07 octobre 2017

Ont fait le décompte de leurs maladies

pas cons

4752

Vegas sur sarthe ; Laura ; Venise ; Joe Krapov ;

joye ; Walrus ; bongopinot ;

 

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Le malade imaginaire par bongopinot


Il se croit malade
C’est pure invention
Et c’est l’escalade
Et la dépression

Un symptôme bénin
Et il est perturbé
Il court chez le médecin
Il faut de suite consulter

Il en est sûr cette fois
Il est atteint de graves pathologies
C’est l’effroi le désarroi
Une frayeur l’envahit

Encore une exagération
Une journée ordinaire
De divagation d’élucubration
D’un malade imaginaire

Qui Part voir les spécialistes
En bon hypocondriaque
Car il doute des généralistes
Et veut d’autres diagnostics

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Ça va mon canard ? (Walrus)


Quand j'étais enfant, à l'occasion d'une Saint-Nicolas, j'avais reçu un projecteur 16 mm qu'il fallait faire tourner à la main au moyen d'une manivelle en gardant un rythme régulier, école de calme et de concentration.

Dans la série de bouts de films dont je disposais, il y avait une aventure de Donald (Duck, pas Trump).

On y voyait le héros, confortablement installé dans un fauteuil "club" et bouffant des pralines, consulter un livre intitulé "Diseases and their Symptoms".

Il en tournait les pages et, s'arrêtant subitement à une maladie particulière, se mettait à en mimer les symptomes en couvrant et découvrant alternativement ses yeux avec sa main.

Ses neveux l'observaient et, en se faisant la courte-échelle accédaient à l'interrupteur qu'ils enclenchaient et déclenchaient successivement, créant la panique chez leur oncle.

C'est pareil pour moi si je m'aventure à lire des articles parlant de maladies : je m'en découvre brusquement atteint, et j'ai même pas besoin de neveux pour me convaincre !

Source: Externe

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

Il court, il court, la maladie d'humour (joye)

J’adore mon médecin. C’est un homme super intelligent. Il ressemble assez à Gustave Flaubert, mais sans moustaches. Et souriant. Et il est moderne. Flaubert est figé au 19e siècle, avec des cravates stupides. Donc, imaginez Flaubert, mais heureux, et vous verrez un peu ce que je veux dire.

Alors, l’autre jour, je suis allée le voir. Mon médecin. Pas Flaubert. Bien sûr qu’il était un peu surpris. Il serait aussi très surpris de savoir que je pense qu’il tient de Gustave Flaubert, mais je vais garder ça pour une autre visite.

En principe, je ne le vois qu’une seule fois par an, et cette seule visite annuelle me suffit largement. En principe, je n’aime pas les toubibs. Et j’ai horreur des hostos. Alors, je les évite, même si le mien est sympa – tellement sympa qu’il ne m’oblige jamais de monter sur le pèse-personne. Sans blague !

Donc, depuis que Dr W me soigne, j’ai beaucoup maigri. C’est un génie, je vous le jure.

Toutefois, hier, je suis allée le consulter.

- Bonjour ! m’a-t-il dit en entrant. Cela fait moins d’un an depuis que je vous ai vue. Avez-vous des problèmes ?

- Eh oui, Dr W ! J’ai besoin de votre aide !

- Bon, ne vous en faites pas, on va vous aider. Quels sont vos symptômes ?

- Eh ben, tout d’abord, j’ai besoin d’un coup de pouce.

- Oh ? En êtes-vous sûre ?

- Oh oui, Docteur, parce que, cette semaine, j’ai la langue dans la poche.

- La langue dans la poche ? Humm…

- Et l’estomac dans les talons !

Il nota sur son petit calepin. Tout comme le Dr W est très minutieux, j’ai continué.

Je lui énumérais mes autres problèmes – les yeux dans les yeux de mon homme, le cœur sur la main, les deux doigts dans le nez, et aussi que je me faisais de la bile.

- C’est tout ? m’a-t-il demandé enfin.

- Oh, non, le pire, c’est que j’ai beau me creuser la tête, et cette semaine, j’ai froid aux yeux.

Alors, le Dr W m’examina les yeux. Il a pris leur température. Puis, il a regardé le thermomètre.

- Mais non, vous n’avez pas froid aux yeux !

- Non ? 

- Non.

- Alors, qu’est-ce j’ai ?

- Eh ben, on dirait que vous avez une consigne de chez les Défis du samedi…à propos de l’hypocondrie.

- Ah ! Mais c’est bien sûr !  Comment le saviez-vous ?

- Ben, tout d'abord parce que toutes ces expressions n’existent pas en anglais !

flauw

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

De Rimbaine à Verlaud. 1, Hypocondriaque (Joe Krapov)

M. Arthur Rimbaine
Explorateur de voies intraveineuses
et de traditions orales ou à mettre dans les annales
8, quai Arthur Rimbaud
08000 Charleville-Mézières

Monsieur Paul Verlaud
Société de géographie des Maladives et du Miraginaire
73, rue Sonneleur
62812 Vent-Mauvais


Charleville, le 4 octobre 2017

Mon cher Paul

Collage_JER_11_Rimbaud_l__aviateur

Voici mon premier rapport sur l’île de Tamalou, anciennement dénommée Hypocondrie, où je me suis rendu à votre demande afin de vérifier et compléter les informations dont vous disposiez ou pas.

