Pourquoi il ne faut jamais attendre jusqu'à la dernière minute (par joye)

bic-bac, clic-clac

(n'oublie pas ton stylo pour l'examen)

dic-dac, fic-fac

(d'accord pour te prêter mon Larousse...)

gic-giac, hic-hac

(chou blanc, là...)

ic-iac, jic-jac

(JAAAAAAAAAAK ! )

kic-kac, lic-lac,

(ah, les lilas, quand serez-vous fleuris ?)

mic-mac, nic-nac

(ah, yes, les Mic-Macs, oué, bon film...)

ouic-ouac, pic-pac

(film à bulles...pop ! pop ! pop !)

quic-quac, ric-rac,

(maman qui cousait avec, nostalgie...)

sic-sac, tric-trac

(j'ai peur de l'avion...)

uic-uac, vic-vac

(faudra passer l'aspirateur...)

wic-wac, xic, xac, yic-yac, zic-zac

(les tribus des Amerindiens...)

et puis, tic-tac, tic-tac, tic

(eh bien, non, rien, je n'ai rien trouvé !)

le metro gnome

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

Oscillations (Clémence)


Bruxelles. Un  jour d'été.

Elle quitta la noirceur des quais de la Gare Centrale pour se laisser éblouir par un soleil posé dans un ciel  infiniment bleu. Elle hésita sur la direction à prendre.
Son cœur balançait éternellement entre la Grand Place et le Sablon. Le Jardin du Mont des Arts lui tendit ses allées et l'invita à la flânerie.
Quelques notes de musique s'envolèrent gracieusement et lui rappelèrent un souvenir empreint de tristesse et d'abandon : le Musé des Instruments de Musique, endormi au coin de la rue de la Régence et du Petit Sablon,  à proximité du  Conservatoire royal de musique.
Depuis peu, il revivait  dans un écrin de verre et d'acier, de style Art Nouveau: le « Old England »
« Vous allez voir ce que vous allez entendre » scandait le slogan du Musée appelé MIM.
Elle ne fut pas déçue. Les plus grandes émotions furent au rendez-vous.

La tête dans les nuages, elle se dirigea vers le Sablon puis le Quartier des Marolles.
Son regard s'attarda à la vitrine d'un magasin de brocante. La porte était ouverte sur un intérieur sombre. Elle entra et fut immédiatement accueillie par un « bonjour » tonitruant et une invitation à la découverte.
Ses yeux se posèrent sur un métronome, abandonné sur la tablette griffée d'un guéridon. Elle tendit la main. Le brocanteur s'avança vers elle.
- Il est en bon état...
- Je viens de visiter le MIM…
- Et ça vous a plu ? demanda-t-il en s'affalant dans un club au cuir craquelé.
- Oui, surtout  les claviers … ils m'ont fait chavirer
- Ah…un naufrage.
- C'est émouvant de voir des pianos sur lesquels…
- J'en ai un dans la salle du fond…

Elle continua doucement.
- sur lequel Schubert a fait danser ses mains, j'en ai encore des frissons...
- La saint-Hubert ?
- Non, Franz Schubert et ses Impromptus…
- Il était copain avec Chopin, non ?
- Copain, je ne sais pas, mais Chopin et Georges, ce fut une belle histoire d'amour…
- Georges et son éternelle pipe…
Elle se retint de rire et continua d'une voix posée :
- J'ai visité la chartreuse où vécurent Frédéric Chopin et Georges Sand, à Valldemossa…
- Volladolid, c'est une belle ville…
- Valldemossa, à Majorque…

Il plongea ses doigts dans sa tignasse grise et  confia :
- Le métronome, il ne tourne plus rond là-dedans, il y a comme un truc qui coince…
Son sourire était un peu triste, mais ses yeux bleu clair pétillaient de malice. Se jouait-il d'elle ?
- Vous aimez la musique, ça se voit...Vous avez un peu de temps ?
- Oui, pourquoi ?
- Ça me fait du bien de parler avec vous…
- J'en suis ravie…
- Racontez encore...

Elle lui parla de la maison natale de Mozart à Salzbourg, du baiser de Klimt, des amours de Picasso et Dora Maar, de Rodin et Camille Claudel…

Les paupières de l'homme se faisaient lourdes, mais il souriait.
Il prit le métronome et tourna la clé...

D'une voix mélancolique, il parla de lui, de son amour impossible.

Elle l'écouta.
Il entendait Brahms évoquer son amour immarcescible  pour Clara...

 

mim

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

L'empereur des mers (Joe Krapov)

Rien n’est régulier
Pour marquer tempo
Comme un métronome.

Trois temps d’une valse,
Le bal est ouvert,
Les robes froufroutent,

Les pieds virevoltent,
Les têtes s’enivrent,
Les cœurs se rapprochent.

La boule à facettes
Envoie dans le ciel
Des étoiles d’or.

Les encravatés
Secouent les deux pans
De leur queue-de-pie.

Les diamants scintillent.
On voit tournoyer
Des plumes de paon.

Tout au long du soir
Les morceaux s’enchaînent.
La nuit est à nous .

L’orchestre est parfait,
Le pianiste adroit,
Les violons légers.

C’est qui ce pingouin
Qui s’enfile au bar
Des shoots de vodka ?

manchot métronome 4

Pas manchot le mec !
C’est fou c’qu’il s’envoie
Derrière la cravate !

Mais bonjour, demain,
La casquette en plomb !
C’est le capitaine ?

Oh ! Pas d’inquiétude !
Le second est sobre
Et tout ira bien,

Tout au moins jusqu’à
Ce moment fatal
Que nul n’a prévu

Où le paquebot
Croise sur sa route
Un iceberg perdu,

Glaçon tressautant
Dans l’apéritif
D’un siècle arythmique

Et alors… Plouf !

 

Titanic face aux métronomes réduit

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Chaque seconde (petitmoulin)


Chaque seconde
Qui retentit de ton absence
Mesure le temps
Muré dans le cri
De longue douleur
Est-ce l'écho de ta voix
Ou ton ombre
Ou tes pas
Qui martèlent la nuit ?
Est-ce un mot introuvable
Ou la pluie
Ou les larmes
Qui frappent le silence ?

Chaque seconde
Ancrait les pulsations
Sur le temps
Déjà séparé
De ton jeune printemps

C'était l'aube
Vêtue de noir

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :


Participation de Rêves de plume

 

Rêveuse , Marie se laissait porter par les bruits qui rythmaient sa vie.
Le robinet coulant goutte à goutte dans la cuisine ...
L'horloge comtoise qui , mutine, confirmait à chaque seconde qu'elle s'en balançait de ce monde de fous ...
La radio de la voisine qui, à 8 heures, donnait à Marie  le top-départ d'un saccato dans les escaliers ...
Les soupirs de la rame de métro, le clap de la fermeture des portes ... Moment suspendu, attente déçue ?
Non, pas aujourd'hui !
Dans un déchirement  la porte vient de se réouvrir et une silhouette se faufile, candidate, sans le savoir, au jeu de Marie : le métro-nomme.
Marie les guette ces retardataires qui rompent la monotonie des trajets, hoquets dans le rythme parfait.
Certains semblent s'excuser du dérangement et, regard fuyant, se fondent dans la rame.
D'autres, tout sourire, cherchent les regards l'air de dire : " J'ai réussi ! Je suis le champion du métro !"

Ce matin, entre le bonnet, les lunettes, l'écharpe, la doudoune ... Difficile  de se faire une opinion.
Il reste debout, un parapluie dans une main, une serviette au bout de l'autre ..
Les yeux de Marie pétillent, c'est un Jean !!! Un Jean-métro !!

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Le métronome de ma vie par bongopinot

bo01

 

Mon tout premier cri

Puis les petits gazouillis

Devant la famille attendrie

 C’est le métronome de ma vie

 

Et mes pas maladroits

Qui battent la mesure

Et tapent mon pied droit

Premières égratignures

 

Et l’école dans un soupir

Rythme une autre allure

Apprendre à lire à écrire

Le tout dans un murmure

 

Les pulsations et les pulsions

Sans arrêt le compteur avance

Le collège le lycée les révisions

Et ce tempo qui suit la cadence

 

Les premiers petits boulots

On s’accroche, on se décroche

Sur mes sanglots sonnent mes mots

Pendant que les jours  s’effilochent

 

Une rencontre, un grand amour

Le noir et le blanc s’unissent

La partition défile et court

Et arrive deux petites métisses

 

 Et gentiment se poursuit

Dans la chaleur et le vent

Le métronome de ma vie

Au rythme d’un doux chant

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

Participation de JAK

 

Métronome acrostiché

 

Mesure  consciencieusement  mon temps

Et par tes réguliers cahotements,          

Tic-Tac, Tic-Tac, à ton experte cadence

Retiens les inestimables  instants

Oscillants tels un bringuebalement

Nés rythmiquement,  entre hier et demain

Ou bien  ceux  jaillis hors du temps,

Mais surtout n’oublie pas de le mesurer mon temps

Et d’en garder très minutieusement tous les instants

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

LA MAZURKA DU METRONOME (Alain André)

 

Le métronome est posé là sur l’étagère. Il ne sert plus depuis longtemps, au temps ou mes parents s’exerçaient au violon. L’objet n’étant pas laid, je l’avais disposé sur la bibliothèque, ouvert, sa flèche et son curseur centré, inutile mais beau. Bois de noyer sans doute, ou merisier ? J’ai toujours aimé ces bibelots confectionnés avec soin par des artisans appliqués.

 Ce jour-la, sans raison, je décidai de remonter le mécanisme.

 C’est alors que le temps devint réel, tangible, palpable. Alors que jusqu’à ce jour, je ne le voyais pas passer, il me sembla devenir solide, évident, dans ces tac… tac…tac  agaçants.

 Le curseur sur modérato, je sentais fuir la vie dans mes veines et, sans m’en rendre compte, je me retrouvais propulsé dans ce que je crus tout d’abord être l’avenir mais qui se révéla être mon lointain passé, avant ma naissance dans une époque incertaine et lugubre ( enfin, pas forcément si lugubre que ça! ). J’étais un violoniste d’orchestre, dans la fosse d’un théâtre poussiéreux,  jouant une mazurka endiablée, Des oies trompettes originaires de l’Iowa clamaient l’ouverture de la danse des pacificdancearts (1), Deux castors assuraient les percus sur la timbale, une nuée de merles sifflaient en chœur le refrain, tandis que des pies claquetaient le rythme du couplet et que des saxéléfans jouaient la ligne mélodique. Et le chef d’orchestre, vous l’aurez deviné : C’était mon métronome ! Je me vis soudain, reflété par le flanc verni d’une contrebasse que triturait un ours balourd … J’étais un bonobo ! « Bon, me dis-je, le bonobo, ça ma va bien, moi qui suis plutôt volage et puis c’est pratique, je joue avec mes bras et tourne la partition avec un pied, c’est super ! » J’étais un peu étonné de cet épisode car je ne sais ni jouer du violon ni n’apprécie le moins du monde la mazurka ! Moi, je suis plutôt Jazz,  Pink Floyd ou Mark Knopfler, et piètre musicien au demeurant.

 Le rêve ne dura que quelques minutes ou des heures, je ne sais pas…je ne sais plus, j’étais perdu, tout se déformait autour de l’appareil pyramidal cliquetant sans cesse son désagréable tac….tac….tac. Tout d’un coup, le poids des ans me tomba sur les épaules et je sentis mes articulations frémir lorsque j’étirais mes jambes. Un sentiment inconnu m’envahit, je sentis mes forces m’abandonner, mes mains trembler ;  Mon cerveau se remplit d’effroi : J’eus peur ! Pour la première fois de ma vie, je sentais le temps passer, filer entre mes doigts gourds,  incapables de le retenir, comme si j’empoignais du sable. Ce sable d’un sablier percé qui envahissait la pièce, noyait le métronome et la clepsydre que j’avais trouvée chez un brocanteur de Nancy. Je me demandais ce qui m’arrivait ! Tout semblait s’être accéléré, je ne sentais plus rien !  Je sortis de la pièce en toute hâte et, me regardant dans le miroir de l’entrée, je vis un vieux visage aux chairs affaissées qui me regardait fixement! Est-ce moi ? Allons, ce n’est pas possible ! Mais au fait, en quelle année sommes-nous ?

