11 août 2018

Les mots des arbres (Laura)

 


Quel est cet arbre dont on arrachait l’écorce pour écrire dessus ?
Mon père avait planté cet arbre et tous les autres et m’avait initié
A ces mots des arbres sans graver sur un arbre ses initiales, le blesser
Comment ne pas avoir froid avec l’arbre quand l’hiver, il est nu ?

D’illustres poètes ont avant moi maîtrisé les mots des arbres
Apprend-on toujours L’arbre d’Emile Verhaeren à l’école ?
Entendez-vous comme moi, ses « Lèvres folles et bras tordus »
Jeter  « vers l’avenir » et vers nous  un cri immensément tendu »

J’ai retrouvé les saules pleureurs des jardins de mon enfance
Dans un tableau de Monet où ils se penchaient  harmonieusement
Vers un sol jaune d’or ; Matisse, lui avait su  magnifiquement peindre
Les palmiers que je voyais osciller de ma fenêtre parfois dangereusement

Apollinaire pourrait s’être inspiré des sapins plantés par Papa
Alors que  le jardin lui  tendait son corps nu pour qu’il y  laisse
L’empreinte de ses désirs arborés ; je choisirais « L’arbre
 

De vie » de Klimt  pour parler à son ombre d’arbres  avec Papa.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


04 août 2018

Mangeuse de cochon (Laura)

 

Lorsqu'on me traitait dans le tramway stéphanois de "mangeuse de cochon", je ne pouvais pas imaginer que quelques mois plus tard, de l'autre côté de l'Atlantique, j'allais me transformer sans m'en rendre compte en mangeuse de hallal. C'était à une époque où il n'y avait pas en France de kebab hallal à tous les coins de rue. Je mangeais alors beaucoup plus de cochon qu'aujourd'hui.

Lorsque nous atterrîmes à Casablanca, les nouveaux patrons juifs marocains de mon mari nous attendaient et nous emmenèrent manger au Cercle de l'Alliance. J'y mangeais alors pour la première fois de ma vie de la nourriture casher sans penser qu'à partir de ce jour, je ne mangerais plus de cochon.

Le lendemain matin, j'allais faire mes courses pour la première fois dans mon quartier casoui; j'y trouvais une superbe boucherie où j'achetais pour la première fois de la viande et de la charcuterie hallal. Ce serait désormais mon quotidien et c'était juste beau et appétissant: une variété de charcuterie de bœuf, veau, volaille que je n'ai retrouvé dans aucune boucherie hallal par chez nous. Et les côtelettes d'agneau(qui gambadait librement dans la campagne alentour sans être poussé) avait un  goût de noisette que je n'ai pas retrouvé depuis.

 

Ce n'est que presque un an plus tard qu'on m'apprit que la grande communauté européenne de Casablanca avait emmené des marchands à vendre du cochon sur le marché voisin. Nous remangeâmes donc du cochon une ou deux fois par mois.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

14 juillet 2018

Sauter (Laura)

 

Sauter

Quand j’étais gamine, l’exercice que je préférais (après mon père qui me parlait de ses sauts), c’était le saut en hauteur mais sans perche.

Quand j’étais plus jeune encore, j’ai beaucoup sauté à la corde ou à l’élastique.

 

Aujourd’hui, ma discopathie sévère me déconseille fortement de monter  et sauter à cheval  mais je ne peux m’empêcher de sauter  de bonheur lorsque j’entends certains rocks de mon adolescence comme Indochine.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

07 juillet 2018

Un souvenir gravé dans ma mémoire (Laura)

 

Au-delà de la Capella dos ossos d’ Evora, je tiens ici à parler de l’ossuaire de Douaumont à Verdun[1] que j’ai visité lorsque j’étais gamine avec mon école car ma ville de naissance n’est pas très loin de ce lieu. Je garde de cette visite, plus que des images très précises, une image globale gravée dans ma mémoire. Il faut y aller pour ressentir ce que j’ai pu ressentir.

Je pense qu’on devrait punir toute personne (ou enfant) qui se comporterait mal dans ce type de lieu car c’est une attente à la mémoire de tous ceux (qu’ils soient à Douaumont ou ailleurs) qui se sont battus pour que nous soyons libres.

 

 


[1] http://www.verdun-douaumont.com/

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

30 juin 2018

Cannelle, "Totem et tabou[1]" (Laura)

 

Je ne sais pas  si elle est ainsi parce que son grand-père était homosexuel à une époque où c'était certainement encore plus compliqué qu'aujourd'hui
Je ne sais  si c'est parce son oncle était un légionnaire qui flirtait allégrement avec les prostituées et autres limites
Je ne sais pas  si elle est ainsi parce que sa grand-mère avait adopté l'enfant de son amant divorcé à une époque où tout ça  était plus que mal vu

Je ne sais si c'est parce que son père avait peur de tout qu'elle n'avait peur de rien.
Je ne sais pas  si elle est parce que son frère avait été choqué de la voir en soutien gorge.
Je ne sais si c'est parce qu'ils étaient si pudibonds qu'ils étaient choqués de la voir nue avec ses seins dans la cabine de rhabillage à la piscine.

