08 décembre 2018

Participation de Laura

 

Il  ne mérite pas forcément d'accessit
Ne présage pas toujours d'un coït
C'est juste des préliminaires, un introït
Il se peut qu'il annonce des pépites
Peut-être juste un flirt, une invite
Il nous met doucement sur orbite
Tend parfois vers nos limites

Ouvrant une oeuvre maudite, qui se mérite, nous parasite, nous pénètre tel un sodomite puis brusquement nous quitte.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


01 décembre 2018

Hula hoop (Laura)

 

Rien à faire rimer hoop, je suis bien embêtée
Au niveau sens, hop irait bien mais ce serait tricher
Après le hula hoop, on pourrait boire un sirop noyé
Dans la limonade, mais c'est  bien, trop alambiqué

Trop: voilà un mot pour qualifier certains ateliers
D'écriture, trop intéressant et drôle, compliqué
Parfois pour l'un ou l'autre mais faire rimer
Des bouts , j'abandonne; un acrostiche à tenter?

H  comme hop, comme un yaourt à boire
Un jeu, un sport qui affine la taille
La musique qui vous entraîne
Avec les mots, c'est difficile

Hourra pour ceux qui y arrivent
Oser écrire , oser tourner et vivre
Oser la danse rythmée et intense
Parabole du cercle ultime.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

24 novembre 2018

Gastéropode (Laura)

l

Gastéropode

 

Je pourrais raconter à nouveau la petite histoire de l'escargot bleu[1]
Qui s'inspire de la comptine de la souris verte de mon enfance.
Je pourrais en dégoûter certains en parlant de manger ce gastéropode.
Je pourrais me dégoûter moi-même en parlant des limaces.
Je préfère parler des courses d'escargots (et d'asticots) quand j'étais petite.
Je souhaite aussi évoquer la souffrance de l'hermaphrodite de Cannelle[2].
Je ne peux pas ne pas penser aux fossiles de mes parents que j'aime
Bien que la bave d'escargot[3] nous ait éloigné plus vite que rampe le gastéropode.
Vais-je terminer par de la poésie, celle de Desnos[4] ou de Prévert[5]?
Je vais rajouter de l'art parce que sa représentation sublime le gastéropode[6].



Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

17 novembre 2018

Le camp des fanfreluches contre moi (Laura)

 

Elles changent de couleur de cheveux comme moi de chemise en hiver
Elles font des mèches, des brushings, des frisettes, des lissages, balayages
Moi, la seule fois où j'ai fait ça, je me suis brûlé les cheveux au troisième degré
Dans les années soixante-dix, elles ont mis des perruques, j'étais trop petite
Ca, ça m'aurait bien plu, changer de tête sans y passer des heures
Elles mettent des serre-têtes, des chouchous, des barrettes, des fanfreluches
De cheveux, passent une heure dans la salle des bains; j'aimais cette
Sensation des cheveux, surtout l'hiver, mais ça prend trop de temps.
Alors, j'ai coupé, court, très court, pratique pour les premiers cheveux blancs et la  piscine.
Que voulez-vous, je ne suis pas une vraie femme, une femme normale?
Ce qui se voulait une insulte, une critique, je l'assume et je l'agrémente de mes fanfreluches:
Boucles d'oreilles et autres bijoux  voyants, pendants, colorés, enfantins
Sur des vêtements avec peu de fanfreluches[1] mais aussi beaucoup de couleurs vives
Et peu de pastel-bébé ou sombres qui font sérieux, moi, je suis une folle sérieuse!

10 novembre 2018

 


[1] http://www.cnrtl.fr/definition/fanfreluche

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

10 novembre 2018

Ectoplasme (Laura)

 

Il garde sa doudoune à la bibliothèque; la porte depuis le milieu de l'été chaud.
Il répète vingt fois qu'il a froid sans se  remuer pour autant plus que ça.
Il se déplace sur ses baskets hors de prix comme en lévitation, sans enthousiasme.
Il garde son écharpe même chez lui car il craint les courants d'air interne.
Comme il craint le froid, il craint le chaud; il veut une climatisation mais  bronze.
Il fuit les risques d'allergies printanières et les pluies automnales.
Il serre son gilet sous le frais vespéral, qu'aime-il au juste?
A-t il du jus de navet qui coule dans ses veines?

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


03 novembre 2018

Visages et paysages (Laura)

 

Les visages s'effacent derrière les paysages
Qui disent plus l'âme que les portraits
Même parfaitement réussis, comme si les traits
Du visage mentaient plus que les lignes du paysage

Charles Baudelaire par Nadar, portraitiste de la bohême
Entre 1855, année de la mort de Nerval, membre du Cénacle
Et 1858, au moins trois séances de pose , la perte
Du négatif dit la préciosité de cette unique épreuve.

Ce visage brouillé, le regard ailleurs est-il resté à l'île Maurice
Que Baudelaire a dépeint dans "Parfum exotique", un des  paysages
Qui dit l'âme du poète comme le "Ciel brouillé[1]" , "L'invitation au Voyage",
Les "Tableaux parisiens" et les "Petits poèmes en prose."

Le portrait de Nerval par Nadar[2] une année avant sa mort, rend visible
L'invisible d'un homme qu'on a enfermé dans sa folie, alors que son paysage
S'étend bien au-delà de la Rue de la Vieille Lanterne
Et de l'Ancien Consulat de Turquie où il fut soigné par le Docteur Blanche

Les autoportraits de Nadar, de Rembrandt sont des daguerréotypes
De leurs âmes, spectres échappés d'une époque et d'un paysage
Moulins ressortant sur un ciel de Hollande, Desbordes-Valmore
Poétesse loué par Nerval, qu'Obispo a eu le mérite de refaire entendre

Les visages s'effacent derrière les paysages
Qui disent plus l'âme que les portraits
Même parfaitement réussis, comme si les traits
Du visage mentaient plus que les lignes du paysage

 

 

 


[2] http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2012/11/14/silhouette.html

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

27 octobre 2018

Mon joli papa cht'mi (Laura)

 

Mieux que beau-père, joli papa
Vous va comme un gant
Et dit vraiment
Ce que vous êtes pour moi

Le père de l’homme que j’aime
Bien-sûr mais aussi
Celui qui se soucie
De mes besoins et s’inquiète

De mes tristesses, s’enthousiasme
De mes joies
Sans forcément les comprendre
Mais toujours là.

Alors quoi de plus normal
Que je vous aime, joli papa
Autant ; quoi de plus normal

Que d’aimer un si joli papa

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

20 octobre 2018

Jamais amour toujours (Laura)


Si tu arrêtes de faire  le bachi-bouzouk
Je t ‘emmène danser le zouk
 

Cette danse où il serait bizarre
D’être à un mètre
 

Je n’aime pas valser
Ca me rappelle trop le passé
 

Ne joue pas au clown, sois chic
Tendre et romantique
 

Avant de me montrer ton bijou
Celui qui passe-partout
 

Ne fais pas l’idiot
Suce mon abricot
 

Faisons l’amour
Sans jamais dire toujours

 
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

13 octobre 2018

Arnaque de la semaine (Laura)

 

Lundi, au travail, ma poche vibre(mon téléphone est en silencieux vibreur); je consulte le SMS: Vous avez fait un achat de ...euros. Si vous avez fait cet achat, faîtes tel code, sinon téléphonez au .. .. .. .. ...

J'appelle  mon mari, sans y croire(on ne fait généralement pas d'achat de ce montant sans le dire à l'autre) pour lui demander s'il a fait cet achat.

J'appelle le numéro où un homme m'explique peu aimablement qui il est et me demande les quatre premiers numéros de ma carte; je lui dis que je suis  au travail et que je n'ai pas ma carte sous la main; il se montre encore moins aimable. Il me dit qu'on a bien tenté de faire un achat avec ce numéro de carte sur internet, que ça a été bloqué.

Je rappelle mon mari pour le rassurer. Le lendemain, il appelle la banque pour leur expliquer tout ça, on lui conseille de faire opposition sur cette carte.

Mon mari rappelle l'homme que j'ai eu pour avoir des détails: il y  a eu plusieurs tentatives d'achat... bloquées sur nos ... deux cartes.

Mon mari rappelle la banque pour faire opposition sur nos deux cartes en expliquant ce qui s'est produit. La banquière trouve ça bizarre, appelle le numéro et nous rappelle pour nous dire que l'homme sensé veiller sur notre sécurité bancaire... est un arnaqueur.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

06 octobre 2018

Des zakouski, oui ! mais ....avec des bulles (Laura)


Des zakouski, oui ! mais ....avec des bulles.
Je vous entends déjà me répondre, voire
Répliquer que le champagne, madame
N'est pas à la portée de toutes les bourses.
Et je vous expliquerais que je viens d'une plaine
Où  une vieille ville a la forme d'un bouchon
De ce breuvage qu'on donne aux malades.
Je suis née dans la capitale historique de la Champagne
Où les foires du même nom ont fait sa richesse.
Là-bas, on boit du champagne à l'apéritif
Comme de la bière ou du vin blanc.
Parfois, même comme pour beaucoup de boissons
Alcoolisée, boire une coupe sera moins cher
Que boire un jus de fruit qui se marie moins bien avec les zakouski.
Là-bas, le champagne ne se boit pas spécialement
Avec les desserts mais pour les fêtes, il coule à flots
Car une bouteille de producteurs, avec parfois les mêmes
Bulles que les grandes marques mais sans leur prestige
Qui fait le prix. Pour notre mariage en terre auvergnate,
J'ai pu offrir du champagne à petit prix venant d'un supermarché
A bas coût, meilleur que certaines bouteilles de grandes marques
Aux bulles acides et vertes qui donnent des aigreurs.
Les invités du vin d'honneur ont eu l'air d'apprécier
Car ils ne voulaient pas nous laisser commencer le repas
Où on a bu très peu de vin  et beaucoup de champagne.
Des zakouski, oui ! mais ....avec des bulles.
Dans le Nord, dans le sud-ouest, en Auvergne donc,
Dans la Loire, Au Maroc même, dans la Drôme,
En voyage, je remplace le plus souvent le champagne
Par du pétillant moins cher et parfois meilleur qu'une
Mauvaise bouteille de champagne. Ce fut de la blanquette,
Du crémant, du Cava, peu importe le nom, la marque
Et l'étiquette, pour vu qu'on est de la pétillance.
Des zakouski, oui ! mais ....avec des bulles.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,