14 décembre 2019

Se sont renvoyé la balle

pas cons

5893

Lecrilibriste ; TOKYO ; Laura ; Adrienne ; Kate ;

JAK ; Vegas sur sarthe ; joye ; Walrus ;

bongopinot ; Ilonat ; Joe Krapov ;

 

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Pyrénées le divin enfant ! (Joe Krapov)

DDS 589B Children_playing_Tennis,_17th_century

Vous êtes bien drôles, mes ami.e.s belges ! C’est bien beau d’inventer des mots techniques pour parler de sports qu’on ne connaît même pas par ici : la longue paume, la balle au poing, la balle pelote... C’est bien gentil de fabriquer les désignations  des terrains de jeu avec les noms de nos départements mais il faut que vous le sachiez : vous faites des jaloux ! 

 « Y’en a marre ! » m’a-t-on dit un peu partout, de la prépondérance de la Drôme et de son suffixe suffisant sur les autres toponymes. C’est vrai que pour occuper le terrain, aérodrome, hippodrome, ballodrome, baisodrome et même palindrome, ce département se pose un peu là. Et pour le déloger du hit-parade, comme on dit à Montélimar, ça ne va pas être du nougat !

Je m’y essaie quand même ce jour et je sors de ma valise magique quelques mots-valises pour le cas où vous auriez encore en réserve quelques sports originaux qui nécessiteraient un terrain adapté.


PAVEYRON : vélodrome dont la piste est recouverte de pavés pour disputer Paris-Roubaix à l’abri de la pluie.

(« L’invention du Paveyron prouve que l’Enfer du Nord est pavé lui aussi de bonnes intentions : on peut désormais assister aux gadins des cyclistes bien installé dans les gradins du vélodrome de Roubaix coin coin vous êtes ridicules » Marcel Proust – Va-z-y Poupou !


AEROHAGARD
: champ d’éoliennes dressé sur une falaise. Les éoliennes sont recouvertes de murs d’escalade. Une fois rendu au sommet l’alpiniste change d’harnachement et peut pratiquer le saut à l’élastique.

(« J’en ai fréquenté des aérohagards ! J’y ai rarement rencontré des acrophobes !" Amélie Nothomb – J’irai cracher sur Boris Vian).


BIGBANGLARDECHE : Terrain de moto-cross labouré par la pluie sur lequel les pilotes n’éprouvent que des misères et, cent fois sur le métier, doivent remettre leur ouvrage.

(« Au Bigbanglardèche, comment peut-on s’imaginer en voyant un vol plané de Steve Warson qu’une moto-crotte vient d’arriver première ? » Jean Ferrat et Jean Graton – Michel le vaillant couturier en pole position)


KYRIELLE-Y-ESSONNE : Chemin balisé d’une longueur de 42 kilomètres sur lequel sont disposés, tous les dix mètres, en fait tous les 9, 14 mètres, des haies d'une hauteur de 1,067 m que les concurrents doivent franchir sans les faire chuter sous peine de crucifixion à l’arrivée.

(« Le meilleur endroit d’un kyrielle-y-Essonne est le kilomètre 39. C’est là où les concurrents font le plus pitié et vous dissuadent à jamais de pratiquer ce genre d’inepties soit disant sportives » Winston Churchill – No sport : We’ll never surrendement).

***

-  On touche le fond, là, Docteur Coubertin, non ?
- Je crois que oui, Joe Krapov, et que vous eussiez mieux fait de vous abstiendre de participer à ce Défi !
 

DDS 589 une_churchill-600x356

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Galéjade et parti pris (Ilonat)

 

La semaine dernière

Je me suis pris la tête

À plancher sur un thème

Qui m’a laissé un goût amer

 

Comme on s’est séparés avec Germaine

(Non, ce n’est pas la même !)

Je l’ai raccompagnée chez sa marraine

Qui habite là haut

Dans ces brumes lointaines

 

On a roulé toute la nuit

J’ai dormi à l’hôtel

Et le matin je me réveille

Je descends sur la place

Les yeux plein de sommeil…

Peut-être mal dormi

Ou les quinquets mal embouchés

Et pleins de préjugés

Mais  là j’en reste sur le flanc

 

Mince ! À quoi ils jouent ceux là

On dirait la pétanque

Mais le terrain est goudronné

Avec de grandes marques blanches

Comme s’ils jouaient à la marelle

 

C’est entendu !

