Tout l'monde arrive au ballodrome

dans le bus qui vous amène

chaussée d'Bruxelles à Waterloo

dans une ambiance électrique

amphigourique et cyclonique

on sent grimper l'adrénaline

dans tous ces gens qui se ramènent

« Comme une onde qui bout 

dans une urne trop pleine »

dirait Victor Hugo

 

Ils arrivent de tout côté

pour encourager les équipes 

du Joli bois, d' Bara Chaussée 

du fond d'Vandenbosh

ou du Chemin des Noces

suivre des yeux le jeu

voir gagner leur équipe

dans une lutte acrobatique

« d »un côté c'est l'Europe

de l'autre c'est la France »

Dirait Victor Hugo

 

Et tandis que là haut, tout là haut

Napoléon sur l'aile d'un nuage

rêve aux pruneaux

qu'il  enverrait sur Waterloo

si l'histoire était à refaire

s'il pouvait renaître en héros

« Et lui, chêne vivant, par la balle insulté,
Tressaillant sous le spectre aux lugubres revanches,
Il regarde tomber autour de lui ses branches »

Dirait Victor Hugo

 

Debout sur son nuage, l'empereur regardait

les échanges de balles, l'équipe qui montait

boulets, mitraille, obus, pleuvaient

son équipe affaiblie au bord de l'asphyxie

donnait le maximum, l'autre était aguerrie

Ils vont gagner les gueux, on va perdre  bataille

plus jamais ne viendrai encourager les miens

« Ö chute d'Annibal ! Lendemains d'Attila
Ô Waterloo ! je pleure et je m'arrête, hélas ! 

Dirait Victor Hugo

 

Sur son nuage en maugréant, l'aigle s'en retourna

A cet instant , sur Waterloo,  une averse tomba.