Mini-Adrienne et son petit frère ne connaissaient pas ce jeu quand ils ont reçu un set de boules en plastique aux couleurs fluo avec leur cochonnet de bois rose foncé.

C'était prévu comme jeu de plage. Si on l'essayait sur le sable sec, la boule ne roulait pas fort bien et sur le sable mouillé elle partait loin, loin, loin. Petit frère s'énervait et se lassait.

C'est plus tard, en découvrant le Midi (moins le quart) et des gens qui parlaient comme Fernandel, qu'ils ont conclu que leur jeu était bidon: les vraies boules sont en métal, on les polit longuement avec un chiffon qui pend de la poche ou de la ceinture, on tire ou on pointe avec des finesses de stratège et le sérieux des grandes causes. On discute, on mesure, on lisse le parcours - une brindille, une feuille, un caillou peuvent causer des catastrophes - on exige le silence, on se concentre.

Les boules s'entrechoquent et on ne sait comment vont se coller au cochonnet.

Mais quoi qu'on fasse autour du boulodrome, lisser, feinter, se concentrer, tirer, pointer, le gagnant est toujours le même.

C'est Loulou, le patron du Bar des Sports, sur la place Ollier.