b


Une barre horizontale ronde
Suspendue par deux cordes verticales
Accrochées à des branches vagabondes
Sur un colosse jamais bancal

C’est un trapèze dans le soir
Fixé entre ces deux arbres
À ses cotés une balançoire
Qui siffle au vent de décembre

Ils se balancent d’avant en arrière
Attendant gentiment le printemps
Espérant que passe vite l’hiver
Pour entendre le chant des enfants

Qui grimperont en se hissant
Avec leur doux rire moqueur
S’accrochant au bois blanc
Affrontant même leur peur


En allant de plus en plus haut
Pour côtoyer les nuages
Et danser avec les oiseaux
Pour de bien beaux voyages