02 mai 2015

Ont ejecté leur œuf

Flash

348

Venise ; Fairywen ; Vegas sur sarthe ; bongopinot ;

Walrus ; joye ; JAK ;

 

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Participation de JAK

ja01

 

Il vola en mille éclats, mais les éclats de rire de Monsieur Hartz furent beaucoup plus étonnants.

Il me dit alors grand merci.

En effet, cet œuf lui avait été laissé en héritage par sa chère et tendre belle-mère qu’il ne pouvait voir, même en peinture. Mais, comme il était malgré tout scrupuleux, il conservait cet objet non désiré, avec l’espoir qu’un amateur  l’en débarrasserait….

Et c’est là tout  mon amateurisme, je l’avais par ma maladresse débarrassé à jamais.

 Jubilant en ramassant les débris, il s’aperçu alors qu’il y avait un billet finement plié.

 Il l’ouvrit. Son visage s’assombri  alors, car il apprit  que cet œuf avait été pondu par la poule aux œufs d’or !

Je parti à grandes enjambées, craignant les représailles de Monsieur Hartz.

Moralité

Un œuf de belle mère peut bien en cacher un autre   ja02

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

Brisons là (par joye)

"Quand j'ai connu M. Hartz, il était marchand naturaliste et faisaittranquillement ses affaires en vendant, aux amateurs de collections, des minéraux, des insectes ou des plantes. Chargé d'une commission pour lui, je m'intéressais médiocrement aux objets précieuxqui encombraient sa boutique, lorsque, tout en causantavec lui de l'ami commun qui nous avait mis en rapport,et en touchant machinalementune pierre en forme d'oeuf qui s'était trouvée sous ma main, je la laissai tomber."

Bien sûr que l’œuf se cassa en mille morceaux.

Mortifiée, j’étais sur le point de présenter mes excuses à monsieur Hartz quand je vis un mouvement parmi les débris.

Je dus chausser mes lunettes pour bien voir que c’était un petit homme qui agitait vigoureusement ses bras.

- Hallo ! cria-t-il.  Hallo !

Je me tournai vers monsieur Hartz.

- Qu’est-ce qui se passe ? lui chuchotai-je. J’hallucine ou quoi ?

- Non, non, c’est bien un petit homme, madame. Je vous signale que ce n’est pas la première fois que ça arrive.

- Ah ?  dis-je, encore étonnée, mais avant que le marchand ne pût me répondre, le petit homme nous interpella encore.

- Bonjour !  Je m’appelle Pierre !  Comme je suis content d’être enfin libéré ! Je vous serai pour toujours reconnaissant, madame !

- C’est mademoiselle, lui répondis-je…

Eh oui, comme vous aurez pu deviner, je craquai, moi aussi ! Pierre et moi nous mariâmes et allâmes vivre au Côte d’Opale. Là, nous eûmes trois cailloux : Roch, Silex et Pierrette.  Ils sont petits et solides, comme leur père.

Histoire improbable, vous dites ?  Eh bien non !

Après tout, vous savez bien qu’on ne se fait pas d’hommelette sans casser des œufs !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Et dans cet œuf, aaah, savez-vous ce qu'il y a ? (Walrus)

Quand j'ai connu M. Hartz, il était marchand naturaliste et faisait tranquillement ses affaires en vendant, aux amateurs de collections, des minéraux, des insectes ou des plantes. Chargé d'une commission pour lui, je m'intéressais médiocrement aux objets précieux qui encombraient sa boutique, lorsque, tout en causant avec lui de l'ami commun qui nous avait mis en rapport, et en touchant machinalement une pierre en forme d'oeuf qui s'était trouvée sous ma main, je la laissai tomber.

N'importe quel usager averti de la belle langue française aurait évidemment écrit "Je la fis tomber" car ne l'ayant pas saisie mais simplement touchée, le narrateur n'aurait pu la laisser tomber.

Ce n'est pas la baronne Dudevant qui, malgré son nom de plume à consonance aussi masculine qu'anglosaxonne, aurait commis cette bévue.

Mais moi, pauvre narrateur d'origine flamande, je suis tombé dans le panneau car je n'ai pas été attentif aux leçons de l'Adrienne nous mettant pourtant en garde, lorsqu'il s'agit de nous exprimer en français, contre l'ambivalence de la langue néerlandaise qui emploie le même verbe ("letten") pour signifier "laisser" ou "faire" associé à un verbe à l'infinitif. Ainsi, "Let Agate zien" peut tout aussi bien signifier qu'il faut permettre à Agate de voir (laisse voir Agate) que permettre au public de l'admirer (fais voir Agate).

