Aujourd’hui,  les gros propriétaires terriens parlent toujours de cerfs dix cors qu’ils rêvent de voir au détour d’une laie, de destruction massive des rongeurs qui, disent-ils, saccagent leurs récoltes, de battues au sanglier qui sont parfois risquées –  et qui font les choux gras des quotidiens ;  mais de celles-là, on ne parle jamais entre chasseurs !

 http://www.20minutes.fr/lyon/1963091-20161117-ardeche-chasseur-attaque-enorme-sanglier-lors-battue

 On ne voit plus guère de chasse à courre avec force trompes et meutes  fébriles, mais dans les campagnes, à la saison autorisée, il n’est pas rare de croiser des panneaux censés attirer l’attention du promeneur ou de l’automobiliste et portant cette recommandation : Attention, chasse en cours !

Les hobereaux ont changé de vêture mais les ragots vont toujours bon train, on ne sonne plus guère de la trompe pour annoncer l’hallali, mais les portables vibrent dès que la bête est cernée, et le tableau de chasse fait la joie des valeureux chasseurs, avant de se le partager et de bâfrer jusqu’à plus soif.