La capitale de cette petite île s’appelle bien Gébobola comme vous le supputiez. L’île est traversée d’Est en Ouest par une rivière que les autochtones appellent la Fièvre diffuse. Un genre de Sèvre niortaise mais en moins long que cette rivière charentaise qui pantoufle aussi en Vendée et dans les Deux-Sèvres. C’est un fleuve relativement impassible qui prend sa source sur le plateau de Maloku et s’épand en de nombreux méandres une fois qu’il est rendu dans la plaine de Malokrane. Ses principaux affluents sont la Migrène, l’Hémorroide, la Savouchatouïe et la Savougratouïe.

Au Sud de l’île se trouve une chaîne de montagnes assez bien élevées qui tutoient les cieux mais avec respect et que l’on nomme les Pyravenirs. L’été les Tamaloussas y organisent des courses de vélo très disputées. Ils essaient de franchir le plus rapidement possible le Col du Fémur, celui du Tournemalet puis escaladent l’Aubisquerage, sinuent sur les lacets du mont Eiffel-Argan, grimpent au sommet du Savapété, un volcan qui n’est du reste pas encore tout à fait éteint. « Avec le temps va tout volcan mais c’est comme le cul du fanon, ça met un certain temps » dit un proverbe local qui les fait rire comme des baleines, car, vous le verrez tout à l’heure, mon cher Paul, ils sont très joueurs, les Tamaloussas.

Le tour de Tamalou se poursuit dans la plaine avec des étapes de plat disputées entre Enséfalogram et Toutanémié. L’épreuve contre la montre a lieu sur le circuit de Poukibavitalarivé. Le dopage est autorisé. Une des curiosités de l’ile est d’ailleurs l’usine pharmaceutique de Kilébon-Monmédoc où l’on produit le sirop Typhon, la capsule Gémini et la gélule Dernier-Vargas qui soignent toutes les maladies mais uniquement sur place.

Les autres industries locales sont la confection de blagues Carambar et l’invention de maladies asymptomatiques, les bobobénins, destinés à rassurer les gens sur leur bonheur présent, à prendre en vaccin sous forme de doses homéopathiques de caramel mou et huit jours. Un autre proverbe tamaloussa dit d’ailleurs « Si t’as que ça, reste chez toi, va pas creuser Troudlaséku ni enrichir les charlatans !».

DDS 475 Les-blagues-Carambar-2


Si cela vous intéresse, j’ai ramené des échantillons des troubles psychosomatiques suivants, qui m’ont semblé intéressants :

- La Rimbaldite aiguë : peur de n’avoir pas été très sérieux à l’âge de dix-sept ans ;

- Le Tintinoreleczéma : maladie de peau qui se déclenche quand on pense qu’on aura un jour soixante-dix-sept ans et que l’on n’aura pas, à relire les aventures de Tintin et Milou, un plaisir égal à celui qu’on éprouva à les découvrir à sept ans ;

- La dissentryphonite : peur de chier un pendule ayant appartenu à un savant sourd ;

- L’épanchement de cuisine novice : trouble obsessionnel compulsif qui consiste à craindre de mourir en ayant oublié de fermer le gaz sous la cocotte alors qu’on concoctait une recette nouvelle.

Je vous l’avais dit, mon cher Paul, les Tamaloussas ou Hypocondriaques sont de drôles de zigs, un petit peu malades dans leur tête, mais bon, qui ne l’est pas de nos jours ?

Pour vous rendre dans leur île il faut partir de Kuala Lumpur en Malaisie. Il y a un vol régulier qui dure une demi-heure et vous dépose sur l’aérosyndrome de Münchhausen puis on prend ensuite une navette automobile, un bus en fait, qui vous amène au centre-ville de Gébobola, terme-omettre de votre « voillage » comme nous disions jadis, vous et moi, quand nous bourlinguions de concert.

DDS 475 malaisie_2


Je joins ma facture à cette missive. Vous constaterez que je n’ai pas pratiqué le coup de fusil comme on le fait ces temps-ci dans le secteur non-conventionné.

Si vous avez une autre mission d’exploration à me confier, n’hésitez pas à me joindre où vous savez.

Bien amicalement

Arthur R.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de Venise

 

Ces temps ci , je partage mon temps avec l’écrivain jean Paul DUBOIS

Son dernier livre ’ l’AMERIQUE  M’INQUIETE  ‘ a retenu toute mon attention.

Il y a longtemps que ce peuple d’hypocondriaques me préoccupe .

On y trouve des états ultimes d’hypocondrie
Comme cet agent immobilier qui vend des parcelles de la lune aux particuliers pour se guérir de l’absurdité de la vie .

Des bourreaux  malades des exécutions , et des directeurs de centre de rétention sadiques qui ne renoncent  pas à la chaise électrique car le reste coûterait plus cher .
Dans ce pays ou MONEY is MONEY , la valeur de la vie a tout perdu et une plainte existentielle  remonte jusqu’au tréfonds des âmes.

