15 juin 2019

accident vasculaire (joye)


mince

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,


Le duel (Venise)


Ils l’ont cherché toute la nuit avec des lanternes
Quel beau visage éclairé doucement par un rayon de lune ! s’exclame le premier serviteur du prince
Quelques pièces d’or sont étalées dans l’herbe folle .
A son bras gauche un papillon noir bat des ailes.
La sœur du prince arrive en larmes ;

Theodore, Theodore que t’es -t-il arrivé
Encore un duel de trop crie -t elle
Il tourne la tête, la jugulaire presque tranchée et le sang qui ne cesse de s’écouler.
Prends la bague murmure -t-il à sa sœur ouvre là .
Il vient de se rappeler à l’instant les mots de son père.
« N’ouvre cette bague que si une grande menace advient. »
La poudre d’étoiles qu’elle contient te sauvera alors .
Léopoldine s’exécute sur le champ .

v

 
Soudain la montagne devient bleu et le château au loin blanc comme neige
Que dire à présent pense le prince alors qu’une deuxième vie vient de lui être accordée.
Ce matin il a trouvé sous sa porte le faire part d’un ami décédé à un duel.
Il reste immobile et silencieux puis,  fou de rage il interdit les duels dans tout le royaume.
Une manière pour lui d’être plus égal aux autres dans l’adversité.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

La bride sur le cou (Vegas sur sarthe)


Découvrant son vocabulaire
je sus qu'elle était bipolaire
je vivais un mauvais thriller
elle parlait de travellers

Juchée en perpendiculaire
balançant ses aréolaires
elle brandit un formulaire
parlant d'anneau et d'annulaire !

Mes rhumatismes articulaires
et mes ennuis testiculaires
auraient pourtant dû lui déplaire
je grelottais sous ma polaire

Elle fit le funiculaire
et la brouette pendulaire
la galoche mandibulaire
et le ciseau grand-angulaire

Elle s'appelait Marie-Claire
et était gendarme auxiliaire
quand j'ai crié « la belle affaire »
elle a serré la jugulaire ...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

Le casque de dragons de la Garde Impériale (Lecrilibriste)

 
- Moi, j'veux çui là !
- Çui-là ? Mais pour te déguiser en quoi ?
- en çui-là
- Mais c'est pas possible , Pépé ne le prête pas, celui-là , c'est le casque de dragons de la Garde Impériale du grand-père de ton arrière, arrière grand-père, on peut pas le prendre, il est à Pépé et il est sacré !
- Eh ben moi, j' veux çui-là quand même !

- Il est dans la vitrine, on ne peut pas le prendre
- Si, on peut le prendre, un jour, Pépé me l'a mis sur la tête
- Pépé te l'a mis sur la tête ???, ça m'étonnerait !
- T'as qu'à lui demander...

- C'est vrai Papa que tu as mis le casque de Dragons sur la tête de Charlie ?
- Pépé est un peu embêté
- Oui, quand vous l'avez laissé le soir de votre fiesta avec les copains. Je lui ai raconté l'histoire du colonel Chabert pour l'endormir !
- Pour l'endormir ?? ? l'histoire du Colonel Chabert ??? Eh bien c'est pas étonnant s'il fait des cauchemars !
- Non, t'inquiète, j'ai un peu modifié l'histoire, la mienne se finit bien !
- Ouf, je suis rassuré, mais quand je pense que nous, on avait le droit que de le regarder et que tu lui as mis sur la tête ! Alors là, t'as fait fort  et t'as réussi, maintenant, il veut le casque pour Mardi-Gras !

Pépé ne refuse rien à son petit fils, le seul à pouvoir transmettre le nom illuste du premier grenadier de la vieille garde, l'ancêtre prestigieux, le fier dragon de la Garde Impériale.

…........

Alors, Pépé est embêté car mettre un casque sur la tête de Charlie, juste pour lui faire voir et lui laisser pour la journée avec les copains,. Pas possible ! Il faut trouver une astuce...

Mais Pépé a de la ressource … Il appelle …. Charlie, Charlie …Viens ici  et va me chercher ma casquette noire pour le sacre du Dragon de la Garde Impériale.

- C'est qui que tu vas sacrer ?
- Toi bien sûr !
- Pour ça, il te faut un casque de Dragon ! Celui-là est trop vieux, il t'en faut un neuf, car les dragons avaient chacun le leur  …. Et ils ne le prêtaient pas, tu peux me croire !
- C'est vrai ?
- Oui, c'est vrai !

Tiens une tombée de tissu velours en imitation panthère, ça devrait faire mon affaire pour le turban ... et puis ce vieux pompom rouge du vieux rideau du salon sera parfait pour la houpette du cimier...

Me voilà bien ….Moi qui rouspète toujours après ma femme qui fait des conserves  !!! Allez, le carton d'un papier toilettes peint en noir pour tenir le pompom. Tant pis, je fais un trou à la casquette pour le planter et je crante dessous pour le faire tenir … avec un peu de colle, quand même

Manque plus que l'aigle... L'aigle ... Je vais le peindre en doré.... Et la jugulaire....

- Qu'est-ce que je vais bien lui trouver, au gone, pour la jugulaire  à écailles ?
- Pardi, un cordon tressé lui dit sa femme ! J'ai justement du cordon noir ...Allez, Je te la fais ta jugulaire !
- Magnifique !

Charlie s'admire dans le miroir. Ses yeux brillent, il guerroie devant le miroir...

Il sera demain le Colonnel Chabert et jouera du tambour et du sabre en carton toute la journée, mais le soir, épuisé, il serrera ses doudous sur son cœur en rêvant aux exploits incroyables du Colonnel Chabert, à son merveilleux casque de dragons et aux zim ba boum ba boum tralalère, zim ba boum ba boum tralala.

Charlie apporte la casquette, Pépé la pose sur la tête de Charlie et règle la largeur . Puis il va fouiller dans les tiroirs de couture de sa femme …. il va bien trouver quelque astuce pour la transformer cette casquette !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

Coïncidence (Walrus)


"Jugulaire, jugulaire..."

J'aime autant vous dire que je n'avais pas à juguler le flot de mes idées pour répondre à cet appel tandis que je rentrais en voiture d'avoir été remettre un pain fait maison par ma femme à une de ses amies juste rentrée de clinique. Vous suivez ?

Mon épouse m'avait délégué la livraison parce que, comme chaque année à la même époque, elle ne voulait pour rien au monde louper la retransmission du Trooping the colors*.

Au moment de mon retour, c'étaient les King's Troop qui défilaient. Je jette un coup d'œil à l'écran...

wking4

Ben zut, y a des artilleuses maintenant !

J'ai fait mon service militaire à l'artillerie (vous savez bien : "Regis Ultima Ratio") et j'ai pas vu la moindre artilleuse, je ne suis pas né à la bonne époque !

Comment ? Si j'avais le même costard ? Non ! ... enfin, si, un jour j'en ai porté un similaire pour une cérémonie et non, je n'ai pas de photo, je l'ai déjà dit.

Grâce précisément à l'artilleuse qui tourne la tête à droite et vous permet ainsi d'admirer son chignon, vous pouvez constater que la jugulaire de sa toque passe largement derrière le menton alors que dans les régiments de la Garde...

w563

Ah ! Vous vous demandez bien pourquoi ces guignols à bonnet d'ourson portent la leur à l'avant du menton, sous la lèvre inférieure, hein ?

Mon épouse connait la réponse (bon, elle lui a été soufflée par le représentant britannique engagé pour la circonstance par la RTBF) : en raison du bras de levier dû à la hauteur du bonnet et du poids de ce dernier, si un grenadier recevait un projectile en haut (et forcément à l'avant, un soldat de la Garde fait toujours face à l'ennemi) de son couvre-chef, le recul de celui-ci lui brisait la nuque. Il fallait donc qu'en pareille circonstance le bonnet tombe, raison pour laquelle sa jugulaire ne passe pas sous le menton. CQFD !

Qu'est-ce qu'on dit à tonton Walrus ?

Chapeau !

Merci !

___

* Oui, je sais, la vidéo date un peu, merci aussi de l'avoir remarqué...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,


"Jugulaire?" (Laura)

 

Je ne sais pas si je suis vraiment dans le sujet si je dis que je n'aurais jamais pu exercer une fonction qui m'oblige à porter une jugulaire car je ne supporte pas d'avoir quelque chose qui me serre à cet endroit-là de mon corps; à la rigueur, une écharpe en hiver ou un foulard en arrière- saison, parce que ça s'enlève.

Ça a commencé à l'adolescence avec les cols roulés qui étaient très à la mode  dans les années quatre-vingt et les chemisiers blancs à collerette car j'étais dans un établissement de sœurs avec uniforme "jupe marine, chemisier blanc, chaussettes blanches"

Ça se poursuit aujourd'hui avec les blouses d'examens ou d'opération et j'en ai porté pas mal ces dernières années

La blouse chez le coiffeur

Je tire tellement le col que la blouse finirait par ne plus servir à rien.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

L'artichaut (maryline18)

 

Je lui ai dit :

- je vends ! Vous croyez pouvoir en tirer un bon prix ?

Il m'a regardé d'un air dubitatif et m'a lancé :

- j'chais pas, moi, faut voir...!

- Faites pas la fine bouche, elle a encore sa place sur le marché !

- Vous me faite visiter ? ( Il avait l'air pressé. )

- Allons-y !

- Le coeur n'est plus tout neuf, à ce que j' vois, il s'effrite, regadez, il part en feuilles, ( il le touche), et...il est chaud, bien qu'encore vert ! Bon, continuons !

- Les jambes, non mais regardez moi ces jambes ! Elle sont bien trop près du cou, un mauvais coup sur la jugulaire et hop...plus personne !

- Les bras...bien trop courts ces bras, mais bon, il n'enserrent plus que du vide, c'est un moindre mal, n'est-ce pas ?

- Les mains...oh, elles sont douces...mais tâchées hélas, dommage !

Je n'ai pas pu tenir ma langue :

- Mais elles rendent encore bien des services et elles ont de l'expérience !

( Là, il a pouffé de rire ) :

- De l'EXPERIENCE, dites-vous ! Mais les futurs acheteurs ne recherchent pas le savoir faire, mais la beauté, Madame, oui, la beauté ! Poursuivons, voulez-vous ?

Quand j'ai entrouvert la porte du haut, il a fait un pas en arrière.

- Vous déménagez ! C'est quoi tout ce désordre, et ces cartons éventrés là !?

J'ai eu honte, d'un seul coup..."Pardonnez moi, je n'ai pas fait le ménage. Là, gisent des vieux souvenirs que je n'ai pas eu la force de jeter et ici, des cartons d'illusions complètement périmées.

- Et ça ? Cette valise à moitié pleine...ou à moitié vide !

- Oh, c'est celle de la chance, il n'en reste plus qu'une moitiè, l'autre s'est faite la malle.

Un peu agacé de ne rien trouver de grande valeur, il poussa la porte du fond et alors, un rayon de lumière arriva jusqu'à nous, en faisant danser des milliers d'étoiles emprisonnées dans son faisceau éblouissant. Mon cri sortit simultanément :

"NONNNNN!"

Le vent produit par celui-ci fit se refermer la porte aussitôt.

Il me regarda abasourdi :

- Mais qu'elle est cette pièce mystérieuse et tellement lumineuse, laissez moi y entrer voyons !"

( Je lui barrais le passage, prête à en découdre ).

-Non ! il faudrait pour cela que vous me passiez sur le corps ! C'est mon jardin secret, le cadeau bonus réservé à l'acheteur du lot.

- Et bien, vous auriez dû me faire entrevoir cette pièce au début de la visite, nous aurions gagné du temps !

- Mais, j'ai tout mon temps...et il me reste un peu de sel pour relever le goût de la vinaigrette... celle, pour accommoder le reste de mon coeur d'artichaut !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

08 juin 2019

Défi #563


Levez la tête et bouclez la...

Jugulaire

5631

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Main dans la main par bongopinot

 

Mon cœur incandescent

A la chaleur de tes bras

Notre amour si brillant

A chacun de nos pas

 

L’étincelle dans tes yeux

Me fait la vie plus belle

Intense comme le feu

De nos premiers noël

 

Ensemble depuis trente cinq ans

Et aucune ombre au tableau

Seul la lumière accumulée au fil des ans

Éclaire et soulage tous nos maux

 

Pourvu que dure encore

Ces bonheurs tendre et simple

Où peu importe le décors

Du moment que l’on est ensemble

 

Même si on a eu des coups dur

On les a affronté à deux

Et pour notre futur

N’espérons que le radieux

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,