De bois et de métal,c’est ainsi que je suis constitué.

Pour me fabriquer,le menuisier mit du coeur à l’ouvrage,il me voulait solide et tendre au service des tout-petits.

Dans le couloir d’une école,je fus installé et la plus belle des vies me fut donnée.

Les jours se succédaient,enchantés par les comptines,les rires cristallins des petits chérubins.

La rentrée était le meilleur moment de l’année.

Ces longs mois d’été à patienter,espérant le retour de mes écoliers,même si je savais que pour certains,les premières  heures les verraient chagrinés,et que mes bras trop courts ne pourraient les consoler.

A l’heure de la récrée,tous leurs noms m’étaient dévoilés,par des étiquettes fraîchement élaborées avec toute leur créativité:des fleurs,des papillons,des bonshommes patates, des poissons volants,tout ce qui fait leur monde merveilleux,pour m’en mettre plein les yeux.

Je devenais le gardien officiel de cette exposition ludique et colorée,fier de recevoir tous leurs effets.

Ils se hissaient sur la pointe des pieds,pour atteindre mon cou courbé,et de leurs petites mains potelées,se dépossédaient de tous leurs trésors:cartables,manteaux,casquettes et doudous m’étaient confiés,et digne de leur confiance je savais me montrer.

Quand la cloche avait sonné le retour des parents tant attendu,je faisais mes adieux sans trop m’épancher.

Le soir venu,tapi dans le noir je sommeillais,et au son de leurs voix,le lendemain, m’émerveillais.