02 juin 2009

Tribulations carnées d'un bienheureux (shivaya-warduspor)

12/08, B***

Trop longues ces avenues! Heureusement, l'assortiment de charcutailles et pain noir, rehaussé de la patate chaude, m'avait donné des forces suffisantes. Mais bof, le thé rouge le matin, j'aime pas.

 

27/11, B***

Il fait 35°C dehors, je suis monté à au moins 50 dedans en croquant un piment dans un samosa. Heureusement, le lassi était bon.

 

02/02, B***

C'est pas avec leurs légumes maigrichons que je vais supporter la caillante. Le concombre au yaourt, ça vous gèle le plus beau des palais. Envoyez les chars!!

 

21/05, B***

Le fromage au matin, j'ai rien contre. Surtout accompagné d'une bonne brune. Heureusement, c'est encore leur jambon qui me fait fondre. Pour un peu j'irais cueillir des trèfles dans la tourbe.

 

21/07, B***

Y a pas à chier, j'aime pas leurs tongues. Heureusement, je serais du genre à me damner pour leur tajine aux figues.

 

15/09, UB***

Le prochain qui essaie de me faire bouffer du mouton, je l'assomme avec le sac de fromages en pierre ponce qu'ils m'ont refilé. Avec tout ce qu'ils ont comme chevaux, ils feraient bien d'en manger un peu, ça les changerait. Heureusement on peut toujours se torcher avec leur vodka qui rend aveugle.

 

02/12, QueB***

Aïe, quelle caillante! Heureusement, le menu « best off » avec poutine à la place des frites, ça te remet un bûcheron droit dans ses bottes en moins de deux. Une tarte au sirop d'érable pour finir, tu remontes le Saint-Laurent à la brasse.

 

06/06, B***

Alors eux, leurs noirs, ils sont vraiment noirs : dedans, dehors et au figuré. Heureusement, le kangourou est rose et tendre à l'intérieur.

 

08/10, TimB***

Une boule de pain cuisinée vapeur par 333 saints (tout ça pour 12 condiments), c'est vrai que ça change des poules maigrichonnes. Heureusement que je suis de bonne composition, sinon c'est du guide que j'aurais bouffé la cuisse.

 

19/01, B***-Terre

Finalement, je suis moins moite que ce boudin. Heureusement que le punch d'hier va me permettre de dissoudre tout ça : morue, riz, sauce columbo, re-riz, haricots rouges, dombas, cochon et re-morue... ça tue!

 

27/03, B***

Non! Les tropiques, ça me ramollit à tous les coups. Heureusement, le homard directement pêché par le serveur à moitié à poil dans son petit futal blanc, ça revigore avant de s'essayer à la capoeira.

 

10/04, B***

Tous ces petits bouts de petits trucs tout découpés c'est bien joli et c'est pas mauvais, mais j'échange leur palais royal et toutes ses dépendances avec une côte de boeuf d'une seule pièce! Heureusement, les masseuses sont bonnes.

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :


Waooh ! This is Jersey ! (Joe Krapov)

Jeudi 21 mai 2009. Départ ce matin à 10 h 30 en direction de Saint-Malo. Après avoir tournicoté près de l’embarcadère des ferries, on va garer la voiture à l’endroit habituel, dans l’avenue face à la gare. L’embarquement à bord est prévu à 16 h 30 pour un départ à 17 h 30. Si j’avais voulu jouer au con j’aurais emporté avec moi le « Guide du routard Catalogne » que Mme Chèvrefeuille m’a prêté. Nous avions prévu en effet de nous rendre à Barcelone avec la Maison de quartier mais ce voyage a été annulé. C’est Jersey qui s’y colle pour remplacer !

 

 

J’ai été aussi interdit de sac à dos rouge. Cela fait vingt-cinq ans qu’il voyage sur mon dos, le vieux coco, mais il a été délaissé au profit d’une valise à roulettes et longues poignées que l’on tire derrière soi comme les mamies font avec leur caddie sur le marché des Lices. Marina m’a acheté ça ! Elle me modernise à tour de bras ! Au secours ! Je vais recevoir un téléphone portable à Noël !

 

 

On laisse les valises dans le coffre et on va faire un tour à Saint-Malo intra muros. Je refais pour la énième fois des photos d’enseignes au fil de notre avancée dans des rues ensoleillées. Au moment de pique-niquer, Marina s’aperçoit qu’elle a laissé ses sandwiches dans le coffre de la voiture. Du coup on va déjeuner à la crêperie Gallo où nous avons nos habitudes. L’après-midi, après un tour sur les remparts, nous rendons visite à la tombe de Chateaubriand sur le grand Bé. C’est la première fois que je m’approche d’aussi près de cet empêcheur de respirer en rond.

dds63_chateaubriand

 

 

 

 

Autrement dit, « Ferme ta gueule, passant, le poète romantique écoute ses ongles pousser » !

 

 

Nous redescendons jusqu’au sillon et nous nous adonnons sur la plage à une sieste de décompression. A trois heures et quart nous repartons tranquillement vers la voiture, débarquons les valoches et les traînons jusqu’à l’embarcadère. C’est quand même bien, Internet ! Madame Bourgeoizovna a commandé et payé ainsi notre voyage et du coup, en échange de sa feuille de papier, elle reçoit au guichet de Condor Ferries d’un genre d’hôtesse de la mer deux billets qui nous donnent le droit de monter dans un gros bateau et de partir aux îles !

 

 

Evidemment, pour moi qui ne voyage qu’en train, voiture et vaporetto d’habitude, tout cela est nouveau et je m’inquiète un peu du sort de ma belle valise qu’on m’a confisquée alors que je n’étais pas encore habitué au bruit d’enfer que font ses roulettes. On l’a jetée sur un tapis roulant. « Houla ! Aïe ! Ouille ! » crie-t-elle.

 

 

On attend une petite heure dans la salle d’attente puis on fait la queue à la porte 2. Il faut montrer son faciès (je l’ai) et sa carte d’identité (je l’ai aussi) au douanier qui n’est pas un imbécile puisqu’il connaît les sketches de Fernand Raynaud. Puis on passe dans une autre salle d’attente. Enfin on monte dans un bus qui nous libère à l’arrière du Ferry : on dirait un grand parking souterrain dans lequel s’engouffrent des tonnes de bagnoles (ça va flotter, ça ?) et une file indienne de piétons aussi peu ravis que moi qu’on leur ait pris leur valise ! Dans le garage, nous montons un escalier puis on s’installe dans une espèce de grand restaurant genre Flunch autour de tables de six personnes devant des télés allumées. Sur l’écran une fille montre comment déficeler le gilet de sauvetage qui est sous les sièges et faire joujou avec le toboggan d’évacuation en cas de collision avec le Titanic mais tout le monde a l’air de s’en foutre. Peut-être que le Titanic a déjà coulé ? On ne me dit jamais rien à moi !

 

 

En fait moi j’ai surtout peur de vomir après tout ce que j’ai mangé à la crêperie et tout ce que m’a raconté ma collègue Nelly qui vomit régulièrement sur ce trajet mais bon, je ne devrais pas l’écouter, c’est une fille qui a le mal de mer dès qu’elle monte dans une barque aux étangs d’Apigné. De fait, la traversée est hyper-tranquille, même si le commandant a dit que la mer était agitée, et on est moins balloté ici que dans un TGV. En plus on n’essaie pas de nous vendre des sandwiches SNCF ! Le seul désagrément c’est cette odeur de haricot de mouton à 6 heures de l’après-midi et le spectacle désolant des consommateurs indécrottables qui se ruent sur le magasin Duty-Free ! Les gens ne sont pas encore arrivés à Jersey qu’ils achètent déjà des souvenirs !

 

 

Au débarquement, douane à nouveau, contrôle de la carte d’identité et du faciès qui n’a pas changé et puis récupération des bagages sur un tapis roulant comme dans les aéroports. Trop drôle ! Mort de rire ! Sauf que tout le monde à la même Samsonite sans sonnette passe-partout et finalement c’est Marina qui reconnaît la mienne parmi la foule. L’achat d’un autocollant « My heart belongs to Daddy but this case belongs to Joe Krapov » va vite s’avérer indispensable !

 

 

Mon plan de Saint-Hélier, tiré sur l’imprimante à la dernière minute, s’avère plus pratique pour trouver l’hôtel que la carte à 11 euros que j’ai achetée à la librairie Ariane à Rennes. Le Norfolk Lodge Hotel se trouve sur le Rouge Bouillon, drôle de blaze pour une rue mais ici, ce sont les îles anglo-normandes : les noms de lieux sont en français mais on ne parle que l’anglais. Il est 19 h 15 en France mais du fait du décalage horaire, il est 18 h 15 ici. Le voyage n’a duré qu’un quart d’heure, un peu long, certes, mais un quart d’heure quand même !

 

Il y a une belle lumière de couchant. Je repère déjà quelques façades colorées et nous sommes réjouis du fait que les voitures, ici, roulent à gauche. C’est la première fois que je vois ça en vrai ! C’est dangereux aussi quand on veut traverser mais au bout des quatre jours on aura fini par s’y faire. Maintenant qu’on a le réflexe, c’est pour traverser en France que ça devient dangereux !

 

 

A l’hôtel, la petite réceptionniste qui porte un prénom italien ou roumain nous donne la clé n° 54 ! On comprend tout ce qu’elle nous dit mais comme la porte de l’escalier pour le premier étage est sans poignée, je demande à une autre personne de nous aider et… elle comprend ce que je lui demande ! Waooh ! Ca sert finalement pour quelqu’un qui a juste fait allemand-latin-russe au collège d’écouter les Beatles et de lire les licences des cochonneries électroniques que mon patron achète pour Madame Versité !

 

 

La chambre 54 est impeccable avec un lit qu’on dirait à trois places, les douches sont bienvenues. Après un petit peu de rangement, nous ressortons en repérage et surtout, en guise de repas de ce premier soir, nous pique-niquons devant la mer et le « Frégate café » sur un banc de l’Esplanade au bout de Kensington place. On avait faim ! Un vent frais se lève. On va faire un tour vers le centre, avec une jolie lumière sur Seaton place, Sand Street, King street et puis on tourne à gauche dans Halkett place et on revient par Burrard Street, Union Street, Parade street et Saville street. Déjà plein de photos de maisons colorées et d’autres repérées : une maison violette, une porte arc-en-ciel devant laquelle, au moment ou j’allais déclencher, une bagnole s’est garée !

 

Je crois que Jersey va nous plaire !

 

P.S. Pour celles et ceux que cette destination intéresse, j’ai volé à Marina quatre pages de son carnet de voyage : c’est son récit de la journée du lendemain. Le style est plus sobre mais l’iconographie est plus classe !

dds63_carnet_marina_adds63_carnet_marina_bdds63_carnet_marina_cdds63_carnet_marina_d

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

01 juin 2009

JAMAIS QUITTES (tiniak)

Basse-Terre, le 13 août 1985.

Mon avion part dans trois heures de Point-à-Pitre.
Je regagne la métropole sans l'assurance de pouvoir revenir sous ces tropiques avant longtemps.
Je vais retrouver le temps qui court et les gens qui courent après lui. Je vais retrouver cette part de ma vie qui me définit davantage par ce que je fais que pour qui je suis... les "Bonjour, tu fais quoi dans la vie ?", ces passe-ports d'avant le passe-port, qui rassure les tribus, leurs propos "convenus", leurs sourires "entendus" et leurs idées reçues.
Je vais retrouver les arbres encerclés, les gazons crottés, les rives bétonnées, les nuages fatigués d'avoir couru le monde, venus se regrouper pour pleurer sur les toits la peine qu'ils ont d'avoir soudain si froid.

Alors, avant de partir, pour finir, je laisserai sur la table de chevet de cet hôtel propret, quelques signes, quelques lignes, pour ce qu'il me faut quitter.

__________________________________________________
jamais quittes

Crête où la terre se fait la dent
mollement contre le ciel gourmand
de flasques firmaments
mon pays dans le vent
un pied en mer, l'autre dans l'océan
je viens oublier le temps

si ta bouche parle bruyamment
et crache du soufre incandescent
c'est pour qu'un sable blanc
et rose et noir courant
tes rives alanguies dessous le vent
flatte et caresse tes flancs

Parfois dans la nuit s'élève un chant
groka, guitare et le pied dansant
l'âme et le rhum aidant
un rire éblouissant
moque le coq et le counyamaman
d'un égal et vif allant

Noirs sont les hommes dans l'ouragan
Verte la palme au lent mouvement
Rouges sont tous les sangs
sous la peau se mêlant
qui sous le madras ou le lin flottant
marche d'un pas nonchalant

Mon pays tu me prends
et, par toi je l'apprends
on ne se quitte jamais vraiment.

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

Archives de (Tiphaine)

Avertissement : Pour agrandir cliquer sur l'image.

crete
portorico
grece1grece2
kenya1kenya2kenya3kenya4

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

31 mai 2009

Montego Bay (Joye)

D'abord, mettez fort la musique :  http://listen. Montego_Bay

et puis mettez votre maillot,

préparez-vous un joli rum drink

et puis...dégustez !

 

I. DEVANT MOI, LA MER

 

Devant moi, la mer
l'horizon gris foncé

Et puis vert, vert, vert
des trous de verdure là
en pleine mer
parmi les bleus

Et les vagues qui s'enroulent
qui se précipitent vers moi
dans leur hâte de me connaître

Et juste avant d'arriver
elles sursautent
en crachant leur surprise
des bulles toutes blanches

Qui moussent et qui disent,
qui bourdonnent et qui crient

Bienvenue,
la jolie

Comme nous sommes contents
de te connaître

II. HILTON HIGH

 

Là, au bon bout de ce Paradis verdoyant
Au bout du chemin, là, où le shandy t'accueille

Là, au bon bout du monde
Yé monne, iré

Le colibri à deux queues faufile de rouge en or-
Ange parmi les taches de bleu et d'amour

Tu goûtes le cacao blanchement de sa coquille
Yé monne, iré

Les petits bouts pas blonds te chantent dans leur école
Talé mi bananeux

L'accueil te réchauffe mieux que le rum punch
Yé monne, ya monne, yesse monne

Au bout du chemin où no woman no cry
Là au bon bout de ce Paradis

Yé monne, iré
Talé mon bonheur

 

III. CLICHÉS DE MA PLAGE

 

Frotte-frotte, frotte-frotte
Le mec à côté
Est maintenant
Bien huilé

--

Ta verte transparence
Me coupe le souffle,
Puis être vague
N'est pas toujours un crime.

--

A faire :

Commander de la dorade

Pour ce lys

--

L'homme Très Important
Parle au GSM
Une jolie fille le suit
A cinq pas derrière

--

Oui, et donc
Ce corps lisse
Ça te sert à quoi ?

--

Papa à la grosse bédaine
Avec la fillette aux genoux
Hou hou

--

Bonjour les doigts de pieds
Vernis dans votre meilleur rouge
Vous me faites signe
Sur l'arrière-plan vert-bleu

carnet_de_voyage_1

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :

30 mai 2009

Consigne #63

Cette semaine, nous partirons en vacances avant l'heure.
Nous vous invitons à nous offrir une page de votre
carnet de voyage.

51R0K5E8YDL

Partagez avec nous le récit de votre tour du monde en stop, les images de votre traversée sur désert, ou vos déboires au camping des flots bleus à Royan.
Parlez-nous donc de votre périple dans la foret amazonienne, de votre tour de la Creuse en solex, de la grande muraille de Chine ou encore de la cathédrale de Chartres ou de votre croisière à bord d'un vaisseau spatial.

Vous l'avez compris, vous êtes tout à fait libres d'inventer (ou pas!) tant que vous nous donnez à lire une ou plusieurs pages de votre carnet de voyage.

Posté par valecrit à 09:01 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags :