30 juillet 2011

Chacun tire sa couverture (Titisoorts)

 
 
8h00 
          Mon rendez vous est bien là, je le sentais venir. Je dois être bien réveillé pour bien m'occuper de lui.
 
9h00
          Il y a des clients qui par leur simple présence imposent le respect. Je me concentre.
 
10h00
          Je sors mon matériel, ma panoplie, mes peintures.D 'ailleurs quelle couleur vais je choisir?
 
11h00
           La couleur est choisie, je badigeonne, je fais trés attention à ne pas blesser la personne. J'ai
           opté pour la couleur rouge.
 
12h00
           Nous sommes prêts, j'essaye de lui faire garder la position. Celle qui rendra le mieux.
 
12h30
           J'applique et j'enveloppe je n'aurais pas droit à deux essais.
 
14h00
           Le résultat est très satisfaisant !  Je remercie mon client, il faut bien, car tout à un prix.
 
15h00
           Je laisse le tout pour le moment, j'ai rendez vous, pour un autre client.
 
16h00
           Ce sont les moments les plus délicats, je vais voir, discuter, l'approche est délicate, la plus
           part du temps je visite les hôpitaux.
 
17h00
           Je n'es pas eu de chance aujourd'hui, pas assez convaincant peut-être. Je repars préparer mon bois.
 
18h00
           De retour à mon atelier, ma galerie est ouverte. Je peins des souvenirs mortuaires, des linceuls à qui veux laisser une trace dans mon art dans mon drap.
 
                                                             Un suaire.
                      

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


12 avril 2008

Un secret - Janeczka

C'est l'ete.
Gaspard et Mathilde explorent la campagne du haut de leurs six ans, sous l'oeil de leurs parents qui ne sont bien sur pas trop loin.

- Il fait beau! s'ecrie Mathilde.
- Oui, et en plus, ca sent bon, rencherit Gaspard.
- C'est quoi, ca?
- Une cocosinelle.
- Mais qu'est-ce-qu'elle fait sur mon doigt?
- C'est rien, elle croit juste que tu es une fleur.
- Mais chuis pas une fleur, chuis une petite fille!
- Ben dis-le lui.
- He, cocosinelle! chuis pas une fleur tu sais!
A ces mots, la bete a bon dieu prend son envol.

Ils continuent de marcher en silence, Mathilde sautillant de fleur en fleur pour les sentir toutes.
- Celle-la, elle sent trop bon!... et celle-ci, encore plus bon!... oh, et celle-la...!
- Tiens, je t'en ai cueilli une, dis Gaspard en lui tendant une marguerite.
- Oh! merci!
Mathilde danse en la mettant dans ses cheveux.

- Tu sais Mathilde, tu es ma meilleure amie de tout le monde entier.
- C'est vrai! reconnait l'interessee.
- Alors, je peux te dire un secret? mais il fait me jurer que tu le repetera jamais a personne!
- Croix de bois, croix de fer, repond gravement la petite fille.
- He ben, quand je serai grand, je s'rai un pirate. Et j'te volerai ton coeur.

Et Gaspard court en riant vers ses parents, laissant Mathilde interdite, mais souriante.

Posté par Janeczka à 09:04 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

Mes meilleures vacances dans l'Orne - rsylvie

-« t'es quand même revenue c't'été ? »
-« oui, mon père a dit que c'était pas encore pour cette année les vacances à la mer ».
-« ha ! ?. c'est bien, on va pouvoir être ensemble ».-« oui c'est bien, mais c'est triste ».
-« ha ! »
-« maman a beaucoup pleuré quand papa à dit ça l'autre soir ».
-« ben oui j'comprends, elle voulait aller à la mer.
Et toi, tu voulais y aller, à la mer ? »
-« ho oui, je voulais y aller. Avec ma soeur on en parlé tout le temps. Le soir avant de se coucher... dans notre lit avant d'éteindre la lampe....Tellement parlé que certaines nuits j'en rêvais. »
-« Et ben dites donc, t'avais drôlement envi d'y aller à la mer ! »
-« ben oui. Mais papa a dit que cette année, il fallait se serrer la ceinture. Et que ça commençait par les vacances - « plus de superflus » qu'il a dit » !
-« dis-donc, l'était sacrément en colère ! »
-« non, il était triste. Comme maman ».
-« toi aussi t'es triste » ?
-« oui, un petit peu; à la maison c'est plus pareil.
Ma soeur, elle ne chante plus. Et maman je la vois moins souvent; l'autre jour je l'ai entendu dire à papa : « maintenant que la Suzette a ses 6 ans et qu'elle rentre à l'école communale en septembre, sa soeur peut me remplacer pour la "bordée".
Après le repas du soir, elle part faire des ménages à l'Agence de monsieur Duprey ».
-« pleure pas ma Suzette! j'ai une idée. Suis moi ! »

Ils marchèrent 50 bonnes minutes, traversant nombres champs de blé, jouant à faire des paniers d'herbes folles, à tresser des couronnes de fleurs, pour arriver au bord de l'Orne.
Un joli petit ruisseau qui serpente le long d'une campagne verdoyante, et caresse de ses bras lénifiants les pierres argentées que le ciel fait scintiller quand les rayons du soleil viennent s'y baigner.

-« Faut m'promettre que tu n'révèl'ras à personne le passage pour arriver jusqu'à là.
Faut m'jurer ma Suzette. Parc'que sinon, le Pierre va m'tuer.
C'est là qu'il vient pêcher et l'aime pas que j'me baigne.
Ça fait fuir les poissons.
Son p'tit coin d'paradis, il y tient plus qu'à la vie, qu'il dit !»

Posté par Janeczka à 09:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Comment elle triche, avec son pastiche! (Val)

C'est alors qu'apparut la petite fille :
- Bonjour dit la petite fille.

- Bonjour répondit poliment le petit garçon, qui se retourna mais ne vit rien ...
- Viens m’embrasser, lui proposa le petit garçon, je suis tellement triste ...
- Je ne puis pas t’embrasser, dit la petite fille. Je ne suis pas amoureuse.
- Ah ! Pardon, fit le petit garçon. Mais, après réflexion, il ajouta
- Qu'est-ce que ça signifie "amoureux" ? ..
...
- C'est une chose trop oubliée, dit la petite fille. Ca signifie "créer un lien unique"
- Créer un lien?
- Bien sûr, dit la petite fille. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à 100.000 petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'une petite fille semblable à 100.000 petites filles. Mais si nous tombons amoureux l’un de l’autre, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde ... Si nous tombons amoureux, ma vie sera comme ensoleillée. Je reconnaîtrai ton âme. Les autres âmes me sont étrangères. La tienne fera écho à la mienne, comme une musique ... s'il te plaît, tombons amoureux !
- Que faut-il faire ? dit le petit garçon.
- Il faut être très patient, répondit la petite fille. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, sur le banc. Je te regarderai du coin de l'œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près de moi.

Le lendemain revint le petit garçon.
- Il eut mieux valu revenir à la même heure, dit la petite fille ... si tu viens n'importe quand, je ne saurai jamais à quelle heure m'habiller le cœur ... il faut des rites.
- Qu'est-ce qu'un rite ? dit le petit garçon.
- C'est aussi quelque chose de trop oublié, dit la petite fille. C'est ce qui fait qu'un jour est différent des autres jours, une heure, des autres heures
...
- Adieu dit la petite fille. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux. ...

Posté par valecrit à 09:02 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

Le pacte…- ou pauvre Guillemette - Vanina



C’est la fin des vacances, Lancelot et Guillemette, inséparables depuis quinze jours, sont dans leur cabane de branchages, à l’abri des adultes indiscrets.

- Bientôt je vais rentrer dans ma maison à Paris, annonce Lancelot.
- On ne va plus se voir !? s’inquiète Guillemette.
- Peut-être l’été prochain, si tu reviens ? Moi je viens tous les ans, ici, à la ferme.
- Je ne sais pas… Mais si on ferait comme dans mon livre : un pacte de sang ?! Plus rien ne pourrait alors nous séparer, propose la petite fille les yeux brillants.
- J’ai entendu dire que partager un secret était le plus fort de tous les pactes, surenchérit le petit garçon.
- Plus fort que le mélange des sangs ?
- Voui…
- Alors si nous partagions un secret ?!... s’enthousiasme la fillette sans doute rassurée de ne pas avoir à se couper une veine.
- J’y ai beaucoup réfléchi…, confie Lancelot d’un ton sérieux, presque mystérieux, les sourcils froncés.
Puis, il enchaîne dans un souffle : « Quand je serai grand … j’épouserai ma Maman ! »

Posté par valecrit à 09:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Chair de coq (Brigou)

Mathilde est arrivée la première. Elle est accoudée à la barrière du champ. Des milliers de tournesols semblent la regarder fixement.

« Eh oh !!! j’arrive » crie Rémi, juché sur son vélo.

« T’es en retard, j’te f’rais dire ».

« Ben oui… ! ma mère m’a retenu comme d’hab ».

Mathilde a déjà installé le goûter, elle a apporté des gaufres faites maison et quelques morceaux de chocolat.

« Regardes la Thilde .. »

« Ouais, super, des tagadas ! ».

« Tu sais Rémi, hier, quand tu m’as poussé sur la balançoire, j’ai eu un peu peur ! j’avais la chair de poule pourtant j’avais pas froid ! »

Rémi éclate de rire : « la chair de poule c’est pas quand on a froid… ! »

« Ah bon ? c’est quoi alors ? »

« Tu sais garder un secret Mathilde ? »

« Ben oui ! »

« La chair de poule c’est quand t’es avec quelqu’un qui te plait », répond Rémi, très sûr de lui « toi la thilde, t’as la chair de poule, eh ben moi j’ai la chair de coq ! ».

« et qui t'as dit ça ? »

« ben mon frère...  il a 15 ans ! ».

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

07 avril 2008

Consigne pour samedi à venir (Brigou)

Relater une amitié en appliquant les consignes suivantes :

Qui : une petite fille et un petit garçon de 6 ans
: à la campagne
Quand : durant les vacances d'été
Comment : sous forme de dialogue

Et pour Conclure cet écrit : l'un des enfants dévoilera un SECRET à l'autre

PS: J'ai ajouté la participation de Pivoine à la consigne de la semaine dernière. Elle se trouve juste en dessous.

N'oubliez pas de rendre vos copies ce soir pitch30@wanadoo.fr  ou  janeczka@hotmail.co.uk

Posté par valecrit à 20:13 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :