23 juillet 2011

Confiance (Tracy)

 

confiance

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


31 juillet 2010

LE MOT CADEAU (KatyL)

IN .... mot était caché dans la 1ère boite , un premier petit mot comme un symbole chimique , ou comme quelque chose dans le vent "in" relié au suivant puis au 3ième et au dernier..par un ruban
Ils ne formaient qu'un tout, mais il fallait ouvrir les autres boites ...je mis un certain temps .....
TEMP....ou temps , c'était le deuxième, divisé en puzzle , que je reconstituai , reconstituer le temps il faut le faire!
il était relié au mot suivant par un ruban bleu, long, long, comme un long fleuve .....
PO.......Pô .. ça tombe bien, c'est un fleuve Italien, il sent toute la beauté de la peinture, de la sculpture, des édifices, des génies Italiens de la renaissance....incroyable cette boite à cadeau, cela semble réel pourtant !!
RELLE .. réel réelle... c'est bien réel, J'ai compris !!
C'est le mot intemporelle ou intemporel qui est le cadeau
- comme l'écriture est intemporelle
- comme  l'art est  intemporel
- comme l'espace temps est intemporel puisque INFINI .........................
voilà le cadeau la notion de l'intemporel.
Je vous l'offre à vous tous........... emballé du ruban bleu

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

12 décembre 2009

Le mot-cadeau (Teb)

Offrir un mot ???

Offrir un mot … quelle drôle d’idée… me suis-je dit en lisant la dernière consigne des défis.

Offrir un mot !!! Comment on fait pour offrir un mot ?

Suffit pas de l’écrire, de le dire …

Faut l’emballer, le faire joli…

Faut trouver les mots pour le donner !! Qui offre un cadeau sans rien dire ?

Cette consigne tournait dans ma tête sans réussir à s’envoler !

 

Et puis, Vendredi soir, 20 heures… je venais de terminer la broderie du bonnet-chat destiné à un des derniers nouveau-nés de l’entourage…

photo1

Vendredi soir, donc, l’idée a germé.

Je vous abandonne quelques minutes pour l’aller préparer…

…………………………

…………………………………..

………………………………………………..

Bon, me revoici ;-)) l’attente n’a pas été trop longue ??? Mais voyons… un cadeau est encore meilleur quand on l’attend…un peu  

 

Ce soir, j’offre donc… le mot…

pho_to_2

Et je l’offre en retour de toute celle que je reçois ici et sur mon blog…

Toute cette chaleur qui aide à continuer… à prendre le taureau par les cornes, à retrousser ses manches et colorer ses idées…

C’est un cadeau collectif et inépuisable …

Il peut paraître gnangnan et un peu cucu la praline, mais il est sincère.

Et… hop, je retourne à mon second bonnet…

Salut tout l’monde !

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

Paquet cadeau ? (papistache)

CISEAUX

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Mots-cadeau (Tilleul)

A vous tous qui venez me lire,

En cette fin d’année morose,

J’ai envie d’offrir

Des rêves tout en rose

 

Des roses ?

Qu’en feriez-vous

C’est le temps du houx

Et de la neige qui se pose…

 

Une pause ?

En musique, c’est un silence,

Des secondes pour respirer, s’oxygéner…

Effacer la souffrance

 

En France, en Amérique et même en Palestine

Partout, les lumières éclairent les vitrines

Les sapins s’illuminent

Père Noël et angelots se côtoient… Qui les y a mis ?

 

Amis virtuels,

Que cette année nouvelle

Vous apporte mille étincelles

De paix, d’amour partagé et de joie réelle

Pour que la vie soit belle !

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :


IL FAUT CHOISIR LE MOINDRE (Jo Centrifuge)

-Joyeux Noël ma chérie.

JP fit glisser doucement un petit écrin de son assiette, évitant chandelier et flutes de champagne jusqu'à la douce main de son épouse qui tapotait la table d'impatience.

-Oh merci mon JP! Tu l'as bien choisie gris métallisé hein?

Elle entreprit de dénouer le ruban de la mystérieuse boîte.

-Tu es un amour, fit-elle.

Elle souleva le petit couvercle et trouva délicatement déposée sur un fonds de velours une carte manuscrite.

-Ben elles sont où les clés?

-En fait, j'ai abandonné l'idée de la Jaguar. Je voulais t'offrir un cadeau vraiment spécial.

-Il y a écrit s...snourf? Euuh.. mais la jaguar elle est où?

-Chérie écoutes moi. C'est ton cadeau, je t'ai offert un...

-Snourf?

-Précisément! Je t'ai offert un mot! Tu sais que j'ai mes entrées dans le monde littéraire.

-Snourf, murmura-t-elle, les yeux perdus dans un néant d'incompréhension.

-C'est ton mot. Tu es libre de lui donner la signification qui te conviendra. J'ai tout arrangé.  Il paraîtra dans tous les dictionnaires l'année prochaine. Il sera même reconnu par l'Académie Française. Ce sera un fait unique dans l'histoire : le mot précède le concept, tu te rends compte? Alors? Quelle signification souhaites-tu lui donner?

Elle avait ses yeux des mauvais jours. Mal à l'aise, JP ne fut pas dupe de la petite voix, presque enfantine, qu'elle prit alors:

-Mmm... Jaguar ou canapé?

JP balbutia :

-Canapé? Mais que veux-tu dire?

Elle hurla :

-Dormir sur le canapé jusqu'à la fin de tes jours! Là tu comprends?

Stupéfait, JP ne trouva rien pour réponse que ce mot étrange :  SNOURF!


      

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Mots à hic (Joe Krapov)

dds84_cleopatreA mon amoureuse d’Egypte
Puis je offrir le mot «mie»
Sans qu’elle s’en offusque
Dessous ses bandelettes ?

La chèvre de Monsieur Seguin
- Et les entêtées de tout poil –
Cela mettra-t-il un terme à son ire
Si je lui offfre le mot «hair» ?

(J’ai déjà donné le mot «tif»
Au chauve qui peut général
Qui avait besoin d’un
Pour me coller au gnouf)

A Charles Baudelaire
Faisons cadeau des mots «lusque», «clame»,«volupté»,
«mot d’ordre», «Chat botté» :
Il en tirera bien quelques vers s’il ne s’est pas
Piqué le nez ou autre chose hier au soir


Peut-on donner le mot "anneau" à Edith Piaf ?


Peut-on encore gratifier le nègre Banania des mots «y’en a jeu» dès lors que tout le monde est Dakar pour entendre des timoniers à talonnettes décréter que «l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire» ?

Tristesse de Chopin !

A l’irascible du château
J’offre ce conseil et les mots
«des rateaux quand ta bile est» :
Il faut marcher sur les dents
Et prendre le manche dans le nez.
Ah oui, bien sûr, cela fait mal !
Ca peut provoquer même un malaise vagal
Et blesser l’amour propre
Mais à nous, ça nous fait des vacances !

Offrons le mot «rose» à ceux qui sont gais
Et à l’espion qui rit trop envoyons le mot «sad».

Donnons le mot «l’os» au gros chien
Et «bone» au beau qui fait le singe.

Et aux défiants du samedi
Faisons cadeau de nos mots «d’où»,
Des mots sertis d’ailleurs ou qui n’existent même pas :
D’où tu es toi ?
Du mot «Zambic», des mots «cratère», des mots «critère», des mots «Steenvoorde»,
Des mots «graphiques» pour MAP bien sur,
Des mots «Le Mans» pour ce dur-à-cuire de Végas,
Des mots «Ris ? Tu ris ? Té ! Salut, tante» pour l’oncle Dan,
Du mot «Scooter» pour Virgibri Oussov,
Des mots «tôt cycliste» à Sébarjo.

Offrons le mot «reine» à Poupoune qui n’a rien à voir avec la glace si ce n’est qu’elle crèche rue Lepic,
Le mot «cœur» au merle doux qui fait temps des cerises en Iowa,
Le mot «quête» à Tiniak pour qu’il tape du pied sans gêner les voisins quand il joue le ragtime du Graal dans son sous-marin sous les combles,
Le mot «ka» à Valérie, le mot «zarella» à Martine27, Rsylvie et toutes les dames et demoiselles qui viennent ici , qui me semblent être de bien aimables gourmandines !
Et pour Walrus et Papistache laissons les se disputer la possession du mot « nacal » et du mot « narque » !

Pour moi, ne m’offrez rien, surtout pas de mots, j’en ai trop !
Le vocable « péter un » suffira à me remettre d’aplomb si je dois changer mon fusible des pôles.
A la rigueur, le mot « i can ».
Le dernier des derniers, s’il n’en reste qu’un seul, je serai celui-là !

dds84_mohican

Photo du spectacle "Les Saltimbrés en vacances"
par le cirk des trois valoches

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

Trahi ! (Walrus)

J'avais tant de choses à vous dire,
Tant de cadeaux à vous offrir...
Et là, soudainement,
Les mots me manquent !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

Chanson des mots-surprise (Captaine Lili)

Une chanson

Pour t’offrir en ribambelle

Des mots à croquer comme les bonbons

Des colliers des demoiselles

Des mots surprise

Empaquetés

Dans le papier froissé

De papillotes à l’œil qui frise

Rêverie, aile, île,

Mangue, langue, fil

 Vois qui te plait

Et déplie le secret

Dune, lune, et tu pars en

Voyage... Escale,

Escapade, et les vents

Te peignent d’opale

L’alchimie te danse

L’or des horizons

Et sous les plumes, l’enfance

Fait sa maison

Goûte le grain,

Ouvre la besace, et la main,

Ces mots en cadeaux

Languissent des caresses de ta peau.

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

Sur les murs de guimauve (Caro _Carito)

Murs de guimauve

Où se perdent, mot à mot

Les encres de nos vies

 

L’immeuble craque. Le vent de décembre vient de l’ouest. Il est glacial.

Un immeuble ou plutôt une maison flanquée de plusieurs étages, fin XIXème. Hier, ancien hôtel de passe, il soupirait alors ; le bois à peine ciré des escaliers gémissait sans cesse. De jour. De nuit. A peine quelques mots effleuraient les murs recouverts de papier peint. L’immeuble était jeune alors,  vain bien entendu et assuréméent inattentif aux murmures qui l’effleuraient

Le vent fait bruisser les branches des platanes qui ceinture le lycée ; il s’enfuit déjà vers la Seine. L’immeuble se tait. Au premier, une main relève la couette légère. Deux fronts se touchent, une berceuse fredonnée transmise du bout des lèvres par une autre, mère, tante, aïeule. La porte se ferme sur la veilleuse assoupie Les murs chuchotent à l’enfant, les mêmes paroles : l’était une tite poule brune….

La maison se penche. « Amorino, Amorino ! ». La jeune fille porte doucement la carte postale à sa joue. Elle croit respirer l’odeur salée de Chiogga. Et Andrea, ses lèvres minces murmurent dans un souvenir fugace : « Amorino, te scrivero tutti le settimane. ». Elle repose la carte postale où sourit un gondolier et attrape une feuille dactylographié, elle a coché une case en haut à gauche. Elle fera de l’italien l’an prochain. C’est décidé.

La maison s’étonne. La porte de la cave 5 est entrouverte. Une lampe électrique balaie les étagères. « La bougresse, la bougresse ! C’est là qu’elle avait caché ma prune ! » Une larme s’écrase sur la terre battue. « Ma bougresse… »

La maison retient son souffle. Un cri, un seul « A table. » Galop et chaises qui raclent le plancher. Ce quart de silence juste avant que les mots fusent. La maison suspend son souffle.

La vieille bâtisse a entendu le train de 20h. Elle devine qu’il va rentrer, allumer la lampe, jeter sa mallette sur le clic clac. Il va se diriger près de la fenêtre et s’agenouiller devant elle. Soigneusement essuyer une à une ses feuilles vernissées à peine poussiéreuses. « Petit Schefflera, Mabelle, Ma toutebelle. Tu es à couper le souffler. » Il se lèvera et attrapera une télécommande noire ;  la télé ronronnera toute la soirée.

La maison dort quand le dernier arrivant monte les escaliers, quatre à quatre. Un voyant vert clignote dans la pénombre. Il enclenche le répondeur, les murs assombris sursauteront. Une voix de femme tremblante : « Même à Limoges, je t’aime. » Une pause. « Pour effacer ce message, veuillez appuyer sur le bouton rouge. »

Le silence s'établira patiemment entre les fenêtres qui crissent et les craquements, le vieil immeuble qui endormira . Après avoir longtemps veillé un petit point vert. Lumineux. Qui bat encore.

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :