Ses mots magiques (Sarah)

 

Ensemble, nous arrivons devant cette intrigante chaise rouge installée dans la rue. Elle me lâche la main pour prendre la petite pancarte et lit de cet air théâtral qu'elle prend pour dire une bêtise : "fabrique de mots magiques ici". Elle s'assoit sur la chaise et prend mes mains. Elle semble sérieuse à nouveau quand elle me dit : "Tomber amoureux, ça c'est un mot magique. Un vrai. Un de ceux qu'on fabrique depuis l'éternité avec des matériaux invisibles ; une fabrication dont personne n'a la recette. De la magie à l'état pur. C'est comme Alice au Pays des Merveilles qui dégringole dans les entrailles de la terre : tu te sens tomber, et la peur première laisse place à un tout autre sentiment. Tout juste tu te demandes comment tu feras s'il faut remonter quand tu seras arrivé au fond. Mais le résultat de cette chute, le risque de fracas au sol, tu ne le crains pas, car rien ne peut te blesser en cet instant. Tu te laisses choir sereinement, ça n'en finit pas, c'est vertigineux. Et d'un seul coup, tu te rends compte que c'est la chute la plus délicieuse que tu n'aies jamais connue. Toutes les chutes de ta vie te reviennent alors en mémoire. Tu sais, ta première chute quand tu apprenais à marcher, tes chutes à vélo, tes genoux égratignés dans la cour de récré et puis tes effondrements de grands : toutes tes erreurs, tous tes regrets, tous ces malheureux cailloux sur ton sale chemin... Toutes tes chutes prennent sens à ce moment-là. A la seconde où tu tombes amoureux , elles sont toutes réunies : c'est le condensé de tous tes anéantissements et de tes remises sur pieds, de toutes tes rechutes et de tes efforts pour remonter la pente. Tout est là. C'est un concentré du pire de ta vie, qui, au contact de la bonne personne, se sublime pour se transformer en le meilleur que tu pouvais espérer vivre. Tomber. Tomber fort et lentement à la fois. Tomber délicatement. Tomber extrêmement. Tomber jusqu'au cœur de l'univers d'une vertigineuse chute qui te coupe le souffle. C'est le plus magique des sentiments : se sentir tomber et ne jamais vouloir s'en relever, avoir le souffle coupé et ne plus jamais vouloir respirer. Je suis en train de tomber amoureuse de toi et je rêve de ne jamais l'être entièrement. Je veux chuter ainsi à l'infini, que chaque jour, quand je crois que je vais toucher le fond, me rendre compte qu'il y a encore tant à aimer de toi, tant à tomber amoureuse encore. Alors pardonne-moi de ne jamais t'aimer pleinement et laisse-moi continuer à tomber infiniment amoureuse de toi".

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

À la Fabrique de mots magiques par bongopinot

Source: Externe

 
Sur une vielle chaise rouge
Une pancarte indique un atelier
Où l’on trouve de merveilleux messages
Il est tenu par deux magiciens en tablier

C’est la fabrique de mots magiques
Vous y trouverez de belles lettres
Toutes rondes, droites ou obliques
Rien que des alphabets illustres

Vous pouvez entrer et regarder
Ici il y a de beaux mots dorés
De la poésie au caractère endiablé
De la prose en guimauve animée

Vous pouvez réaliser ou demander
De jolies missives entourées de ruban
De petites bafouilles pleines d’humanité
D’élégantes pensées à mettre dans vos cabans

L’alphabet donne des mots et puis des phrases
Qui peuvent souvent réchauffer les cœurs
Des bonjours et des mercis qui s’embrassent
Et qui bien sûr éloignent tous les malheurs

Et si vous y entrez vous ne serez pas déçus
Il y en a pour tous les goûts rassurez-vous
C’est un lieu où vous serez toujours bien reçus
Une belle enseigne un bel endroit un vrai bijou

Pour rendre hommage aux mots magiques
Que l’on apprend pendant l’enfance
Et que l’on sème sur nos chemins ludiques
Pour les récolter ensuite et en saisir le sens

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

Objection votre Honneur ! (Walrus)

 

Il n'y a rien de magique dans les mots...

Hormis l'usage qu'on peut en faire !

 

w

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :

Le général (par joye)

Le général

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :


Oublis (MAP)

-Et pour vous Madame ce sera quoi ?

-Eh bien je voudrais un mot magique pour m'empêcher d'oublier où j'ai bien pu poser mes clefs ou mes lunettes, ou bien encore pour m'aider à retrouver comment s'appellent les objets qui m'entourent, ou …

-N'allez pas plus loin Madame. J'ai compris ! Pour vous ce ne sera pas le mot magique le plus demandé à savoir "A-bras-Cadabras !!!" Non, non !!! Ni "C'est-Zame ouvre-toit !!!" Pas plus qu' "Archtalopuskobine-Quilovis-Quarochinovski » !!!" Non, non ! Tous ceux là ne vous servirait en rien !!! Je vous recommande celui qui a déjà fait tant de victimes, euh, je veux dire tant de merveilles ! Le fameux «Al-Zeille-meurt-Mais-ne-Se-rend pas » !!! Non, non ne me remerciez pas chère Madame ! Oubliez-moi !!!

 

Le gardien de l'oubli

 

Posté par MAPNANCY à 00:01 - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

Sam'di tout l'monde revient pour la super-soirée diapos ! (Joe Krapov)

 

Il suffit de dire « Sésame »
Et la porte de la caverne
S’ouvre sur les trésors cachés.

Il suffit de dire « Brantôme »
Et de vieux ponts sur la rivière
Posent la question du parcours.

Il suffit de dire « Brantôme »
Et tu fais six au jeu de l’oie :
Tu rejoues tes pas au hasard.

Il suffit de dire « Brantôme »
Et par trente-huit degrés tu trempes,
Tu siestes, tu lis, tu farnientes.

Il suffit de dire « Brantôme »
Et la pie t’apporte la clé
qu’elle a volée à Rossini.

Les rubis de la Castafiore
Liquéfiés dans le Bergerac,
Tu ne rebiffes aucune cave.

Il suffit de dire « Brantôme »
Et les kayaks se précipitent,
En régime, des bananiers.

Il suffit de dire « Brantôme »
Et l’on perd Igor en chemin
Dans ce massacre du printemps

Que joue l’été dans les sous-bois,
Enguirlandant le cœur des feuilles
Et promenant les hippocampes.

Il suffit de dire « balade »
Et tu pénètres des châteaux
Où trônent des curiosités.

Il suffit de dire « Bourdeille »
Et tu flânes, en d’autres jardins,
Parmi des fleurs d’âge moyen.

Il suffit de dire « vacances » :
Tout est changé par la magie
De la "prestigivacation".

Il suffit de dire « Brantôme » :
Toutes les dames sont galantes
Et le Périgord est plus vert.

Il suffit de dire « Brantôme ».
Ce philtre a des côtés puissants
Et j’en reprendrais bien un verre !

Mais je sais aussi être sage
Et archiver ces mille images
Pour les longues soirées d’hiver !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Participation de Marco Québec

unnamed

 

Carnet d’adresses

 

Fabrique des mots magiques
7, rue des Apprentis sorciers
Pays du Perlimpinpin

Fabrique des mensonges
3 1/2 , rue des Demis-vérités
Pays de la Fourberie

Fabrique des mots de guerre
2, rue des Belligérants
Pays de la Contre-attaque

Fabrique des mots gentils
6, rue Latendresse
Pays de la Douce heure

Fabrique des paroles dures
4, rue du Crève-cœur
Pays de la Blessure

Fabrique des mots de peur
13, rue de la Répression
Pays de la Censure

Fabrique des mots de révolte
1000, rue des Insurgés
Pays de la Libération

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

abracadabra (JAK)

 

j

 

Elle imaginait qu’un mot magique lui ouvrirait les portes du bonheur ce mot était amour

Mais les tourments commencèrent  dès qu’elle  su écrire ce mot magique. Elle avait 6 ans : elle devint  orpheline

Elle imaginait qu’un mot magique lui ouvrirait les portes du bonheur ce mot était amour

Mais le malheur est entré par la grande porte du mariage, après deux ans de mariage son mari l’a abandonnée, elle et ses triplés

Elle imaginait qu’un mot magique lui ouvrirait les portes du bonheur ce mot était amour

Avec ses triplés il a peu duré, elle n’était pas armée pour   les guider, et dans leur adolescence ils lui ont fait connaitre l’enfer. Devenus adultes ils l’ont, eux aussi abandonnée

Elle imaginait qu’un mot magique lui ouvrirait les portes du bonheur ce mot était amour……..

 

Abracadabra…..

 

Elle rêvait  trop, n’avait pas le sens de la réalité : le bonheur n'est pas une, éventualité, c’est une aptitude, dont elle méconnaissait l’usage. Elle n’était pas née pour être confrontée à toute la misère du monde.

Ayant pris de l’âge et du recul elle finit par commencer à comprendre.  Elle se fit magicienne des mots, écrivit des termes magiques qui ouvrent toutes les portes, et surtout celles où derrière elle s’était enfermée

Maintenant, elle lace les mots, les entrelace, les enchevêtre, lesmanigance à sa manière en invente. Ils tournent cependant toujours autour du même mot : amour

 

Elle sait maintenant qu’un autre mot magique lui a ouvert les portes du bonheur ce mot est l’écriture et celui qu’elle préfère c’est abracadabra

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Les mots magiques (Pascal)

 

La vie est constellée de fabricants de mots magiques ; d’ailleurs, au fil du temps, je me demande même si on ne marche pas qu’à ça. Ça commence tout gamin avec des : « Si tu n’es pas sage, le père Noël ne passera pas !... » Après la bêtise : « Je vais le dire à ton père !... » Après l’école : « Avec ces notes désastreuses, c’est la pension assurée !... » Après la première cuite : « Va t’inscrire à l’armée !... » Utilisés par les parents, ils sont les garants d’une tranquillité relative ; le panel est large et dépend surtout de celui qui les reçoit et de son âge…

Forcément, il y a les mots magiques, ceux qui ouvrent les sésames, tels les : « S’il vous plaît », les : « Bonjour », les : « Pardon », mais ils se perdent, ceux-là ; ils sont en voie de disparition, le siècle dernier les a enterrés avec lui. « Garde-à-vous !... » « Repos !... » « Vous pouvez disposer !... » sont les principaux sésames de la caserne mais ils sont révolus, eux aussi….

Bien sûr, il y a les abracadabras, les « Endoloris » chers à Potter, mais ça ne marche pas, sinon dans les salles de spectacles et dans les cinémas…  

Nous-mêmes, nous sommes une véritable fabrique de mots magiques ! Tenez : au chien, par exemple ! « On va promener ?... » « Où t’as mis ta baballe ?... » Si vous le voyiez frétiller de la queue !...
Pour sa moitié, on a plein de « Je t’aime » en réserve mais ils sont durs à dire tant ils nous déshabillent l’âme ; alors, on est plus pragmatiques, plus impersonnels ; c’est plus facile avec des : « On va au restau, ce soir ?... » « Tu veux ma carte bleue pour ton shopping ?... » « Et si on allait aux Açores, en vacances, cet été ?... »
En retour, c’est fou comme on aime les entendre… « On n’ira pas chez maman, ce week-end… » « Tu préfères les bougies ou la petite lampe d’ambiance ?... » « Je mets mon beau porte-jarretelles noir, ce soir ?... » Si vous voyiez comme je frétille…

« Si vous ne prenez pas vos médicaments, pépé, vous n’aurez pas votre soupe !... » « Pas de piqûre, pas de télé !... » « Si vous n’êtes pas sage, votre fille ne viendra pas vous visiter !... » sont surtout prononcés à la maison de retraite…

Au défunt, il reste les mots magiques du Salut, adressés à l’occasion toute neuve de son départ, mais ils aident surtout les survivants… Enfin, il y a les formules magiques du notaire qui mettent tout le monde au diapason de l’intérêt, pendant qu’il décachette l’enveloppe familiale. Dans le courant d’air de sa fenêtre entrouverte, on entend : « Si tu n’es pas sage, le père Noël ne passera pas… » et tout recommence…

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :