07 août 2010

contribution défi samedi 58‏ (Venise)

venise78

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


31 juillet 2010

Participation à la consigne 58 (Venise)

venise31

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

24 juillet 2010

contribution défi samedi 58‏ (Venise)

venise24

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

02 mai 2009

Quand je serai grand, je veux faire adulte comme métier (Stipe)

Quand je serai grand,

je veux faire adulte comme métier

4eme de couv:

A cet âge on se pose énormément de questions. Parfois parce que l'on découvre, parfois parce que l'on est déçu voire trahi et qu'on aimerait comprendre, parfois parce que l'on pensait savoir mais que l'on se rend compte que ce n'est pas le cas.

Théolasque (7 ans) et son papa s'adonnent au petit jeu des questions-réponses.


-  "Je peux te poser une question ?

- Je suis un peu occupé, mais je t'écoute.

- Pourquoi on est obligé de travailler quand on est adulte ?

- Et bien il faut gagner de l'argent pour acheter à manger et des habits et de l'essence pour mettre dans la voiture pour aller au travail…

- Si on n'a pas d'argent on est malheureux ?

- Non. Enfin si… Tu sais l'argent c'est bien d'en avoir pour acheter des jouets et des gâteaux, mais si on n'en a pas et qu'on n'a pas de jouets et de gâteaux ben on peut être heureux quand même. Il paraît. Moi je crois que c'est pas vrai mais bon…

- Et pourquoi les patrons sont toujours méchants ?

- Ils ne sont pas méchants. Mais c'est comme le maître à l'école, il faut de l'autorité pour que tout le monde travaille bien et si quelqu'un fait n'importe quoi il se fait gronder et alors on le trouve méchant alors qu'en vrai il est gentil quand même.

- Oui, c'est vrai…

- Mais tu le sais tout ça, tu as déjà oublié?

- Non mais c'est parce que des fois je suis plus très sûr, je croyais que ça se passait comme ci mais ça se passe comme ça.

- C'est pas grave. Bon, je vais retourner …

- Non attends, je voulais savoir aussi pourquoi les gens font la guerre. Et pourquoi ils ont souvent l'air triste. Et divorcer, c'est mal ? Et si Dieu existe, alors pourquoi il a pris ma sœur alors qu'elle croyait en lui ? Pourquoi c'est si difficile d'aimer ?

- Écoute… Il y a des questions qu'on se pose mais qu'on n'a pas envie d'avoir les réponses. Les adultes sont parfois bizarres. Ils font des choses bêtes, soit parce qu'ils sont méchants, soit parce qu'ils sont malheureux, soit parce qu'ils sont maladroits, soit parce qu'ils sont égoïstes.

- Oui, c'est pour ça que des fois on croit qu'on sait en truc et après on se rend compte que c'est pas exactement comme ça alors on pose des questions.

- Tout à fait. Alors il faut que tu arrêtes de te poser toutes ces questions et que tu essaies de trouver certaines réponses tout seul.

- C'est nul d'être un adulte !

- Mais non, faut pas dire ça. C'est aussi bien que d'être un enfant. La différence c'est que l'enfant a des questions mais n'a pas les réponses. Alors que l'adulte a des réponses, alors il s'invente des questions.

- Tu sais, on dit qu'un adulte c'est un enfant qui a acquis des choses. Mais c'est l'inverse, un adulte c'est un enfant qui a oublié des choses.

- Je ne comprends pas ce que ça veut dire, tu m'expliques?

- Non, pas grave…

- Ça y est, tu as fini avec toutes tes questions?

- Oui, j'ai fini.

- Tu te sens mieux?

- Oui.

- Bon alors je peux retourner jouer dans ma chambre?

- Oui. Merci de m'avoir écouté.

-  De rien, Papa. Et n'hésite pas, si tu as d'autres questions…"

 

Posté par Old_Papistache à 13:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Le pays de l'oubli (Tiphaine)

Editions « Défi du Samedi »

Collection « Yeux grands ouverts »

Le Pays De l’Oubli

Le pitch de Val : Antoine est un petit garçon dont le grand-père perd progressivement la mémoire. Nous le suivons pas à pas dans sa découverte de la maladie de celui qu’il aime.

L’avis de Papistache : On ne peut qu’être séduit par un jeune homme qui non seulement maîtrise l’usage de la négation mais en plus connaît le sens du mot « conscience »…

Le point de vue de Janeczka : Le travail d’illustration me semble particulièrement symbolique. Comment ne pas être sensible à ce qu’évoquent les confettis, sorte de trame figurative de tout l’ouvrage ? Et que dire du halo grisâtre qui entoure le vieillard et qui semble diminuer pour finir par disparaître à la dernière page ? Le lecteur lui-même est comme plongé dans une certaine amnésie puisque l’auteur joue avec sa mémoire visuelle en introduisant à chaque nouvelle illustration une référence plus ou moins marquée à des artistes tels Van Gogh ou Modigliani… Encore faut il retrouver les huit ! Vous êtes déstabilisé ? Alors laissez-moi vous poser encore deux questions : pourquoi la chambre bleue n’est-elle pas bleue ? Pourquoi le grand-père a-t-il des vêtements différents et ne porte-t-il pas de barbe sur la dernière illustration ? Ce dont vous pouvez être sûrs, c’est qu’il y a une réponse… Mais saurez-vous la trouver ? !

Le conseil de Papirate : Quoi ? Il vous plaît pas mon nouveau pseudo ? Vous croyez qu’il n’y a que Papistache ici à être Papy ? Vous croyez que ça m’amuse, moi, vos plaisanteries douteuses du genre « ouah le russe » ? ! Pas du tout ! Quoi ? Vous voulez que je vous parle du livre ? Vous n’avez pas un truc plus intelligent à me demander ?

Posté par valecrit à 13:28 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :


La maison de tous les plaisirs…DANGER ! (shivaya-warduspor)

<p><p><p>La maison de tous les plaisirs…DANGER</p></p></p>

 

La maison de tous les plaisirs…DANGER !

 

 

4ème de couverture :

ATT00033

LA MAISON DE TOUS LES PLAISIRS… DANGER !!

shivaya-warduspor

 

Un album pédagogique et ludique

de la collection LES YEUX GRANDS OUVERTS

promu dans le cadre de la semaine de la sécurité domestique

avec le soutien du Ministère de la Santé Publique

et des Eboueurs de Paris.

 

Ta maison, ce doux foyer où nous t’élevons dans le respect de ton développement le plus harmonieux, ce lieu recèle des dangers que ton innocence est à mille lieues d’imaginer. C’est pourquoi, nous te destinons cet ouvrage, qui te guidera, nous l’espérons, sur la voie de la sagesse éclairée.

 

 

 

 


ATT00035Ne mets pas les doigts dans la prise !

Sinon : ouille, ouille, ouille, ça pique !!

 

C’est même pire avec une fourchette !

Cet excellent conducteur, plus efficace que tes doigts, te délivrera une décharge dont tu ne te souviendras même pas. Tu seras atrocement grillé(e) de l’intérieur, tes cheveux seront tout raides sur ta tête, ton cerveau fondra, tes yeux quitteront leurs orbites… et, ce qui est pire, conviens-en, ta mère ne te reconnaîtra même pas !

 

 

 

 

 

 

 

ATT00037La cuisine ? le domaine de ta maman !

Sinon : catastrophe !!

 

Une casserole sur le feu ne contient pas seulement de la purée ou ton petit déjeuner. Il pourrait s’y trouver de l’eau, du lait, ou pire de l’huile bouillante ! Cela pourrait te défigurer à vie, et te donner l’horrible apparence d’un monstre des films de ton grand frère.

 

Ce grand couteau rigolo peut te crever un œil, te trancher un doigt, voire t’éventrer… Imagines-tu tes boyaux sur le carrelage tout propre de la cuisine de ta maman ? Quelle horreur !!!

 

 

 

 

ATT00039

Ne te penche pas par la fenêtre !

L’ivresse des hauteurs, c’est pour les paras !!

 

Dès le premier étage, c’est dangereux.

Alors, si tu habites encore plus haut… tu n’as pas idée des dégâts que causerait ta chute vertigineuse jusqu’au bitume sur ton petit corps.

 

As-tu déjà vu un vomi de ratatouille ?

Tu aurais de la chance si tu avais encore si bel aspect.

 

Les ambulanciers n’auraient plus qu’à te ramasser à la louche dans de grands sacs poubelle. Encore qu’un moto-crotte ferait tout aussi bien l’affaire !

 

 

 

 

 

 

 

ATT00041

La salle de bain, l’endroit le plus dangereux de tous !

Mille et un dangers t’y attendent !!

 

Ne fais pas d’acrobaties dans la baignoire, ce tapis n’est pas un tapis de gymnastique. Ne joue pas avec le tuyau de douche, il est pire qu’un boa constrictor. Tu pourrais t’étrangler avec, te fracasser le crâne contre le robinet et finir par mourir noyé(e) dans ton propre sang.

 

La présence de ta maman à tes côtés n’y pourra rien changer.

C’est toi qui dois faire attention.

 

A ton âge, on est à même de comprendre ce genre de recommandations.

 

 

 

 

 

Allez, maintenant fais bien attention à toi et à tout ce qui t’entoure.

Ces conseils sont précieux. Sache les partager avec tes amis.

Fais de beaux rêves, maintenant. Tu peux dormir sur tes deux oreilles.

 

 

 

Posté par Walrus à 12:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Un weekend chez Grand-Père (Papistache)

Titre : Un weekend chez Grand-Père
Auteur : Papistache
Edition : Le défi du samedi
Collection : Yeux grands ouverts

4e de couverture : Papa et Maman s’offrent un voyage en amoureux à Amsterdam. Joris, sept ans, va devoir passer un weekend entier chez son papi.
Seulement, le papi du garçon s’est enfermé dans le silence depuis la mort de sa femme.  Sans la parole, ce papi désespéré réussira-t-il à communiquer avec son petit-fils ? A moins que la présence de Joris dans la maison ne lui redonne le gout des mots ?


Joris est dans sa chambre. Il boude.
En fait, ce n’est pas vraiment sa chambre, c’est celle de sa maman quand elle était petite. En revanche, c’est vrai qu’il boude.

Il est deux heures de l’après-midi et Grand-Père — c’est comme ça qu’on appelle son papi dans la famille — n’est pas venu le chercher pour le déjeuner. Il l’a oublié. Il faut dire que c’est lui qui s’est enfermé dans la chambre de sa mère, à l‘étage.

Un weekend entier chez son papi. Joris a bien essayé de faire céder sa maman et son papa : “Ça sera pas la peine de venir me rechercher, je vais mourir là-bas.” Le papa de Joris a rigolé en disant que ce serait moche pour Cindy parce qu’elle devrait se chercher un autre amoureux.

Quand Joris était petit, il croyait que son papi était muet. C’est vrai, on n’entendait jamais le son de sa voix. Le petit garçon ne l’entend d’ailleurs toujours pas. Il se demande quand il va l’appeler pour passer à table. Il aurait préféré passer le weekend chez Cindy ; son frère, Allan, a un lit à deux places. Allan, c’est un grand de douze ans mais super sympa.

Les parents de Joris sont partis pour un voyage “romantique” à Amsterdam. Joris boude, dans une chambre de fille, chez un papi qui ne possède ni ordinateur, ni console de jeux, ni téléviseur. Quand il a dit ça à l’école, les autres ne l’ont pas cru. Même Cindy. Ici, la seule distraction, ce sont des livres. Son papi en a dans toutes les pièces, même dans les toilettes. Heureusement le garçon a emporté sa gameboy, mais son ventre gargouille.

“ Pourquoi Grand-Père ne dit jamais rien, Maman ? ” avait-il demandé dans la voiture ? Sa mère lui a répondu qu’autrefois il aimait raconter des histoires mais que depuis la mort de Grand-Mère — c’est la manière de dire Mamie dans cette famille — il s‘était comme enfermé dans le silence.

Avant de monter bouder dans sa chambre, Joris avait bien tenté de s’intéresser aux livres. Il lui avait semblé avoir aperçu une série de BD en haut d’un rayonnage. Quand toute la bibliothèque était tombée dans un nuage de poussière, Grand-Père n’avait rien dit. Il avait quitté son fauteuil, près de la fenêtre, et avait entrepris de ranger l’horrible pagaille.

Ce n’était pas la première boulette de Joris. Le matin même, au petit déjeuner, il avait lancé : " Grand-Père, c’est vrai qu’avant que Grand-Mère soit morte tu racontais des histoires ?" Le papi de Joris avait ouvert la bouche et laissé tomber sa tartine de pain grillé sur la table. Il s’était levé sans rien débarrasser et comme Joris ignorait où ranger la vaisselle sale, il l’avait imité et était allé s’assoir sur un banc, dehors, avec sa gameboy, mais il s’était mis à pleuvoir.

A deux heures et demie, n’y tenant plus, Joris sort de la chambre. Son papi n’a pas terminé de remonter la bibliothèque. Il s’est assis sur un tabouret bas et lit un livre à couverture rouge, au milieu de tous les autres, aux couvertures rouges ou pas, étalés sur le carrelage.

Joris se rend à la cuisine et ouvre le frigo. Il est vide. Enfin, vide de ce que Joris aime : pas de pizza, ni de cordon bleu, ni nuggets et pas la plus petite canette de coca. Déjà, au petit déjeuner, il avait dû se passer de Nutella. Il n’y avait que des confitures, de celles que sa maman ramène de temps en temps après ses visites à son papa : Grand-Père, donc ! Ces confitures que le papa de Joris donne pour la kermesse de l’école et dont personne ne veut et que la directrice finit par brader à cinquante centimes les trois pots.

Joris décide de s’approcher de son papi. Il se dit qu’il serait bien de donner un coup de main pour le rangement mais il a trop faim.
"Grand-Père, j’ai faim !"
Le  papi du garçon regarde sa montre et lève les yeux vers lui.
"Il n’est pas encore quatre heures."
C’est au tour de Joris d’ouvrir la bouche, pas parce que son papi vient de parler. Il sait, depuis longtemps, qu’il n’est pas muet, mais la réponse lui coupe la parole. Son papi a carrément zappé le déjeuner ! ! !

Il ne pensait pas si bien dire dans la voiture, il va mourir... de faim. Il retourne à la cuisine et comme la table du petit déjeuner n’a toujours pas été débarrassée, Joris tartine une épaisse couche de confiture sur une large tranche de pain. C’est mangeable. Surtout quand on a faim. Le garçon remonte dans sa chambre et allume sa gameboy.

Vers dix-huit heures, sa maman appelle au téléphone. Grand-Père possède un téléphone, comme ceux qu’on voit dans les films de Louis de Funès. Joris a envie de crier : "Au secours, viens me chercher, je vais mourir de faim." Il ment :
"Tout va bien... non, je ne m’ennuie pas... il fait beau... j’ai joué dehors..."
Au bout du fil, sa maman a l’air heureuse. Joris retient ses larmes et promet d’embrasser Grand-Père pour elle. Il ne le fait pas.

A dix-neuf heures, Joris  sent une odeur de cuisine lui chatouiller les narines. Il quitte son jeu et se dirige vers le rez-de-chaussée. Son papi prépare une omelette avec de la salade. Joris déteste les œufs et la salade cuite.  La salade, en fait, c’est du persil, mais Joris ne connait pas bien les herbes aromatiques. L’odeur des œufs lui soulève un peu le cœur mais il demande où sont les assiettes pour mettre le couvert. A la maison, cela lui arrive parfois. Sa maman apprécie. Son papi lui désigne une porte du buffet d’un mouvement du menton.

Le repas se déroule en silence. Grand-Père essuie son assiette avec le dernier morceau de pain, il faut dire que Joris ne s‘en est pas privé, à la fois avec la confiture et pour faire passer l‘omelette. Joris  laisse la moitié de son omelette, mais il en a mangé une moitié quand même. Tout à l’heure, il a semblé à Joris que son papi avait voulu lui dire quelque chose. Sa poitrine s’était gonflée, il avait eu un mouvement vers l’avant puis il avait baissé les yeux et avait attrapé un morceau d‘omelette avec sa fourchette.

La pluie ne tombe plus. Joris sort. Dans la cour, le banc est mouillé. Les feuilles des arbres s’égouttent. Une odeur indéfinissable monte du sol. Le soleil peint le ciel en rouge et de longs nuages s’étirent à l’horizon. Joris remonte dans sa chambre, enfin celle de sa mère, quand elle était petite.
Sur son lit, le livre à la couverture rouge que Grand-Père lisait tout à l’heure est posé à côté de sa gameboy. Ce n’est pas un livre, c’est un gros cahier relié. Toutes les pages sont remplies d’une écriture fine. Sur la première, le garçon déchiffre lentement — il n‘a que sept ans, est en CE1 dans la même classe que Cindy— : Exemplaire destiné à Isabelle. Isabelle, c’est la maman de Joris.

La journée de dimanche semble durer une semaine. Joris ne sort guère de sa chambre. Il joue à Super Mario III. Les parents de Joris arrivent tard, vers vingt-deux heures, le dimanche soir. C’était prévu ainsi. Au pied de l’escalier, le garçon surprend une conversation entre sa maman et son papi :
— Alors, papa, comment ça s’est passé ?
— Je n’ai pas pu, ma grande, je crois qu...
Le reste de la phrase, Joris ne l’a pas bien comprise.

Le mari d’Isabelle conduit. Joris se blottit contre sa maman, autant que la ceinture de sécurité le lui permet. La maman du garçonnet est montée à l’arrière pour être près de son fils. Joris s’endort. Sous son bras, il serre un gros cahier entoilé. Isabelle sourit ; elle a reconnu la couverture rouge...

Posté par Old_Papistache à 12:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

Dis papa, pourquoi on n'a pas de chien ? (Sebarjo)

Dis papa, pourquoi on n'a pas de chien ?

 

 

 

L'action se déroule chez Maxime, un petit garçon de sept ans. Son papa est en train de lire une bande dessinée quand Maxime l'interrompt pour lui poser une question très importante...

 

-Papa ?

-Hmm...

-Papa ? Dis papa, pourquoi on n'a pas de chien ?

-Euh...

-Non parce que moi j'aimerais bien avoir un chien.

-Euh...oui mais...

-Je veux un chien !

-Tu veux un chien ? Mais tu sais, ça fait beaucoup de bruit ça ! Surtout dans un appartement. Encore plus fort que quand tu joues en criant !

-Ben justement, c'est super !

-Oui mais... un chien c'est plein de puces aussi. Il va en mettre partout.

-Génial ! J'adore tous les animaux moi.

-Ah... bon. Mais, quand on partira tous en vacances, qu'est-ce qu'on va en faire de ce pauvre chien ?

-Ben on l'emmène avec nous et puis c'est tout !

-Ce n'est pas si simple que ça, Maxime, tu sais.

-Ben non c'est pas compliqué, il suffit de lui acheter une laisse.

-Une laisse ???

-Ben oui une laisse quoi, pour pas qu'on le perde

-D'accord, mais dans la voiture ?

-Ben quoi dans la voiture ?

-Il va prendre toute la place ! Tu ne pourras plus emmener tous tes livres, tes coloriages, tes feutres, tes doudous, tes legos...

-On n'a qu'à en prendre un petit. Comme un caniche par exemple...

-Ah non ! Pas un caniche ! C'est collant et ça aboie tout le temps pour un rien ! Ah non ! Tout mais pas ça !

-C'est vrai ? tout ? Tout ce que je veux ?

-Euh... non c'est une façon de parler ça.

-Bon ben un autre comme tu veux toi...

-Ecoute Maxime, tu sais le chien, il faut le sortir tous les jours dehors pour qu'il aille faire ces besoins. Qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il tempête !

-Je le ferai moi. Ca m'est égal du temps... De toute façon j'ai un super coupe-vent alors...

-Et aussi, il faut lui donner à manger matin et soir. Des boîtes qui sentent mauvais...pire que le pâté Hénaff tu vois...

-Ah bon ? T'exagères pas un peu ?

-Et non Maxime, c'est la triste réalité.

-Ben on lui donnera des croquettes, je le ferai moi.

-Mais elles puent aussi ! Tiens pire que les petites granules que tu ne veux même pas donner à ton poisson rouge et que je dois moi-même donner !

-Ah...quand même...

-Et oui Maxime quand même ! Ce n'est pas si simple d'avoir un animal. Il faut s'en occuper.

-Mais je le ferai, quand même ! Tant pis, je me boucherai le nez et me laverai les mains, c'est pas grave. Je le ferai ! Allez, mon petit papa, s'il te plaît, allez...

-Bon écoute Maxime, on en reparle demain, la nuit porte conseil. D'accord ?

-Bon ! D'accord... pffff...

 

Et le papa de Maxime reprend tranquillement la lecture de sa bande dessinée qui, curieux hasard, s'intitule Envie de chien...

 

Le lendemain soir.

Le papa de Maxime rentre à la maison après une longue et harassante journée de travail. Il est tout joyeux de retrouver son petit chez soi douillet.

 

-Maxime ?

-Papa !

-Tu vas être content. J'ai une surprise pour toi.

-Un cadeau ?

-Et oui.

-Un chien ? Un chien ! Un chien !

-Gagné ! Tiens le voilà...

-Mais... C'est pas un chien ça...

-Comment ça c'est pas un chien ça ? Et là, ce n'est pas une truffe, et là encore des oreilles poilues et tombantes... Et ça des pattes ? Y'en a même quatre, regarde !

-Oui mais c'est pas un vrai chien ! C'est une peluche, papa !

-Oui et ben... il y a un début à tout hein...ET puis, je te promets que tu pourras l'emmener avec nous en vacances !

 

Et depuis, Maxime promène son chien partout. Il est devenu son doudou préféré. Et finalement, il est bien content de ne pas être obligé de l'emmener tous les jours dehors et de lui donner à manger des pâtés aux odeurs nauséabondes !

 

On ne peut pas tout avoir, toi comme Maxime. Il faut savoir s'amuser avec ce que l'on a déjà, ce qui est souvent bien assez.


4e_couv_pourquoi_on_n_a_pas_de_chien

Posté par Walrus à 12:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

Calamity Jane (rsylvie)



Calamity
 Jane











ou
 la conquête de l'ouest normand.....








par
 rsylvie













et son cèlébre "atelier bricolage"....



__________________________________________________________________________________________________

châpitre
 1




         Calamity
 Jane (née le 1er mai 1852 dans le Val d’Orne), est une héroïne réputée du far-West. De son véritable nom Martha Jane Canary, c'est une figure emblématique de la conquête de l’Ouest. Elevée avec ses deux frères et trois sœurs dont elle est l’aînée, elle se trouve très vite livrée à elle-même. Elle aime beaucoup s’amuser à l’extérieur et apprend trés tôt à monter à cheval, arrivant ainsi à dresser les plus têtus d’entre eux. 


En 1956, sa famille part pour les Alpes Mancelles, Elle a alors 13 ans et pendant le voyage qui dure cinq mois jusqu'aux chemins vallonnés de la Suisse Normande, elle participe à la chasse avec les hommes du convoi et s’occupe de la fratrie suite au décès de sa mère Charlotte Canary pendant le périlleux voyage,  (tout cela, peu de temps avant la mort accidentelle de son père en 1868). Commence alors pour elle, devenue libre de toute entrave familiale, une vie d’aventure.

 

Deux ans plus tard, habillée en homme 

elle rejoint les troupes de l’abbé Custer en qualité de scout (guide, éclaireur)

et fait ainsi campagne sous les pommiers contre les Indiens. 

Toujours grimée d’habits masculins, elle exécute de dangereuses missions,

au cours desquelles elle devient plus qu'habile au tir aux pigeons. 


D’après ses mémoires(elle qui semble-t-il était analphabète), ce serait pendant sa période scout qu’elle gagne le surnom de Calamity Jane. Ce qui (en vieux françois normand) veut dire « catastrophe en vue ».
__________________________________________________________________________________________________




Châpitre 2




             Au cours de ses multiples périples, elle est la première femme blanche à oser pénétrer
sur les terres sauvages des terribles gaulois, au péril de sa vie. Par exemple, lors d’une étape qui permettait de relier la haute de la basse Normandie, elle est contrainte de traverser à la nage la grande Orne sauvage. A la suite de quoi, elle tombe malade et doit garder le repos jusqu’à parfaite guérison.C’est là, confortablement installée dans une des chambres du célèbre hôtel-épicerie-saloon de Caligny, (où vous étiez accueilli par l'avenante tenancière au doux prénom de MaryRose), qu’elle rencontre la septième cavalerie commandée par le non moins fameux Lucky luke, espion du coin, au servie de sa gracieuse majesté l’archiduchesse Rs..... . 




