29 avril 2017

Le cirque (Laura)

 

Une représentation des bohémiens qui en rejoint  ou en précède d’autres :

 

Franz Hals et le sourire de sa « bohémienne,»

 

 Tony Gatlif vantant sa « liberté » dans la Loire.

 

Les Grüss  incarnant la noblesse du cirque.

 

Dans un camp de gitans, sur un air de jazz manouche.

 

La « tribu prophétique aux prunelles ardentes » chère à Baudelaire.

 

 Toulouse-Lautrec fait tourner dans son « manège »

 

Une « clownesse » au salut et une « écuyère à cru.»

 

C’étaient ses nuits fatalement syphilitiques.

 

Ils   peuplent l'imaginaire des arts et des lettres depuis des siècles.

 

L’Esméralda  du grand Hugo sur le parvis de Notre-Dame.

 

Des 1915, des camps de concentration pour Tziganes.

 

Picasso peignant des « saltimbanques » pathétiques.

 

Picasso-Carmen, Sol y Sombra, amour tragique.

 

Il se peignait avec un nez rouge, acrobate du risque.

 

André Dassary, chantant «Les yeux noirs » sur un air tzigane.

 

Georges Moustaki s’identifiant à sa guitare, « jolie fille d’Espagne . »

 

Cervantès et la gitanilla de ses « Nouvelles exemplaires. »

 

George Borrow et les Gypsies, « maître des mots » et des rêves.

 

Frantz Listz célébrant les bohémiens et leur musique,

 

Notamment les chanteuses tziganes à Moscou au XIX e siècle

 

Marc Chagall fait sa « Parade au cirque » en mots et en images.

 

« Les Bohémiens" d'Alexandre Pouchkine.

 

Georges de la Tour, Victor Schnetz, François-Joseph Navez  et leurs  diseuses de bonne  aventure :

 

"Les bohémiens" d'Albert Glatigny (1839-1873) dans "Les vignes folles"

 

"Salomé" de Guillaume Apollinaire

 

Arthur Rimbaud et sa « Fantaisie » de Bohême »

 

Le «Crépuscule" de Guillaume Apollinaire

 

« Le cirque » enfin de Georges Seurat, divisionniste.

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


22 avril 2017

RODOMONTADE (Laura)

 

Rodomonte, personnage du "Roland furieux" de l’Arioste dont le nom signifie "Ronge-Montagne. Roi d'Alger, il, rejoint sur les scènes comiques la famille des capitans italiens, insolents, fanfarons[1]."

 

"Orlando furioso est un poème épique composé de 46 chansons in ottava rima, comptant 38 736 vers[2]"

 

Doré illustre une édition de 1878

 

Osera faire la " traversée, quitte à y perdre, et ce fut ce qui arriva, toute sa flotte[3]."

 

Modestie est ton antonyme

 

Orlondo furioso illustré par Ingres

 

Nom féminin dérivé d'un personnage masculin

 

Terrible tempête, il ose affronter: « Souffle vent, disais-je, si tu sais souffler ; car je veux traverser cette nuit en dépit de toi. Je ne suis ni ton vassal, ni celui de la mer pour que vous puissiez me retenir ici à votre disposition[4]. »

 

Attitude prétentieuse et ridicule[5], altière et bruyante

 

Deseffrois, gentilhomme auvergnac ou le rodomont, comédie en vers et en ...

 

Exagération, tendance à se targuer d'"exploits imaginaires."

 

 


[5] https://fr.wiktionary.org/wiki/rodomontade

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

15 avril 2017

Pas de quarterback entre nous (Laura)

 

Pas de quarterback entre nous mais des matchs de tas de sports que nous regardions ensemble

N'est-ce pas plutôt  moi qui regardait avec toi, croyant construire avec toi, une relation

De nos liens de sang? Te souviens-tu de ces victoires que nous avons acclamées ensemble,

De ces défaites que nous avons déplorées, de ces remontées magiques au Tour de France.

 

 

Pas de quarterback entre nous mais des paroles et des silences aussi musclés que cet athlète

Des mensonges et des  secrets qui bloquent toute tentative de percée sportive, pas de point

Marqué, score nul, j'ai couru, crié mais le public ne m'a pas soutenu et j'ai perdu

L'envie d'essayer de gagner ton coeur car y a t-il  eu un jour autre chose que nos liens de sang?

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

08 avril 2017

PROCRASTINATION (Laura)


Parole de fumeuse, demain, j'arrête la cigarette, promis, juré, craché, demain, j'arrête!

Ras le bol de cet esclavage du bureau de tabac, avoir peur de tomber en panne

Oyez bonnes gens qui passez sans me voir, j'ai décidé d'arrêter de fumer

Caresse de tes volutes, baisers de nicotine, orgasme de tabac, quel plaisir je laisse

Rassurez-vous, j'ai de quoi vous remplacer en faisant plus l'amour, plus de sport

Assez de curiosité pour remplir ma vie d'autres paquets que ceux de cigarettes

Sirènes de la connaissance, je gagne de précieux instants pour vous suivre

Tabac, je t'aime, tabac, je t'adore; nicotine, tu es ma compagne de vie et de haine

Instinct de mort, quitte-moi, attends un peu, j'ai senti ton souffle quelques fois

Nager, marcher, monter sans s'essouffler, attraper froid sans s'asphyxier

Aromes de Craven ou Gauloises manqueront à mon café, à mon apéritif

Tant de bulles dorées et de malt sec ont accompagné mes taffes gourmandes

Instinct sexuel, Eros et Thanatos étaient mes compagnons, je garde Eros

Odeurs de tabac, je vous abandonne, vous ne masquerez mes ennuis et dégoûts

Non, non, je te dis non depuis plus de six ans mais à tout jamais, je reste fumeuse!
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

01 avril 2017

OSTRACISME (Laura)

 

Osez être ce que vous êtes, différent du troupeau, fuyez l'instinct moutonnier et grégaire

Soyez passionné, intenses, francs voire brutaux dans les discussions avec les autres

Tracez votre route sans vous souciez des opinions de la majorité, soyez minoritaire

Restez dans la majorité si son opinion vous convient, ne contestez pas pour contester

Aspirez la vie, expirer la tiédeur, ne soupirez plus que de plaisir intense ou de souffrance

Cherchez à comprendre, à savoir, à apprendre le monde qui vous entoure et questionne

Inspirez vous de l'Ailleurs, regardez Ailleurs ce qui se fait, se dit, hors de nos frontières

Soyez curieux des mots , des paysages, des images, des pierres qui font œuvre

Manifestez votre différence sans l'outrer, elle vous suffira à être ostracisé, c'est le prix

Et à être persécuté comme différent, déviant, mis au ban de la société mais c'est ce que vous demande votre paysage d'âme.


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


25 mars 2017

Paysages de pâtes (Laura)

 

En Champagne, comme ailleurs je pense, mon paysage de pâtes d’enfant sage est constitué de cheveux d’ange et des pâtes en forme de lettres de l’alphabet, du vermicelle dans du lait et des coquillettes.

Lorsque j’ai quitté mes parents pour la première fois pour une chambre de bonne au sixième étage (sans ascenseur, toilettes sur le pas de la porte, pas de douche bien-sûr) à Paris, j’avais juste un butagaz (interdit) pour faire la cuisine, c’était assez rudimentaire. Faisais-je des pâtes ?

J’en ai cuit dans mon deuxième appartement car j’étais un peu mieux équipée : une cuisinière, un four. Je mettais des pâtes dans un plat, des œufs et du gruyère et je faisais gratiner le tout au four. Mon plat de Reims.

J’ai du manger des pâtes chez des copines (j’en avais peu) et chez des copains (j’en ai eu pas mal) mais je me souviens plus de ce qu’on buvait que de ce que l’on mangeait…

J’ai toujours eu des chéris cuisiniers, des hommes qui n’avaient pas besoin de femme pour s’occuper d’eux.

 

Avec mon mari, nous avons découvert les ravioles dans la Drôme où nous avons vécu et dans l’Isère voisine d’où elles sont originaires, je crois. Allez à Romans voire le paysage et manger des Ravioles. Je n’en trouve plus en paquets mais fraîches en plaque, elles sont très bonnes.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mars 2017

Participation de Laura


Je suis née dans les paysages de Champagne
Entre coteaux charmants et plaine monotone
Je suis née dans une ville dont les contours
Forment en pétillant un bouchon de champagne
 
Je suis partie dans la seule région de France
Où il n’y a, il me semble, aucun cépage
Mais où les yeux des gens pétillent
Pour vous accueillir autour d’une bière
 
Je suis descendue, comme on dit, dans le sud
Celui des Pyrénées et du rugby, l’ouest du sud
J’ai bu les vins du Languedoc et des Corbières
Des côtes du Roussillon aux Costières de Nîmes
 
Je suis remontée, comme on dit, dans le centre
Où j’ai goûté, dans le sens premier du terme
Les vins du Forez, ceux de la Loire
Pas celle des châteaux mais de Saint-Etienne
 
J’ai quitté la France et ses paysages vinicoles
Pour le Maroc  où les français ont planté leurs cépages :
Grenache, le Carignan, le Cinsault et l'Alicante
De Berkane à Meknès, De Boulaouane à Benslimane

Si je ne suis pas fan des vins liquoreux comme en Dordogne
Le Monbazillac ou le Porto que je buvais avec ma grand-mère
Je chéris chaque instant passé à boire un verre
Avec une personne et / ou un paysage que j'aime
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mars 2017

S'éclater (Laura)



S'éclater pour ne pas éclater en vol de douleurs et d'angoisse
Danser comme on fait du sport pour  se dépenser encore
Se dépenser jusqu'à l'épuisement de ses forces, dépasser ses limites
Danser jusqu'à  ce que nos jambes lâchent, que notre tête explose
 

Et tu chantes chantes chantes ce refrain qui te plait
Et tu tapes c'est ta façon d'aimer
Ce rythme qui t'entraine jusqu'au bout de la nuit
Réveille en toi le tourbillon d'un vent de folie
"Etre un instant la "Danseuse créole" d'Henri Matisse
Trouver enfin les clés comme la danseuse de Fernand Léger
Se trémousser devant le vieillard musicien de Picasso
Aller à l'"Ecole de danse " d'Edgar Degas, être à  sa place
 

Et tu chantes chantes chantes ce refrain qui te plait
Et tu tapes c'est ta façon d'aimer
Ce rythme qui t'entraine jusqu'au bout de la nuit
Réveille en toi le tourbillon d'un vent de folie
Pour "Une danse en ville" avec Auguste Renoir
Je transpirerais toute la nuit, je crierais, taperais des mains
Pour "Une danse de noce" avec Pieter Bruegel
J'irais jusqu'au bout de sa voix et de mes oreilles
 

Et tu chantes chantes chantes ce refrain qui te plait
Et tu tapes c'est ta façon d'aimer
Ce rythme qui t'entraine jusqu'au bout de la nuit
Réveille en toi le tourbillon d'un vent de folie
Au "Bal élégant" de Marie Laurencin, je me parerais
De bijoux qui scintillent comme une boule à facettes
J''accompagnerais Toulouse-Lautrec au Moulin -Rouge
Il me présentera La Goulu et  Valentin le Désossé
 

Et tu chantes chantes chantes ce refrain qui te plait
Et tu tapes c'est ta façon d'aimer
Ce rythme qui t'entraine jusqu'au bout de la nuit
Réveille en toi le tourbillon d'un vent de folie
Je danse avec ma grand-mère le tango et la valse
La java  bleue ma gagne et mes talons claquent
Alors que les basses s'affolent
Et que les guitares se déchaînent.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mars 2017

Dans ma poche (Laura)

 

Dans ma poche, je mets des mouchoirs pour les urgences.

Dans ma poche, je mets mes clés de travail, que du pratique

Je sème mes mouchoirs et les clés percent mes poches.

Le portable, secondaire obligation est plus souvent à terre

Que dans la poche qui préfère avoir sous la main un livre

Mais les poches sont beaucoup trop petites pour y contenir un monde

Et les livres sont beaucoup trop grands pour l'espace d'une poche.

J'aimerais sauter comme un kangourou avec ma poche

Pour me transporter ailleurs, avec mes livres de poche.

Dans ma poche- sac, il y a des mouchoirs pour les urgences

Dans ma poche, il y a mes clés de maison qui a souvent changé de clé

Et de région et de pays sans que les trésors de ma poche me quittent jamais.

Dans ma poche-sac, il y a un livre pour les urgences-attentes

Sans paysages-tableaux à regarder, ne pas perdre une minute

D'un temps et angle mort: pour lire et apprendre un peu du vaste monde

Dans ma poche.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

25 février 2017

JOBASTRE (Laura)

 

Je dis plutôt kéké dans la phrase exclamative et négative: Fais pas ton kéké!

Où ai-je pêché cette expression marseillaise: dans l'enfance de mon grand-père?

Bercée par sa gouaille à la Gabin; sa casquette ne faisait pas de lui un jobastre

Avec les risques qu'il a pris dans le maquis et en étant lui-même

Secret, sacré, ton souvenir n'efface pas tes erreurs mais les excuse

Tendre  et tempétueux, moderne patriarche d'une tribu orpheline

Rends-je honneur à mon aïeul dans cet acrostiche "Jobastre"?

Exprimant ainsi mon grand-père, ce héros en  bancal oxymore.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,