Quand vous roulez en plein champ vous rencontrez tout  à coup des adolescents brandissant des pancartes’ I NEED   MORE ACID’

Quand on détour d’une tente portant l’écriteau suspect:‘ACUPUNTEUR CHIROPRACTEUR’
Vous avez vu une fille assise en position de lotus  se faite cérémonieusement masser les seins par un zigoto tatoué auquel vous n’auriez pas confié votre boite à vitesse .Vous vous dites ça y est j’y suis au pays des déjantés.

Mais ce sont les inscriptions sur un teeshirt d’un adolescent  qui ont alerté mon acuité visuelle

Lisez plutôt: je n’ai pas peur, je suis fort , je suis un animal , et je te boufferai s’il le faut .
Voilà c’est dit ce peuple est au  stade du cannibalisme .
Je songeai que nous étions loin du PEACE and LOVE  de Woodstock et que le capitalisme avait dévasté ce pays  et qu’ils étaient dévorés du dedans par un mal plus grand qu’eux.
Passé au spectrographe figuratif la société américaine ressemblait à un bas de Nylon exagérément étiré à ses extrémités avec au centre famélique dont les mailles tiraillées seraient entrain de rompre..
Un jour on ne trouvera que des lézard et un désert .

Ce qui est rassurent dans cette affaire c’est qu’ils ne sont pas seul  à être atteint de cette hypocondrie qui touche KING JON -UN .
Ce soir je relis KARL MARX c’est juré.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

Hypocondriaque (Laura)

 

Je ne suis pas hypocondriaque
Et pourtant parfois je craque
Je n’ai pas peur des microbes
Par contre, je suis un peu snob
Je ne fuis pas le soleil
Mais ne me bronze pas jusqu’aux oreilles
Je suis insomniaque
Et je n’ai pas toujours la niaque
Je fuis les courants d’air
Et ça gène parfois mes congénères
Je mange beaucoup de fruits
C’est comme ça ma vie
Je mange beaucoup de pommes
Et aussi souvent mon homme
Je me dope aux yaourts sans sucre
Nature mais j’aime le stupre

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

Le poumon (Vegas sur sarthe)

 

Pharmacie Diafoirus et Fils depuis 1674

 

"Monsieur?"
"Argan"
"Argan comme l'huile d'Argan?"
"Non... enfin, comme c'est écrit sur mon Billet Vital"
"Pardon mais je disais ça à cause de votre hypercholestérolémie et surtout cette affection du foie"
"Euh... à quoi voyez-vous que j'ai un problème au foie? On m'avait parlé de la rate"
"Sans être médecin il suffit de voir comme le blanc de votre oeil est jaune, Monsieur Argan"
"Il est vrai que Je sens de temps en temps des douleurs de tête"
"Hum... ça c'est plutôt Le poumon"
"Il me semble parfois que j'ai un voile devant les yeux"
"Le poumon
vous dis-je"
"Si je vous avoue aussi que J'ai quelquefois des maux de coeur"
"Le poumon,
Monsieur Argan! Comment faut-il vous le dire? En vers?"
"Ah ne me parlez pas de vers, ça me provoque des coliques frénétiques! Mais je n'ai encore jamais consulté pour ce... comment dites-vous... poumon... j'ignorais d'ailleurs que j'en avais un"
"Deux, Monsieur Argan, vous avez deux poumons... à ce jour"
"C'est bien ma veine! Deux consultations et deux occasions de plus d'être malade"
"Vous éprouvez parfois le besoin de faire la sieste après le journal de treize heures?"
"Oui, chaque jour vers quatorze heures"
"Les poumons, Monsieur Argan!"
"Alors je suis condamné ? C'est ça, hein ?"
"Savez-vous cependant que certains malades se font crever l'oeil pour ne plus l'avoir jaune?"
"Euh... il y a peut-être des alternatives? Une poudre de perlimpinpin? Un lavement? On ne peut pas laisser mourir les gens, borgnes et malades à la fois du foie"

"Si ça peut vous rassurer Monsieur Argan, et parce que je vois défiler puis disparaître les clients à l'officine je vous avouerai que presque tous les gens meurent de leurs remèdes, et non pas de leurs maladies"
"Vous êtes sûr de ça?"
"Demandez à ma femme Angélique. Elle vous dira combien de clients nous avons perdus depuis le début de l'année; c'est une hécatombe"
"Angélique... comme cette racine qui soigne mon asthénie?"
"Non Monsieur Argan, Angélique Apiacée, épouse Diafoirus.
Ma jeune femme est bouchère de formation et n'a pas son pareil pour les saignées"
"Hum... je me sens déjà moins mal et je vais prendre congé avant que mes douleurs de tête ne me reprennent"
"C'est vous qui voyez, Monsieur Argan... n'oubliez pas votre Billet Vital"

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

30 septembre 2017

Défi #475

 

Hypocondriaque

 

Vous en connaissez un ?
(à part moi)

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,