C'est moi que j'suis la nonne* du fourlineur**

Oh, M'sieur l'agent, vous pouvez toujours courtauder, vous ne l'attraperez pas. Il a filé derrière les puchoirs, il a dû s'y désaper, et à cette heure il doit être loin ! Tiens vous devriez visiter les puchoirs,  je suis sûre qu'il y a planqué ses freloques !
J'l'avais r'péré d'puis un moment, c'te grand travoul!
A quoi j'ai vu que c'était un travoul ?  ça se devine à vue de nez, y'a pas une femme qui met encore des faux cils de nos jours, à part les levantines de Bollywood et des feux de l'amour.
Ça, ses mollets musclés et ses escarpins au moins du 54, j'ai bien compris que c'était un travoul, malgré toutes ses freloques.
Il était là à muter les bijoux en respirant fort comme un nummulutique, ça sentait le mauvais coup.

A vot'service !

Allo, Alfred ? Tu peux sortir des toilettes, ils sont partis dans les puchoirs. Passe par les jouets. Dans une heure, j'ramasse le sac dans la gaine des fluides, j'te r'trouve à la maison. à'c'soir !


…………………


* nonne : Aide du tireur, compère, complice, acolyte du fourlineur.
** fourlineur  Voleur à la tire, avec adresse, qui vole dans les poches, dans les foules et sur les étalages des marchands.