Foin de ces digressions linguistico-communautaires, me direz-vous, nous n'avons que faire des problèmes de communication entre les tribus belges. Arrête de faire l'œuf et dis-nous plutôt ce qu'il en est advenu, de cet œuf en agate.

Bon, comme vous voulez : ben, il s'est brisé et je propose qu'en conséquence, nous aussi brisions là. Bien sûr, je pourrais vous dire, comme je le constatai, qu'il contenait un embryon de vouivre, rubis au front, mais ça, c'est de l'heroic fantasy et donc du ressort de Fairywen ! À chacun ses petites affaires et les vaches seront bien gardées.

 

wa01

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

La tour de verre par bongopinot

bo01

 

"Quand j'ai connu M. Hartz,

Il était marchand naturaliste à saint Quartz

Et faisait tranquillement ses affaires en vendant,

Aux amateurs de collections, des plants,

 

 Des minéraux, des insectes ou des plantes,

Chargé d'une commission pour lui, affriolante,

Je m'intéressais médiocrement aux objets précieux

Qui encombraient sa boutique, en ce drôle de lieu.

 

 Lorsque, tout en causant avec lui de l'ami commun

Qui nous avait mis en rapport, en un moment opportun

Et en touchant machinalement une pierre en forme d'œuf

Qui s'était trouvé sous ma main, gantée de neuf

 

Je la laissai tomber "  par terre

Et là on se retrouva dans une tour de verre

Qui gentiment recevait du dehors le soleil et la lumière,

Un vrai royaume pour toutes les bijoutières

 

 Tenu par le prince de cristal en personne.

Tout y brillait de mille couleurs qui résonnent

Un endroit merveilleux improbable et fantastique

Un monde impressionnant de beauté et tout autant magique

 

 En parcourant ce lieu comme un livre de conte charmant

Où toutes les pièces formaient une nature de diamant

Le premier endroit nommé Aldin et le galet merveilleux

Ressemblait à une véritable forêt de cailloux précieux

 

 Puis une chambre de fleurs en forme de petite Agate

La suivante rouge comme un rubis de l’empereur Écarlate

Une autre salle pour de belles princesses aux boucles d’or

On allait de pièce en pièce dans toutes ces alcôves emplies de trésor

 

 Quand tout à coup le charme fut rompu et en une fraction de seconde

Adieu galerie inestimable vous resterez à jamais dans ma tête vagabonde 

Bonjour boutique hier encore inconnue, encombrée d’objet si mystérieux

Un jour c'est sûr j'y reviendrai y casser un de ces œufs si malicieux

 

 Pour revivre ce moment si intense de joie et de bonheur

Où l’on se sent si bien comme en apesanteur  

Et maintenant dans mes yeux aux couleurs du saphir

On peut y voir toute la magie des pierres qui m’inspirent

 

 

"Laura ou Voyage dans le cristal" de George SAND 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

Le bol chantant (Vegas sur sarthe)

"Quand j'ai connu M. Hartz, il était marchand naturaliste et faisait tranquillement ses affaires en vendant, aux amateurs de collections, des minéraux, des insectes ou des plantes. Chargé d'une commission pour lui, je m'intéressais médiocrement aux objets précieux qui encombraient sa boutique, lorsque, tout en causant avec lui de l'ami commun qui nous avait mis en rapport, et en touchant machinalement une pierre en forme d'oeuf qui s'était trouvée sous ma main, je la laissai tomber."

("Laura ou Voyage dans le cristal" de George SAND)

 

Au bruit qu'elle fit en percutant le séculaire parquet vermoulu, je l'imaginais déjà en mille morceaux mais il n'en fut rien.

Comme je me précipitais pour la ramasser, Monsieur Hartz me retint et m'expliqua qu'il fallait la laisser un instant reprendre ses esprits car il s'agissait d'une géode de Célestite qu'on appelle “Pierre des anges” et dont les cristaux aux reflets bleutés contiennent de rares minéraux utilisés dans bien des médecines dont le traitement des caries dentaires.

Comment un vulgaire caillou pouvait-il venir à bout de ce fléau que seule la roulette du dentiste savait anéantir dans d'horribles sifflements?

Pourquoi Pierre des anges? Quel drôle de nom” demandai-je en fronçant les sourcils.

Sa fréquence vibratoire se situe dans le spectre du Chakra alta-major et du Chakra laryngé” répondit-il gravement en ajoutant “... ce qui en fait un vecteur de communication approprié pour entrer en contact avec le royaume des anges”.

Pour moi tout ceci n'était que charabia et pataquès mais j'avais retenu l'essentiel: ce caillou d'apparence insignifiante permettait d'échanger des sms avec les anges!

Je ramassai délicatement le caillou magique et inspectai cette fente d'où pointaient des cristaux; ceux-ci restaient désespérément ternes, comme éteints.

Elle doit probablement être déchargée” dit Monsieur Hartz.

Et où met-on les piles?” demandai-je en la retournant en tous sens, ce qui n'en a aucun pour toute forme ovoïde qui se respecte.

Monsieur Hartz se mit à rire :“On la recharge en la plaçant tout simplement au centre d'un bol chantant”.

Je lui lançai un regard incrédule. Le petit homme me prenait pour un demeuré!

Dans un bol chantant?

Et pourquoi pas sur un tapis volant ou dans la gueule d'une chimère à queue de dragon?

 

Il était redevenu sérieux :”Le bol chantant est un bol tibétain que l'on fait vibrer ou chanter pendant quelques minutes. Pour une recharge complète de l'objet c'est à dire en quelques heures, on dispose trois cristaux de quartz autour du bol en prenant soin d'orienter les pointes vers le bol”.

Je restai la bouche ouverte tout le temps qu'il mit à fouiller dans sa caverne d'ali baba. Il en ressortit bientôt un bol de cuivre ou peut-être de bronze ainsi qu'une mailloche de bois.

Tu vas le faire chanter toi-même” chuchota t-il en me tendant la mailloche.

Comme je déposais l'oeuf magique dans le bol, je ressentis une soudaine et vive douleur derrière la tête, comme un coup de poignard au point que la mailloche m'échappa des mains et heurta le bord du bol.

J'ignore si Monsieur Hartz avait crié mais je crus bien que ma tête explosait!

Je fus surpris de me retrouver assis sur le parquet, le bol entre les jambes et l'oeuf brillant de mille éclats bleutés qui lançaient leurs éclairs sur les murs.

Monsieur Hartz s'était volatilisé et au plafond flottait un ange, une créature ailée et grimaçante ou peut-être souriante; je ne saurais préciser car c'est à cet instant que je m'évanouis tout à fait...

 

Quand je revins à moi, je constatai que l'oeuf de pierre avait fait des petits, cinq petites géodes aux reflets bleutés qui oscillaient joyeusement autour de leur “père” dans le bol chantant.

C'est alors que je réalisai que j'étais seul, désespérément seul dans une vraie caverne grande comme une cathédrale.

Les murs encombrés d'objets avaient disparu, tout comme l'ange au plafond et Monsieur Hartz.

J'étais seul avec un bol chantant, un oeuf de pierre er ses cinq rejetons.

Je réalisai à cet instant que j'allais vraiment avoir besoin de parler aux anges!

Je sortis mon smartphone de ma poche. Par miracle, j'avais du réseau. Je tapai ma requête “Chakra laryngé”.

La réponse me parvint, ou plutôt les réponses... trois mille quatre vingt résultats!

Je n'étais pas au bout de mes peines.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Participation de Fairywen

Cristal brisé.

Le cristal s’est fracassé

En mille éclats irisés

Qui m’ont révélé

Un monde enchanté

 

Avec des fées et des lutins,

Des elfes et des nains,

Des sorciers et des magiciens,

Des dragons qui volent au loin,

Des licornes dans le lointain.

 

J’ai tendu la main

Vers un cheval ailé,

Qui m’a emportée

Sur un autre chemin

Et je suis restée

Dans le cristal brisé.

Défi 348 du samedi 25 avril 2015

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

Participation de Venise

 

                Je l’ai laissé tomber, et toute la fortune du monde était à mes pieds.

                Pièces  d’or, âmes des absents dessinées à la craie

                Anges  courtois  et malicieux.

                J’ai voulu faire main basse sur ce trésor  mais un singe malin

A dérobé sous mes yeux les éclats de la pierre pour les enfouir dans son bonnet carré.

J’ignore encore à cet instant ce qui m’a le plus  ravie.

Le timide retrait du monde ou le tintinnabulement des clefs du paradis jetés dans un champ de bouton d’or  par ce singe maraudeur.

ve01

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

25 avril 2015

Défi #348

"Quand j'ai connu M. Hartz, il était marchand naturaliste et faisait

tranquillement ses affaires en vendant, aux amateurs de collections,

des minéraux, des insectes ou des plantes. Chargé d'une commission

pour lui, je m'intéressais médiocrement aux objets précieux

qui encombraient sa boutique, lorsque, tout en causant

avec lui de l'ami commun qui nous avait mis en rapport,

et en touchant machinalement

une pierre en forme d'oeuf qui s'était trouvée sous ma main,

je la laissai tomber."

...........................

"Laura ou Voyage dans le cristal" de George SAND 

 

Oeuf

 

A vous de continuer !

A tout bientôt à

samedidefi@gmail.com

Posté par MAPNANCY à 00:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :