Pol Onbreuz est un nom qui ne vous dit rien. C’est normal. Vous ne le connaissez pas. C’est un homme de l’ombre.

C’est l’ombre que vous croisez sans y prendre garde au soleil de midi, c’est le vent de la nuit, la rosée du matin et le sifflement du train ce soir dans le lointain…

Pol Onbreuz a un autre nom, un autre métier. C’est un homme seul, divorcé, deux enfants grands déjà. Vous l’avez peut-être croisé déjà, peut-être l’avez-vous déjà appelé au cœur d’une nuit fébrile. Vous avez lu sur sa petite carte professionnelle un autre nom et il vous a suffi. Peu importe le nom, que l’enfant guérisse c’est tout ce qui comptait. Vous avez observé ses gestes, noté la douceur de son regard et remercié le ciel qu’il y ait encore des médecins de garde dans notre si beau pays. Vous avez pris l’ordonnance, serré la main tendue et ce n’est que quand les phares de sa voiture ont disparu au bout de la route que vous avez ajouté : « ils ne se font pas chier quand même, nous faire payer le tarif de nuit pour un rhume… ». Et vous êtes retourné vous coucher, rassuré.

Pol Onbreuz est un nom qui ne vous dit rien. C’est normal. Vous ne le connaissez pas. C’est un homme de l’ombre.

C’est la voix qui apaise, la main posée sur le ventre noué, les pieds trempés, le dos courbé parfois aussi…

Pol Onbreuz a un autre nom, un autre âge. Vous avez lu sur sa carte qu’il était né en 46, vous en avez logiquement conclu qu’il a 52 ans. Il n’a pas 52 ans. Il n’a pas d’âge. Il a eu celui d’être enfant, celui d’aimer et celui d’enfanter, celui des illusions et des désillusions, celui de la raison plutôt que la folie. L’âge du consultant d’habitudes, l’âge de raison… C’est ce que vous croyez sans même avoir eu à le formuler. Mais un homme de l’ombre ne peut pas avoir d’âge, on croit le tenir entre ses doigts, il n’est déjà plus là.

Pol Onbreuz est un nom qui ne vous dit rien. C’est normal. Vous ne le connaissez pas. C’est un homme de l’ombre.

C’est le téléphone soudain muet, la lettre retournée à son expéditeur, la plaque déboulonnée et l’écho qui ne revient pas.

Pol Onbreuz a un autre nom, un autre visage. Vous croyez vous souvenir qu’il porte des lunettes et des vêtements sombres, des cheveux bruns, peut-être quelques cheveux blancs. Quelle est la couleur de ses yeux ? Vous ne le savez pas. Il porte des lunettes, il a l’air sérieux. C’est tout ce qui vous importe.

Pol Onbreuz est un nom qui ne vous dit rien. C’est normal. Vous ne le connaissez pas. C’est un homme de l’ombre.

C’est le soupir des anémones,  le doux parfum sans nom, les empreintes de l’écureuil dans la neige et la tendresse des pierres précieuses.

Pol Onbreuz a un autre nom, un ailleurs. Il n’a pas de maison, pas de village, pas de ville, pas de pays. Un ailleurs qu’il ne sait pas toujours retrouver. Des kilomètres avalés, de la musique dans une auto, la terrasse d’un café et le souvenir des pavés. Vous avez sans doute lu une adresse dans l’annuaire et vous vous en êtes contenté. Il ne s’en contente pas. Pour seul véritable bagage une photo scotchée sur un mur. Un homme qui joue du piano…

Un danseur de paso-doble dans un monde de karaoke.

Pol Onbreuz est un nom qui ne vous dit rien. C’est normal. Vous ne le connaissez pas. C’est un homme de l’ombre.

C’est une heure figée au cadran de votre horloge. 23 h 59.

Vous avez appelé, il vous a dit qu’il arrivait, il viendra. Vous pensez que peut-être il était avec des amis, lui aussi faisait le compte à rebours, lui aussi attendait la nouvelle année. Mais vous vous trompez.

Vous ne le connaissez pas.

Vos mains sont glacées, vous avez du mal à respirer et ce cœur qui s’emballe… Ce serait trop con de partir avant d’avoir connu au moins une fois le goût de la vie. Elle repasse devant vos yeux, ce cadran comme bloqué, cette minute qui vous semble durer une éternité… Mais que fait-il ce connard de médecin ?

Vous guettez chaque bruit mais vous n’entendez plus que votre cœur qui n’en fait qu’à sa tête. Un cœur peut-il avoir une tête ? Vous délirez sans doute, jamais vous ne vous êtes posé ce genre de questions idiotes…

Vous vous allongez, vous ne pouvez plus tenir debout. Vous sentez chaque détail du lit comme si vous étiez vous-même ce lit. Vous ne pouvez pas vous empêcher de penser que c’est peut-être votre lit de mort. Vous avez peur.

Vous avez été prudent toute votre vie et vous commencez à douter. Une vie courte et courageuse vaut-elle plus qu’une vie longue et prudente ? Et qu’est-ce que c’est d’abord que le courage ? écoute ton cœur dit une petite voix dans votre tête folle…

Un cœur peut-il avoir une voix ? Vous délirez sans doute, jamais vous ne vous êtes posé ce genre de questions idiotes…

23H59.

L’homme de l’ombre arrive enfin.

Une nouvelle année pointe le bout de son nez. Une nouvelle année peut-elle avoir un nez ? Vous vous sentez ridicule avec vos questions stupides. Vous fermez les yeux.

L’homme de l’ombre fait les gestes qui sauvent. Vous ne le connaissez toujours pas.

Juste après son départ, vous avez presque l’intention de courir après pour lui dire que c’est un brave homme mais tout de même, vous pensez qu’il aurait pu arriver plus tôt. Vous n’avez même pas eu le temps de le remercier. Ce n’est pas si grave, après tout, c’est pour ça qu’il est payé. Et plutôt bien, même…

De toutes façons, il s’est sauvé.

N’arrête pas qui veut le vent de la nuit, la rosée du matin, le sifflement du train ce soir dans le lointain…

…et les feuilles qui se détachent tendrement de l’arbre.