J'aurais peut-être dû m'intéresser à l'étymologie de ce mot étrange (pondu de toutes pièces par son inventeur) mais Laura, notre documentaliste attitrée le fera pour moi (ou pas...).

Je ne me rappelle pas la dernière fois où j'ai vu  un instrument de ce genre pourtant si courant au temps de ma jeunesse où cet assemblage simple et quelques débris colorés généraient une infinité d'images propres à éveiller l'enthousiasme de l'observateur.

Il faut bien reconnaître qu'aujourd'hui où l'image électronique règne en maître (que dis-je, en despote) sur notre monde (inter)connecté, on peut vous fabriquer des images bien plus bluffantes avec un petit coup de programmation, plus besoin de tube en carton, de miroirs, de verre dépoli. Un bête clic suffit à vous faire plonger dans les profondeurs de l'espace de Mandelbrot par exemple.

Comme vous le lirez, le calcul générant l'image est assez simple, mais plus on veut de détails plus il faut d'itérations et c'est ça qui prend du temps et bloque votre ordi pendant des jours, des jours et des jours.

Ne vous laissez pas hypnotiser surtout, y a un bouton pour stopper le défilement. Et si vous en avez marre, vous pouvez toujours vous bricoler un petit kaléidoscope.