Il m’avait dit ‘ notre voyage de Noces sera inoubliable.

Il n’était pas courtier à Wall Street, ça je le savais, mais de là à accepter notre séjour dans ces habitations de fortune !!

Je m’étais habituée étudiante à me réveiller à 5h 30 pour mes cours de 9h , ici le soleil pénétrait la toiture à cette même heure pour vous   flasher en pleine gueule

C’est là que j’ai perdu ma virginité dans ce wigman.  j’aurai préféré être dépucelée  par un golfeur ou une star  de rugby dans un cinq étoiles ..j’avais derrière mes longs cils des visions de lustres dorés de draps de soie.

Mes pieuses narines ne percevaient que le purin des cochons qui servait ici d’encens. Mon époux était en train de perdre son AURA et ça il l’ignorait.

J’ouvre maintenant lentement mes yeux sur cette putain de cabane qui tient lieu de lit de noce de chambre des roi et reine .je me rends compte que c’est un jour férié le jour de mon dépucelage, peut être le lendemain de mes pires jours de ma vie si on persiste à rester ici .il faut que je laisse mariner mon psychisme dans la plus épaisse et la plus dense marinade le plus longtemps possible avant de dégoupiller à la gueule de Jonathan.

Il est hautement improbable qu’après ce séjour nous restions ensemble me dis je . A quoi vont donc ressemblaient ces prochaines années si déjà le luxe est pour lui ce wigwam .

 

Jonathan ressemble à une loque ce matin son costume est tout froissé , de toute évidence il ne s’est pas couché de la nuit .Et pour une fois dans sa vie il a les cheveux en bataille .Un tel spectacle me dégoute, mais bon je ne suis pas non plus au meilleur de ma forme .Mon premier réflexe est de filer à la salle de bain , mais ici il n’y a pas de salle de bain , ni de miroir .Bon aujourd’hui on va ignorer l’emballage et on va se concentrer sur le contenu de nos âmes .

 Qui essaies -tu de tromper semble me dire Jonathan en regardant mon reflet dans la flaque à purin .je me rends compte que mon pyjama de flanelle est de trop .

Mon soupirant a l’air amusé devant mon désarroi. je voudrais écouter au réveil un opéra italien, mais je l’avoue je préfère son missile à tête chercheuse qui vient frapper mon périnée . Soudain le wigwam se referme comme les portes coulissantes d’un silo mes cuisses font de même.

Je remords les lèvres pour ne pas couiner comme les cochons qui tendent l’oreille vers le wigwam.La chevauchée est courte au petit matin, mais j’avoue j’en avais besoin .

v