Toujours est-il que Cannelle était ainsi, aimant le totem de leurs sexes
Aimant les avoir en elle, sexe et bouche: elle les voulait tous si bien
Qu'elle en avait acquis une mauvaise réputation[2], elle faisait mine
De s'en foutre alors qu'elle aimait follement ce foutre
Qui jaillissait comme un bouchon de champagne
Et l'éclaboussait comme les bulles à l'arrivée d'un grand prix de Formule 1.
Elle , ne voulait rien gâcher,  buvant jusqu'à la lie[3], sexe, alcool mais la drogue la maintenait loin d'elle bien qu'elle aime les récits des illuminés de tous genres.
Elle ne craignait pas le tabou d'aller à la messe en sortant du lit d'un nouvel homme.
Elle violait presque les trop jeunes hommes tout en poursuivant une liaison
Avec un vieil homme qui lui apprit Schiele, le triolisme et perfectionna sa technique
De masturbation. En lisant les écrits des lesbiennes, elle tomba amoureuse d'un hermaphrodite

 

24 juin 2018

 



 


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,


23 juin 2018

Schtroumpfs (Laura)

 

Enfant, je ne schtroumpfais pas spécialement les Schtroumpfs

Mais je schtroumpfais ce type d’univers imaginaire

 Avec des personnages de couleurs, avec des codes

Différents de mon monde habituel, je schtroumpfe

Toujours de me plonger dans un livre

Qui me fait découvrir un autre monde que le mien

Je schtroumpfe  de lire un polar qui se passe

Dans un autre pays avec une autre culture,

Celle des Aléoutes[1] par exemple.

Je schtroumpfe aussi de lire une biographie

Ou un livre d’art sur un artiste ou un thème :

De Staël[2] et/ou le paysage. Je schtroumpfe

De lire non pas pour m’évader de ce monde

Mais par curiosité pour m’ouvrir au monde.

 

 


[2] http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2018/05/05/nicolas-de-stael-en-provence-6047811.html

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

16 juin 2018

Ragtime (Laura)

 


Rythme, it' s Time

A Time to dance

Get your body beat , it 's Time

Time to hear the voice

My voice,my music, it 's Time

 

Et l 'heure tourne, alors joue!

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juin 2018

La quête (Laura)

 

Un père une fille

Un lien naturel

Une admiration filiale

 

La quête commence

Celle de l’approbation paternelle

Quête impossible

 

Un père

Un fils, deux filles

Un enfant de trop

 

Quelques instants encore

De complicité, trompeuse,

Autour d’une édition précieuse

Du Don Quichotte

Joué par Jacques Brel

 

Un père

Une fille

La quête impossible

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

02 juin 2018

Participation de Laura

 

Je ne suis pas très branchée "bande dessinée". Plus jeune, j'ai lu Tintin, Astérix et le Journal de Mickey surtout,; j''étais membre du club des Castor junior. J'ai toujours quelques livres de cette époque dans ma bibliothèque.

Et puis à un moment, je me suis branchée sur les bruns ténébreux style Etienne Daho et Corto Maltese.  J'aime les phylactères littéraires et artistiques d'Hugo Pratt.

 

J'ai déjà vu aussi à la synagogue de Casablanca des phylactères ou dans certains quartiers de Paris, notamment le Sentier, que nous fréquentons depuis vingt cinq ans avec mon mari (et lui plus encore).

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

26 mai 2018

Origami (Laura)

 

Origami,  de oru, « plier », et kami,
« Papier »,du chinois  zhézhǐ ,
"Pliage de papier[1]", l'origami
Est japonais comme le  jiǎnzhǐ ,
"Papier découpé" et le   chiyogami,
L'ensemble des arts du pliage, le bushi
Est celui qui doit maîtriser l'origami.

Pour ma part, mes amis
Je ne maîtrise pas l'origami
Juste un peu le shifumi.
Comme toujours, j'ai mal dormi
Et je sens comme des fourmis
Dans mes mains, mes ennemies
Alors pour moi, l'origami

Je le fais  dans une académie
Imaginaire des mots amis
Et des arts affermis
Je plie les vers en sushi
Les rimes en catimini
Assis sur un tatami
Où je blêmis et frémis

 

 


[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Origami

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,