19 août 2017

Participation de Laura

 
Sourire d’un matin câlin
Oublier les bruits de la ville
Urgence du chant des oiseaux
Rareté des moments heureux
Impossible de les laisser passer
Rides de sourire même forcé l’
Emportera sur la colère et la haine
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


12 août 2017

Comme des oiseaux sur une drôle de branche (Laura)


Comme des oiseaux sur une drôle de branche
Les poètes-artistes  chantent la vie et le rêve.
Il s disent le printemps en plein automne
Et l’été sous les flocons de neige.

Comme des oiseaux sur une drôle de branche
Ils se posent  au dessus des nuages.

Ils nous libèrent des souffrances
Et hurlent  plus haut nos victoires.

Comme des oiseaux sur une drôle de branche
Ils réveillent  nos tristes paysages.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

05 août 2017

Cardinal (Laura)


Alors que nous montions vers Amsterdam via des étapes: la  Haute-Marne, l'Aube et l'Aisne,
Nous ne voyions sur notre voie  quasiment que des camions et des gens qui rentraient chez eux, le Nord.
Alors que de l'autre côté, c'était un flot continu de vacanciers qui descendaient  vers le Sud:
Via chez nous, la vallée du Rhône, Lyon, Saint-Etienne: des bouchons, le soleil et la chaleur.
                                                                                                                   

Nord-Sud: j'ai vécu les deux: le Nord, nord et le sud-ouest, d'un cardinal à l'autre
J'ai été heureuse du Nord et au Sud, dans des paysages différents, toujours curieuse
Sud-Nord, descendre vers le soleil, monter  vers le mauvais temps, des clichés tenaces
Que  nous avons invalidé en montant aux Pays-Bas par une chaleur torride.
 

Je suis né à l'est alors qu'on apprenait l'allemand parce qu'on était proche de l'Allemagne
(Et parce que je n'étais pas trop mauvaise), ma grand-mère venait de l'ouest, la Bretagne:
Je  ne m'y suis pas senti plus chez moi qu'au nord ou au sud, là où je lis mon livre
Et où tu es, lorsque je quitte mes pages pour  tes bras: mon pays, c'est mon coeur et mon âme.
 

Du Nord-est au Sud-ouest, de la Picardie où on s'intéresse à moi à la Provence
Où mon grand-père est né, des plaines à la Sainte-Victoire, je suis bien où tu es
Et où  je lis: partout est mon âme, partout je laisse un morceau de moi et un paysage
 

De là-bas, se greffe à mon paysage intérieur, fait de nord et de sud, d'est en ouest.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

15 juillet 2017

CHUTE DE BRANCHES (Laura)

 

Aux informations, on entend beaucoup parler de risques: c'est pourquoi je ne les regarde

Presque plus; je préfère la presse écrite nationale et locale: j'y pioche ce dont j'ai besoin.

A entendre les journaux télévisés, la vie ne serait que risques: à quoi je réponds à eux

Et d'autres que le plus grand risque qu'on prend en naissant, c'est de mourir un jour

Non pas que ça m'enchante; pour moi, il y a largement de quoi s'occuper pour l'éternité

Mais dans le doute, d'une vie après la mort, je prends le risque de vivre ici et maintenant.

Face au risque de chute de branches, j'utilise le bois dans les livres que je lis sous un arbre

Sans branches ou "sous le soleil, exactement" en prenant le risque du coup de soleil.

Je ne crains pas trop les avalanches car la neige qui tombe chaque hiver dans ma ville

Suffit à mon goût du risque: tenir debout sur les trottoirs verglacés en évitant les chutes.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juillet 2017

Clepsydre (Laura)

 

Le mot « clepsydre » me renvoie aux soirées télé chez mes parents : « Fort Boyard. »
La clepsydre que l’on retourne et le temps qui s’écoulait souvent  pour les candidats trop vite.
Comme mon mari n’aime pas trop, je ne regarde plus et nous avons d’autres divertissements.

Alors je cherche avec quoi faire rimer « clepsydre » ; il me vient une envie de cidre brut
A siroter avec les bonnes crêpes salées que tu m’as préparées pour mon anniversaire
Et les sucrées à l’arrière gout de Grand-Marnier que nous dégustons au petit déjeuner.

Le temps s’écoule et j’ai perdu en route ma clepsydre que j’ai envie de faire rimer avec « l’hydre » que d’Odilon Redon peignit avec Pégase[1], infernal serpent et cheval mythiques.
Le plus souvent, l’hydre est représentée avec Héraclès[2] qui eut pour mission de la tuer.

Je ne sais pourquoi l’hydre m’évoque aussi la Gorgone et notamment celle du Caravage[3]
Qui plus que toutes les œuvres de ce peintre sombre, me stupéfie par sa force noire
« Soleil noir[4] » de la mélancolie d’un monde où Gustave Moreau et Gérard de Nerval

Ne sont pas au cœur des paysages de l’âme humaine dont l’ennui est bien loin du spleen
Poétique de Baudelaire : « Mélencolia[5] » de Durer où le temps s’écoule comme le sable
Et l’eau de la clepsydre, « horloge, dieu, sinistre, effrayant, impassible[6]. »

 

[1] http://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/odilon-redon_pegase-et-l-hydre_huile-sur-toile_1900

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


01 juillet 2017

Hommage au bidouillage (Laura)

 

Je voudrais rendre hommage au bidouillage bien que je ne sois pas sûre que le terme corresponde à ce que vais évoquer. Vu d'ici, on pourrait parler de bidouillage mais l'ayant vu là-bas, je parlerais plutôt de débrouillardise  confinant parfois au grand art.                              

Quand je parle de là-bas, c'est pour parler de Casablanca où j'ai vécu(et travaillé) trois ans.          

Je ne veux pas généraliser au Maroc car je ne connais pas le Maroc, je n'ai passé que quelques jours dans quelques villes aux alentours.                                                                                                   

Par contre, Casablanca, j'y ai vraiment vécu et contrairement à beaucoup d'Occidentaux(et de marocains) vivant là-bas, je n'ai pas voulu prendre de bonne et nous faisions donc nos course nous-mêmes.                                                                                                                             

Pour ma part, j'aimais beaucoup aller dans les souks , non pas seulement les souks pour touristes mais des souks pour les casaouis où certains marocains n'envoient même pas leurs bonnes. Dans ces souks, on trouve de tout dans la quantité qu'on veut, sous la forme qu'on veut. Vendre à l'unité des vis, des lentilles oculaires, des "trucs" pour les rideaux etc.       

 Alors que chez nous, on se met péniblement au recyclage avec la volonté de préserver l'environnement, là-bas, on pratique  un recyclage, peut-être moins écologiquement correct mais on le fait à la source. Quand mon mari sortait de l'appartement et portions une poubelle(avec la chaleur, six mois par semaine, on change très souvent les poubelles) pour la mettre dans le container, peu de temps après, je pouvais me mettre au balcon et voir se faire le tri sélectif directement dans le container par un ou des casaouis qui recyclent tout ou presque. Rien se perd, tout se prépare. Cela permet à beaucoup de gens de vivre, peut-être chichement mais vivre... en travaillant, réparant ce que chez nous, on jette, faute de solutions.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

24 juin 2017

DEFI DU SAMEDI (Laura)

 

Dès le petit déjeuner, je me jette comme une affamée sur le défi
En buvant mon thé de Chine sans sucre, je goûte le sel de tous les écrits
Finie la semaine, je cours pas ce matin, je profite, fini le CDI
Il est temps de penser à ma participation: une réchauffée ou un inédit?

Dès la fin du petit déjeuner, si le défi m'inspire, vite, j'écris
Une illumination comme on en a parfois le matin du samedi

Satisfaite, j'ai découvert que c'était dans mes cordes, ce défi
Acrostiches, j'en ai fait un livre, c'est ma came, comme elle dit
Merci aux patrons du défi, merci pour ce démarrage du samedi
Et voilà les dernières lettres de l'acrostiche, quel défi
De terminer comme j'ai commencé, retourner à la vie
Inspirer, respirer, aimer, caresser, embrasser avant le prochain samedi

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juin 2017

Zygomatique(s) (Laura)

 

Point n’est besoin de prendre des poses acrobatiques pour faire marcher ses zygomatiques
Les jeux aquatiques peuvent être une bonne façon de sourire et rire à gorge déployée
Il est des muscles  zygomatiques bien entraînés qui ne donnent rien d’aristocratique
Rire  provoquent parfois des phénomènes qui ne sont ni élégants, ni aromatiques
Le fait de « rire jaune » a-t-il quelque chose d’asiatique ou simplement hépatique ?
Je suis asthmatique et le rire m’a parfois entraîné dans des crises qui n’avaient rien de drôle

Je suis méfiante envers le rire automatique, cynique, rire pour rire, la dérision systématique

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

03 juin 2017

Participation de Laura

 

Je ne suis pas xylophage
C’est dommage, c’est dommage
Je ne suis pas une termite
Quelle faillite, quelle faillite

Je ne suis pas xylophage
Mais quand j’étais enfant,
J’ai eu un xylophone
Il était multicolore et charmant
Mais je suis restée aphone

Je ne suis pas xylophage
Mais je suis papivore
Accro aux livres et leurs émois
J’en dévore, j’en dévore
Mais le bois, ce n’est pas pour moi

Je ne suis pas anthropophage
Mais la lecture, c’est chronophage
Je laisse de côté le ménage
Mais pas le sexe qui éloigne les nuages
Et le spleen du paysage

Je ne suis pas xylophage
C’est dommage, c’est dommage
Je ne suis pas une termite

Quelle faillite, quelle faillite

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mai 2017

Au Nord, c’étaient les chicons (Laura)


Au Nord, c’étaient les chicons
En salade ou en gratins
Au Sud, c’étaient les melons
De toutes les formes et couleurs

Au Nord, il y a plusieurs Nord :
Le Nord où je suis né, en Champagne
Et celui où j’ai été adopté : le département
Anobli en région Hauts de France

Au Sud, il y a plusieurs sud
Le Sud –Est où nous nous sommes aimés
Et le Sud-ouest où nous avons habité
Et le Maroc où on nous a accueillis

Au Nord, il y a le Nord du Nord
Et le Nord du Sud, qui commence à Lyon
Voire plus bas selon les sudistes
Pour lesquels je suis une nordiste

Au Sud de Lyon, il y a St Etienne
Snobé par les nordistes et les sudistes
Qui ne font qu’y passer, du Rhône
A la Loire puis la mer et ses plages

Au Nord, il y a de si belles places
Qu’on n’y sent pas la pluie
Qui ne tombe pas tant que ça
Moins que les sourires et la fête

Au sud, il y a le Maroc qui me manque
Ses fraises en toutes saisons qui sont des points
Rouges dans le bleu du ciel alors que les melons
Sont des boules jaunes, vertes et orange près du soleil.

Au Nord, c’étaient les chicons
En salade ou en gratins
Au Sud, c’était les melons
De toutes les formes et couleurs

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,