23 juillet 2011

Défi 4 (Zigmund)


Pince mon saigneur

Pliée en deux, sa boite de daphnies encore fermée à la main, la célèbre zoologue, une pince de crustacé fichée dans la gorge, piquait une tête dans l’aquarium marin.  A travers l’eau rougie on voyait se terrer  les crustacés .

Le commissaire  Arien, à peine arrivé sur les lieux déclara "il n'est pas prudent de faire languir les langoustes affamées . Le homard l'a tuer.

homard-bleuLobster

 

 http://www.hellotiffany.tk/rare-pecheur-de-homard-bleu-de-capture-il-est-probable-que-400-parties-par-million.html

http://www.aquarium-rochelle.images-en-france.fr/homard-bleu.html

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


14 août 2010

L'assassinat de Madame sans (hy)giène (Défis n° 2 et 4) (Joe Krapov)

Le commissaire Tempête, à peine arrivé sur les lieux, déclara tout à trac sans tambour ni trompette : Yvette, la victime, était un peu pompette. Le coupable est Pierrot, l’hygiéniste à tout crin qui joue à la crapette. Yvette est rousse et a de tout petits roberts dessous sa salopette mais ce n’est pas pour ça que Pierre la rouspète : c’est qu’elle a mangé trop de fayots ce midi et du coup la rousse pète. Pierre, sans alibi (rien qui vaille tripette) n’a même pas songé à prendre sous la carpette la poudre d’escampette ni non plus à planquer l’escopette avec laquelle il a trucidé la pépette ! C’est un meurtre d’arpète !

detentegaz


Le commissaire Tempête,
A peine arrivé sur les lieux, déclara tout à trac sans tambour ni trompette :
Yvette, la victime, était un peu pompette.
Le coupable est Pierrot, l’hygiéniste à tout crin qui joue à la crapette.
Yvette est rousse et a de tout petits roberts dessous sa salopette
Mais ce n’est pas pour ça que Pierre la rouspète :
C’est qu’elle a mangé trop de fayots ce midi et du coup la rousse pète.
Pierre, sans alibi (rien qui vaille tripette)
N’a même pas songé à prendre sous la carpette
La poudre d’escampette
Ni non plus à planquer l’escopette
Avec laquelle il a trucidé la pépette !
C’est un meurtre d’arpète !

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

31 juillet 2010

Prise de court ! -Défi #4- (Flo)

Et si pour ce défi du Samedi je choisissais de rendre l’espoir visible pour ne pas permettre aux pantins d’exister et vous laissais décrypter le ou les tags #é-s ?

défi n°4 de l’été.

Inventer des frontières invisibles c’est forcément les rendre indivisibles. (l’invisibilité est forcément indivisible puisqu’on ne la voit pas). C’est comme passer d’une vision à une décision ou d’une divination à une destination…

Ne me demandez pas pourquoi c’est sorti dans cet ordre… (surtout si on me traite de pyromane en plein été).

Mais pourquoi ne pas imaginer une cape et un loup qui permettent, non pas de nous rendre invisibles, mais de rendre visibles d’abord les fils qui feraient de chacun d’entre nous des pantins, puis d’identifier ceux qui détiennent les fils de celles qui détiennent les ficelles…

C’est mon premier Samedi de l’été où je me sens un peu plus légère et où je vais pouvoir rendre visible ces quelques lignes de manière plus apaisée ( ayant décidé de me libérer de quelques petites contraintes, un peu lourdes parfois). Ce qui me fait tenir, ce sont mes mots, l’espoir qu’ils représentent et l’émotion qu’ils me procurent lorsque je les relis.

Il n’y a pas plus agréable que de se relire surtout quelques années après…

Alors les effluves marines ragaillardissent ces narines respirées puis soulagées, à travers ces poumons gonflés, à regarder l’espoir être et disparaître pour être à nouveau, à bomber ce torse, parfois obstinément, à combattre le néant, ce qui paraît être rien, cette transparence, cette translucidité, cette inexistence pour ne pas dire évaporescence.

Tant de choses et tant de personnes sont invisibles : c’est ça le plus triste. (ce côtoiement d’idées « sans odeur, sans saveur, sans valeur » sur un tas de dos transpirant et transparents). La consigne est donnée alors je m’acharne…à la rébellion !

Je quitte mon portable et retrouve mon vieux cou-cou, cette tour sur laquelle je vais m’escrimer, m’essayer et me redonner espoir, courage et invincibilité. C’est vrai la Porte de Flo s’est arrêtée à Paris. Olivier, lui, il ne l’emportera pas au paradis, ça je vous le dis… Même si quelque part les déménageurs Bretons sont complètement dans l’ère du ton parce que ce sont mes derniers jours à Clermont et parce que je viens de réceptionner ce samedi des cartons de Soupline, Malesar (bordeaux) et top budget…Mercredi, c’est sûr j’aurai la tête dans les cartons(…) mais plus dans le guidon !

[PS : « Je quitterai le Nord, la première semaine d’Août »]

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

24 juillet 2010

Drôle de MOTif (Joye)

Défi n° 4 :
Mme (inserer nom de notre choix) a ete retrouvee morte chez elle, dans d'etranges et d'atroces circonstances. En 5 lignes, donner:

    * Le nom du coupable
    * L'arme du crime
    * Le motif
Introduit par cette phrase:
"Le Commissaire (nom a choisir encore), a peine arrive sur les lieux, declara:..."



Hier, Madame Kommune Vache-Espagneule a été retrouvée morte chez elle, dans d'étranges et d'atroces circonstances.

Le commissaire Zinnetaune, à peine arrivé sur les lieux, déclara :

Mme Vache-Espagneule a été assassinée par François Lang,  un lexicographe obscur, l'auteur du Dictionnaire Quasi-Complet de la Langue Française (DQCLF) en 47.000 pages.

Sa victime est morte suite à un coup aigu à l'esophage avec un objet lourd, sans doute le volume pénultime du DQCLF.

Le motif reste jusqu'alors inconnu, mais lors de son arrestation, Linguini se confessa en hurlant aux journalistes présents : « Elle ne faisait que parler, parler, parler ! Diable ! Comment allais-je bien terminer mon dictionnaire si elle ne me laissait jamais le dernier mot ? »

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

07 avril 2008

J'ajoute la participation de Pivoine

La marquise reposait sur son lit à courtines, visage, cou, bras, épaules
et jambes défigurés par d'atroces ulcérations rouges et pestilentielles...

Le commissaire Duboeuf de la Ville de Paris, à peine arrivé sur les
lieux, déclara, suspendant d'un geste tout mouvement chez ses hommes,
horrifiés et tout aussitôt statufiés:

"Messieurs, pas de vagues, pas de vagues, gardez vos mouchoirs sur vos
mentons et prenez des gants que nous brûlerons ensuite, car nous ne
pouvons augurer du poison que cette maudite Malvoisin aura encore été
chercher chez ses damnés suppôts de Satan... Et s'il se chuchote qu'il
s'agit d'un règlement de compte entre femmes jalouses, croyez-moi, cela
est encore préférable à ces bruits qui commencent à se répandre, au
sujet de messes noires auxquelles se livrerait la maîtresse du Roi pour
conserver Son Auguste Tendresse..." /

Posté par valecrit à 20:11 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


05 avril 2008

Queue de poisson - Teb

Mme Delamorue a été retrouvée morte chez elle, dans d'étranges et d'atroces circonstances

Le commissaire Brigantin, à peine arrivé sur les lieux, déclara

« C’est le chat qui a tué Madame Delamorue alors que, armée d’un couteau très effilé, elle s’apprêtait à lever les filets des soles pêchées par son mari la veille…

Très intéressé… il s’est frotté à ses jambes et l’a fait tomber à plat ventre sur le carrelage, le couteau planté en plein cœur… »

Quand à savoir si le mari a commandité le crime … nous ne le saurons jamais !!!

Posté par Janeczka à 13:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Gourmandise - Kloelle

Emma Delaine était étendue sur le sol, un sourire béat figé sur son visage rond. L'ordre et la propreté du petit salon rose étaient impressionnants, à peine pouvait on apercevoir quelques brisures de ces alléchantes tartelettes qui composaient le goûter de la friande demoiselle.  Ce paisible tableau fit dire au jeune brigadier qu'il s'agissait probablement d'une mort naturelle.

Pourtant, le commissaire Thomas Carron, à peine arrivé sur les lieux déclara:

-" Allez me chercher André Clerc, le pâtissier, c'est lui l'assassin."

Et pour répondre au regard interloqué de son jeune collègue ( et du votre aussi je le devine ...lol), il parla de la liaison à peine dissimulée qui liait ces deux là et du diabète dont souffrait  la trop gourmande coquette.

Posté par Janeczka à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Elle gît dans son incompétence - Vanina

Mme Lagerbe a été retrouvée morte chez elle, dans d’étranges et d’atroces circonstances.
Le Commissaire Flers, à peine arrivé sur les lieux, déclara :

« Elle a été suivie et l’homme s’est introduit chez elle dans son sillage. M. Poisse, c’est son nom, a été pris de colère lorsqu’elle lui a remis, un sourire moqueur aux lèvres, sa demande de prêt tamponnée en rouge : "REFUSE". Il n’a pas essayé de maquiller son crime, n’a rien dérobé. Il l’a étouffée, la tête dans ce sac plastique au logo de la banque où elle travaille, la lettre sous les yeux. Elle gît dans son dossier aux feuilles éparpillées... »

Posté par Janeczka à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Meurtre en quelques lignes - J-F

Madame Venin, la mauvaise langue du quartier, a été retrouvée morte chez elle, dans d’étranges et atroces circonstances ; elle git, les yeux révulsés, le teint bleu, dans une mare de sang avec un poignard dans le dos. Le Commissaire Flick à peine arrivé sur les lieux, déclara après avoir examiné soigneusement lieus et victime :

-Mon vieux Chaprot, ce n’est pas un meurtre !

- ?????

-Regarde bien l’intérieur de sa bouche et tu vas comprendre. Il ya une blessure bien nette sur la langue Observe la bien elle a la forme d’une indentation. C’est un suicide, elle s’est mordue la langue et elle s’est empoisonnée. Cela explique la coloration bleue de son visage.

-Mais le couteau dans le dos ?

-Il n’est là que pour nous induire en erreur. Il a du être planté par son fils Bernard.

-Pourquoi ?

-Tout simplement pour toucher l’assurance vie : en cas de suicide, pas de versement de la prime ! Il a quand même pris de sacré risque.

Posté par Janeczka à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'heure du crime

Le commissaire Dejeu , à peine arrivé sur les lieux, déclara qu’il n’avait jamais vu ça! Le corps de madame Nez gisait dans son parterre de fleurs. Son époux, resté sur les lieux, sa tronçonneuse dans une main et une pelle à portée de l’autre, ne chercha pas à nier et déclara que leurs azalées n’avait jamais été si belles depuis qu’ils avaient enterré là Pupuce, leur défunte chienne. Voyant ses géraniums en pot dépérir, madame Nez, grande amoureuse des fleurs,  lui aurait alors confié qu’elle était prête à donner de sa personne pour les ramener à la vie.

Posté par Janeczka à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :