Non, elle n’avait pas la peur des nombres, juste la peur d’un nombre, un classique dans le genre, le « 13 ». Pourtant elle était née un 13 octobre 1913 et disait toujours que s’il avait existé un treizième mois, elle serait née ce mois-là !

« Mère-grand » (comme j’aimais l’appeler) était notre grand-mère gâteau qui ne manquait pas de nous faire remarquer à mes frères et sœurs et moi-même qu’un hôtel digne de ce nom n’avait pas de chambre n°13 et qu’un building bien pensé passait du douzième au quatorzième étage…

Je me souviens qu’elle avait en mémoire des évènements douloureux liés au 13, mais je n’arrive pas à me souvenir lesquels, sauf qu’un de ses frères, que je ne pense pas avoir connu, était mort un 13.

Avant tout, disons-le, ma grand-mère nourrissait des superstitions liées à son métier, elle était danseuse étoile, artiste de scène. Le vert était une couleur « interdite » et lorsqu’elle faisait tomber son peigne par terre, elle tapait dessus trois fois du pied gauche (surtout pas le droit !) en disant « merde – merde - merde »…

Cela explique-t-il que mes superstitions ne s’arrêtent qu’à ce qui porte bonheur et qu’il m’est très rare de dire des gros mots ?