28 août 2010

CLONC -défi #66- (Vegas sur sarthe)

"Clonc!"
S'il y a UN bruit qui m'énerve quand je dors c'est bien le Clonc et comme rien ne se passe suite au Clic de l'interrupteur, j'en déduis que je suis en plein rêve et qu'il n'y a qu'une seule chose à faire dans ce cas-là: Bzzz... continuer à rêver.
Où en étais-je de mon rêve?
Ca, c'est la question angoissante qu'on ne devrait jamais se poser car elle a le don de réveiller n'importe quel dormeur, y compris ceux qui comme moi font toujours le même rêve.
Donc je suis réveillé... Quelle heure peut-il bien être?
DEUX questions en moins d'une minute, ça frôle l'inconscience. Qu'est-ce que ça peut bien me faire qu'il soit TROIS heures ou SIX heures puisque je n'ai pas l'intention de me lever.
D'habitude le Clic de l'interrupteur me balance DEUX CENT watts d'halogène dans les mirettes mais là, il ne se passe rien; je vérifie que j'ai bien les yeux ouverts en scrutant l'afficheur du réveil-radio qui n'indique rien... donc j'ai les yeux fermés! Pourtant ils sont ouverts, j'en mettrais ma main à couper.
Et pourquoi risquerais-je de me faire couper la main alors que dans mon rêve c'est toujours moi qui gagne, moi qui délivre la jeune sultane des griffes d'Ali Baba et qui coupe les mains par centaines!
Et puis j'y tiens à ma main, comme à la prunelle de mes yeux qui sont... on va dire ouverts.
Quand je serai vraiment réveillé il faudra que je songe à réparer l'interrupteur et à racheter un bon réveil-radio, après quoi je graisserai les gonds de cette foutue porte qui fait Clonc!
Pour l'instant j'ai besoin d'une réponse à ma deuxième question et pour ça, je dois descendre au salon en comptant les marches... à défaut d'éclairage j'avance d'une main baladeuse: VINGT HUIT, VINGT NEUF! Ouf, nous y voilà.
Plaf!! Le carrelage froid et dur m'accueille à sa manière; depuis quand cet escalier a t'il TRENTE marches?
Ah non! Je vais arrêter de me poser ces questions débiles, regarder l'heure et remonter ces trente marches pour retourner au lit.
Tiens, dehors le lampadaire au CENT DOUZE de la rue ne fonctionne plus et le frigo ne ronronne pas non plus; je sens que demain sera une grande journée bricolage et je ferais bien de prendre des forces en prévision.
Je boirais bien un petit coup avant de remonter dormir; le frigo est silencieux mais je le trouve à tâtons, ouvre la porte... ouvre la porte disais-je! La poignée est passée à gauche mais je ne me laisserai pas faire, demain je la remonterai à droite quand j'aurai réglé tout le reste.
Gloup, Gloup! C'est frais et un peu visqueux aussi, comme de l'huile, alors je décide de pas tout boire car j'en aurai besoin demain pour la porte qui fait Clonc!
Je reprend l'escalier facétieux... vingt neuf... trente... TRENTE ET UN! Ah Ah! J'allais pas me faire avoir non mais, et me voilà bizarrement debout sur le lit.
J'ai plus qu'à me recoucher, quelle heure peut-il bien être?
Si j'avais su j'aurais ouvert les yeux en bas... et les oreilles aussi! Je suis sûr que c'est pour ça que j'entendais pas ronronner le frigo! Si je redescendais juste pour voir? enfin pour entendre aussi.
Va falloir recompter les marches, c'était combien déjà? TRENTE SEPT?
La jeune sultane me lance un regard suppliant, les bandits sont à ses trousses... je savais pas qu'une sultane avait des trousses, des tresses peut-être? J'arrive mon aimée, j'arrive.

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :


26 juin 2009

texte de Caro Carito

5 h 58. Elle voit le soleil qui pointe, sang sur le sable et les pierres. L’enfant se fait lourd dans ses bras. Il est pourtant si frêle. Il ouvre et ferme ses yeux pâles. Devant elle, le groupe a grossi à chaque baraque, à chaque village. Le vent leur amène le bruit de la mer. La file de bus, de camions, de fourgonnettes cahote. La ville est proche. La ville et ce centre de soins dont le nom lui a été glissé dans la main par le Padre Lucio. Il lui a aussi indiqué le nom de son frère, qui a quitté le village pour conduire un taxi et qui habite une masure de terre dans les barriadas du haut de San Cristobal.

6 h 30. Alan est en maraude dans sa vieille Chrysler. Dernière course avant le retour à la maison Il entend la course des collectivos les plus matinaux qui arpentent encore silencieusement les grandes artères. Le soleil darde quelques rayons au dessus de la frange de montagnes. Mais déjà une barre jaune et épaisse se dresse au dessus des quartiers sud et des cheminées des fabriques. L’autoradio grésille une cumbia puis se tait. Il cherche distraitement une station. Sans succès. Il va rentrer bientôt, apercevoir Rosario et les jumeaux derrière son bol de café en poudre et le grand sommeil. Une ombre blanche sur l’esplanade debout devant l’hôpital central. Sa dernière course ? L’homme écrase une cigarette et s’éloigne.

Javier a franchi le sas translucide. Il a déjà chaud sous sa blouse d’infirmier. Les volutes de poussières qui décorent les parois forment une œuvre d’art mouvante et volatile. Il ne la voit pas, se dirigeant avec précipitation vers le bureau 12 A où on lui donnera son affectation pour la semaine. Les lampes crachotent dangereusement sans qu’il y prête attention. Ce n’est qu’au moment exact où Mme Lupe lui tend le papier bleu que les lumières s’éteignent définitivement. Ils attendent. Rien. Noir total. Il sent dans la pénombre le bruit métallique d’un briquet. Une flamme et la voix douce qui répond à son interrogation muette. « Le groupe électrogène, le fournisseur refuse de se déplacer tant que les factures ne sont pas payées.» La ville endormie tait encore l’écho des manifestations du mois passé, les morts laissés en tas sur les trottoirs et les blessés qui affluaient et encombraient le hall d’entrée. Sur le bureau, il entrevoit la Une du diario nacional. La photo est mauvaise mais il reconnaît sans peine le visage figé de Vincente Loyola, chef de l’opposition et disparu depuis trois semaines et demie.

6 h 31. L’homme remue à peine. La geôle est humide et obscure. Il entend les sons étouffés d’une conversation, des rires gras. Et des jurons soudains. Une heure après, le judas s’entrouvre. Il ne distingue pas le visage du garde, juste le faisceau puissant de sa torche qui furète dans tous les coins, caresse le fil électrique qui pend au plafond et finit par se poser sur son corps douloureux. Une pensée de haine le transperce. Le tyran a osé encore une fois ; priver la population de courant, condamnant bon nombre à la faim, à la ruine, à la mort peut-être. Le judas se referme dans un claquement. Il sent une larme couler sur sa joue recouverte de crasse. Qui ? Qui se lèvera maintenant qu’il n’est plus qu’un demi-mort. Un visage du passé s’esquisse sur les parois qui suintent la peur et la mort.

Armando a deviné depuis longtemps que la nuit recelait quelques complots. Le bruit a transpercé son sommeil léger aux environs de 2 heures. Il a gravi l’escalier en silence et observé l’agitation qui filtrait derrière les minces persiennes. Des gardes ceinturaient sa maison. Il sut instantanément que son téléphone était sur écoute. Depuis combien de jours déjà. 3, 4. Toute communication lui était désormais interdite, net, fax. Il ne pouvait même plus sortir. Il était devenu inutile pour la cause. C’est plus tard, dans son bureau, alors qui écrivait boulimiquement, que la lumière cessa. Vers 8 heures, le téléphone sonne. Sa mère sans doute. Il ne prend pas la peine de répondre, elle peut toujours joindre son frère. Lui, ne peut plus rien faire pour quiconque. Juste attendre que l’étau se resserre sur lui et qu’il rejoigne dans une prison inconnue le chef de file du syndicat. Dans l’oubli que le président et la junte ont creusé méthodiquement pour les opposants.

9h27. Le capitaine Orlando a enfilé ses gants immaculés. La voix fatiguée de sa mère l’assaille encore. Elle est inquiète et sans nouvelles de son frère. Il a tu ce que le bon sens lui soufflait. Armando sera bientôt, à moins d’un miracle, un homme mort. Il l’a laissée s’abandonner à un flot de paroles apaisant. Long filet de gémissements, de plaintes qui apaise et draine tous les malheurs que la rue rapporte. Derrière la tension et la vieillesse mêlées de cette voix, il perçoit en sourdine un concert de sons mats ; les voisins sont aux fenêtres tapant sur leurs casseroles. Il perçoit les portes qui claquent et le rassemblement qui enfle et monte jusqu’au palais où va se tenir le discours présidentiel. Ultime provocation pour saluer une victoire truquée. Les paroles de sa mère semble ne plus se tarir, se gonflant des morts qui se déverse des portes de l’hôpital, tabernacle des mots tus de ce peuple qui l’a vu grandir et qu’il a quitté pour une solde, un travail, un repas. Cette voix l’enveloppe, comme lors des jours d’enfance, sans répit. Il est l’heure de rejoindre son poste, derrière l’homme fort, en deçà des gardes du corps. Son revolver d’ordonnance ne bougera pas. Il caresse dans sa poche intérieure droite un browning de femme, joujou qu’il a dérobé en vue d’un crime sans signature. Il ne sent pas la morsure froide de l’acier.

9h45. Devant un micro, un homme s’écroule. Juste avant le chaos, cet instant irréel. Miracle ou délivrance. Dans la masse qui gronde au bas du balcon présidentiel, au sein des gardes prêts à faire feu ou dans le maintien brusquement relâché des officiels, tous sentent, en un moment fugitif, le poids du temps qui bat, qui marche, qui obère. Sous l’épais brouillard sale, quelques rayons percent.

Barriadas : bidonvilles - Collectivos : minibus qui servent de taxis.

Posté par valecrit à 17:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Consigne 66 (Toltek)

Mardi, 9h50

« Merde, j'avais pas sauvegardé depuis au moins une heure ! Oh non ! »

Les néons se sont éteints, le moniteur a brusquement cessé d'afficher quoi que ce soit, et c'est mon collègue Lucien que je viens d'entendre beugler du bureau d'à côté. Les onduleurs ont commencé leur perfusion d'électrons dans les veines des serveurs sur lesquels ils veillent : leur bip-bip ressemble à une sérénade mélancolique.

« Oh, ne vous inquiétez pas, ça ne durera pas plus de 10 ou 15 minutes, comme d'habitude » entends-je la secrétaire tenter de rassurer ce pauvre Lucien.

Moi, je m'en fiche, j'ai un portable. Je viens de l'éjecter de son socle. J'ai encore 3 heures d'autonomie. Je peux continuer à bosser tranquille.

 

 

Mardi, 11h45

Plus que 1h et 8 minutes d'autonomie, me dit M. Windoz avec une précision imbécile. Le courant n'est pas revenu. Mes collègues ont promené leur désoeuvrement dans les couloirs. La pause, au début si bienvenue, commence à s'éterniser. Quasiment plus personne ne peut travailler. Les téléphones ne fonctionnent plus non plus, j'apprends donc que la fée électricité s'est aussi infiltrée là-dedans. Le café est froid. Par la fenêtre, je vois bien 6 ou 7 groupes de gens dehors, en train de fumer ou discuter. Apparemment la panne touche au moins tout le quartier. Les onduleurs se sont vidés de leur sang il y a déjà un moment et un silence étonnant règne maintenant en salle serveurs. Je crois que je vais aller déjeuner. Mais je vais éteindre mon PC avant.

 

 

Mardi, 23h30

Je profite des derniers soubresauts de ma batterie pour écrire ces quelques phrases. Plus de courant depuis ce matin. Quand je suis sorti ce midi, il n'y avait pas de métro. Les feux tricolores me fixaient de leurs trois yeux morts. Le restaurant où j'ai mes habitudes servait des sandwichs. Les gens en parlaient, se posaient des questions. Je suis rentré chez moi. Pas de télé, pas d'Internet. J'ai ressorti mon vieux radio-cassettes à piles. Aucune émission sur aucune fréquence. Ils ne sont pas censés avoir des générateurs de secours ? Aucune des personnes que j'ai appelées avec mon téléphone portable n'avait de courant. Je n'ai pas eu le coeur à bouquiner. Je suis resté à regarder le congélateur dégeler lentement et emporter mes victuailles dans la débâcle.

La nuit est tombée, j'ai déstocké des bougies et pu dégotter le briquet que j'avais quand même gardé après avoir arrêté de fumer.

Et me voilà, en train de tapoter sur ce clavier, à la lueur livide de l'écran, qui s'éteindra inexorablement dans quelques minutes (vous devriez enregistrer tout travail en cours, oui, merci M. Windoz).

Je me fais l'effet d'un homme préhistorique blotti près de son feu mourant dans sa caverne noire et froide.

 

Et si demain ce n'est pas revenu ?

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Consigne 66 (Stipe)

Ca c'est les six bières, je le savais que ça loupera jamais. C'est pas les trois whiskys, le whisky ça donne la migraine, mais pas l'envie de pisser. Ou alors les deux litres de rouge ? Non, ça ça donne envie de gerber. Nan c'est les bières, sûr. Bon ben quoi qu'il en soit faut que je me relève si je veux pas m'inonder. En pleine nuit. Quelle heure il est, au fait ? Ben il est passé où le radio-réveil ? J'en tiens une, moi… Il est de l'autre côté, suis-je bête !! Enfin j'espère… Ben !! Ben d'où qu'il est parti, c'est quoi ce bordel ? Bon j'allume, tant pis si elle râle.

 

Clic.

Clic Clic

…… ???

Clic Clic Clic Clic Clic Clic Clic Clic Clic Clic Clic Clic

……… !!!!!! ???????

