Les mots endimanchés

Ou en robe fripée

Ceux qui poussaient le vent

Plus loin que l'océan

Ou s'abreuvaient aux larmes

Des saisons sans sommeil

Ceux qui tressaient l'ivresse

Dans les yeux des amants

Ou frappaient à la vitre

D'un matin de printemps

Ceux qui chantaient plus fort

Que le merle au jardin

Tous ces mots jaillissaient

Ils faussaient compagnie

Au cahier d'écolier

Qui sut les retenir

Reclus dans le silence

Couchés près de l'oubli

Ils prêtaient leur mémoire

Aux pleins et aux déliés

D'une histoire singulière.

Ton histoire.