ricochets‏ (titisoorts)

Dans le salon de Madame des Ricochets
Les miroirs sont en grains de rosée pressés
La console est faite d'un bras de lierre
Et le tapis meurt comme les vagues.
 
Dans le salon de Madame des Ricochets
Je me mire pressé, d'un grain de folie
Entouré d'un bras qui me console
Et je meurs sur un tapis de vagues.
 
Dans le salon de Madame des Ricochets
Pressé, grain de miroirs rosés
Lis, erre, fête au bras qui console  
De vagues tapies et meurtries.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Trahie (Célestine)

Cé

 

"Dans le salon de Madame des Ricochets

Les miroirs sont en grains de rosée pressés

La console est faite d'un bras de lierre

Et le tapis meurt comme les vagues.

 

Ses mains de  roses fanées

Tremblent devant ces beaux miroirs

Et une larme de vieil organdi

Dévale ses joues de papier froissée

 

Monsieur des Ricochets serait parti

Pour une jeune estaminette

Au nom soyeux de Rodogune

Le ciel s’est déchiré soudain

 

Ah! madame au salon se meurt

Des habitudes de septembre

Quand les tapis aux fenêtres tombent

Comme des étendards flétris

 

Et dans le miroir son visage

Où les larmes ont creusé des lacs

Et des sillages de blé noir

La console a un goût de cendre

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :

Mystère (MAP)

 

 

"Dans le salon de Madame des Ricochets

Les miroirs sont en grains de rosée pressés

La console est faite d'un bras de lierre

Et le tapis meurt comme les vagues. »

.....................

Dans l'écume neigeuse caressant le sol

un visage apparaît, puis soudain se retire

brève et douce apparition

mystérieux regard

venu de l'infini ….

Quelle est donc ton histoire ?

Quel message viens-tu nous délivrer 

Petite âme errante ?

 

Visage

 

 

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :

Participation de Peggy Bee

Dans le salon de Madame des Ricochets
Les miroirs sont en grains de rosée pressés
La console est faite d'un bras de lierre
Et le tapis meurt comme les vagues.

Dans le salon de Madame des Ricochets,
Les murs,  pète-sec et méfiants,
S’endurcissent  contre clous  et autres objets d’attache muraux.
Les fenêtres, aigris de vieillesse,
Font de l’ombre au soleil.
Les portes  d’un air renfrogné,
Empêchent l’accès à tout intrus indésirable.


Dans le salon de Madame des Ricochets,
Le plafonnier, de son œil sournois et vicieux,
Fait le guet à l’affut de tout changement.
La table immobile et soupçonneuse,
Surveille du coin de l’œil ses chaises-sujet placées autour d’elle.
Quand à ces chaises, le regard apeuré,
Gardent  leur distance pour ne pas dévoiler leur amitié commune.

Seules les fleurs, mourantes dans leur eau vaseuse,
Ont leur cœur plein d’espoir  tourné vers l’est.

Depuis sa mort, ils règnent impitoyablement, sans vergogne sur le royaume.
Seulement, en ce jour de vendredi 6 mai, un fort vent d’ouest souffle,
Et force fenêtres et portes à s’ouvrir.
Celles-ci s’exécutent en grimaçant.
Tous se tournent vers l’imposteur.

Un enfant tout souriant et plein d’innocence pénètre dans le salon.

Leur regard est rempli d’inquiétude.
Rien ne sera plus comme avant…
La roue tourne…
Une ère nouvelle s’ouvre…

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :


Effondrement général - Naufrage (Anémone)

Observant sa figure de papier mâché
Dans la glace de rosée pressée,
Elle se dit que trop se mirer
Dégrade le tain, use la psyché.
Trop occupée à lui en vouloir,
Et ne l'appelant plus "mon beau miroir",
Elle se prit les pieds sans ambages
Dans le tapis ondulé de vagues,
Recevant de plein fouet
Une rafale monumentale.
Se retenant au guéridon de lierre,
Elle s'accrocha alors dans ses entrelacs,
Comme captive d'un fouillis d'algues.
"Je vis ou je m'attache"
Lut-elle entre les lézardes.
Elle étouffait de surcroît,
Tandis que l'envahissait
Un goût de terreur et de vase.
"Gare à qui je me cramponne,
Malheur à qui s'agrippe à moi",
Vit-elle encore dans son effroi.
Lorsque soudain tout s'effondra
Dans un bref et affreux fracas.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

Une toute belle fin de semaine (Sandrine)

De l'invention du galet de bain effervescent et du cachet soluble

"Dans le salon de Madame des Ricochets
Les miroirs sont en grains de rosée pressés
La console est faite d'un bras de lierre
Et le tapis meurt comme les vagues"
Sur le fauteuil em
barquée, les cheveux laqués en voile, madame tanguait.
Un petit coup de sirocco avait frappé au carreau.
Monsieur Seltzer lui avait ouvert,
PA
            TA
                              TRAS
Madame sa promise par la bourrasque emportée  S'échoua sur le parquet.
Une foule en effervescence
Invitée à se sustenter de thé et de gâteaux anglais
La vit y faire trois bonds et
PLOUF
Se dissoudre dans un verre d'eau.
Sous l'oeil hagard d'une brigade d'éléphants en Tutus venus pour l'archi bal de printemps, aussitôt Annulé pour cause de tempête dans un salon.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

Délire chez Madame Des Ricochets (KatyL)

k1

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags :

Façon coquine : (Stella No.)

Ste
L'Apollonide - Souvenirs de la maison close

 

"Dans le salon de Madame des Ricochets

Les miroirs sont en grains de rosée pressés

La console est faite d'un bras de lierre

Et le tapis meurt comme les vagues.

 

Dans le salon de Madame des Ricochets

Les gentlemen sirotent un vieux bourbon

Les dames minaudent et séduisent

Tandis qu’un pianiste joue en sourdine une étrange mélopée.

 

Dans le salon de Madame des Ricochets

Un homme saisit une dame par la main

Et l’allonge sur lui, ventre contre ses genoux

Lui soulevant les jupons, il lui assène une fessée.

 

Dans le salon de Madame des Ricochets

Certains exultent à regarder l'excitant spectacle

Tandis que d’autres débutent cette antique danse

Corps contre corps, langueur et soupirs, transe érotique.

 

Dans le salon de Madame des Ricochets

L’odeur de l’alcool et du désir excite ces hommes si soignés

Ils ont le contrôle, ils ont le pouvoir, ils ont payé

Ils peuvent choisir de gratifier ou bien de punir.

 

Dans le salon de Madame des Ricochets

Avec violence ou tendresse, les gentlemen prennent leur pied

Et Quand sonne Madame des Ricochets

Le rituel est clair: les gentlemen suivent les prostituées.

 

Dans le salon de Madame des Ricochets

Il ne reste plus personne, les dames assouvissent tous les fantasmes

A l’étage, les soupirs et les cris sont feutrés

Et nul ne doute que les gentlemen obtiennent ce pour quoi ils ont payé."

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

Au salon des échos (Cavalier)

Dans le salon de madame des Ricochets,
Les miroirs sont en grains de rosée pressés,
La console est faite d’un bras dans du lierre
Et le tapis meurt comme les vagues…

Dans la maison de madame des Ricochets,
Le mur redescend du tronc caréné,
Les fenêtres roulent en cent frondaisons
Sur des portes ouvertes aux angles d’épines…

Du beau pays de madame des Ricochets,
Les routes s’envolent aux bords des brasiers,
Traversent les champs en chemins amers
Et passent la ville de feuilles d’absinthe…

Sur la planète de madame des Ricochets,
La forêt s’étend en bulles fangeuses,
Les montagnes pleurent de toucher le fond,
Les mers tristement vibrent à nos cauchemars…

Alors, oui, madame des Ricochets,
Cette chanson glauque,
Nous la savons…

Alors, oui,
Ne soyez pas si affirmative
Dans le flou inconsistant
De vos mots dits…

 

gaïaGaïa blues

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :