04 juin 2009

LE JOURNAL DE VOYAGE DE MADAME SUZANNE (Martine27)

Rappel de l’épisode précédent, défi 36, Madame Suzanne a été expédiée avec un Paquet jacasseur dans une dimension parallèle pour ceux qui veulent l’histoire en entier c’est là http://moncarnetamalices.over-blog.com/article-25265259.html .

 

Journal de voyage de Madame Suzanne

 

Voilà déjà un moment que je suis coincée dans ce monde bizarre avec Paquet le colis parlant, et pour parler, il parle, je vous jure une vraie pipelette.

 

Le temps passant étrangement dans ce pays et ayant retrouvé au fond de ma poche le carnet dans lequel je note mes courses et un crayon, je vais essayer de tenir un journal de bord de ce périple. Je reprends donc nos aventures du début.

 

1er jour - Nous avons attendu Paquet et moi au bord de la route que le Grand Facteur passe. Après une journée d’attente, ne voyant rien venir nous avons décidé d’avancer à pied, enfin à pied pour moi, Paquet lui roulait carré, logique puisqu’il est carré, je n’ai pas proposé de le prendre dans mes bras, après tout c’est en partie sa faute si nous sommes ici.

 

 2ème jour – C’est curieux ici je n’ai jamais faim, c’est plutôt pas mal parce qu’autour de nous c’est un vrai désert, rien que des cailloux, heureusement il ne fait pas chaud.

 

8ème jour – Enfin je crois que c’est le 8ème. Ce désert n’a pas de fin mais nous avançons toujours vers ce qui d’après Paquet est le Dus et qui devrait nous amener dans sa ville.

 

9ème jour – Surprise, nous nous sommes assoupis au pied d’un gros rocher et ce matin au réveil j’ai hurlé lorsque je me suis retrouvée nez à nez avec ce que Paquet appelle un Paqéphant, c’est en fait une grosse bête carrée, comme beaucoup de choses dans ce sacré pays, et tout à fait inoffensive. Tant mieux.

 

11ème jour – Je commence à avoir le mal de mer le Pagéphant nous a gentiment pris sur son dos pour nous éviter de marcher, mais sa démarche me donne mal au cœur.

 

15ème jour – Il n’a pas de fin ce sacré désert, je suis sûre que Paquet s’est trompé de direction même si dans un flot de paroles, il m’affirme que non. Bon sang que j’ai envie de le dépiauter ce fichu sagouin.

 

16ème jour – Ca y est plus de désert et sans aucune transition nous nous retrouvons dans une belle plaine verte. Le Pagéphant repart dans son désert, je l’ai remercié d’une grosse caresse derrière le bolduc, il a adoré ça.

 

17ème jour – Mais ce n’est pas possible tout est gigantesque dans ce fichu pays on ne voit pas le bout de cette plaine et elle est survolée par de minuscules paquets qui n’arrêtent pas de bourdonner, c’est d’un fatigant. Remarquez l’intérêt c’est que je n’entends plus le flot ininterrompu de paroles de Paquet, jamais il ne se fatigue celui-là, d’autant plus surprenant qu’il n’a pas de bouche.

 

18ème jour – Toujours pas faim, ni soif, ni fatigue, ni rien d’autre d’ailleurs. Vraiment déroutant !

 

19ème jour – Ca y est nous arrivons en vue d’une ville, enfin il me semble que c’est une ville, pour tout dire je ne vois qu’un empilement de colis immenses mais Paquet est fou de joie, bien sûr il me rebat les oreilles du fait qu’il ne s’est pas égaré et gnia et gnia, il m’énerve, mais il m’énerve. Je me détends en le regardant rouler carré c’est un spectacle à mourir de rire, je ne m’en lasse pas.

 

20ème jour – Et voilà nous entrons dans la ville, elle est en effet constituée d’une multitude d’énormes colis percés de portes et de fenêtres par lesquelles roulent ou sautillent des paquets de toutes formes et de toutes couleurs, c’est plutôt gai comme spectacle. Paquet me traîne ébahie à travers la ville, les gens enfin les paquets me regardent avec curiosité mais je ne ressens aucune hostilité de leur part, c’est déjà ça. Paquet m’emmène à son Université pour me présenter son maître de thèse, il espère ainsi obtenir une bonne note. Je t’en fiche tiens, arriviste va !

 

21ème jour – Le maître de thèse de Paquet est un homme, enfin un colis, tout à fait sympathique il n’a pas l’air de me trouver effrayante, tant mieux. Il comprend bien que nous sommes devant un problème gravissime pour moi, comment me renvoyer à la maison. Il va contacter le Grand Facteur.

 

22ème jour – Le Grand Facteur me prend en charge, il m’enfourne dans sa besace après que j’ai fait des adieux émus à ce sacré Paquet qui m’a pourri la vie, mais je l’aime bien en fait. Toutefois, je lui fais promettre de ne pas remettre les pieds dans mon monde, ce qu’il accepte d’autant plus volontiers qu’il a réussi sa thèse haut la main grâce à moi. Le Grand Facteur arrive au Centre de tri principal de ce drôle de pays, il me glisse dans une boite aux lettres et là je me sens tournoyer, j’ai maallll au coooeeeurrrr.

 

C’est le matin, Madame Suzanne fait un saut de carpe dans son lit. Elle tient à la main un petit carnet qu’elle n’ose pas encore ouvrir, pour le moment elle préfère penser qu’elle a fait un rêve. Elle se prépare pour cette nouvelle journée. Elle ouvre la porte pour sortir et là, sur son paillasson, se trouve un colis qu’elle n’a pas commandé. Prudente, elle l’enjambe, il peut bien rester là autant qu’il veut, hors de question qu’elle y touche, un fois ça va bien !

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :


Voyage (Plume Dame)

Sur les douces rives de mon inconscience

Souvent mes rêves se font évanescences

Pour fuir le monde et ses extravagances

Dans un état second en luminescence

Laissant ici mes proches et mes bagages

Suivant une petite route en métalangage

J’aborde d’un vol de pensées sans âge

Mes désirs secrets, mon carnet de voyage

 

Plume Dame

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

03 juin 2009

A la mer (MAP)

L…… O….. 15 Juillet 2005

 

 

 

Ce matin, c’est décidé j’y vais … C’est une première ! Je vais prendre un bain de mer. J’avoue que je ne suis pas très rassuré ! Mais j’en ai assez que l’on se moque de moi !

 

- « Quoi tu ne sais pas nager !!! »

- « Oh le froussard !!! »

- « Tu ne devrais pourtant pas avoir peur de l’eau !!! »

- « Hi,hi,hi !!! Toi qui adores patauger dans les flaques !!! »

……………………………………………………..

Et voilà comment ça s’est passé !


A_la_mer

MAP

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

Voyages à éclipses (Zigmund)

De mon enfance méditerranéenne, je me souviens de mon intérêt précoce et étrange pour le pays du Milieu.

eclipse

 Exilé sans retour possible, peu après ma première  éclipse totale de soleil inoubliable, j’ai longtemps   cherché un pays à aimer...

 Un grand morceau d’existence plus tard,  je me lance dans l’apprentissage de la langue et me voilà dans l’avion pour Pékin, avec cinq amis réunis entre autres  par la pratique du tai-chi-chuan.

 Première image désolante : le ciel est  gris : « j’aurais traversé le quart de la planète,  pour qu’il pleuve ? » mais non,  il ne pleut pas, ce n’est que la pollution, ( !) et dès la sortie, la chaleur humide étouffante m’étreint,  « jamais je ne supporterai 3 semaines comme çà ! ».

 Le choc est à la mesure de l’attente : la foule, partout, les façades grises de poussière, la foule encore, les vélos…

1996_beijing

  Choisi par notre amie traductrice, notre hôtel  est un petit bijou caché au fond d’une ruelle ancienne (çà s’appelle un hutong). A partir de ce vieux quartier insalubre mais hélas destiné aux bulldozers, nous découvrons la ville, les petites échoppes où nous faisons sensation (les longs-nez sont rares par  ici), la  librairie où je caresse chaque ouvrage sans en comprendre la signification, les coiffeurs de rue, les petits restaurants et les parcs.

 Pas terrible l’idée de visiter la cité interdite un dimanche d'été : toute la Chine est là avec la même intention ; il faut se faufiler entre les vendeurs de cartes postales, d’eau, éviter de gâcher les "photos à la chinoise " : tout le monde se groupe debout devant le monument, pose, sourit (ne me demandez pas comment on dit "ouistiti" -"sex" en chinois) et voila un beau souvenir dans la boîte.

 Non loin de la place Tian an men, se trouve le mur des minorités, c’est devant ce mur que je demande à être pris en photo en tant que minorité chinoise à moi tout seul.

 Au palais d’été, nous avons loué des pédalos pour une ballade sur le lac Kumming et attiré contre nos embarcations, des familles en mal de batailles navales clamant sans doute : « à l’attaque ! Sus aux  « lao wai » !  (=étrangers)

Bravitude requise pour escalader la grande Muraille au soleil de midi et échapper aux marchands de souvenirs.

 Peu connu,  le Ritan parc situé dans le quartier russe. Là, nous pouvons enfin nous fondre dans la foule sans être dévisagés ; là, nous essayons de déchiffrer les enseignes en cyrillique, c'est un petit coin d'"Europe" à Pékin. A l'entrée du parc, les hangars pleins des ballots de vêtements et de tissus destinés à l'Europe de l'Est sont impressionnants.

Dans le parc, c'est de nouveau la Chine, quelques pratiquants de Taiji quan, une maison de thé où on prend plaisir à s'éterniser, un bassin à poissons rouges où les enfants viennent pêcher leur futur compagnon, un kiosque à musique où un isolé étudie le saxo, des gens qui chantent, qui dansent ou qui jouent aux échecs chinois.  Il y a surtout une  grande aire centrale délimitée par un mur circulaire percé de quatre portes : là, se rencontrent les "papis cerfs-volants". Pour moi qui n'ai jamais réussi à faire voler les nombreux "inutiles pas volants" qui encombrent ma voiture, c'est fascinant, voire même un peu vexant. On pose le cerf volant contre le mur à un endroit précis on s'éloigne tranquillement en déroulant la ficelle à environ 10 mètres, on donne une micro secousse et la chose vole déjà loin par magie. Après, on s'assoit sur un pliant et on discute avec les copains en surveillant son œuvre haut dans le ciel.

 

L’achat  des billets de train met  à rude épreuve les nerfs de notre traductrice. On se heurte à un mur administratif, teinté de racisme,  pas d’explication : « mei you » : y’en a pas…admettons… mais alors pourquoi le train dans lequel nous prenons place après d’épuisantes négociations n’est il pas plein ?

L’armée enterrée de Xi'an est une merveille, pour faire abstraction de la foule bruyante, je m’étais collé le Messie de Haendel sur les oreilles, et je me suis promené virtuellement très près (se munir de jumelles+++) de ces soldats de terre cuite  loin du  monde extérieur.

taerse

Quelques heures d’avion et nous voilà plus à l’ouest vers Xiahe et ses monastères. C’est la plus belle partie du voyage et malheureusement la plus courte, c’est aussi la plus dangereuse, elle se fait en car sur des routes approximatives, boueuses, où nous avons la sensation de risquer notre peau à chaque virage.

Pour nous donner du courage pendant le trajet, nous chantions des chansons de Brassens (les paillardes de préférence-finalement, c’est bien de parler une langue « rare ») Autour des temples, nous avons fait tourner les moulins à prières en prévision du voyage de retour.

Le retour à la civilisation( ?) est trop rapide.

A Chengdu, les filles font du shopping,  je me fais humilier dans une partie de go, je distribue des origamis, et je fais tourner mes toupies optiques dans les parcs, j’offre des graines de roses trémières (c’est peut être interdit, je l’ignorais).

1996_chengdu

Nous mangeons toujours dans des petits restaurants sympas à l’hygiène approximative. D’un de nos délicieux sandwichs à la viande se sont échappées des dents de rongeur…

Comme partout, les patrons de restaurant bombardent notre traductrice de questions indiscrètes, et rigolent de son impeccable accent taïwanais. (Imaginez un chinois parlant français avec un accent méridional). Et pendant qu’elle répond, sa soupe refroidit et sa bière se réchauffe.

 

Je suis le seul (hors la traductrice) à avoir voulu y retourner, malgré de grosses  déceptions, des petites galères mémorables, et  de temps en temps,  un trop plein de  chinois !

 Trois ans après,  j’ai refait ce voyage simplifié accompagné de mes fils,  et  là, c’était moi  le seul traducteur malgré mon chinois squelettique.

eclipse

Juste avant ce voyage  nous avions pu voir l’éclipse solaire totale de 1999, une merveille, tout simplement.

Et si je vous parle de cette éclipse c’est que la prochaine le 22 juillet 2009 a lieu en Chine entre Chengdu et Shanghai, et que depuis dix ans je me suis promis de ne pas rater ce rendez vous magique.

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Vi(a)n en cave (Ondine)

Une cave parisienne comme il en existait vraisemblablement des dizaines au siècle dernier, construite sur le roc. J'en franchis le seuil et me fonds dans une pénombre feutrée. Une guitare fait corps avec un piano droit, calé dans l'angle du mur. Un homme seul ordonne ses feuillets, à la recherche d'une cohérence. Perplexe, je me demande si j'ai noté correctement l'heure du rendez-vous. On m'apporte la carte et je laisse mon regard errer sur les noms des vins au verre. Je me décide enfin pour un rosé au nom prédestiné: Château de la prose. Je sens sa fraîcheur se couler doucement dans ma gorge, comme l'inspiration me surprend parfois certaines nuits d'insomnie.

Je détaille l'ensemble des lieux. La salle est sombre mais chaleureuse. Les murs lambrissés de vieux bois portent à la fois au repli vers soi et à l'accueil des autres. Les plafonds sont tapissés d'affiches aux couleurs passées. Le nom de Prévert accroche un instant mon regard. Quelques fragments épars de poésie se juxtaposent aux lieux qui les ont inspirés, arpentés il y a quelques jours à peine. En fond sonore, une vieille rengaine américaine des années 1940. De nouveaux arrivants pénètrent dans l'antre. Dans quelques minutes, une fois les baisers échangés, Boris Vian prendra possession des lieux: juxtaposition naturelle entre cette atmosphère de trame sonore de vieux film en noir et blanc et les mots de celui qui puisait son inspiration dans les sonorités alors extravagantes du jazz.

L'univers déjanté de l'auteur s'épanouira progressivement sous nos oreilles attentives, esquissant d'attrayantes volutes dans l'espace avant de se couler par strates dans le coeur de ceux présents. Les mots dansent, ludiques, pudiques, prégnants d'esprit, de musicalité. Des extraits de L'écume des jours, de L'arrache-cœur, de L'herbe rouge, de nouvelles, s'emmêlent en un contrepoint aussi improbable que les images conjurées, caressant une seconde les touches du pianocktail, se glissant dans l'herbe moelleuse qui abrite une conversation tendre, dense, dansante entre deux amoureux, devient un instant bébé taupe, dragon fatigué, René ou Claude, portés par la voix de lecteurs soucieux d'en extraire l'essence.

Je rejoins le soleil chaud d'une fin d'après-midi, laissant une part de moi derrière.

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :


Vacances mai 1968 (vegas sur sarthe)

J'ai voulu voir Vierzon et on a vu Menton,
tout comm' dans la chanson mais ça rime en citron,
le musée Jean Cocteau et le limoncello
ça te mont' à la tête, pourtant ça rime en eau.

T'as pas aimé Cocteau, pas plus les pédalos,
j'aurais bien voulu jouer, t'aimes pas les casinos.
Au clos du Peyronnet j'aurais pu te noyer
si tu ne vivais pas toujours avec ta bouée!

J'ai voulu voir Lisieux et on a vu Honfleur,
qu'est c'que t'as dans les yeux, t'es bien comm' ta soeur...
qui est bien comm' ta mère. Honfleur, ça te plait bien?
ça m'étonne à moitié c'est là qu'est né Boudin.

Dans le bassin à flot j'aurais pu te noyer
si tu ne sortais pas toujours avec ta bouée...
alors on a quitté Honfleur et ses musées,
ses vieux greniers à sel où t'aurais pu rester.

T'as voulu voir Paris mais c'était en travaux
je te l'avais bien dit, en mai c'est Waterloo;
tous ces tas de pavés et ces flics en armure
jaillis de la fumée, ça t'avait une allure!!

C'est bien pour les photos mais c'est pas très pratique,
mes tongs avaient pris l'eau, et toi une sciatique.
On a été déçus, le Mont ne valait rien,
Pigalle était désert... la grêve du tapin?

Alors quand tu m'as dit "Je n'irai pas plus loin"
et puis tous tes Bla Bla et tes "Je te préviens"
je t'ai plantée ici, c'était rue des Martyrs,
ta bouée en plastique te seyait à ravir. 

A toi l'accordéon, les flons flons, le musette,
Madeleine et sa bouée, tu dois faire un tabac,
tandis que libéré, bientôt sur la Croisette
je vais enfin m'offrir des vacances de roi.

chauffe Marcel

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

City trotteuse (Virgibri)

Affiche_oeil

Je suis de tous les voyages, quand je le désire. Je vogue dans l’espace et dans le temps.

Ce matin, j’ai commencé par l’Espagne avec un jus d’orange, puis saut de puce vers les Caraïbes, avec un yaourt citron vert coco. Et l’Italie, comme tous les jours, avec mes deux espresso.

Puis direction la ville lumière en scooter.

Quand j’enfourche mon fidèle destrier à moteur, je me sens comme une jeune femme outrancière du XIXème siècle qui osait monter à cheval à la cavalière. Une fois mon casque mis, je deviens pilote d’une 500cc, ou encore spationaute, peu importe.

Ma galaxie est vaste.

Place Péreire, Villiers, Malsherbes, Saint Sulpice, Madeleine, Opéra, le Louvre : quartiers chics, mais leurs pavés tape-cul qui fanfaronnent tout du long, me projettent en Inde ou en Afrique.

Le long des quais, j’ai droit à ma petite madeleine proustienne, qui me ramène des années en arrière, quand je me baladais là, à pied…. Mais quand était-ce ? Un été parmi tant d’autres, sans doute.

Le bazar de l’hôtel de ville, empli de bourgeois bohème, de vieilles dames qui cherchent un tapis d’évier, mais surtout de touristes, me rappelle où je suis. Des housses de coussins splendides m’emmènent encore en Inde, et le thé Kusmi en Russie…

L’hôtel de ville en lui-même, d’où je ressors armée de paquets, sous ce ciel divinement parfait, me fait penser à la piazza Navona, à Rome...

Je prends le temps de tout admirer avant de repartir. La tour Saint Jacques, sur le trottoir gauche de la rue de Rivoli (encore l’Italie), et c’est Breton avec sa clique. Desnos. Soupault.

Auber, Place de Clichy, boulevard du même nom : me voilà au Moyen-Orient, avec le roi du poulet hallal, les odeurs de merguez, Tati qui m’appelle. Ben J, le roi de la frite, fait ses livraisons.

Tout est parfait… Jusqu’au moment où une berline blanche se réinsère sans prévenir. Paris. Les voitures qui déboîtent, les deux roues qui défilent, qui défient la ville, qui finissent en boîte…

Tati m’offre une huile de lotus qui m’envoie en Egypte, des maillots de bain bariolés dignes de Miami, des marshmallows américains, des t-shirts faussement punks qui me ramènent à Londres, alors que je suis au milieu du quartier musulman…

Je repars, toujours chargée, avec un sac posé tant bien que mal sur le siège arrière et tenu par un tendeur : je suis sherpa à moteur.

Le temps est parfait. Ni trop chaud, ni trop frais. A peine une brise pour de temps en temps me caresser le visage. Je pourrais être à Madrid, Rome ou ailleurs. J'aurais presque envie de pleurer devant tant de beauté.

Je finis mon voyage sous le soleil de mon balcon, devant une assiette italienne. Mon petit New-York me fait face, sans un nuage pour lui donner de l’ombre. Je termine sur deux ou trois gâteaux que ma mère a rapportés d’Algérie : cornes de gazelle, pâte d’amande, fleur d’oranger… Et sur un verre de menthe et de citron, qui pourrait être un mojito… sans alcool.

Je suis en France. Je suis partout. Je suis bien : je ne vivrais nulle part ailleurs.

DSC_0009

http://www.deezer.com/track/1111520

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

Extraits du Carnet de Voyage – Grèce – Juillet 2000 (Brigou)

Comme dans la croisière s’amuse …     bat

On s’est retrouvé vingt aujourd’hui sur le pont pour le  réveil musculaire comme dit Martin. Il en a de bonnes le moniteur : « Allez, levez les jambes, plus haut, rentrez le ventre, inspirez, expirer ». Une véritable torture matinale !
Il faisait déjà très chaud et Martin était en sueur… quant à moi fraiche comme une rose !!!


Côté restauration …      table
Le premier jour, on a voulu tout goûter, tout essayer… de l’onctueuse tarama aux douces amères feuilles de vigne sans oublier les lentilles à l’huile d’olive, le tzatziki, les feuilletés au fromage, les poivrons et les aubergines grillées… puis les brochettes de mouton, les boulettes de viande, la moussaka … les médaillons de langouste, les crevettes, les crabes… 
C’était la folie devant le buffet… A croire que les gens ont jeûné pendant des mois : de véritables ogres ! En rentrant chez eux, ils diront « on a bien mangé » au lieu de dire  « c’était beau » …


Dans une heure, commence dans le grand salon la « Nuit des déesses ».. tout un programme ! Martin s’est déguisé en Dionysos, dieu du vin. Il porte au front une large couronne de feuilles de vigne, sa robe aux multiples plis tombe, bien heureusement, jusqu’à ses pieds et ne s’arrête pas comme certaines au-dessus des genoux, offrant le spectacle de grosses jambes velues ou trop maigres mollets… d’autres ont même gardé leurs chaussettes…
Martin s’est carrément prosterné à mes pieds quand il m’a découvert en nymphe, « tu es la plus belle !  » .

Terre !! …              mais
Pendant une heure, le bateau s’est vidé. Au bout du quai, les autocars nous attendaient. Visite guidée de l’île. 
Comme d’habitude, une poignée d’irréductibles sont restés à bord, ceux là ne sont venus que pour le bateau, la mer, le jeu …
Pour échapper au troupeau des touristes, on a décidé d’emprunter d’autres chemins… envie de découvrir l’île sous un autre angle. Le paysage était magnifique, paradisiaque même .. des oliviers à perte de vue, des vignes omniprésentes et surtout cette odeur dans l’air chargée d’agrumes : citrons, oranges..
On s’est arrêté dans un petit village puis ballade dans les petites rues pavées. Bien sûr à la première échoppe je n’ai pas résisté à m’offrir un joli napperon. Une petite dame, au visage buriné par le soleil et le temps, vêtue de noir, m’a regardé avec un grand sourire. J’ai craqué !

Posté par valecrit à 17:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

02 juin 2009

Le goéland (PHIL)

On ne s’est pas rendu compte tout de suite que le disque était rayé. C’est parce qu’on était occupé à tirer sur le joint et à faire mine de planer. Et puis aussi, c’est parce que Jeanjean écrivait et que moi j’étais occupé à lire les élucubrations incompréhensibles de William Burroughs. Cette littérature-ci était à la mode, mais ça ne me plaisait pas trop. Je préférais m’en tenir à Kerouac. Ça me plaisait bien d’être sur la route, je m’y sentais bien.

Pour en revenir à la galette de vinyle rayée, c’était un disque de Ravi Shankar, une musique assez lancinante pour donner le change quand la tête de lecture de l’électrophone se prend les pieds dans le tapis. Jeanjean a quand même fini par se rendre compte que son disque était bousillé alors il a relevé le bras du tourne disque assez brutalement, ce qui fait qu’on a entendu une espèce de raclement fatal, et ceci explique cela, n’est-ce pas. Quand on n’est pas soigneux, voilà ce qui arrive. Personnellement, je n’étais pas trop désolé pour Ravi Shankar, mais Jeanjean était dans une période baba, envisageant vaguement d’aller faire un tour du côté du Népal, et moi je lui souhaitais bon vent, si on peut dire, n’ayant que peu de goût pour l’exotisme bariolé. Je luis avais quand même fait remarquer que Shankar n’était pas népalais.

Après avoir remisé le roi du sitar dans sa pochette, il a ajouté quelques mots à sa prose avant de me dire, écoute ça, et il s’est mis à me lire sa production, qui n’était pas mal ficelée, même si ça n’était qu’un début et qu’on restait sur sa faim. Il y avait là l’histoire assez banale et naturelle d’un garçon qui s’immisce dans une fille, et Jeanjean y avait ajouté une trouvaille assez saugrenue quant au vacarme produit par les poils des protagonistes qui s’entrechoquent. J’étais bizarrement émerveillé par ce trait d’esprit, quoi qu’un peu jaloux aussi, parce que c’était moi l’écrivain, là-dedans, bon sang de bonsoir.

Jeanjean a fait mine de vouloir mettre un autre disque, c’était Bob Marley, alors je me suis écrié qu’on n’allait pas faire le tour du monde, merde, même si comme dit le poète, « qu’est-ce qu’on peut voyager, dans une petite carrée », tsoin, tsoin, tsoin.***

J’ai dit, et si on faisait un voyage, plutôt ?

Jeanjean m’a pris au mot, il a entassé des trucs dans une sacoche de l’armée, on est passé chez moi pour prendre la tente et les duvets, et mes trucs à moi dans une autre sacoche de l’armée (décorée d’une croix languedocienne au feutre indélébile, j’étais dans ma période occitane). On a dit au revoir à nos mères respectives. J’ai pris place au volant de ma vieille 4L à trois vitesses, et nous avons mis le cap sur l’ouest. Tu parles d’un voyage, disait Jeanjean, la mer est à même pas deux cent bornes, et après, y a rien (il faisait abstraction de l’Amérique et même de l’Angleterre).

 

On a planté la guitoune à côté d’une chapelle, face à la mer. Et puis on est allé faire un tour sur la falaise. J’ai toujours été fasciné par les falaises d’Etretat, elles sont vachement impressionnantes. Evidemment, pour être fasciné, il faut les avoir vues de ses yeux vu au moins une fois.

Jeanjean a fouillé dans sa sacoche et en a sorti une boîte d’allumettes, et dans la boîte je voyais des petits grains noirâtres qui ressemblaient à des cachous. C’est de l’acide, a dit Jeanjean. Et sans se poser trop de questions, on a gobé les cachous.

Du haut des falaises, nous nous abîmions dans un paysage irréel, je voyais jaillir des rayons d'un vert cru à l'horizon, les rayons du soleil à travers de gros nuages annonciateurs de pluie, mais qui s'en souciait, lentement du rouge puis du pourpre ensanglantaient l'espace, on se serait cru dans un tableau expressionniste, sauf qu'à ce moment là, je n’avais encore jamais entendu parler d'expressionnisme ni même d'impressionnisme, j’étais encore en friche de ce côté, je voyais le paysage vibrer comme s’il avait été peint sur de la tôle, kitsch en diable, et il y avait plein de goélands qui planaient autour de nous et qui venaient nous narguer tout près.

Alors Jeanjean s’approchait du bord, il me flanquait les flubes, mon ami, il disait regarde, je suis une mouette je suis un goéland je vais voler planer sur l'eau rejoindre l'horizon

cet horizon que je voyais métallique clinquant pas vrai merdique

kitsch

fais pas le con mon ami, t'es pas un GOELAND

reste avec nous

me laisse pas tout seul

(me débarrasser de ces miasmes acides ces rideaux artificiels et multicolores dans lesquels je m’étais empêtré, je sentais bien confusément que ce voyage était un bad trip)

longtemps après, ou pas longtemps après, je ne savais plus, difficile à savoir, je m’étais absenté, j’avais un trou noir en moi, après toutes ces couleurs, tous ces flashes,

j’entendais un cri bizarre, un long hurlement ou ululement, un cri qui me terrifiait en tous cas

j’étais planté là au bord de cette falaise, Jeanjean n’était plus là, j’étais seul sur la falaise, assis dans l’herbe rase, et un goéland était tout près, qui me regardait de son petit œil cruel,

j’étais seul,

j’étais seul,

j’étais seul,

j’étais terrifié,

et putain, j’ai toujours détesté les goélands.

 

 

*** celui qui rappellera le chanteur de ces mots là aura droit à ma gratitude. Toute recherche sur gougueule ou autre est évidemment proscrite.

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :

Aller / retour (Poupoune)

Mali, octobre 2000

Après la magie fantomatique des rues de Tombouctou, l'ambiance de Djenné est moins déroutante, mais tout aussi envoûtante. Par contre j'ai toujours autant la drie.

 

Inde, novembre 2002

Je ne sais pas si on peut mourir de manger trop épicé... Ils doivent avoir l'estomac en titane, c'est pas possible autrement. Sans déconner.


Jordanie, avril 2003

Qu'ils essaient seulement de me faire dormir à la belle étoile, tiens. Avec tout ce qui doit traîner comme bestioles la nuit... Hors de question. Et j'ai pas envie de bouffer du sable toute la nuit.

 

Mongolie, septembre 2003

C'est chouette, ces grands espaces. Bizarrement, on se recentre beaucoup sur soi-même. Pour autant, c'est pas une mince affaire de faire pipi dans la steppe, quand on est une fille. Les autres peuvent bien dire « vas-y, c'est bon, on regarde pas » je connais pas une nana qui ira s'accroupir à l'abri de rien au milieu de nulle-part.

 

Cap Vert, mars 2004

Oh la la... Où on est là? Ils sont tous consanguins, ou quoi? Pas possible autrement. Et puis avec toute ce noir... les scories, la lave... je vais flipper toute la nuit, moi. Vais pas être en forme pour la crapahute de demain.

 

Turquie, Mai 2005

C'est sympa le muezzin... juste faudrait pas qu'il chante, quoi. Ou alors pas avant 10-11 heures.

 

Paris, mai 2009

Plus loin demain

 

Des pistes ensablées aux mystères envoûtants
des ruelles de Djenné j’ai aimé goulument
le rire des enfants les sourires des femmes
la gaieté de leurs chants le rythme des tam-tams

 

Aux mille couleurs soleil des saris j’ai gâté
mes yeux à vos merveilles somptueuses beautés
mes papilles ont brûlé d’explosives saveurs
et mon âme s’est gorgée de divines douceurs

 

J’ai soufflé ma chanson au vent chaud du désert
perdu mon horizon dans la steppe aux grands airs
des volcans du Cap Vert aux mosquées d’Istanbul
j’ai foulé bien des terres à en perdre la boule

 

Mais il n’est nul voyage qui m’ait menée plus loin
que le bien doux présage de tes yeux au matin
lorsque j’y vois demain dans ta vie dans tes bras
je connais le chemin où inscrire mon pas

 

Paris, juin 2009

Ah le con. Il est pas venu. 12H45, TGV 1612, voiture 16, il y était pas. Ah le con.

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :