elephant_1- Regarde, il cligne des yeux ! Et avec sa trompe, il peut arroser le public. On te l’offre. On est revenus du XXIe siècle jusqu’en 1832 uniquement pour t’en faire cadeau. »
- J’en veux pas de votre éléphant mécanique ! Je préfère le mien. Et puis avec vous, je me méfie. Ca pue la magouille, votre histoire de voyage dans le temps ! Pas crédible ! »
- Puisqu’on te dit qu’on a gagné au loto là-bas  ! On a de quoi le racheter l’éléphant et aussi le manège d’Andréa et même la galerie des machines ! Et même le cirque Amar à côté !»
- Si vous êtes devenus si propres sur vous, expliquez-moi donc comment vous y êtes allés honnêtement au XXIe siècle ? »
- C’est du passé, n’en parlons plus ! » répond l’homme qui a plus la gueule d’un baroudeur de Saint-Etienne que d’un amant de Saint-Jean. C’était avant qu’on ne gagne ces millions d’euros et qu’on décide de rentrer dans le rang. A c’t’époque-là, fallait bien qu’on se débrouille comme on peuve ! »
- Peuve ? tique le mioche . C’est pas « pouvait » plutôt ? »
- Attendez, dit la mère en sortant son Bescherelle. Je pense que la formule est « Il fallait qu’on se elephant_2débrouillât comme on pût ».
- Justement, ça sent mauvais votre scénario à deux balles. Je veux pas aller avec vous devenir exploitant de manège forain. Qui plus est à Nantes, où c’est qu’il pleut tout le temps ! »
- Comment tu connais la chanson de Barbara, toi ? » demande le père étonné.
- Je connais pas de Barbara mais Nantes, c’est bien en Bretagne, non ? »
- Ben… oui » dit le père.
- Ca se discute, reprend la mère. Mais rappelle-toi, chéri, Barbara… C’est sur Brest qu’il pleuvait ce jour-là ! »
- Bon, tranche le gamin en fourrageant dans ses poches pour en tirer une montre à gousset volée. C’est pas bientôt fini votre cirque, les vioques ? C’est que j’ai rendez-vous à Montparnasse avec Montparnasse, moi ! »
- Franchement, tu me déçois, mon fils ! Tu en es encore à fricoter avec tous ces pouilleux qui jouent petit bras pour ne pas dire bras cassés alors que là, on t’amène la fortune sur un plateau. En plus, tu pourras le conduire, l’éléphant, je suis sûr que tu aimerais ça ! »
elephant_3- Je préfère le mien, même s’il ne bouge pas. Il est en bois et en plâtre,  je cohabite avec les rats mais personne ne m’emmerde là-dedans. Je suis libre, je dois rien à personne. »
- Mais quelle tête de pioche, celui-là alors ! Espèce de sale mioche ! Crois-moi, tu finiras mal, Gavroche ! »
- Le nez dans le ruisseau, si ça se trouve ! Allez, viens, Thénardier, laisse tomber. On va essayer de retrouver la petite qu’on avait recueillie. Elle, je suis sûre que le seau en plastique, la pelle, le râteau et les tongs qui laissent des lettres dans le sable, elle les acceptera !
- OK, la mère, mais alors c’est toi qui lui feras le brin de causette à la gamine parce qu’avec celui-là, moi, que nibe ! Et puis en même temps ces problèmes de culpabilité ou de gibier de repentance, je les ai pas, pour ma part. La malhonnêteté, ça m’a toujours réussi, moi ! »
- Je ne sais vraiment pas pourquoi je reste avec toi, maintenant que je suis riche, Thénardier ! A mes yeux, tu resteras toujours un misérable !

elephant_4


Il faut croire qu’il y a une justice divine.

En effet, quand ils réapparurent par le trou dans la palissade chancelante qui occupait un coin de la place de la Bastille, Tornado avait disparu ! Le véhicule qui servait à l’exploration féministe du continuum spatio-temporel par l’équipe ad hoc de l’Université de Rennes 3, les frères Park et Montparnasse avaient enfin remis la main dessus. Cela n’avait pas été trop difficile pour Isaure Chassériau de se repérer dans le Paris de 1832. Elle le connaissait comme sa poche car elle y avait eu 12 ans dans une vie antérieure. Et, du reste, elle avait une mémoire d’éléphant.