22 février 2020

Un huit horizontal par bongopinot

b

 

Dans tes yeux si clairs
Au regard de miel
Dans un bref éclair
J’entrevois le ciel
 
De ta voix chantante
Pure et si profonde
Toujours apaisante
J'entends une ballade
 
On veut croire en demain
On crée une lemniscate
Avec nos mains
Pour une vie délicate
 
Un huit horizontal  
Symbole de l’infini
Devient notre récital
Quand arrive la nuit

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,


Le Bourgeois n'est pas gentilhomme (Joe Krapov)

- Tu te rends compte, Loreille ? Le 28 décembre 2019 j’ai photographié une lemniscate alors que j’ignorais jusqu’à l’existence de ce mot !

- Et oui, c’est comme ça, la vie, Lardu ! Tu es une espèce de Monsieur Jourdain dans ton genre.

- C’est qui, ce Jourdain ? C’est un gars qui est traversé par des illuminations, comme Rimbaud ?

- Non c’est un gars qui est assis sur son prose et qui ne le sait pas ! Et en même temps, ta photo ne représente pas une lemniscate.

- C’est quoi alors cette figure alambiquée ?

- C’est une calomnie scoute !

191228 265 139

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

Non mais vraiment lemniscate ? (brindilletartine)

 
"non arrête vraiment c'est pas possible incroyable.. Tu veux dire que la lemniscate. Ce semblant de courbe qui n'en est pas vraiment une. Qui pense. Que parce qu'elle penche par ci par là.. À pris l'impensable décision de relier le fini intérieur au fini extérieur.. Ça veut rien dire.. Elle veut aussi.. Favoriser la circulation de l'énergie vitale.. Non mais je rêve.. Et pourquoi pas.. Inventer l'électricité à tous les étages.. Aucun intérêt.. Comment ça c'est déjà fait.. Bon passons..

En même temps j'aurais du m'y préparer.. Parce que moi j'ai bien connu ses parents à la lemniscate... Des gens charmants drôles accueillants.. Mais pas vraiment fini.. Le père se prenait pour un rectangle et n'en demordait pas quant à la mère elle avait une hygiène de vie assez déplorable et de ce fait était très ronde... Et juste pour l'anecdote la mère était la cousine du père et vice et versa.. Quand je dis vice.. Je n'exclus pas.. Le mot.. Consanguinité.. Tu t'en doutes.. Ceci expliquant peut être cela..
Du coup au vu des faits susse dit... 😂 
Ça netonnera personne que la lemniscate ait pris la grosse tête 🤕.. 
D'ailleurs si j'ai l'occasion de la croiser je n'hésiterai pas à lui conseiller de se calmer.. Parce qu'avec ses idées de grandeur sans fin de toute puissance.. Elle risque de beaucoup souffrir.. Le jour où elle se rendra compte que la vie est une suite de cycles avec un début et une fin.. Que son voyage intergalactique aux confins de l'univers et vas-y que je t'embrouille et que je te 🎶 chante l'éternel retour
C'est du pipeau 
Du bois dont on fait les flûtes 
Je t'en ficherai moi de l'onde qui oscille à linfini
À d'autres.. Du rêve.. C'est tout..
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

Sondage peu politique (joye)

1280px-Lemniscate_of_Bernoulli

La leminiscate de Bernouilli est
 
pollcode.com free polls

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

En vl'à d'la lemniscate (Kate)

 

En v'là d'la lemniscate

En v'là

Un peu des maths

Pourquoi pas

En v'là des huit

En v'là

Des grands huit

Qui s'enroulent

Et se déroulent

C'est la vie

C'est la danse

Oui je pense

La musique

C'est physique

En v'là d'la lemniscate

En v'là

Pourquoi pas

Michel Jonasz acrobate

Quarante ans après

L'avoir croisé

Aux Champs Elysées

Chevelure toute bouclée

Le v'là ici

Le v'là oui

En v'là du blues

Du blues du blues

En v'là

Des fourmis rouges

En v'là

On est tous des joueurs de blues

Groove

Baby groove

Ne m'en veuillez pas trop pour ce détournement de sujet

Au demeurant fort respectable

Mais complètement intordable

D'autant plus qu'il a fallu le hasard et ce février

(en allant faire mes courses à l'hypermarché

deux billets j'ai acheté)

Pour que je passe deux heures inoubliables...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,


La lemniscate (Lecrilibriste)

 
La lemniscate, La lemniscate ?
Mais c'est quoi cette bête ?
Moi, je connais les suricates
les primates, les mainates
à la rigueur les Pussy cats
mais pas les lemniscates

Tu veux encore faire de l'épate
ou bien qu'on se prenne la tête
à chercher des rimes en cate et en ête
pour relever le niveau d' la planète

J'ai quand appelé Wikipédia ... voilà !

Les lemniscates ont deux yeux d'agate
des gros yeux comme deux grosses bulles
bien protégés par des lunules
en forme d'ailes de demoiselles
avec des dimensions spartiates
pas les filles …. les libellules
ils ne portent pas de cravate
ils n'ont ni nez, ni bras, ni pattes
et se nourrissent d'aromates
ont un QI de diplomate
étant du sexe féminin
tournent d'une manière délicate
sans jamais donner un coup de latte
le long de la chaîne ADN, sans fin
Ont une force d'infini, leur cri,
huit, huit, huit, ressemble à un tweet
Elles vivent dans les cerveaux épris
de courbes hélicoïdales et d'harmonie
et  ne sortent en rêve que la nuit
C'est ce que Wikipédia m'a dit
mais j'en ai jamais vu de ma vie !

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

Un gros potentiel (Vegas sur sarthe)


Quand j'ai connu Germaine et quoi que vous en pensiez elle était plutôt timide, du genre vierge effarouchée mais en moins vierge quand même.
Toujours est-il que malgré mes encouragements elle se limitait à de minuscules 'o' et des 'a'  tout aussi discrets.
Mais je n'étais ni frustré ni résigné, son père m'ayant vanté son fort potentiel, « un très gros potentiel » disait-il d'un air goguenard.
Alors je l'ai mise au travail, d'abord sur la table de la cuisine puis à ce que j'appelais son cours du soir sur le canapé où elle perfectionnait sa technique, gommant tel ou tel défaut.
Elle s'exerçait même au lit tandis que je lisais Diderot – oui je relisais ses Essais, en particulier son « Regrets sur ma vieille robe de chambre » ça vous étonne, hein – tout en épiant ma besogneuse du coin de l'oeil.
Aussi ne fus-je pas surpris qu'après quelques semaines elle exprime sur le canapé son premier 'O' majuscule, un O bien dodu, plantureux qui me mit en joie alors que sur Canal se tirait un penalty décisif dans les arrêts de jeu.
Enhardie, Germaine avait mis les bouchées doubles ; en l'observant toujours à la dérobée je lui trouvai le poignet plus souple et une certaine frénésie dans le regard.
Il fallait la voir penchée sur l'ouvrage, jamais lassée de la corvée, attentive à mes conseils, retouchant le dessin de la ligne d'un sein comme chantait Aznavour.

Pour ma part je m'endormais facilement – c'est ce qu'on appelle l'effet Diderot – sans savoir que ce qu'elle aimait avant tout c'était le X ...
Un soir nous étions au lit, moi relisant la « Lettre sur les sourds et muets » et Germaine en plein exercice quand sans crier gare – et sans rien crier du tout – elle nous exécuta une figure inédite qui me sidéra au point que j'en lâchai mon Diderot.
Ce qu'elle venait de nous faire ressemblait à une sorte de Huit à plat, un ample mouvement circulaire si artistique et aux courbes si lascives que le drap et la couette en furent maculés … c'est bien le seul reproche que je peux faire à la plume sergent major qui est nonobstant (j'adore placer nonobstant) la meilleure des plumes.
Cet emblème de victoire  après la restitution de l'Alsace et de la Lorraine en 1919 venait de prendre dans les doigts agiles de Germaine une dimension nouvelle.
L'encre violette c'est ce qu'il y a de plus récalcitrant au lavage mais Germaine avait franchi un cap et je lui pardonnai cette incivilité.

Adieu pattes de mouche ! Germaine touchait au sublime, elle venait de hausser son art à un niveau si élevé que je lui offris illico une belle récompense … ce Waterman 4 couleurs que j'avais jadis gagné au tir dans une fête foraine et qui dormait dans un tiroir.
Cette nuit-là elle me fit une pleine page multicolore de ce Huit à plat qu'elle appelait une lemniscate et qui avait parait-il inspiré les grecs pour sculpter les hanches de leurs Aphrodites.
Du coup ses lemniscates m'ont donné des idées et j'ai délaissé les essais de Diderot ; son père avait raison : Germaine a un fort potentiel.
Si je ne craignais pas la concurrence je l'inscrirais bien au Défi Du Samedi ...
  

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

LEMNISCATE (TOKYO)

 
Cela fait quatre ans je j’observe les seins des femmes qui ont fait l’objet   d’opérations esthétiques.

Vous n’allez pas me croire, mais ces seins-là sont tous identiques et correspondent à une ellipse bien particulière la lemniscate.

J’ai toujours l’impression que tôt ou tard ils vont s’effondrer par la quasi-injonction du temps.

Avez-vous déjà saisi des clichés pris sur le vif de certain people. Entre le maquillage auto bronzant, la chevelure souvent orange soulevée par le vent surgissent de seins frappés de la spirale.

Il ne s’agit pourtant ni de raillerie, ni de dédain, mais d’un jugement dû à mon œil déformé par mes études de physiques quantiques.

Elles mettent tant d’ardeur à afficher leurs nouveaux seins tous droits sortis d’une équation seins refaits = la plus belle., elles passent toutes à côté de la méchante sorcière qui leur donnera la pomme du vieillissement quoiqu’il arrive.

 Sans compter le prix exorbitant d’une telle entreprise. Vous l’entendez tinter, le tiroir-caisse des Pink Floyd ?  Moi sur la plage je les poursuivrai pour abus de position dominante sur le marché de la drague. Parce ce qu’à force de se réinventer et d’améliorer leurs armes d’assaut il va nous rester quoi à nous les femmes non biotiques.

La lemniscate qui est le patron de tous les gestes chirurgicaux, il devrait faire l’objet d’une chasse aux sorcières. Ce détournement de la physique qui va provoquer des divorces dans les chaumières n’en finit pas de me questionner.

Car nous les nanas on est menacé d’intinction si on n’y prend pas garde.

v

 Au départ il s’agit derrière cette intervention sans doute d’une angoisse existentielle/ à quel sein me vouer ?

Observez que je viens d’éviter les calembours graveleux et que j’essaye d’être le plus sobre possible pour dire la chose :

 Je n’ai pas besoin de côtoyer ces femmes pour foirer mes stratégies de séduction dans les grandes largeurs. Car ma lemniscate à moi ressemble à une crêpe. Je sais je ne suis plus en pole position j’incarne donc la défaite ,de toutes les femmes qui ont résisté aux lemniscates.

On avance, on avance, on avance, c’est une évidence, on n’a pas assez d’essence, pour faire la route dans l’autre sens…

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Lemniscate (Laura)

 

Le procédé de l' acrostiche
Est aussi une forme de fuite
Mais comme fuir un huit ?
Ne pas penser à l' indéfini limite
Imposé à moi par ta mort subite
Car je voulais croire que l'amour invite
Absolu, beauté et l 'infini lemniscate
Savourer chaque instant qui imite
Tant le dernier moment avant que la mort s' invite
Et quand on aime infiniment,  comment accepter cette limite

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

Ara, comme on dit à Bruxelles (Walrus)


J'essaie de venir à bout d'un bouquin de Denis Guedj : "Le Théorème du Perroquet", cela en dépit de mon obéissance aux injonctions de mes copines du NET m'invitant à lire d'autres chefs d'œuvre littéraires, ou présumés tels.

Si bien que lorsque qu'il a été question de trouver un mot original  commençant par L, emberlificoté que j'étais dans le chapitre consacré à Bernoulli (cet empêcheur de s'écouler en paix), c'est "Lemniscate" qui m'est venu à l'esprit, non, ne me remerciez pas !

Face à la page blanche, j'ai cru m'en sortir en faisant remarquer que les signes qui représentent

  • le néant  0
  • et l'infini

sont les deux qui bouclent sur eux-mêmes, comme c'est singulier !

J'allais donc me lancer dans une de ces argumentations sulfureuses dont j'ai le secret lorsque je me suis aperçu que j'avais oublié le 8 !

Effondrement apocalyptique de ma théorie.

Et gros embarras pour moi qui ne puis, à l'inverse de Pascal, passer de la lemniscate à la cardioïde sur l'ombre d'un battement de cœur ou de cils.

Je me bornerai donc à relever que, comme toujours, j'avais tout faux !

D'autant que le petit signe représentant l'infini a été imaginé en 1655 par un certain John Wallis avant que notre ami Bernoulli (que le nombre de Reynolds l'étouffe) ne baptise Lemniscate sa version personnelle d'une courbe de Cassini en 1694.

Quand rien ne  va...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,