En 2016 ? J’ai 70 ans ? Le  temps est assassin, rien ne l’arrête, rien ne le contient, il passe, sans fin, éternel et serein, il te retire, au choix, ton dernier plaisir, ton dernier désir,  faisant d’un vigoureux amoureux,  un vieil  abruti… Voila, Je vivais peinard, paresseux, facétieux, heureux pour tout dire, j’étais certain d’être encore jeune et séduisant  ( l’ai-je jamais été ? ) et je ne me privais jamais d’une bonne fête ou d’une belle amourette qui passait ( rarement ) par là ! Et tout d’un coup, je me retrouvais en 2016, à près de 70 ans ! C’est injuste !

Qui suis-je, d’où viens-je, ou vais-je, (dans quel état j’ère) ?

Oh, je pensais connaitre la réponse à cette question métaphysique (et essentielle, n’est-ce pas ?) Un certain Pierre DAC nous en a donné une réponse indiscutable, définitive, d’une lumineuse clarté philosophique:
« Quand on me pose cette question, je réponds : Je suis moi, je viens de chez moi et j’y retourne ! » Ce qui, vous en conviendrez est d’une grande sagesse.

 

1) voir sur youtube : mazurkas, le clip pacificdancearts. Superbe !

     Le lien serait : https://www.youtube.com/watch?v=c6wmrQ_YWvM       ( pff !)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Remettons les pendules à l'heure au sujet du métronome (Vegas sur sarthe)


Surnommé la boussole du temps le métronome est un ustensile qui sert à battre la mesure qui ne lui a pourtant rien fait.

Problème: La régularité mathématique du métronome est-elle démontrée ?
Essayez de répondre aux questions suivantes

Question 1:
Soit un métronome qui bat à 60 coups à la minute soit un coup par seconde et une couturière qui suit le tempo sur sa machine à coudre.
Sachant qu'elle coudra une petite veste espagnole – un boléro pour Ravel – en 1020 secondes soit 17 minutes, peut-on dire qu'elle l'a cousu
a: lento ?
b: adagio ?

Question 2:
Soit un violoniste né en sol mineur et revêtu du susdit boléro de Ravel, sachant qu'il interprètera l'adagio d'Albinoni à plus de 80 coups à la minute, peut-on dire s'il l'a joué
a: adagio ?
b: petit bras ?
c: al dente (al dente valant 3 minutes pour la cuisson des pâtes) ?

Précision: l'adagio d'Albinoni est une imposture puisqu'il a été composé à Milan par un certain Remo Giazotto – on dit souvent pas de Milan sans Remo – en 1945 alors qu'Albinoni est mort en 1751.

Question 2 bis:
Si Albinoni avait joué plus vite, aurait-il eu le temps de composer lui-même cet adagio avant de mourir en 1751 ?

Question 3:
Soit le même métronome réglé à 40 coups par minute, soit un artificier sur l'île de Ré majeur et nommé Pachelbel qui suit le tempo sur son canon – dans ce cas on dit qu'il tire largo ou tire-larigot – combien de temps mettra le fût du canon de Pachelbel pour se refroidir après 2 minutes
a: d'un tir nourri ?
b: d'un tir à blanc ?
c: d'un tir à misù ?

Question 4:
m étant la masse de la sphère, k la constante de raideur du ressort et l la longueur de la tige, si cette question est de votre ressort démontrez que l’équation différentielle du mouvement du métronome est bien : ml2 θ′θ”-mglθ'sin(θ)+kθθ” = 0
sinon ne démontrez rien.

Question 5:
Si le métronome est un pendule oscillant, dire comment il peut être aussi lent adagio que allegro ou presto ou même prestissimo ?
En d'autres termes, à quoi sert-il que Winkel et Mälzel se décarcassent ?

Exercice pratique destiné à départager les ex-aequo:
Si mettre aux normes un métronome est plus facile à faire qu'à prononcer, réalisez la mise aux normes d'un métronome tirant à l'extrême gauche afin qu'il tire également à l'extrême droite sans pour autant fusiller le centre.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :