24 août 2019

Ont mis le nez à la lucarne

pas cons

Blythburgh

Laura ; Lecrilibriste ; Vegas sur sarthe ; Kate ;

Adrienne ; Venise ; joye ; Walrus ; bongopinot ;

Minuitdixhuit ;

 

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


Voir le Monde (Minuitdixhuit)

 

  C’est de là que je peux voir le Monde.

  Il ne lève pas souvent le nez, toujours à fixer la pointe de ses chaussures ou à fermer les yeux bien fort, parce que sans doute qu’en priant bien fort, il vaut mieux qu’il garde les yeux clos, des fois qu’il apperçoive la vanité et la vacuité de ses jérémiades adressées au ciel.

  Moi, Maline, je préfère me tapir dans ce haut de l’église qui est déjà un peu plus près de ce ciel qui ne m’attend pas, mais qui n’a pas l’air d’attendre grand monde de ce beau Monde prosterné.

  Il y a la Bigote qui boit le Diacre qui boit le Curé qui boit l’Évêque qui boit le Pape qui boit le Saint-Esprit qui boit Dieu et bien sûr, Dieu rince son verre sans avoir besoin de vénérer personne pour cause de hiérarchie sommitale et j’ai bien compris que c’est à lui qu’il faut s’adresser, ou même à pas s’adresser du tout, parce que ça, Grand-Mère me l’a appris :

—   Pense avec ton cœur, Maline, pas avec les boniments des montreurs de médailles miraculeuses.

  Grand-Mère, elle n’y croit plus trop aux miracles, depuis que son premier a été emporté par la tuberculose, son second tombé sur le front des Flandres, il ne lui est resté que ce petit-là que les cochons n’ont pas voulu manger, pas très vaillant, pas très malin, mais c’est son fils et c’est mon Père, ça m’a permis d’être et je sais que Grand-Mère est, pour si peu de ça, heureuse. Il lui a donné sa préférée : moi.

  Bien sûr, c’était pas compliqué, sans frères ni sœurs je suis la seule rescapée de cette famille de vivants-morts, Grand-Père parti dans la boîte en bois, Maman dans la belle maison où on va la voir tous les Dimanches, avec Papa et son bouquet de fleurs et on la retrouve dans le grand parc :

—   Mais qu’elle est jolie cette petite fille, mais comment s’appelle-t-elle, Monsieur ? Et ces fleurs ! Vous êtes aimable, Monsieur, si seulement mon mari venait me voir de temps en temps avec un si joli bouquet, vous savez, je suis mariée, mais bien sûr… Les hommes… Vous, vous n’êtes pas comme eux, hier aussi, un Monsieur est venu, mais sa fille et ses fleurs étaient épouvantablement laides, pas comme celles-ci… Mais qu’elle est jolie cette petite fille, mais comment s’appelle-t-elle, Monsieur ?

  Papa, il est jardinier, alors les fleurs c’est son métier, heureusement, parce qu’elles sont apaisantes pour lui et pour Maman, et gratuites. Avec tout ce qu’il lui offre comme fleurs, il y a longtemps qu’il n’aurait plus les moyens de revenir saoul du café. Il est gentil, triste, mais gentil. Il s’assoit à la table de la cuisine, moi, j’ai fait de la soupe aux pâtes, c’est facile à faire et c’est la seule chose que je sais faire, alors je le regarde qui mange et qui pleure. Papa, il ne sait faire que trois choses, bêcher les jardins, pleurer Maman et boire sa soupe de peine. Mais ce sont les mêmes trois choses.

  Alors moi, Maline, je préfère me tapir dans ce coin d’église qui est déjà un peu plus près de ce ciel qui ne m’attend pas, mais qui n’a pas l’air d’attendre grand monde de ce Monde.

   Je ne suis pas bien grande, mais, si c’est Dieu qui a décidé de tout ça, je crois que je peux faire un peu mieux, sans me vanter.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Le petit garçon par bongopinot

Blythburgh

 

Elle aime visiter église et chapelle

Pour retrouver un peu de paix de fraîcheur

Elle reste un moment devant l’autel

Admirant toutes ces lueurs

 

Son petit garçon solitaire

Regarde lui par une lucarne

Et ça à l’air de lui plaire

Son regard se porte sur sa mère

 

Lui aussi apprécie les vitraux

Les statues si blanches

Les bougies formant des halos

Une main sur sa tête l’autre sur sa hanche

 

Il s’imagine dans dix ans

Il sera un grand aventurier

Ses cheveux bouclés dans le vent

Par monts et par vaux parcourant les sentiers

 

Inspectant les monuments

Travaillant pour survivre

Ici et là toujours en mouvement

Mais pour l’instant il parcourt ses livres

 

Il est encore trop jeune pour partir

Mais il sait que son jour viendra

Il est quand-même pressé de grandir

Néanmoins pas de problème il patientera

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

El sindg èst al bawète, i fera bô dmin (Walrus)


C'est ainsi qu'on salue une personne se trouvant à une fenêtre dans ma  région natale.

Vous n'avez pas compris ? Je pourrais vous dire de demander à Madame Chapeau, elle vous traduirait ça les doigts dans le nez ! Mais pour les quelques rares personnes qui pourraient ne pas y être arrivées toutes seules (donc sans doute pour personne), je traduis : "Le singe est à la lucarne, il fera beau demain".

N'allez pas jusqu'à me demander ce qui lie la constatation à la prédiction, ma sagacité a des limites !

Le singe en question (sur la photo sujet) est ma fille au prénom gallois, quand elle arborait encore sa toison flamboyante.

La photo a été prise dans l'église de Blythburgh

Blythburgh-0005

Une église énorme pour un patelin plutôt petit (≈ 300 âmes, hameaux compris).

Quoi ? Vous ne voyez pas bien le côté flamboyant ? Qu'importe, j'ai une autre photo de la même époque :

Maltings

Ouais, c'est un peu flou, on ne peut pas tout avoir, hein, c'est une vieille dia...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

Romane d'apprentissage : Épisode sept instone (joye)

Non, ce n’est pas chaque femme qui peut vivre une telle vie : veuve d’un artiste et d’un restaurateur, chapelière et star, amante d’un faux-curé et d’un vrai-bossu ! Et tout cela dans l’espace de six semaines…

…normal alors que je cherche un peu de répit en faisant des études.

Je m’inscris alors au programme docte et oral à l’Université des Sciences métaphysiques en Californie sur le campus à Dubrovnik, Pas-en-Californie.

Là-bas, mon prof préféré, un grand Irlandais qui s’appelait Phil O’Saufy était un amour. 

Après tout, c’est quoi la philosophie sinon l’amour du savoir, comme disait ma tante Kafère ?

Et qu’est-ce qu’il savait ! Ce fut bien mon Phil qui m’apprit la magie. Voyez-vous, ce n’était pas sorcier.

Je publiai plusieurs sortilèges aussi (disponibles pour 25 euros chacun chez Amazone e-bouquins), dont je vous livre un extrait gratos icitte :

Lorem ipsum dolor sit amet, mel putent maiestatis an. Duis labores te sit, pro hinc pertinax appellantur ut, cu discere dignissim mnesarchum nam. No everti docendi menandri quo. Iracundia comprehensam ne his, utinam officiis convenire vix ea. Te nam nibh audire vituperata, duo et maiorum torquatos. 1

Oui, je sais, impressionnant, n'est-ce pas ? Et ça se prononce exactement comme c'est écrit. Je vous en prie.

Vous n'allez pas le croire, peut-être, mais avant la fin de mon cursus, je sus mettre la tête d’un enfant au milieu d’un mur, en murmurant  !124433339

Malheureusement, j’eus mes diplômes seulement avec mention assez bien, parce que je ne pus jamais remplacer cette stupide tête en plâtre avec la tête de l’enfant vivant. Je dis à mon comité que cela ne fut pas mon intention, mais ils choisirent méchamment de ne pas me croire. Est-ce de ma faute qu'ils sont tous maintenant des crapauds ?

Bon, à la semaine prochaine pour la fin scintillante de ma saga estivale.

Oscula magna acadabracantim,

Romane.

1D’Aprentissage, Romane. Sortilèges qui marchent super bien. Université de Métaphysique à Dubrovnik, 2019. eBooks en vente (Amazone).

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :


La tête (Venise)

 

Tu vois la preuve est là

 

Les chrétiens sont des coupeurs de têtes.

Qu’est ce que tu racontes. ?

 

Oui ! depuis des siècles ils abattent les têtes qui n’opinent pas du chef.

La tête de cette enfant en est la preuve irréfutable.

Tu fais preuve d'un art consommé de la rhétorique, mais cela t’amènera à un internement psychiatrique crois moi !!

 Sais-tu ce que disait Platon : « L'opinion se situe à mi-chemin entre le savoir et l'ignorance.

 

Regarde !! le visage a bougé furtivement.

Ça va mieux maintenant.

Pas vraiment, assieds-toi,   ici on ne ferme jamais .

Rappelle-toi ce que disait Winston Churchill : “Un fanatique est quelqu'un qui ne veut pas changer d'avis et qui ne veut pas changer de sujet”

Bien peut-on continuer notre visite ?

Oui à condition que je puisse fumer une clope.

Je fume pour ne pas m’envoler au septième ciel .

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

Tu t'es vu quand t'as bu? (Adrienne)

 

- Là! là il y a une tête!

Le pépé pointe sa canne vers le haut du mur.

- Ben oui, dit le fils en haussant les épaules, c'est des sculptures, il y en a partout dans cette église.

- Mais non, non, s'énerve le pépé, là! là! une tête qui bouge!

- Faudra arrêter de picoler, pépé, rigole le fils, ça ne te vaut rien, le Vosne-Romanée.

Dans la galerie supérieure qui fait le tour de la nef, Camille darde un regard qu'elle veut sérieux et menaçant à faire peur, chaque fois que le vieil homme lève la tête, puis disparaît à nouveau sans être vue des autres. Ça l'amuse toujours beaucoup de faire ce genre de blague aux touristes.

- Mais enfin! là, je vous dis! une tête rousse!

- Ah! pépé, ça suffit, s'exclament maintenant les uns et les autres, excédés. Et mémé ajoute, en marmonnant:

- Il est rond comme un boulon.

Alors, pour le punir d'avoir des visions sous l'effet de l'alcool, il est privé de vin pendant toute la suite du voyage en Bourgogne.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

Il eût suffi (Kate)


Il eût suffi

Que Louis Denis

Mit sa face

À la surface

Pour nous faire une farce

vulcania04 2

Il eût suffi

Que le bruit

Du présent

Soit rattrapé par le temps

Du passé et des grands absents

visiteurs181439 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il eût suffi

D'un simple petit

Déclic magique

Pour que le loustic

Devint soudain

Connu du public

woodstock10 2

Photos faites par l'auteur sur internet, août 2019 ; l'auteur n'ayant actuellement pas la possibilité de se rendre à Vulcania, d'accéder au DVD des Visiteurs, de disposer du livre sur Woodstock et n'ayant pas non plus la force suffisante de recopier la conjugaison du verbe suffire 

suffire31 2

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

Confesse (Vegas sur sarthe)


Si j'aurais su j'aurais pas v'nu
je ne serais pas monté là
échelle et tout le tralala
au risque de déconvenues

On m'avait promis du spectacle
du spirituel et du mystique
au prix d'efforts acrobatiques
pour entrevoir le tabernacle

Au lieu de ça, pauvre de moi !
je vois la bonne du curé
agenouillée, transfigurée
son arrière-train en émoi

On croirait qu'elle est à confesse
rien que ce mot me fait rougir
de mon perchoir j'entends rugir
le jeune vicaire qui professe

De génuflexions en courbettes
la pénitence s'éternise
Faut-il avouer des bêtises
pour être châtiée en levrette

Elle clame sa repentance
implore ses saints, ses grands dieux
son tourmenteur a l'air radieux
d'avoir appliqué la sentence

Sur mon perchoir j'ai trébuché
je suis dénoncé, découvert
chacun remballe l'éventaire
et je me vois sur le bûcher

J'ai déguerpi … mea-culpa
ça m'a coûté deux malabars
mais le spectacle était jobard
même si on ne me croit pas

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

En haut du Triforium (Lecrilibriste)

 

Mais quelle est cette petite frimousse espiègle d' ange qui apparaît soudain dans une ogive sculptée du triforium, à côté du visage de pierre du grand Saint Louis ?

Bien sûr, c'est Louisette ! Qui voulez-vous que ce soit ?

Avec ses jambes toutes neuves de 10 ans, toujours avide de découvrir le monde, elle a grimpé à toute vitesse dans le noir la volée de marches en colimaçon, devant ses parents qui montent à un rythme plus lent et le sculpteur ami qui leur fait visiter le triforium de l'abbaye qu'il restaure actuellement.

Attend nous, Louisette crie maman  ! Attention  Louisette ! Crie le sculpteur, attend s'il te plaît et surtout ne te penche pas …

Mais Louisette ne bouge plus. Elle reste plantée immobile, scotchée devant ce qu'elle découvre de derrière son ogive.

Comme c'est drôle de regarder d'en haut ce qui est en bas. Les choses ne sont plus pareilles !

On ne les voit plus de la même manière.

Quand elle était en bas, les colonnes lui semblaient immenses … au moins 20 fois plus grandes qu'elles. D'ici, elle les découvre autrement en plongeant son regard dans la nef , elle voit tous les détails. Elle est à côté des feuilles d'acanthe en relief qui s'enroulent autour de chaque chapiteau de colonne. Elle pourrait presque les toucher.

Elle regarde fascinée la vaste nef , les colonnes de pierre qui soutiennent le ciel de voûte et les visages sculptés des personnages qui l'entourent juste à son niveau. C'est bizarre, Il y a même des diables...Le plafond bleu étoilé d 'or ressemble au paradis. Et surtout, surtout, les vitraux, éclairés par le soleil envoient des taches de toutes les couleurs sur les murs, sur les bancs, les chaises, sur l'autel et sur les dalles de pierre, partout, dans tous les coins . C'est beau toute ces éclats de lumière colorée.

Les adultes l'ont rejointe dans la galerie du triforium creusée en haut du mur de chaque côté de la nef. Le sculpteur explique, raconte l'histoire de l'abbaye. Il fait remarquer les graffitis qui sont inscrits dans le mur du triforium. Il explique que ce sont les ouvriers qui ont travaillé à ériger l'abbaye . Ils ont signé ainsi leur travail pour laisser leur trace, laisser quelque chose d'eux aux générations futures.

Louisette impressionnée avance maintenant avec précaution et en file indienne dans l'étroitesse de la galerie du triforium .. . On est si haut ici.

Elle regarde, elle écoute …. Chacun admire, touche la pierre, détaille les sculptures vues de près . Le sculpteur fait remarquer… la précision du ciseau sur l'aile de l'ange, sur sa main qui tient la flûte, sur le doigt qui tient la note jusqu'au son pur...

Louisette regarde, écoute … Elle entend la musique de l'ange...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :