L’évêque bleu-noir est un « gros-bec », je n’y suis pour rien. J’imaginais un ecclésiastique doré sur tranches, lisse, mitré, bagué, mais en y regardant de plus près pour écrire mon papier, je constate que c’est un oiseau. Un bel oiseau, d’ailleurs., pas du tout bling-bling comme ce vantard de faisan argenté ! Son cui-cui a du sens, alors que le frou-frou de la faisane, nul ne le contestera, la déhanche avec arrogance.

Je vous le dis tout net : je lui préfère le « troglodyte mignon », qui a pour frère jumeau le « troglodyte à sourcils roux ». Ils sont petits, discrets, leur glou-glou s’entend à peine quand ils se penchent à la margelle pour boire l’eau de la fontaine.

Vous les trouvez trop insignifiants pour votre journal ? Hum ! Je vous parlerai donc de l’autruche, grande, écarquillée et un peu sotte. Elle a le pied large, la jambe maigre, le cou affolé. Quant à l’aimable roitelet…

Comment, je me trompe de sujet ? Vous avez dit « PAPIER ». Le voici, il ne manque que la signature…

 

LORRAINE