SUPER ( MAP)

SUPER

Je confirme

Et c'est un connaisseur qui parle

(à vue de nez) !!!

Moi aussi

P'tit rigolo va !!!! :-)

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

G-VA-Q (JAK)


Depuis plusieurs jours, Il était semblable à un zombi  qui  aurait fumé sans fin
Une migraine ophtalmique accentuait le tableau en jetant des  dessins, aberrations folliformes, indescriptibles comme des éclairs  nés dans son cerveau embrumé.
Il était la anéanti, terrassé, à la merci des flamands roses qui avec leurs becs venaient pomper son sang pour en tester la spécificité.
Un mastodonte à voix de trombone donnait des ordres à deux jeunes sous-fifres  trompes en action,  les enjoignant   de l'empêcher de repartir dans ses hallucinations
A l'affût, sa mère peut-être, gardienne vigilante,  psalmodiait des chants gospels, accompagnés  de sa lyre pour apaiser sa souffrance
Elle était là,  en alerte maximum, aux aguets  et on comprenait qu’elle désirait de tout  son être le tirer  de cette mauvaise passe.
Et la vie était là en suspension, comme ces herbes folles qui essayaient,   au hasard, avec leurs tentacules adventives en forme de cornet, d'inhaler tous les éléments bénéfiques nécessaires à sa renaissance.

Et le miracle s'accomplit, le ciel se déchira, les flamands s'envolèrent, la vie, si belle, la vie revint.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Le concert (Rêves de plume)


Le wombat rigolard évita le renard péteur et se glissa derrière le condor guindé.
La tortue, ballerine incertaine, fit un pas de deux avec la licorne, museau clair, ondulante puis hésita entre le crapaud boiteux et l'orang-outan bourré. Finalement, elle décida d'ennuyer la pie, anormalement calme.
Ne manquaient que les conviviaux lombrics  qui arrivèrent avec leur patron bonobo.
Enfin, le concert pouvait commencer !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

J'hallucine ou quoi ? (par joye)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :


Jambo Tembo ! (Clémence)

 

Les péripéties du voyage pour arriver à ma destination africaine furent épiques ! Retards, changements de cap, escale supplémentaire et bagages livrés quelques jours plus tard, pour faire bref.

La semaine de travail fut dense, extraordinaire et drôle à la fois ! Perturbante pour moi qui n'avais jamais posé un pied en Afrique, et encore moins en Afrique du centre est.

Les derniers jours furent plus calmes.
Samedi, mon amie et collègue (expatriée) me fit visiter la ville, en voiture.
Dimanche, nous partîmes en Range Rover vers la « ferme africaine ». J'étais à mille lieues d'imaginer que, passés les faubourgs, la savane s'étendait à perte de vue.
C'était l'hiver là-bas. La végétation était rabougrie, les pistes étaient en latérite et la terre rouge nimbait l'horizon d'un brouillard ocre. Les volutes de fumée signalaient la présence de  villages.

Nous étions attendus à la ferme. Après le repas, mon amie et moi, prîmes la direction du « parc ».
Une volée de singe nous encercla dès l'arrivée. Quelques mètres plus loin, une girafe traversa élégamment le sentier. Je l'admirais. Elle me snoba.
Le chemin au mille nids de poule nous permit d'admirer d'un troupeau zèbres broutant paisiblement, des dromadaires, tout aussi paisibles, des gazelles et des gnous. Nous vîmes quelques serpents s'enrouler autour de branches hautes.
Tout au long de la promenade, s'élevaient des monticules impressionnants par leur structures. Des termitières. Au sommet de certaines, vidées de leurs occupantes,  étaient posées de petites cabanes d'où la vue était infinie.
Nous nous fondions dans la nature, le silence était majestueux.

Au loin, un vol de hérons attira notre attention. Le plan d'eau n'était plus très loin. Un homme nous dépassa sur son antique vélo, un immense fagot de bois  fixé en équilibre instable sur le porte-bagages.

Le site était d'une beauté époustouflante.
Près d'un minuscule ponton, il y avait une case. Pareille à toutes celles que j'avais vue le long de la piste. Carrée avec un toit de branchages. Une entrée arrondie, un tas de cendres, un fauteuil  en plastique blanc et le vélo.

C'est alors que, dans le silence absolu s'élevèrent les  notes cuivrées du troisième mouvement du concerto pour trompette de Haydn…

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

Un rêve prometteur par bongopinot

109196741[1]

 

Un cygne avance sur l’eau

Au doux son d’une harpe

Joué par une antilope

Pour un concert tôt

 

Arrivent les éléphants

Leurs trompes en baryton

Sous un vent de piston

Sortent des notes diamants

 

Le ciel s’étire, s’éclaircit

Et les fleurs font danser

Leurs cors d’harmonie

Sous un matin d’été

 

Sur leurs pattes fragiles

De petits oiseaux noirs

Attablés au comptoir

Écoutent, sages et dociles

 

Un tableau enchanteur

Des animaux musiciens

Nous ouvrent le chemin

D’un rêve prometteur

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

L'orchestre de la savane (Vanina)


J'habite une ville aux immeubles-baobabs. Dans mon petit appartement, malgré les grésillements de mon vieux 33T, je suis plongée en plein orchestre savanique. La girafe-piano fait son entrée dans un pianissimo des plus doux. Lors d'un crescendo, le lion-symbale émet une note puissante qui résonne longtemps. Peu après le silence, le zèbre-xylophone égraine ses notes cristallines. Il est accompagné dans l'harmonie par l'antilope-lyre dont les cordes vibrent délicatement. Puis, les éléphants-trompettes sonnent en cœur dans la force de leurs cuivres.
Dans ma tête, il y a alors comme une confusion, ce safari devient chasse à courre. J'attrape ma trompe de chasse et souffle à plein poumon.
Tout à coup, les tambours battent. Je tends l'oreille, le roulement est à contretemps : c'est insupportable !
Je sors de ma rêverie musicale, le voisin n'en peut plus de mes couacs éléphantesques et tape comme un sourd sur le mur mitoyen me suppliant d'arrêter mes barrissements...
Ce n'est pas demain que je serai sonneur à la messe de Saint-Hubert.

va01

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

Rien d'anormal... (Walrus)

 

... c'est de la gramofaune !

 

wa01

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

Vladimir le Kushman (Pascal)

 

« Dis, Sonia, si le crocodile vagit, l’oie criaille et la tourterelle caracoule, qu’en est-il pour le piano, la flûte et l’accordéon ?... Que font les orgues, les cornemuses, les guitares, quand elles délient leur organe à l’unisson ?... Pas un instrument n’a son cri et personne ne s’est jamais penché sur cette abyssale lacune musicale. Les bois, claviers, cordes, cuivres, percussions sont orphelins du moindre verbe de leurs démonstrations harmonieuses. Pourtant, ils ne sont pas aphones ! Ou alors, il faut utiliser des métaphores ; du coup, le violon sanglote, la clarinette murmure, le tambour gronde, le hautbois pavoise… Ils sont pleurs, tumultes, chuchotis, clameurs, protestations…
C’est drôle, on accorde aux instruments des sensations humaines et, aux animaux, des sons musicaux… Ici bas, mon Médor aboie, les fleurs parfument, les oiseaux chantent, les livres passionnent, les femmes séduisent, mais que font donc les instruments de musique ?... Si je pose la question au vieux gardien, tu crois qu’il saura m’expliquer cette incomplétude métaphysique ?... »

« Bernadette, ici, Kush le bushman, comble ce vide avec sa toile… »

« Alors, quand le tuba barrit, c’est la samba dans la savane ?... La saga africa ?... Sortez vos sarbacanes, ça va striduler !... »

« T’es bête ; un instrument de musique, ça n’émet pas de sons !... »

« Ben ça, franchement, c’est la meilleure !... »

« Je veux dire des sons de communications ou de sollicitations amoureuses !... »

« Alors, l’Emotion, l’Extraordinaire, l’Amour, l’Unisson, l’Extase, et j’en passe, ne sont pas des sentiments communicatifs et enflammés ?... »

« Qu’est-ce que tu peux être Kush quand tu t’y mets !... »

« Tous réfugiés dans la même Harmonie, c’est l’ultime Vibration symphonique qui exalte l’Imagination !... Aspirés dans l’Euphorie, c’est cet intense état transitoire qui affole les sens et fait dresser les poils sur les bras !... »

« Tu imagines un bel alto mâle, en quête d’accouplement, au coin d’une forêt propice, en train d’appeler sa femelle altière ?... Un piano à queue, en rut, dans un grand salon de valse viennoise ?... Une paire de castagnettes comac ?... »

« Attention les secousses !... »

« Tu imagines le tintamarre d’une clique en chaleur ?... Le chef d’orchestre à la braguette !… je veux dire : à la baguette... J’entends déjà la symphonie ! Viens ma Mi, allons sous ma Ut, j’ai la Clé, je te jetterai au Sol, Si, Si ! J’ai tant de Soupirs ; sans Bémol nous nous aimerons en Harmonie !...

« C’est la Pastorale !... »

« Tu parles ! Le Vladimir, il a concocté toute une fanfare tropicale pour sa femme !... »

« Elle est fan de tuba, sa miss Enleve-pata ?... »

« ???... »

« C’est son prénom !... »

« Leur famille, c’est une vraie tribu !... »

« Le Kush-Kush clan ?... »

« T’es bête… »

« Il ne manque plus que quelques dindons glouglouteurs, des oiseaux lyre, des serpents à sonnette… »

« Un rossignol anglais !... »

« Des cygnes ‘trompeteurs’ !... »

« Un hibou ‘boubouleur’… »

« J’entends déjà pleupleuter les piverts…  »

« Ha, ce Vladimir, c’est un vrai Kush… man… »

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :