25 janvier 2014

Ont établi la communication

Flash

 282

 Walrus ; Mamido ; Venise ; Vegas sur sarthe ;

Stella NO. ; JAK ; Sandrine ; EVP ; Prudence

Petitpas ; Epamine ; Électre ; Sebarjo ; Joe

Krapov ; MAP ; joye ; Célestine ;

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


Participation de Célestine

Drrring

Le téléphone a retenti. C’était Walrus.

"-Allo ? Eh ben, Célestine, mon p’tit chat, t’es où ? On t’attend sur le défi !

-Oh, boss, c’est gentil de m’appeler en personne.

-Je m’inquiétais…il est vraiment tard ! je sais que tu publies toujours à une heure indue, mais quand même, là, il est vraiment tard!  Tu viens ?

-Je ne sais pas…

-Que se passe-t-il ?

-Rien. Un peu de vague-à-l’âme, un blues passager…Une impression de lassitude.

-Ah bon ? Toi qui es si optimiste d’habitude…

-Optimiste ? Idéaliste, plutôt, presque un peu naïve. A l’image de mes petits personnages que je dessine pour passer le temps. Des princesses solaires et utopiques qui vivent dans un monde de lapins blancs et de roses apprivoisées. Et cueillent au creux de leurs mains des fragments d’étoiles. De douces et  claires âmes qui aimeraient que tout le monde s’aime … (enfin, qui croient à la poupée qui tousse, en fait) Qui ça peut intéresser, franchement…

-Dis donc, tu ne chercherais pas à m’apitoyer, par hasard ?

-Si, si,  j’avoue, je fais un peu de chleuasme. Tu connais ? C’est un mot grec.

-Bien sûr ! Tu sais bien que j’ai une culture encyclopédique ! Mais c’est un mot peu employé…j’aime bien. C’est ton côté instit, hein, faut que tu nous apprennes des mots, tu peux pas t’en empêcher…Alors, tu viens ?

-Euh…Bon, ok, je viens…tu sais bien que je ne peux pas me passer de vous!

-Tiens, tu me vouvoies, maintenant ?

-Rhôô ! Boss ! "

Il a raccroché le combiné. Moi c’est la plume que je voulais raccrocher ! J’étais en train d’écrire un billet d’adieu aux Défiants.  Et  je me suis fait retourner comme une crêpe. Il est trop fort ce boss ! Du coup, vous allez devoir me supporter encore un peu…

***

Merci à Walrus pour son infinie patience.

Cé

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [57] - Permalien [#]
Tags :

J. É. T. O. B. D. (par joye)

BD

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :

En rébus (MAP)

 

Il faut bien se dire que l'amateur de rébus n'entend pas comme nous

cet "Allo t'es où" ! Instinctivement il va le traduire visuellement

ce qui donnera ceci  :  

                

Halle Eau

Alors selon l'heure et le lieu où il se trouvera il répondra :

                                            

 

Jeux Suie

 

Suite LEU

 

Pour celles et ceux qui ne sont pas "rébusiens" la solution est en bas

de la page mais à "l'AN VERT" pour jouer encore un petit peu ! :-)

 

 

 ǝɹʇ∀   ǝɥ⊥   ∩3⅂   ⊥ᴎ3ᴧ   2   3I∩S   X∩3ſ

 

 

 

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Un appel pour Mister Ksaparov (Joe Krapov)

140119 311

- Allô ? T’es où, là ?
- Ah tiens ! Ce cher Averell ! Figure-toi, ami Krapov, que je suis à Amsterdam en train de photographier les reflets des péniches dans les canaux. Il fait beau, il y a peu de vent, c’est un régal pour l’œil.
- Arrête de déconner, Harry ! T’es où en fait ?

 

 

140114 022 B

- Comment as- tu fait pour deviner que je n’étais pas à Amsterdam ? Tu as raison, je suis à Séville, je visite le monastère de Santo Tradero Chrysostomo. Le cloître est magnifique avec ses arcades refaites à neuf et ses chapiteaux de rue du cirque corinthien. Les moines fabriquent des cartes postales de toute beauté en forme de quatre-quarts breton. Je viens justement d’en acheter une pour te donner de mes nouvelles.
- Non mais, allô, quoi ! T’es où, vraiment ?

 

 

130718 052

- Je suis dans les jardins Boboli à Florence. Je n’ai pas trouvé la statue de Cadet Rousselle chevauchant sa tortue mais la roseraie est magnifique. Toutes ces fleurs, ça donne envie de chanter les Roses blanches… ou de partir visiter la TransBertheSylvanie !
- Non mais, Harry, sérieux, t’es où, là ?

 

 

140119 092

- Je suis sur la mythique route 66, celle qui traverse les Etats-Unis d’Est en Ouest ou d’Ouest en Est suivant le sens. Je suis à mi-chemin entre Chicago et L.A. Je suis au volant d’une Chevrolet superbe, ses chromes scintillent au soleil et sa carrosserie vert et crème me fait traverser des united strates de temps que tu n’imagines pas ! Tantôt c’est Bill Haley et ses Comets qui jouent « Rock around the clock » tantôt c’est Neil Young and the shocking pinks qui balancent leur “Everybody’s rocking”. J’ai un Stetson sur la tête…
- Désolé mais j’y crois pas une minute à tes f’Harryboles !

140119 213

- Tu as raison. Il caille ici ! Je suis à Legoland à Billund au Danemark. Toute la ville est construite en lego. On vient de faire un tour aux montagnes russes et maintenant on va au mariage célébré à l’hôtel de ville. Je suis invité à la noce. C’est pour ça que je ne répondais pas à tes appels téléphoniques. Je veux en profiter un maximum
- Arrête tes conneries, Harry, tu me fais user mon forfait. T’es où là ?
- Je suis chez moi, à Rennes, imbécile ! Je viens juste de te raconter mes rêves du week-end dernier ! Tu devrais t’en douter du lieu où je me trouve puisque tu m’appelles sur mon fixe !
- Ah oui, tiens, j’ai fait le n° de ton fixe !
- Et tu n’as pu faire que celui-là : je n’ai pas de téléphone portable !
- Mais tu n’es vraiment pas moderne, Harry ! Pourquoi n’as-tu pas de portable ?
- Jusqu’à présent, ça m’a permis d’éviter les intrusions des publicitaires, de la NSA et des individus casse-bonbons dans ton genre qui ne te lâchent jamais les baskets et commencent toujours leurs phrases par : « Allô t’es où, là ? ».
- Ah oui ? Et ça marche ton système de défense ? C’est la défense Ksaparov ?
- Ça marchait jusqu’à ce que tu m’appelles et que je m’en rende compte.
- De quoi ?
- Je viens de me rendre compte qu’il y a plus nocif que les ondes électro-magnétiques.
- Ah oui, et quoi donc ?
- Averell Krapov !

*

- M'enfin, Joe Krapov ? Il n'y a pas de gag dans ton interprétation des "Roses blanches" !
- Si, il y en a un !
- Qu'est-ce que c'est ?
- Le gag c'est qu'il n'y a pas de gag dans mon interprétation des "Roses blanches" !
- Non mais allô, quoi, Joe Krapov ? T'es où là ? Au trente-sixième dessous ou au trente- huitième degré ?
- Peut-être aux quarantièmes rosissants !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :


Le Téléphone se marre (Sebarjo)

 

Silence dans le bureau. L'ambiance est studieuse, comme à son apothéose laborieuse. Mais cette harmonie-cas est brusquement interrompue par la sonnerie d'un téléphone qui, sous l'effet de cette transe, sursaute par soubresauts psalmodiques (c'est un ancien modèle, avec un fil et des touches). Cette tempête cacophonique soudaine est stoppée par le personnage auparavant plongé dans sa tâche journalière qui n'est autre que Sebarjo)

 

Sebarjo : Allo, la HDB à votre service, j'écoute ?

La voix au bout du fil : Salut Sebarjo ! C'est Joe ! Joe Krapov !

Sebarjo : Ah salut Joe ! T'es où là ?

Joe Krapov : Av'rell dire, dans mon bureau, comme toi quoi !

Sebarjo : Évidemment, suis-je insensé ! Dis donc ça fait un bail qu'on ne t'a pas vu dans les parages ! Tu t'es barricadé en sous-sol ou quoi ? Tu passes rarement à l'étage !

Joe Krapov : C'est normal tu sais, parce que les yaourts me donnent des aigreurs à l'estomac ! Alors tu penses, j'évite les laitages !

Sebarjo : Ah AH AH !!! Sacré Joe ! Encore plus déchaîné le mercredi que d'habitude ! C'est jour du canard c'est pour ça ! !! Bon, tu m'appelles pourquoi ? Un problème avec les étoiles ? Un changement novateur ?

Joe Krapov : Non, tout roule, ce n'est pas encore la Star wars ! Je voulais juste savoir si tu avais vu la prochaine consigne du défi ?

Sebarjo : Non hélas, j'avoue que je n'ai pas vraiment eu le temps. C'est quoi ?

Joe Krapov : Allo t'es où ?

Sebarjo : M'enfin comme je te l'ai dit, dans mon bureau, voyons ! Comment aurais-je pu te répondre autrement ?

Joe Krapov : (rires) Non, « Allo t'es où » c'est ça, la consigne du prochain défi !

Sebarjo : Ah ouais... Quand même... (réflexion intense) Bon ben, ce qui me vient tout de suite à l'esprit c'est Le téléphone pleure de Cloclo... Mais c'est un peu léger...Et puis bien sûr, on pourrait replacer le trop fameux Non mais allo quoi ! de Nabilla (tiens, voilà qui est fait ! :D), à se demander où elle est, elle !

Joe Krapov : C'est une idée mais comme t'as pas de pétrole... non mais allo... quoi ! (rires)

Sebarjo : (rires) Ouais c'est vrai, je carbure au diesel, le temps que ça chauffe ! Je pourrais d'ailleurs faire dans le réchauffé en ressortant un dessin de mon Chien à ce sujet, mais je pense que cela ne suffira pas ! Pour bien faire, il faudrait que je fasse en plus une reprise ou une parodie du Téléfon mais là, j'ai vraiment pas le temps (non mais allo quoi, je bosse !). Non je crois que je vais tout simplement inventer une petite conversation téléphonique entre deux protagonistes un peu originaux (pour ne pas dire complètement siphonnées!) mais plutôt sympathiques ! Et toi ?

Joe Krapov : Ah... Surprise, surprise !

Sebarjo : Okay, on verra ça ! Mais bien sûr, j'imagine que ce sera loin d'être triste, comme d'habitude (tiens un retour de cloclo !) Je te verrais bien nous faire quelques petits haïkus ou tankas poético-comiques avec tes photos embrumées du moment ! Du style : Allo t'es où là ? / Dans les bas-fonds du canal ? / Cach'-Cach' dans la brume !

Joe Krapov : C'est une piste ! Mais tu verras comme je te le dis ! Même si tu raccroches là, ce sera en ligne samedi !

Sebarjo : A samedi donc ! Je pense que ma participation te surprendra, j'ai ma petite idée désormais ! Comme quoi un cou de fil peut sauver un défi ! Merci Joe !

 

Avec l'aimable autorisation de Joe Krapov quant à l'utilisation de son nom. Bien sûr, cette conversation est purement imaginaire !

ET en bonus, le chien de Sebarjo évoqué, qui sent le réchauffé et qui va vous réchauffer  :

 

 

Le_Chien_de_Sebarjo___la_plage__1_

Le_Chien_de_Sebarjo___la_plage__2_

Le_Chien_de_Sebarjo___la_plage__3_

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

Participation d'Électre

--- Allô ? Salut, t'es où ?

--- Ben chez moi, tiens, c'est là que tu m'appelles...

--- Dis donc, tu désertes un peu le défi en ce moment ou quoi ?

--- C'est vrai que ces derniers temps je touche pas terre avec la rentrée... mais bon, je décroche pas des histoires, j'ai même été à la veillée de contes au MAOG samedi dernier...

--- Une veillée de contes ? Où ça ?

--- À Lyon, dans un café de la montée de la Grande Côte... la prochaine sera le 15 février à 20h... mais au fait, toi, t'es où ? Je reconnais pas le numéro qui s'affiche, t'es chez un pote ?

--- Mieux que ça, tu devineras jamais... en plein voyage dans le temps à bord d'un engin en voie de disparition !

--- Hein ?

--- Dans une CABINE TÉLÉPHONIQUE, une cabine téléphonique, tu le crois ça ?

--- Oui, je veux bien le croire, mais depuis quand tu as une carte téléphonique ?

--- Hé ben justement, je me suis approché de la cabine --- c'est un coin que je fréquente pas trop, du coup je l'avais jamais vue --- et bien en vue sur l'annuaire --- parce qu'il y a même un annuaire dedans, et à jour, un truc de dingue je te dis ! --- il y avait une carte avec écrit en gros au feutre "utilisez-moi", et un tract qui expliquait que France Télécom, ou je sais plus comment ça s'appelle maintenant, allait fermer toutes les cabines téléphoniques de la ville ou presque, et qu'il fallait les utiliser pour qu'ils laissent celle-là, vu qu'apparemment elle doit être utile à un tas de gens. Et un max de crédit sur la carte ! Je pourrais presque t'appeler sur ton portable tellement y a d'unités, mais bon, comme il y avait un annuaire... Et attends, c'est pas le plus dingue ; moi je m'attendais vaguement à un truc chelou, genre grandir et plus pouvoir sortir de la cabine, ou rapetisser et pas pouvoir attraper l'annuaire, avec cette étiquette... mais bon, rien, pas même une transformation en Superman (là ça vaut mieux parce que j'allais au boulot après, ça aurait fait space quand même). Par contre en tapant le numéro, dans les choix proposés, il y avait "appeler un numéro au hasard". Bon, j'ai pas encore essayé, comme tu vois, mais c'est fou quand même, non ? M'est avis qu'y a quelque chose là-dessous, j'essaierais bien, mais si t'es libre ce soir j'aurais bien essayé avec toi pour me donner du courage... je suis sûr qu'il doit arriver des trucs si on essaie ça...

--- Ouais, ça dépend à quelle heure, tu risques de réveiller un ours qui dort et t'as intérêt à ce qu'y connaisse pas l'emplacement de la cabine...

--- Mais non, d'ailleurs --- ah ben mince ! Je te disais qu'y avait un truc ! J'étais au coin d'une rue et je me retrouve dans un jardin... avec un bâtiment... par la fenêtre je vois une bibliothèque remplie de livres... on dirait qu'y a des tableaux bizarres au mur... je savais bien que c'était une porte ou quelque chose... bon, alors, tu viens tenter l'exploration ce soir ?

--- Attends, une minute... ta bibliothèque, elle ressemble à quoi ?

--- Ikéa, normal, assez haute, pour ce que j'en vois, pas mal large...

--- Et les tableaux ?

--- Ah ça on voit pas bien... y a des photos je crois, de loin on voit une sorte d'avion qui roule... on voit aussi un truc vraiment space, on dirait R2D2 mais avec un costume...

--- Dis-donc, t'as la vue perçante... et y aurait pas des fois un lapin avec une montre sous le tableau ?

--- Ben sous le tableau je vois pas bien, et puis si c'est un lapin pas sûr qu'il dépasse de la fenêtre... attends, si, mais il part en courant en regardant sa montre... et il est suivi...

--- Par une fillette, mais elle elle s'arrête pas... je crois que t'es chez moi... bon, y va falloir laisser du crédit sur la carte, et puis vérifie que tu n'as pas changé de taille... je veux bien partir en exploration avec toi, mais pas aux heures où la Télécom risquerait d'enlever la cabine : au coin de ma rue y en avait une, et on voyait toujours plein de gens dedans, et quand ils l'ont enlevé les gens ont disparu avec... faut se méfier, mais l'exploration a l'air de valoir le coup... à ce soir !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

De l'art d'être ubique* (Epamine)

 

ep01

 

- Allo! T'es où ?

- À Y !

- C'est où Y ?

- Hihihi ! C'est dans la Somme ! Salut à vous, Ypsiloniens !

 

 

Allo! T'es où ?

Là!

C'est où là ?

C'est là où je t'ai rencontré, un soir d'avril et c'était bien!

 

 

Allo! T'es où ?

Ici!

C'est où ici ?

C'est ici que l'on s'est parlé la première fois, tu t'en souviens ?

 

 

Allo! T'es où ?

Loin!

C'est où loin ?

C'est loin, trop loin pour te faire un signe de la main.

 

 

Allo! T'es où ?

Céans!

C'est où céans ?

Oh ! Céans, tu le sais bien, c'est où sied mon séant pas loin de ton popotin!

 

 

Allo! T'es où ?

Dehors!

C'est où dehors ?

Dehors, c'est une zone à l'air où les phylactères s'envolent en nuages de fumée d'Indiens.

 

 

Allo! T'es où ?

Dedans!

C'est où dedans ?

Dans notre petite cabane, tout près des étoiles, au bout du chemin.

 

 

Allo! T'es où ?

Là-bas!

C'est où là-bas ?

C'est là où tu dois aller pour voir si j'y suis bien.

 

Allo! T'es où ?

Là-haut!

C'est où là-haut ?

C'est là-haut sur la colline, avec un petit bouquet d'églantines, que sifflait Joe Dassin.

 

 

Allo! T'es où ?

Ailleurs!

C'est où ailleurs ?

Ailleurs, c'est l'odeur du pain frais, le soleil du matin et des rires de gamins. Viens!  

 

 

Allo! T'es où ?

Partout!

C'est où partout ?

Partout, c'est nulle part quand on est loin des siens.

 

 

Allo! T'es où ?

Au-delà !

C'est où au-delà ?

C'est plus loin que l'horizon et quand tu arriveras, je te tendrai la main…


* ne pas confondre avec "une bique"

 

 

ep02

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags :

Participation de Prudence Petitpas

Comment tu vas faire pour gérer tout ce petit monde féminin qui du coup, gravite autour de toi ?
Comment tu vas faire pour démêler les problèmes que ne vont pas manquer de t’apporter toutes ces jambes à jupon dont tu veux tant connaitre les secrets… comment vas-tu faire pour ne pas sombrer dans la folie en donnant ton corps à droite et ton cœur à gauche ?… Comment t’y retrouver dans toutes ces couleurs qui rallument ta vie ? Comment te repérer dans ce nouveau monde qui autour de toi ne va pas manquer de bien t’empêtrer ?  Rien qu’au téléphone ça va être compliqué… un numéro peut en cacher un autre, comment reconnaitre les appels entrants, les appels sortants sous des noms compliqués pour t’y retrouver ? Je te souhaite de ne pas trop te mélanger les pinceaux, de ne pas laisser ta langue se fourcher quand tu répondras à toutes ces beautés. De ne pas avoir le tournis quand tu en auras une dans ton lit et l’autre dans ton esprit… Comment ne pas te perdre dans ces nouveaux paramètres dont tu viens de  jalonner ta vie ? Je te souhaite de ne pas te tromper quand tu en tromperas une avec l’autre et de te rappeler laquelle est dans tes bras, laquelle est dans ton cœur, laquelle est dans ta vie, laquelle est entrain de criser parce que le facteur s’est lui aussi trompé d’adresse et que ton téléphone lui fait croire, à cette régulière que tu es dans l’épicerie dans face alors que très nettement, ce sont les voix de l’aéroport qu’elle entend dans le combiné… « Attention embarquement immédiat pour Nouméa, les passagers sont priés de se rendre à la porte G » et cette même femme d’un coup criera de tout son être tout au creux de ton oreille et t’arrachera ton dernier tympan : MAIS TU ES OU ?

pru01

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :

L’Archipel Téoula (EVP)

«  Mesdames, Messieurs, nous amorçons notre descente vers Téoula, la capitale de l’archipel du goût light. Veuillez relever vos tablettes, redresser votre fauteuil et maintenir attachée votre ceinture jusqu’à l’arrêt complet de l’appareil ».

Par le hublot, je voyais cette myriade d’îles si curieusement semblables. Un palmier unique, du même vert uniforme, le toupet plus au moins fourni, la palme aplatie ou hirsute. Le tronc plus ou moins rugueux aux aspérités noduleuses diversement visibles. De plutôt jeunes et vigoureux palmiers dans l’ensemble, sauf une part conséquente de vieux arbres qui voulaient faire comme si…

La même petite bande de sable sans faune ni flore et surtout les deux noix hémisphériques de chaque côté de la tête de l’arbre.

Sur le tarmac, il ne faisait ni chaud ni froid et c’est l’effet que nous faisions aux différents agents de l’aéroport totalement inexpressifs qui ne nous parlaient que par signes. Même le taxi était sans voix, ni voie réservée.

Au fur et à mesure que nous approchions du centre je compris mieux : Un bourdonnement cacophonique de sonnerie de portable enflait vers quelque chose de carrément tonitruant jusqu’à complètement m’assourdir.

A l’hôtel, on s’étonna de ma nudité auriculaire et on me prêta les oreillettes indispensables. J’entendis : Allo ha ! Allo ha ! Que je pris pour une formule de bienvenue, Aloha répondis-je poliment.

« Comment voulez-vous que nous nous comprenions sans appareil ? »

«  Et bien avec une bouche pour parler et des oreilles pour entendre. »

«  Je crois que cet archipel ne vous conviendra pas. De l’autre côté du grand lagon, il y a ces arriérés, vous savez ceux qui se parlent quand ils ont quelque chose à se dire et même que des fois, ils aiment le silence…L’archipel des rêveurs…Oh j’me marre…Les abrutis…Warfwarfwarf…Oh les andouilles….Pfutttouffouff… Oh j’en peux plus …Allo ! Allo !

J’étais déjà partie.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,