nos jours où seule compte la rentabilité et le tape à l'oeil.
La maison Viollet-Leduc ne travaille que dans le faste, madame … dans le faste and Furiousse si je puis me permettre ce trait d'esprit”

Un trait d'esprit? Où ça?”
Pardon … Madame semble ignorer que nous sommes tailleurs d'images de père en fils? J'entends déjà mon aïeul qui rigole si je puis me permettre ce trait d'esprit”
Un trait d'esprit? Où ça?”
Qui rigole madame... une rigole... Bref, pardonnez-moi cette saillie qui eut tant fait glousser mes pairs”
A propos de saillie, vous allez me faire le plaisir de raser toute cette ménagerie avant que je débarque chez vous pour faire un scandale”
Etes-vous sérieuse madame Furiousse? Raser les boucs, les dragons, les griffons, ces serpents qui sifflent sur vos têtes, ces oeuvres d'art qui dégorgeront et glouglouteront à la première ondée, épargnant murs et croisées?”
Parfaitement! Virez-moi ces glougloutonneries, ces grenouilles, ces citrouilles, ces choses sans nom dont je n'ai que faire et qui doivent coûter une fortune!”

En effet madame puisque toutes nos pierres calcaires viennent du bassin de la Seine”
Viendraient-elles de Mongolie que vous allez me virer ce bazar dès aujourd'hui”
Casser du pur liais-cliquard de Vaugirard ? Pas même en rêve, madame Furiousse. Songez que mon grand oncle Arsène se suicida après qu'on lui fit raser une gargouille en simple grès des Vosges au prétexte qu'elle ressemblait trop à Léon Blum”
Monsieur Viollet-Leduc, vous vous suiciderez ensuite si ça vous chante mais je vous attends dans l'heure pour raser tout ça”

Chère madame, puis-je vous faire part d'une bonne nouvelle qui vous ravira? Ce moi-ci, notre offre promotionnelle concerne justement la pierre liais-cliquard. Elle vous permet de bénéficier d'une remise substantielle de ... laissez moi calculer ...”

(Petite Chopinette d'attente en forme de fin du concerto pour piano n°1 en mi mineur agrémentée d'un charmant message Chez Viollet, tout au maillet. Chez Leduc, jamais de stuc”

Allo Leduc?”

(Petite Chopinette d'attente en forme de début de concerto pour piano n°2 en fa mineur suivie du message ... jamais de stuc... Chez Viollet, tout au maillet. Chez Leduc, pas d'aqueduc caduc chez l'archiduc...”

Madame Furiousse s'adressant à Monsieur Furiousse : ”Edouard ! Passez-moi cette masse que diable ”

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,


13 mars 2021

Attention, c'est du Laclos (Vegas sur sarthe)


La définition exacte c'est « Qui ne vaut pas tripette » en huit lettres.
Instinctivement j'ai pensé à Germaine.
Elle rentre pile poil dans les cases … pour une fois qu'elle rentre dans quelque chose sans forcer à part dans la porte du garage.
Sauf que ça commence par un F et que ça ne peut être que moi qui l'ai mis là, ce F.
Si je change le F pour un G, ça bouzille le peu de mots que j'ai déjà eu du mal à placer et j'ai horreur de ne pas terminer les mots croisés ; ça me fout en rogne pour la journée et c'est Germaine qui déguste!
Faut dire que j'avais mis la barre très haut en m'attaquant aux mots croisés de Laclos sous l'oeil moqueur de Germaine.
« A quoi ça servirait que Laclos se soit décarcassé ? » disait-elle en parodiant une vieille pub des années 70.

Alors j'ai écarté Germaine au propre comme au figuré pour repartir sur des bases saines et j'ai trouvé Fusibles. S'il y a quelque chose qui ne sert à rien c'est bien le fusible.
« Ça fait que sauter » dit Germaine sans rien parodier, pas même une pub de Youporn.
Combien de fois ai-je dû farfouiller dans le coffret à fusibles de la bagnole après que Germaine ait essayé de brancher son fer à friser sur l'allume-cigare !

« Qui ne vaut pas tripette » … ça ne peut pas être Fusibles au pluriel sinon Laclos aurait écrit « Qui ne valent pas tripette ».
« Y'en a là dedans » dit parfois Germaine en me collant une pichenette derrière les oreilles ; c'est sa manière à elle de m'encenser.
Elle dit que je joue petit bras, que je babiole, que je broutille, ce sont ses mots pour dire que je vaux mieux et que je le vaux bien en parodiant une vieille pub cosmétique des années 70.
Elle en a une autre qui dit « On se lève pour Jeannette » mais je ne l'ai jamais comprise car notre femme de ménage ne s'appelle pas Jeannette et y'a pas de Jeannette dans notre entourage, y'a personne dans notre entourage.

Il y aurait bien le mot Bagatelle vu que sur ce terrain avec Germaine ça vaut pas grand chose mais ça commence par B comme Brimborion et en plus ça déborde des cases.
J'aimerais tant que ça déborde avec Germaine – pas seulement la casserole de soupe – j'aimerais qu'implose le couvercle, que s'échappe la vapeur pour nous emporter dans des volutes aphrodisiaques et … où en étais-je ?
J'ai trouvé Futilité en pensant toujours à Germaine, à ses Feux de l'amour, à son Euro Million, à son Pékin Express, à son Modes&Travaux, à son marché du dimanche matin, à ses raviolis du lundi, enfin à tous ces petits riens mis bout à bout qui ne font pas grand chose.

J'hésite encore car il y a le mot Fixation qui conviendrait bien et Fixation ça rentre dans les cases comme une cheville de 12 dans un carreau de plâtre, comme cette cheville trop longue qui traverse le mur quand Germaine se déchaîne avec le marteau en criant «Tu vas rentrer, salope ? »
Je hais tous ces mots crus qu'elle réserve à une pauvre cheville de 12 ...
Ça finit toujours par rentrer ; après tout c'est que du plâtre, du papier à cigarette dit Germaine quand les voisins se chauffent un peu trop et qu'on doit supporter leurs ébats.
J'aimerais tant que ça déborde avec Germaine.

Allez ! J'opte pour Fixation d'autant plus que ça finit par N comme le mot Fin et ça m'arrange.


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

06 mars 2021

La concierge est dans l'escalier (Vegas sur sarthe)


Chaque lundi matin c'est le jour d'encaustique
de la loge au dernier la concierge à genoux
se plie à l'exercice pour le moins coquinou
d'une posture osée sinon acrobatique
 
Escaliers et paliers auront droit au cirage
et gare aux casse-pieds qui l'enjambent en pestant
aux vauriens facétieux, aux voyeurs insistants
Carmen échevelée les attend au virage

Il faut la voir cambrée, offerte, à quatre pattes
d'un poignet vigoureux astiquant le vieux chêne
que les talons pointus d'insolentes gretchens
ont violé durement au bras de névropathes

Avant que ne la prenne une traître sciatique
elle rêve de lui, de ce beau Monsieur Serge
pour qui - chaque lundi que Dieu fait - elle gamberge
en frottant de plus belle, frénétique, pathétique

Chaque lundi matin au 3 rue Saint Martin
de sa loge au dernier, qui c'est-y qui astique ?
C'est Carmen à genoux, posture monastique
sa croupe généreuse et son oeil libertin

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

27 février 2021

Le didgeridoo pour les Nuls (Vegas sur sarthe)

 

Selon un célèbre DJ féru d'instruments de musique – le DJ Ridoux – l'instrument du même nom fait partie des instruments « avant » comme le larynx, contrairement aux instruments « après » comme le piano aqueux.

Le didgeridoo a été inventé par les aborigènes d'Australie – grands fumeurs d'eucalyptus – et popularisé dans la culture rock australienne par le groupe Assez d'Essais raccourci en AC/DC.
Son usage remonterait à l'âge de Pierre bien qu'on ignore l'âge de Pierre.
L'instrument a été baptisé ainsi par des colons blancs qui avaient déjà nommé la trompette Tutut, la guitare Glingling et la batterie Boumboum ...

Le didgeridoo – le didge pour les non-Nuls – naît d'un jeune eucalyptus rongé de l'intérieur par les termites.
Il est d'origine australienne car c'est le seul endroit de la planète ou les termites peuvent bouffer de l'eucalyptus vivant.
Une fois bouffé, on le coupe puis on barbouille son embouchure de cire d'abeille sauvage. (Préférer Murray's Beeswax chez Amazon)

Le joueur de didgeridoo fait vibrer ses lèvres par une technique de respiration continue qui cesse au moment de l'asphyxie.
On utilise alors une autre technique de respiration dite artificielle pour ranimer le joueur.
Dans ces conditions on peut douter de son soi-disant effet pour le traitement de l'apnée du sommeil !

Le son de base s'appelle le bourdon en référence à la cire d'abeille. La fréquence du bourdon est de 65 Hertz, suffisamment éloignée du 42 Hertz pour qu'on ne la confonde pas avec le ronronnement de la bourreuse dont j'ai parlé il y a deux semaines.
Au bourdon se superposent des vocalises comme des cris d'animaux, des injures aux belle-mères ou encore des tubes de Mike Brant selon le style de musique.

Plus l'instrument est long, plus les notes sont graves ; dans ce cas on l'utilise pour les cérémonies de funérailles.
On préférera les sons aigus pour accompagner les rituels de circoncision … mais rien n'oblige à le faire non plus.

Les airs les plus connus joués au didge s'appellent tout naturellement des tubes.

Par sa gravure « Made in China » sur le corps de l'instrument le faux didgeridoo se distingue de l'authentique didgeridoo qui est estampillé « Made in wood».
Méfiez vous des imitations

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

20 février 2021

« Qui pense peu se trompe beaucoup » (Vegas sur sarthe)


« Alors, nous avons parcouru laborieusement les douze pages de votre curriculum vitae Monsieur … Monsieur … peu importe pour l'instant.
C'est très conséquent mais notre premier souci c'est qu'on n'y comprend rien, c'est un vrai torchon et même douze torchons »
« Ah … désolé, j'ai la manie des gauchers, celle d'écrire de droite à gauche mais je peux vous traduire sans difficulté »
« Ça ne sera pas la peine. Résumez-le très succinctement de vive voix mais à l'endroit s'il vous plaît »
« D'accord. Je suis donc né en Toscane et j'ai commencé à gribouiller des choses à Milan et puis à Rome, à Bologne, à Venise, à ... »
« Je vous arrête, des ritals qui croquent le marmot il y en a plein la place du Tertre à Montmartre et sur la place Saint Marc … vous avez fait quoi d'autre ?  »
« J'ai joué un peu avec des grues puis des métiers à tisser »
« Hum ... »
« De là j'ai imaginé une machine à faire les spaghetti»
« Ça coule de source … et puis ?»
« J'ai conçu des scaphandres, des roulements à bille et des machines de guerre, des sous-marins, des chars d'assaut, des hélicoptères, des mitrailleuses... »
« Des mitrailleuses, ça c'est très intéressant ! Vous êtes comme le type qui a inventé la Kalachnikov ? »
«Ce type c'est Kalachnikov »
« Que voulez-vous dire ? »
« Je dis que c'est Kalachnikov qui a créé la Kalachnikov »
« Ah bon ? »
« Oui, c'est en kalachnikovant qu'il est devenu son inventeur … tout comme c'est en sciant que Léonard devint scie, comprenez-vous ? »
« Non »
« C'est dommage car vous auriez eu une bonne image de ma personnalité» 
« En tout cas vous pourriez intégrer notre programme de recherche de Force Spatiale Opérationnelle et ... »
« Je vous demande pardon mais je suis lassé de ces engins de mort, moi ce que j'aimerais c'est peindre une femme qui sourit »
« Une femme qui quoi ? »
« Quelque chose d'iconique, d'énigmatique, une oeuvre qui suscite l'émotion »
« L'émotion ? Ça ne marche pas et ça ne rapportera jamais rien. Dites nous quand même, tous ces signes bizarres à la dernière page ça veut dire quoi ? »
« C'est juste un code »
«Comme un code secret ? Vous êtes également cryptographe ? »
« Euh … non. J'ai fait ça pour le fun sans savoir si ça servira un jour, je l'ai appelé le code De Vinci »
« Bon et bien tout ça est intéressant mais plutôt décousu et assez farfelu … Si vous pouviez réécrire votre curriculum vitae à l'endroit, on vous rappellera plus tard »
« Plus tard ? C'est que je n'ai plus beaucoup de temps car je voudrais profiter de ce parachute pyramidal doré que je viens d'inventer »
« Un parachute doré dites vous ? Attendez une petite minute Monsieur … Monsieur comment déjà ? »

(Soupir)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

13 février 2021

Tagadam Tagadam (Vegas sur sarthe)

 

Au pénitencier où j'ai la malchance de séjourner nous n'avons pas un grand choix d'activités sportives, en fait il n'y a qu'un choix possible : la fabrication de masques jetables ou le concassage de pierres pour le chemin de fer.
Alors j'ai choisi le grand air plutôt que le confinement, je dirais que j'ai enfin trouvé ma voie, une voie ferrée comme moi mais lesté d'un boulet de trois ans.
Jusqu'alors j'avais rêvé d'embrasser une carrière de baveux ou d'avocat mais à la vue de celle qui se dresse devant moi – un mur de calcaire siliceux de cinquante mètres de haut – je réalise que je suis à tout jamais passé dans l'autre camp.
La ballastière ça n'est pas une matonne qui surveille les taulards, c'est juste un rocher qu'il s'agit de hacher menu ; l'ingénieur appelle ça concasser et c'est bien vrai qu'on a l'air de cons cassant la roche en petits morceaux de trois à cinq centimètres.
L'ingénieur appelle ça la granulométrie, moi j'appelle ça du foutage de gueule ! Manquerait plus que ça qu'il nous oblige à les mesurer quand on sait à quoi ça va servir au bout du compte !
On dit que le ballast ça sert à caler les traverses des rails pour que ça fasse un bruit envoûtant genre tagadam tagadam qui plaît tant aux gonzesses des trains de nuit qu'ont du vague à l'âme et aux gonzes qu'ont une seule envie … les sauter !
C'est pas ça qui me donne du coeur à l'ouvrage ; avec ou sans tagadam j'ai envie de sauter toute la rame jusqu'au conducteur, c'est vous dire à quel point Germaine me manque.
Si elle me voyait cassant du caillou alors que je ne sortais même pas la caisse du greffier, elle ne reconnaîtrait pas son mec.

Aujourd'hui j'ai eu une promo, j'ai été muté au compactage.
Le compactage c'est pas des cons qui font des paquetages.
J'explique : Faut pas croire qu'on balance le ballast comme ça sous les rails sans compacter et que ça va durer à perpète ; pour compacter on enfourche une bourreuse.
Allez pas vous imaginer des trucs salaces, la bourreuse c'est juste une grosse machine à bourrer le ballast, un engin vibreur qui vous refile un Parkinson et qui vous fait perdre vos ratiches si vous fermez pas votre clapoir.
L'ingénieur dit que c'est normal et que 42 Hertz c'est la fréquence idéale pour vibrer le ballast mais lui et moi on n'est pas sur la même longueur d'onde et j'ai toujours pensé que Hertz c'était juste un loueur de bagnoles.
Dieu seul sait pourquoi j'ai commencé à m'intéresser aux fréquences et surtout à celles qui font du bien. C'est devenu une passion.
J'adore en particulier le 432 Hertz qui était le LA de Beethoven, Bach, Mozart et quelques autres ; c'est la fréquence la plus chaude pour se connecter à ses émotions, bien loin de celle de la bourreuse, alors faut pas s' étonner que ça vous remue les tripes au point d'en chialer.
J'aime aussi le 741 Hertz – c'est un SOL – qui vous flingue les vilaines toxines du corps et puis le 963 Hertz – c'est ainsi et c'est un SI – qui vous … pourquoi je vous bassine avec tout ça ?
Ça vous intéresserait ?
Alors j'en causerai peut-être si je descends un jour de cette bourreuse.

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,