 

Comment ça, "clic" mais pas de lumière ? COMMENT CA ?? Pas de radio-réveil, pas de lumière, je suis pas électricien mais ça sentirait pas la panne de courant ça ? Hum ?

Mais en quel honneur une panne de courant ? Y'a pas eu d'orages, j'ai rien entendu. On a réglé la facture EDF, j'en suis sûr. Chèque de 138.69€, merci bien, un peu qu'on l'a réglée !! Ils ont pas le droit de nous couper le courant, ces fumiers là ! FUMIERS !!

Bon faut que j'arrête de m'agiter, madame commence à grogner… Si ça se trouve c'est de sa faute, elle a encore allumé le four thermostat 15 en même temps qu'elle a mis une machine de serviettes à 90°, réglé tous les radiateurs sur 7 et laissé la télé allumée sur toutes les chaines en même temps. Forcément que ça fait plus de 15 mA et que ça disjoncte, forcément ! Si c'est pas pour me faire chier alors c'est pour quoi qu'elle a fait ça, hum ?

Mouais…

Ou alors… L'alarme. Le voyant de l'alarme ! Eteint, lui aussi ! Le voyant de l'alarme éteint alors qu'en cas de panne de secteur il est censé clignoter, alimenté par sa batterie interne ou je sais-pas-trop-quoi, pour signaler que l'alarme n'est plus active. Quelle autonomie ?, j'en sais rien. Mais en attendant, il ne clignote même pas. Elle est désactivée depuis combien de temps ?

Bon faut que j'agisse, là.

Les voleurs sont encore sûrement dans la maison. Ils ont dû garer un 38 tonnes devant la porte et ils nous déménagent les meubles depuis plusieurs heures. Ils doivent être au moins cent-cinquante, armés jusqu'aux dents du fond.

Si je me lève pour aller les assommer par surprise, je vais me cogner partout et ils vont m'entendre et me fracturer des os et je vais me pisser dessus et ils vont violer ma femme et peut-être moi et foutre le feu pour pas qu'on retrouve leurs traces. Mouais…

Bon, on va plutôt favoriser le plan B.

Qui est ?

Euh…

Ah oui !

" CHERIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIE !!!!! Au secours chérie c'est horrible y'a des voleurs ils ont coupé le courant et ils sont en train de nous piquer toutes les chaînes de la télé et tous les thermostats du four et toutes les ampoules et ils vont te violer avec un 38 tonnes chérie c'est horrible vite enfuis toi et en plus j'ai envie de pisser.

- Calme toi, mon amour…

- Mais chériiiiiiie !!!

- Mon amour, tu as bu hier soir ?

- Oui, un petit peu… Mais que de l'alcool, hein, pas de thé !! Je t'assure que si j'ai envie de pisser c'est parce que…

- Mon amour, tu es fin saoul ?

- Oh chérie, fin saoul, fin saoul… Comme t'y vas ! Disons raide bourré, tout au mieux…

- Mon amour, tu peux te rendormir tranquillement. Il n'y a pas de voleurs. Il n'y a pas de panne de courant.
Mon amour, rappelle-toi : tu es aveugle depuis plus de 15 ans.

- Ah mais oui c'est vrai !

- Tu es rassuré ?

- Oui chérie…

- Je peux éteindre la lumière ?

- Non, laisse allumé. J'ai peur dans le noir…

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Le coup de la panne (Cartoonita)

1 instant de silence soudain.
2 garçons qui –innocemment– s’exclament : « Mais, qu’est-ce que c’est ? ».
3 secondes pour que la donzelle comprenne que le courant a –inopinément– sauté.
4 mains qui entament une excursion sur le corps de la belle.
5 gloussements excités de l’amie serrée au plus près.
6 degrés en plus au thermomètre dans la pièce.
7 doigts qui s’attèlent sur le zip d’une fine robe d’été.
8 vêtements divers qui s’amoncellent sur le parquet

 O_o \(^o^)/  //CENSURÉ\\ °_° ^_^

Au sol, 9 produits manufacturés à base de latex
La promesse, 10 fois, d’une nouvelle soirée dans le noir

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


Après la tempête (tilleul)‏

Quel jour sommes-nous ? Vendredi ? Vous êtes sûrs ? Il est grand temps que j’envoie mon défi alors ?

Pour le taper, il n’y a pas de problème (tant que la batterie de mon portable est chargée…) mais pour l’envoyer, si cette panne de courant dure, je me demande comment je vais faire… Le soir, je m’éclaire avec des bougies, et pour me laver, je fais chauffer de l’eau sur la gazinière… J’ai l’impression de vivre au début du siècle dernier. Sans internet ni télé, j’ai perdu les contacts avec le monde extérieur…

L’habitude de tourner le robinet pour avoir de l’eau chaude, de pousser sur le bouton de l’aspirateur pour nettoyer, de se servir de robot, moulinette, mixer…Avez-vous remarqué qu’il existe une machine électrique pour toutes les tâches ménagères ?  (Le voisin, se rase dans sa voiture avec la prise de l’allume-cigare). Il est interdit d’ouvrir le congélateur… Le matin, mon réveil radio ne marche pas… Heureusement que le soleil se lève tôt…

Cette panne dure depuis deux jours…

C’était la nuit, un terrible orage a éclaté et les bourrasques de vent ont arraché les câbles trop vieux. En un instant, toute la rue s’est retrouvée dans le noir… Le dieu Eole s’en donnait à cœur joie, il faisait valser les tôles de l’étable voisine, il déracinait les arbustes (le boule de neige et le merisier de mon jardin se sont retrouvés dans une position oblique…) Je n’étais pas rassurée, craignant à chaque instant que le toit de la maison s’envole…

Maintenant, le calme est revenu… les ouvriers d’Electrabel s’affairent de tout côté pour réparer les dégâts… Mais, qu’est-ce que j’entends ? Le frigo recommence à ronronner, les spots de la cuisine sont allumés… Youpi ! C’est réparé ! Je poste tout de suite !

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Why don’t we do it in the road ? (Joe Krapov)

Ce samedi-là, j’avais pris le bus n° 11 à 13 h 38 et je fredonnais « One after 909 » de l’album « Let it be » des regrettés Beatles. Le bus qui me mène au centre de la bonne ville de 35000 Rennes dessert, sur toute sa longueur, 38 stations aux noms plus ou moins poétiques : Petit pré, Trois marches, Vallée, Liberté, Place de Bretagne. Je suis descendu à Champs libres pour me rendre à la bibliothèque du même nom. J’ai fait quinze pas sur le boulevard Magenta, j’ai tourné à gauche et 50 mètres plus loin je suis entré dans le bâtiment en forme de pyramide renversée imaginé par M. Tatin de Portzamparc.

 

A Rennes, nous n’avons pas de pétrole mais nous avons du RFID. La restitution des six documents que j’avais empruntés est donc effectuée par une seule personne, en l’occurrence moi-même, sur une des deux plates-formes qui utilisent l’identification par radiofréquence. C’est nouveau, ça vient de sortir. Bientôt nous-mêmes serons équipés d’une puce identique et cela permettra au Système central de savoir toujours où nous sommes, alors que la question serait plutôt de savoir où il se croit, lui, le Système central.

 

Après avoir déposé délicatement mes livres, disques et dévédés dans une des six poubelles ad hoc, je me suis dirigé vers l’ascenseur. En effet les dévédés sont installés au cinquième étage et si j’ai le droit d’en emprunter deux, je n’ai pas toujours l’énergie suffisante pour « ne pas oublier de grimper là-haut » : ce n’est pas Rio et cinq étages ce n’est pas rien. J’ai donc attendu sagement en fredonnant « When i’m sixty four » que la flèche lumineuse cesse de clignoter, qu’un 0 s’affiche à sa place et que « Shazam ! » la cabine s’immobilise et les portes s’ouvrent.

 

Trois personnes sont sorties et je suis entré, seul. J’étais en train d’appuyer sur le bouton n° 5 quand une jeune femme blonde s’est infiltrée entre les portes coulissantes pour me rejoindre dans l’habitacle.

 

Comment vous dire la sensation de stupeur qui s’empara de moi à ce moment ? Qu’eussiez-vous ressenti vous-même, à ma place ? Le visage poupin, angélique de la jolie dame blonde, je venais de le voir un instant plus tôt encore sur la pochette du DVD « Troublez-moi ce soir » que je venais de restituer. Je zyeutai de plus belle : c’était bien Marilyn Monroe qui était là ! Le plus surprenant était qu’elle me regardait tout aussi effarée, comme si j’étais moi-même devenu d’un seul coup Yves Montand ou John Fitzgerald Kennedy !

 

Je restai silencieux, sifflotant tout juste « Eight days a week » pour me donner une contenance. Je n’osai même pas lui demander si elle voulait que j’appuie sur le bouton 3 ou 4. D’ailleurs, nous étions déjà presque rendus au 3e quand soudain, histoire d’ajouter un grain de piment à ce récit qui n’en manque pourtant pas, la cabine stoppa brutalement et le noir se fit.

 

Nous attendîmes un moment en silence, comme sur les bords d’un lac d’Irlande, que la cabine aux parois de laque qui déconnait redémarrât. Mais « Kill que nenni ! », comme on dit dans les pubs de Dublin ! Cela devenait gênant. C’était peut-être la fin du monde. Nous serions alors le dernier couple sur la Terre et soudain, au moment où nous ne nous y attendrions plus, quelqu’un frapperait à la porte, comme dans une nouvelle de Charlie Brown, ou un auteur avec un nom comme ça.

 

Je dois dire que jamais je ne connus de ma vie silence plus gênant. Je me rappelai un sketch de Pierre Desproges à propos d’ascenseur, lui aussi. Au bout de deux ou trois minutes qui me parurent plus longues que sept ans de réflexion, j’allais appuyer sur tous les boutons pour déclencher un signal d’alarme, appeler, nous manifester quand la célébrissime blonde platine balbutia la première :

- Excusez-moi… Je sais que je vais vous demander quelque chose d’inattendu mais c’est cela ou trépigner et crier. Je suis sujette à des crises d’a…1dds66_censuretiniak et dans des circonstances e…2dds66_censuretiniak j’ai besoin qu’on me … Comment vous dire cela… Accepteriez-vous de me b…3dds66_censuretiniak

 

Quoi ? Moi ? B…4dds66_censuretiniak Marilyn Monroe dans un ascenseur en panne ? Jamais je n’eusse imaginé cela même en rêve ! Elle vint se blottir dans mes bras et je lui caressai le dos. Elle sentait bon, elle avait des rondeurs intéressantes et je regrettai bientôt qu’elle portât autant de tissu par-dessus son Chanel n° 5. D’un seul coup elle é…5dds66_censuretiniak. Je sortis le plus élégamment possible ma b…6dds66_censuretiniak de mon p… 7dds66_censuretiniak et lui tendis l’objet afin qu’elle se m…8dds66_censuretiniak avec. Elle le fit lentement, délicatement.

- Excusez-moi. Je suis très e…9dds66_censuretiniak

- Reprenons, voulez-vous ? J’ai l’impression que ça vous fait du bien.

- Oui. Vos mains sont très douces, très réconfortantes. Ca me calme bien. Vous pourriez me chanter quelque chose en même temps ?

Qu’est-ce qu’on peut bien chanter en b…10dds66_censuretiniak Marilyn Monroe ? Quand même pas « Mélanie » de Georges Brassens ! Quoique… Brassens ? La situation me rappelait sa chanson « L’orage ». Je lui fredonnai donc, tout en pratiquant mes massages, la chanson du grand Georges à propos du petit Benjamin Franklin qui était un gars du tonnerre. Après cette première accalmie elle se remit à s’agiter et cette fois, au finale, c’est moi qui é…11dds66_censuretiniak

- Je crois que j’ai attrapé vos m…12dds66_censuretiniak ! lui-dis-je un peu piteux.

 

A ce moment-là la lumière revint et l’ascenseur reprit sa montée. Nous nous rajustâmes, un peu gênés, et atteignîmes le cinquième étage. Les portes s’ouvrirent, je la laissai passer la première. Sur le palier, elle se tourna vers moi et me dit :

- Je vous remercie beaucoup, monsieur Depp. Vous avez été très bien, Johnny !

- Mais vous aussi, Miss Marilyn, répondis-je. Seulement… Je ne m’appelle pas Depp !

- Comment ? Vous n’êtes pas Johnny Depp ?

- Je suis désolé. Je m’appelle Joe Krapov. Ma carte de bibliothèque qui porte le n° 10501050 peut en faire foi !

 

A peine avais-je prononcé cette ineptie qu’il se passa quelque chose d’étonnant. Elle se métamorphosa proprement sous mes yeux et me regarda avec des yeux comme dessillés. Elle était devenue une lectrice des Champs libres, encore séduisante certes comme toutes les Rennaises , mais ce n’était plus Marilyn Monroe, donc c’était différent.

 

- Je ne suis pas Marilyn Monroe non plus. Je crois que je faisais une expérience pour un atelier d’écriture. Il fallait que je raconte ma rencontre avec une célébrité.

- C’est drôle ! Moi je devais raconter une panne de courant pour le Défi du samedi !

 

Je m’enhardis d’un seul coup.

 

- Nous pourrions peut-être nous revoir, ne serait-ce que pour écrire ensemble ou échanger sur les consignes… Entre écrivants…

- Je ne crois pas que ça va être possible. D’abord, on ne se mélange pas à Rennes, même si on agit dans le même secteur. Et puis… ça va bientôt sonner.

- Qu’est-ce qui va sonner ? Les Champs libres ? Mais il n’est que 14 h 15 !

- Non. Le réveil. Le réveil de Tiniak !

 

***

 

Au moment où le réveil a sonné, j’ai regretté d’avoir accepté ce voyage. A vrai dire, je n’ai pas accepté ce voyage au pays des rêves du Doctor Robert Tiniak dit aussi « The Fool on the hill ». C’est lui qui a rêvé de moi, m’a réinventé et j’ai comme ça un ou plusieurs avatars sur Internet qui font n’importe quoi dans trois ateliers d’écriture différents et dans la tête d’internautes plus ou moins inconnus. La semaine dernière j’étais un lampadaire se lamentant contre des clébards à la patte légère. Hier j’étais petit mitron vantant les possibilités érotiques du petit boudoir de Mademoiselle puis tout de suite après, Sancho Pança Enthoven, philosophe musicien. J’ai voyagé de Jersey aux îles grecques, je suis Néron parfois, vampire, détective privé et, dans les ascenseurs, je termine ma course dans le pays des rêves d’un autre avatar qui habite dans un sous-marin jaune sous les combles et m’imagine en Alexandre le bienheureux marié à Romy Schneider. Pourquoi dirais-je non à cette vie en Fantaisie qui me ravit ? Quand Tiniak se fait une sieste Kaléïdoplumiennes il m’envoie fricoter avec des créatures de cinéma au milieu de chansons des Beatles alors que les Champs libres, d’habitude, c’est plutôt « Repères contemporains » et « Ethnologie des bagadou expliquée aux bobos par une célébrité parisienne ayant reçu la bénédiction d’Ouest-France». Je vis une chouette vie, non ?

 

Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi il a censuré au réveil les mots dont la liste suit :

 

1 angoisse

2 exceptionnelles

3 berce

4 bercer

5 éternua

6 boîte de mouchoirs

7 porte-documents

8 mouchât

9 enrhumée

10 berçant

11 éternuai

12 manières

 

Je serais lui, j’irais sans tarder demander une consultation à Zigmund Freud. Même à la bougie, ce devrait être éclairant !

 

 

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

25 juin 2009

Consigne 66 (rsylvie)

Votre participation à la consigne 66 tournera autour de la panne de courant. Ah ! Une contrainte !Votre récit comportera au moins dix nombres

 

On en était à la 5ème partie de (que d’ailleurs, je gagnais allégrement par 9 à 3), face à
mon rival de toujours, Ramon notre voisin, quand soudain tout à pété !
A peine le réflexe d’interrompre le smatch que j’étais entrain de réaliser que j’ai entendu comme un cri et

-« putain d’Zédief » !

C’était Doloresse, l’épousée de mon partenaire de jeu. Une charmante dame originaire du Portugal, qui autrefois entretenait les sanitaires du terrain de camping de notre village, en ayant plus particulièrement la charge de la partie réservée par les salariés travaillant chez EDF. D’où, à cet instant précis, cette familiarité envers eux,

Agée d’au moins 7 fois 10, voire pratiquement 4 par 20, elle déboule chez nous, en moins de temps qu’il ne faut pour appuyer sur l’interrupteur.

Seulement cette fois-ci, rien.

Que NENI,

NADA…..

La panne de courant.

Nerveusement je m’acharne

1 fois, 2 fois je recommence

mais vraiment rien !

-« Dire que de mon temps un frottement

et la lumière jaillissait

Ha l’est beau votre monde moderne avec tous ces

un jour, yé finira tous étouffer dans la toile


-« voyons ma fleur, tou  ne devrais pas parler ainsi du progrès.

m ‘rappelle la première qui fut installée. Au village tous se réjouissaient de la modernité et dou confort qui allait nous adoucir la vie.

Rappelles-toi la première fois que

nous étions tellement fierts,

quand trônait sur la table, comme si c’était la 8ème

merveille du monde. Et puis,

ils nous ont bien assuré qu’il n’y avait aucun danger,

d’ailleurs, il n’y a qu’a léver les yeux.  

Souviens-toi, d’nos balades improvisées au grés du vent,

quand nous jouions à réver de la tour EIFFEL

-« Yé ben vrai tout ça, mon Ramon » !
mé rappelle les monstres d’autres fois, qué sont devenus
yé beaux zoiseaux dé maintenant .
y’avoue qué tou as réson.

Allé vous deux, c'est d'circonstance

 en attendant qu’lé Zédiefs

yiennent nous réparer tout ça

Un p’tit

Pendant qué coule touyour » ?

-« Ouai, cool....madame Doloresse » !

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

clic (shivaya-warduspor)

Non, pas ça ! Non, dites-moi que c'est pas ce que je crois ! Pas le coup de la panne, non non ! Et justement pour clore ce week-end en solitaire... Où sont les allumettes ? A-t-on seulement des allumettes quelque part ? Nooon. Si ?

On peut pas ne pas en avoir, c'est pas possible. Oh noooooon. Où elle a bien pu les mettre ? Allez... respire. Schh... schh... schh.... ça va aller. Calme. Compte jusqu'à dix... Un... Schhhhhhh... Deux... Schhhhhhh...

Et si c'était pas une panne... Si c'était... si c'était... genre... une grève ! Une panne ça se répare, on intervient, on vole au secours du citoyen ; mais une grève ! On sait quand ça commence, mais pas quand ça finit. Comme celle du dix-huit, là... Oh non, les mecs, pas au coeur de l'hiver, merde ! Les nuits sont loooongues, chier ! Des allumettes !!!

Ou alors c'est une attaque terroriste ? C'est possib' ça que des terroriss' y nous terrorisent comme ça ? Sûr... c'est sûrement possible... oh la la. C'est quoi le numéro pour ça ? Le 15, le 112, ça d'accord, mais non... le 911, c'est pas chez nous. Oh nooooooon. Pourquoi c'est si noir, la nuit?! Où sont ces foutues allumettes ???

Attends, on est au vingt-et-unième siècle et pas moyen de trouver un allumette chez soi, c'est pas une vie !... roooh euh, et merde aussi, il est nul ce truc à plaques électriques ! Un bon vieux four à gaz, avec des brûleurs qui brûlent longtemps. Aïe ! putain, c'était quoi ça ?

Y a quelqu'un ? Sans déconner les mecs, arrêtez ! Allez, quoi ! Prenez tout c'que vous voulez, y a un billet de cinquante dans le tiroir... Juste pas les allumettes si vous en trouvez ! Aïe ! Putain mais c'est quoi ce chat ? Aaaah !... Tigrou ? Tigrou c'est toi ?

Con ce chat, aussi !

Bon, pas d'alloufs, d'accord. Panne secteur en plus, pas de lampadaires ? Ah si. Ah. Mais au quinzième les lampadaires.... bon... euh... quoi ?... hein, quoi ?... Qu'est-ce que je vais faire moi ?... Petit déjà, j'aimais pas être dans le noir... J'ai jamais joué dans les placards fermés, moi. Non. Non, non non... Oui ben, non, j'aime toujours pas... J'ai grandi, j'ai vieilli... mais non. Toujours pas. Là, lààà... je vais où moi ? Euh... dans la chambre ?

Aïe ! Merde ! C'est quoi cette porte ? Chuis où là ? Oh putain... Hein ? C'est quoi ce bruit ? Qui qui rentre chez moi ? Qu'est-ce qui s'passe ?

Putain, putain, putain !... Ah non, mais comment je fais, moi, s'ils sont armés, les gus ?... Non, mais COMMENT JE FAIS ?!... Putain, ça vient!... ça vient par ici, non ?

- Chéri ? Chéri ? T'es où ?... Ben qu'est-ce que tu fais dans le noir ?

CLIC

- M'enfin chéri, c'est quoi ce bordel ?

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

intérieurs nuit (tiniak)

Et puis ce fut le noir complet.

La lourde porte réputée inviolable avait cédé comme prévu. Il leur restait quinze bonnes minutes pour achever de boucler leurs trois sacs bourrés de coupures de dix, de vingt et de cent, puis déguerpir avant que le brouilleur de codes électroniques ne soit repéré pas la prochaine mise à jour du système.

Elle avait mis les petits plats dans les grands, c'était peu de le dire. Elle recevait quelques collègues et leur chef de département. Parmi ces huit invités, il y aurait le beau Sean. Tout était fin prêt, des petits encas au soufflet dans le four qui croûtait gentiment – thermostat six. Elle se résolut à passer sa dernière acquisition vestimentaire : une folie, bien sûr.

Ils s'embrassaient comme s'ils devaient mourir demain et leur baiser, parmi les tout premiers, leur promettait d'atteindre bientôt le septième ciel. D'ailleurs, ils s'élevaient en effet vers le cinquième étage, dans l'ascenseur cossu qui leur offrait enfin un peu d'intimité.

Il avait parié gros. Obligé. Ces gains lui rapporteraient de quoi se refaire et il était grand temps. Pour ainsi dire, il avait joué à quitte ou double. On approchait les toutes dernières minutes du match. Le score lui était favorable, mais de peu. Il tendit la main vers sa quatrième canette.

Elle refermait doucement la porte d'entrée en réprimant un gloussement de satisfaction. Mais le sourire qu'elle avait esquissé retomba devant le capharnaüm qui l'accueillait dans le couloir. Evidemment, ses mecs, mari et enfants s'en étaient donnés à cœur joie et lui laissaient le plaisir de remettre tout ça en ordre. Tenant du bout des doigts le bracelet que Pierre lui avait offert, elle se demandait si le mettre parmi ses autres bijoux constituait une cachette valable.

Elle enjamba un camion de pompier.

 

zip, poum, aïeeeeeeeuh !

ah nan, putain ! nan nan nan !

oh ? tsi hi.

et merde !

c'était qu... wiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :