La foule l'entoure. Elle se sent bien, comme dans une couverture ou un bon bain chaud.
Tous ces inconnus qui, l'espace d'un temps très court, ne forment qu'une masse de coeurs battants à l'unison, sont réunis pour une seule et même chose: l'arrivée du Nouvel-An.
Le compte à rebours défile sur l'écran; tout le monde, en choeur: dix, neuf, huit... plus que quelques secondes... quatre, trois, deux, un!!!

Mais en lieu et place de la liesse annuelle, rien. Les écrans se sont éteints, la foule s'est tue.
Elle se retrouve seule dans ce qui semble être une pièce noire. Un malaise l'envahit, contre-coup après l'excitation recente qui la pousse au bord de la nausée.

Elle se met a crier. Des cris sourds et aphones, puisqu'elle même ne les entend pas. Puis elle sent qu'on la secoue... elle entend une voix familière.

- Yanetchka! ça va? tu criais...
- Mmmm... Cauchemar... Pas grave... Beaux nénés, ma chérie...
- Hein?...

Mais déjà, l'intéressée était retournée dans les bras de Morphée.