Remise sur pieds, elle quitte le département en 1877, et décide de faire un peu de prospection dans la région voisine Mortagne. Territoire où sont dressés et élevés les plus courageux percherons de toute la contrée. Elle fait des navettes entre différents forts et villes avec un attelage de chevaux, qui attire l’admiration et la convoitise. Elle n’a de cesse de changer d’activités et de voyager, allant du Wyoming de rien vers l’Orégon Dol de Bretagne, ou encore la Californie pense pas !… Mais toujours en quête du port où elle pourrait accostérHoguet et enfin poser ses valises. 


Car dans son fort apache, elle ne demandait qu’à vivre sa vie de femme et monter sa propre boite. Il semble que celle qui avait toute sa vie guerroyer avec le bonheur, allait enfin pouvoir laisser parler son cœur. En 1885, elle rencontre Charley Burke un texan fin cuisinier, avec lequel elle se marie et deux ans plus tard met au monde une  fille. La petite famille part alors pour Saint Philbert où ils ouvrent un restaurant qui surplombe le grand Canyon des roches d'Oëtre. D’où sont organisés de nombreux parcours d’accro branches.













__________________________________________________________________________________________________


Châpitre
 3 & Atelier bricolage





          Gagnée par le goût du bizness, elle ouvre une mercerie et se lance dans la confection
d’articles

féminins en tout genre.



Ateliercouture 




          Comme l’héroïne de notre histoire,

devient créatrice de mode et toi même
tes propres vêtements.



En voici quelques uns
,

 



à toi de créer 







__________________________________________________________________________________________________

Châpitre
 4 & fin




        Entre temps, son mari la quitte. Elle est alors engagée au Palace Muséum en 1896. Puis participe à plusieurs spectacles locaux au Forum de Flers où elle commence une carrière de
série télévisée française créée par Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff d'après leur spectacle La Famille Deschiens  avec comme acteur vedette, le non moins cèlèbre Monsieur François Morel. Une tournée mondiale qui passera par le fameux club de l’Albatros de Saint Georges des Groseillers, est programmée. Sa carrière normande, centrée sur le mythe de la conquête de l’Ouest, est lancée.



 



 



Elle meurt le 1er août 1903. deux de ses amis transportent son corps de la ville de Clécy à Deadwood,  les membres de la Société des Pionniers des Black Hills organisent ses funérailles. Habillé de blanc, placé dans un cercueil capitonné, son corps est exposé dans l’arrière-salle du saloon, où tous les habitants peuvent venir lui faire un dernier adieu. Elle est enterrée à côté d’ Alfred Hitchcock selon sa dernière volonté. (dont certains avanceraient qu’elle aurait figuré dans le générique du film « les oiseaux »)
 

 




sur ce, je vous souhaite un doux Wend et si le temps vous dit,

v'nez faire votre conquête de l'ouest dans le 61...

(n'ayez crainte, il n'y a plus d'indien !!!!

hein fabeli ?) 

,,,,,Ya EEEEEEEEEIIII


 











 



Calamity
 Jane






ou
 la conquête de l'ouest normand.....



par rsylvie









Par une froide soirée d’avril, la petite demoiselle écoute avec beaucoup d’attention

sa mère grand JANE, lui compter l’histoire de la conquête de l’ouest normand,

à travers la vie rocambolesque d’une héroïne connue de tous : Calamity Jane.





Hypnotisée par la mise en scène de son ailleule et

les frasques du personnage, la petite fille devenue maman à son tour,

a voulu conter à sa façon (en mélant histoire locale et travaux pratiques),

les aventures de cette figure emblématique du Far West



















A propos de l’auteur
:

 

 

Le 8 mai 1941, R.S..... 47 ans, invitée de l'émission '"We the people"

sur la radioCBS de New York, à l'occasion de la fête des Mères,

déclare publiquement être la petitepetitePETITEfille de Calamity Jane.










Editions
 « défi du samedi »

10,95 € ( SF.20.90)    Collection « yeux grands ouverts»

Posté par Walrus à 12:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

Bonne mine ! (Val)

4ème de couverture:

C'est important,

De se sentir important,

Lorsque l'on est

Un petit crayon mal-aimé.

Dans_la_trousse_de_Joshua


Pour lire la participation de Val, vous avez besoin d'Adobe Reader.
Vous pouvez le télécharger ici :

Adobe Reader


Posté par Walrus à 12:00 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :