Je suis aux cent coups.
En un mot comme en cent, il me faut venir à bout de ce nouveau défi.
Sans attendre cent sept ans, deux expressions me viennent tout de suite à l’esprit.
Je ne donne que cent mots aux cent un dalmatiens pour raconter leurs quatre cents coups. Cela a tout d’une blague à cent balles.
Puis je me suis interrogée : La guerre de cent ans a-t-elle vraiment durée cent ans. Je vous le donne en cent. Vérification faite, elle a duré cent seize ans. Cela me fait une belle jambe, allez-vous me dire.

32 Octobre