Je n’ai pas pris le temps de scruter le cliché

Juste un petit coup d’œil

Sans avoir pris le soin

De faire un peu la mise au point

Je ne vais pas chercher Midi à quatorze heures !

 

Mais tout de même !

Ni boule ni cochonnet !

Pas même de platanes ombrageant le terrain

Ni de Café du Centre pour la fin de partie !

Vous avez dit cliché ?

 

Je me frotte les yeux

Je vais un peu plus loin interroger un wikipède

Le quidam me répond :

« Enfin monsieur vous divaguez

Vous êtes dans le Nord

Pas chez vous en Provence

Ici on joue au jeu de paume, à la balle pelote

« kaatspel » si vous voulez, en bon Néerlandais »

Et il commence à m’expliquer les règles…

 

Putain !

Déjà qu’avec Germaine (bis)

Ça ne tournait pas rond

Ça m’a foutu les boules

 

D’accord !

Les gens du Nord ont le droit d’exister

Comme tout un chacun

Avec un ciel si bas qu’ils n’ont même plus d’été

Ils ont quand même au cœur et chevillé au corps

Le rayon de soleil qu’ils n’ont peut être pas dehors

Mais tout de même !

Jouer à la baballe en regardant en l’air

Ça ne fait pas sérieux !

 

Ça va. J’en assez vu

Moi, je reprends mes billes

Et je rentre à Grignan

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Habillez-vous de sourires par bongopinot

 

b

 

 

Situé sur la place du village

Un ballodrome est improvisé

Des rectangles y sont tracés

Chaque équipe à son maquillage

 

Ces deux groupes vont s’affronter 

Pour le meilleur et pour le rire

Pour un moment de pur délire

C’est parti la balle est lancée

 

Avec ce jeu de gagne terrain

Un délicieux moment collectif

Pour des sourires communicatifs

 

Les spectateurs café à la main

Encouragent en vrais supporters

Tous de véritables collaborateurs



Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,

Quinze et une chasse (Walrus)


Dans ma jeunesse (et jusque dans les années soixante) on en voyait partout chez nous des ballodromes. La balle pelote était un jeu très répandu: on pouvait difficilement parcourir quelques kilomètres sans avoir à traverser le tracé d'un de ces terrains étranges.

Le premier dont je me souvienne se trouvait en face de notre maison de la rue Bois Monceu à Montignies-sur-Sambre. Il était tracé entre cette dernière et la chaussée de Charleroi dans la rue de la Corderie. Aujourd'hui, il n'en subsiste pas trace :

w5891

Ce qui m'avait surpris un jour, c'est de voir mon père assis à l'envers sur une chaise de bistro participer à l'arbitrage du jeu. Il semble qu'il ait été de coutume de réquisitionner des spectateurs pour aider à l'arbitrage. Dans la région de Charleroi on appelait ça des "asperts" (dérivé d'expert, j'imagine). Faut dire que le vocabulaire était spécial par exemple dans l'appellation des joueurs liée à leur position sur le terrain : livreur, passi, grand et petit mitan, foncier. Quant aux règles, ne m'en parlez pas : je comprenais plus ou moins le comptage des points directs, mais la gestion des "chasses" reste un grand mystère pour moi.

Quand j'étais à l'Athénée, le jeu était encore fort en vogue et un des "pions" de l'établissement organisait des jeux avec quelques grands élèves. Comme il ne pouvait pas envahir toute la cour pour y dessiner un ballodrome, il avait imaginé un jeu au fronton (un peu comme pour la pelote basque) qui requérait moins d'espace.

Quand j'ai commencé à travailler au centre de recherche de Neder-over-Heembeek, les ouvriers de l'atelier de mécanique avaient encore une équipe.

Parfois, de joyeux drilles organisaient des rencontres où les joueurs étaient assis sur des chaises pliantes, un verre  de bière à portée de main.

Aujourd'hui, ce sport étonnant est tombé en grande désuétude, il ne reste que quelques équipes, on doit même faire appel à des étrangers : dans le championnat de Belgique il y a une équipe de.. Maubeuge !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,


Rude journée pour l'arène (joye)

ballodrome

C’est quoi, mes chers, un ballodrome ?

Une sorte de smart ? Un allôdrome ?

Et en Hollande, un hallodrome ?

À la téloche, un mélodrome ?

À la Tour de France ?  Peletodrome,

Ou plutôt contre-la-montredrome ?

Eh oui, ce texte est absurdodrome…

Consigne indigne du drôlodrome.

Alors, bordel !

Soyons formels…

Si c’est pour les mecs

Pas pour l’autre sexe

Il s’agit, tout court, d’un phallodrome.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : ,

Tout pour le drome (Vegas sur sarthe)


« Bienvenue chez Tout pour le drome, Monsieur ! Que cherchez-vous ? »
« Je suis à la recherche d'un ballodrome belge»
« Vous tombez à pic. Nous sommes spécialisés depuis 1920 dans tout ce qui concerne le drome »
« Mais avant toute chose, auriez-vous... euh... des toilettes ? »
« Non mais nous avons un pissodrome au bout du couloir à ... »
« Tant pis. J'aurais préféré des toilettes »
« Donc vous cherchez un boulodrome »
« Pas du tout, j'ai besoin d'un ballodrome belge»
« Dommage. Nous avons un magnifique boulodrome d'origine phocéenne, celui-là même qui a vu Fanny se faire tant de fois embrasser le cul... au point que certains l'appellent baisodrome et ... »
« Non merci. C'est un ballodrome pour faire du sport dont j'ai besoin»
« Voyons ça ensemble dans notre catalogue...  je suppose qu'un Aérodrome ne vous intéresse pas plus qu'un Autodrome »
« En effet »
« Bon … Voyons plus loin. Est-ce que vous faites du vélo ? »
« Non, pas plus que ma grand-mère»
« Dommage, il nous restait des pans de bois du premier Vel d'Hiv datant de 1903 et … bon, je n'insiste pas »
« A la lettre B comme Ballodrome, vous auriez quelque chose ?»
 « Hum … Nous avons une caserne, genre sac »
« Une caserne, genre sac ? C'est comme un ballodrome belge ? »
« Non. Excusez-moi... c'est un palindrome – un truc qui marche dans les deux sens – mais on a du mal à le refourguer alors je le propose systématiquement aux clients»
« Non merci, pas besoin d'une caserne mais juste d'un ballodrome belge »
« Ah oui... un ballodrome … c'est ballot ce ballodrome, je n'en trouve pas, par contre si vous goûtez au tiercé je peux vous ... »
« Je vous vois venir avec votre hippodrome! Mais vous avez vraiment des hippodromes à vendre ? »
« Oui Monsieur, tout ce qui se fait en Drôme ou ailleurs »
« Et mon ballodrome belge ? »
« Hum … belge … belge … ah si ! J'ai un superbe cynodrome en Liège ! »
« Vous avez un cynodrome en liège ? On fait vraiment courir des lévriers sur du liège ?»
« Oui ou plutôt non mais dans la province de Liège, celui-ci est en Awans»
« Comment ça en avance ? »
« Non Monsieur, pas en avance mais à Awans … c'est du wallon. Bref, avec quelques adaptations vous devriez pouvoir en faire un ballodrome sinon ça sera quand même belge, voyez-vous »
« Quelques aménagements dites-vous ? »
« Oh, peu de choses car le cynodrome a déjà l'arrosage automatique »
« Merci mais j'ai déjà acheté une buvette, alors votre arrosage ... »
« Savez-vous Môssieur que celui-ci est de renommée internationale puisqu'on y a fait courir des afghans et des persans ! »
« Oh vous savez, ce qui m'importe c'est qu'on puisse y mettre des chasses »
«Pour la chasse je vous conseillerai plutôt le braque allemand ou l'espagnol breton »
« L'espagnol breton sur un ballodrome belge, vous ne craignez pas que ça fasse un peut trop international ? »
« C'est vous qui tirez votre plan, Monsieur »
« Et bien je vais réfléchir … mais dans l'urgence j'essaierais bien votre pissodrome»
« C'est au bout du couloir à droite … la porte en liège»
« Décidément ... »

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

Qu’on se le dise ! (JAK)

 

Augustin le maire de Baldigny est dans tous ses états.

Depuis 20 ans qu’il est élu, jamais il n’a constaté telle chienlit dans sa bourgade.  

Chaque jour à son lot de suprise.

Dimanche dernier des protestataires se sont bousculés sur le ballodrome  de la place du marché, pour contrecarrer  le jeu de balle prévu a 11 heures. .

 Prétexte, certains riverains en ont assez des nuisances implantées juste devant chez eux, le dimanche seul jour où ils peuvent farnienter.

Augustin doit également biaiser devant la   revendication des nouveaux bordiers de l’église ancestrale, D’aucuns seraient gênés par le son du jaquemart à heures fixes qui décrètent   insupportable

Pis, à l’entour, un coq a été condamné pour nocuités décibelatrissimes : Chaque matin dès potron-minet, il annonçait le lever du jour.

Sans parler des vaches, à la périphérie du village,   qui ont été sommées d’ôter leur sonnaille car elles émettaient un son insoutenable pour des oreilles délicates, habituées au calfeutrage morbide des écouteurs

Augustin en a par-dessus la tête. Il     est entièrement affligé, au bord du burn-out.

Que faire ?

 

Ses administrés –hormis les récalcitrants- le soutiennent

Ils aiment leur village avec toutes ses composantes

Même l’odeur du fumier ne les rebute pas.

Lors, ras-le bol, dans le bistroquet du coin, réservé aux autochtones, une contre-jacquerie s’élance.

On décide derrière, une pinte de Chuche-Mourette que tout nouvel habitant devra montrer patte blanche avant de s’installer.

Prouver ses origines terriennes, son amour de la nature et surtout

présenter un certificat d’honnestre homme tolérant.

Tant pis pour la désertification, et  si le quota pour l’école, n’est plus atteint, des marmots, ils vont se mettre à en faire, dans la bonne ambiance générale, bien entre eux.

j

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

Tous les chemins mènent au ballodrome (Kate)

 

Si je viens plutôt du Sud, je connais et j'aime le Nord (ainsi que l'Est, l'Ouest, le Centre, etc.) évidemment !

Si aussi bien la saveur des boissons, des plats, des lieux, la chaleur de l'ambiance m'enchantent et si j'ai une multitude de souvenirs colorés, quel bonheur quand mon rêve de visiter l'intérieur de l'Atomium fut enfin réalisé, même s'il faisait en ce mois d'août une chaleur caniculaire et qu'il y avait un monde "bête"...

Atomium_Style

Mais trêve de "carabistouille" (le mot serait belge) !...

a langage

"Afonne ta jatte !" mais peut-être pas si vite, mon ami !

a bière

S'il est aussi vrai qu'un ballodrome (le mot tout autant que la chose) m'est aussi étranger qu'un "tacle de Patrick Vieira" qui, soit dit en passant, ne serait pas "une truite en chocolat"...

Mais si, évidemment, "ceci n'est pas une pipe"... et non, toujours pas...

ceci_continue_denepas_etre_une_pipe

 

 

 

 

 

 

Alors, terminons par ce duo car tous les chemins mènent au ballodrome, n'est-ce pas,

et je dirais même plus...

0 2

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

K comme kaatsing (Adrienne)

 

Devant le grand portail de l’église, celui qui ne s’ouvre qu’aux mariages, aux enterrements et le premier dimanche de la kermesse d’été, il y a une placette. Elle n’est ni ronde, ni carrée, ni rectangulaire. La petite n’apprendra que dans deux ou trois ans que cette forme-là s’appelle un trapèze.

Quelques lignes blanches y sont peintes. Quand elle traverse la placette, fermement maintenue par la main de sa grand-mère, la petite essaie toujours d’en suivre le tracé en sautillant.

Le plus souvent, on va vers la droite, pour rentrer directement à la maison. Grand-mère marche vite parce que la rue descend. Puis on remonte par la pâtisserie si c’est dimanche et qu’on doit encore passer prendre le millefeuille ou le saint-honoré.

Le plus beau jour de l’année, c’est quand la petite tient la main de son papa. Ce jour-là, des hommes habillés de blanc occupent la placette. Ils se lancent une petite balle en faisant de grands gestes pour qu’elle aille le plus loin possible. Mais généralement quelqu’un la rattrape.

– Pourquoi ils ont seulement un gant ? demande la petite.

Papa ne répond pas. Il n’a même pas entendu la question. Tout autour du trapèze, des hommes crient « Quinze ». Papa discute en gesticulant. Il a oublié la petite.

Parfois personne ne réussit à rattraper la balle. La petite a peur qu’on ne la retrouve plus, comme quand petit frère envoie son ballon dans le jardin d’Oscar, le vieux monsieur d’à côté, celui qui raconte des histoires si terrifiantes sur le Peitie Baboe, ce monstre qui vient la nuit pour enlever les petits enfants. Même les enfants sages.

Puis la balle atterrit dans les pieds de la petite, qui s’en saisit vivement. Elle est dure, tendue de cuir blanc, et on peut y voir le gros fil avec lequel on l’a cousue.

– C’est une drôle de balle, dit-elle.

Mais déjà on la lui retire vivement des mains.

– Ça s’appelle une balle pelote, dit son papa.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,