A la veille de la guerre, Georges Grard travaille à une œuvre qu'il appellera "La Mer". Comme souvent chez lui, il s'agit d'une femme aux rondeurs voluptueuses.

Après la guerre, le casino Kursaal, détruit par les Allemands, est reconstruit. Les Ostendais demandent à Georges Grard une sculpture pour l'orner: ce sera "La Mer".

Mais on est alors au début des années cinquante et cette nudité est jugée choquante. Au même moment, d'ailleurs, l'évêque de Tournai menace et proteste contre une autre œuvre de Georges Grard, La Naïade: c'est l'évêque qui gagne la dispute et la pauvre naïade sera reléguée sous un pont où elle ne risque pas de choquer le regard du passant.

A Ostende, c'est le journal local, De Zeewacht, qui mène le combat contre "cet outrage aux bonnes mœurs" et lui donne son surnom, Dikke Mathille.

En réalité, c'est plutôt la pauvre baigneuse qui est outragée: on la peinturlure, on lui jette des pierres, on essaie de la détacher de son socle...

Elle a finalement été déplacée: les édiles ostendais ont cru qu'elle serait plus à l'abri si elle se trouvait entourée d'eau, dans le parc. Là, les "blagues" ont continué, comme par exemple jeter des kilos de poudre à lessiver dans son plan d'eau pour qu'il se transforme en bain moussant.

Ces dernières années, il est parfois question de la remettre à sa place d'origine, au-dessus de l'entrée du Kursaal: c'est l'occasion d'un nouveau débat autour de Dikke Mathille, qui fait désormais partie du folklore ostendais ;-)