« Putain, merde ! Mes clés ! »

C’est plutôt un refrain connu de tous les automobilistes, mais moi, ié né pas dé ouatoure, je suis berger. Si. Et je me demande bien où sont ces fichues clés. Merde !

Encore une farce de la Blanchette ? la Marguerite ?... Bon sang, qui pourrait bien avoir l’usage des clés de ma bergerie ? Je ne suis pas fou, je les avais bien rangées là, hier soir…

Et allez, faut qu’je redescende au village. De toute façon, j’ai le meilleur des bâtards comme clébard. Le troupeau sera bien gardé.

 

Tiens, c’est joli ces clématites sur le balcon de la Louise… Elle doit être au bistrot avec les autres, je vais y aller voir direct, je gagnerai du temps.

Déjà, entreprendre la Clémence. Si y a une connerie dans l’air, elle sera au courant. La dernière fois, c’était mes bottes et elle a pas été longue à me cracher l’morceau. C’est bien simple : tu lui souffles une question et elle joue du clairon comme à la parade.

Bah, pourquoi il a mis une clepsydre devant la porte le Norbert ? Il se la pète Gardien du Temps ou bien ? N’importe quoi… D’accord, on y passe du temps dans son rade, mais de là à se prendre pour Saturne.

Bon… j’cuisinerais bien le Robert à la clé de douze, juste pour le plaisir, mais à part sa gueule de con, j’ai rien à lui reprocher, il est bon comme le pain.

Noël, à part des clémentines dans le panier des treize desserts, y s’rait pas fichu de piquer quoi qu’ce soit, l’abruti. C’est vrai qu’c’est moche la consanguinité…

Ah ben il est là aussi le clergyman ? Oui bon, disculpé d’office… pas tant pour sa moralité (hautement discutable), mais parce qu’il est encore plus bigleux que Saint Antoine.

Y aurait bien eu le clerc - un type obscur, mais il est en ville.

Quant à Riton, à part nous saccager la Marseillaise en clé d’ut les jours de défilé y sait rien faire d’ses dix doigts. Même en clé de sol, il nous la viande, le fat !

 

Un cleptomane au village ?... bon, mais qui ? Non, j’vois pas.

Qui irait voler ses clés au pâtre ?