Amnésie (Célestine)

Cé

-Dis, tu as vu quel jour on est?
-Mais, on est déjà vendredi soir? 
-Ben, oui, c'est l'heure du défi!
-Euh...le défi...?
 -Oui, du samedi!
- c'est quoi, déjà? 
-Tu sais bien, le jeu des défiants!
-Attends mais c'est qui, ceux-là?
-Ils écrivent. Sur un sujet.
-Il y avait un sujet?
-Oui, tu devrais t'en souvenir! D'habitude tu as une mémoire d'éléphant!
-C'est quoi, un éléphant?
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :

Des éléphants roses dans ma mémoire (Joe Krapov)

23 lignes pour décrire la place que prennent les éléphants dans ma mémoire vive ? Mais on me demande l’impossible, là !

640px-Elefant_der_Bastille

Je sens déjà venir la longue pause de lecture auprès de madame Wikipe – Wikipedia, le cimetière des éléments ! – en vue de vérifier l’itinéraire qui mena  le cornac Hannibal de la traversée des Alpes jusqu’aux délices de Capoue. Mais par contre je me souviendrai sans aide de l’éléphant de la Bastille dans lequel logeait Gavroche dont j’appris sur le tard qu’il était fils Thénardier : soit j’avais oublié, soit je n’avais pas vu la « prequel » !

 

tatouage-dumbo-disney

Je ne me souviens pas d’avoir eu un quelconque contact avec Dumbo l’éléphant volant de Tonton Walt, sans doute à cause de mon acrophobie tenace, mais la chanson que je vous interprète à la fin de ce texte vous démontrera que, même élevé en chi-Corée du Nord, on ne sort pas indemne de l’américanisation des esprits qui fait qu’on appelle maintenant « think tank » deux pelés et trois tondus qui se masturbent l’intellect en commun : il n’en sort que de la fumée et rien de comparable à la « Maison à vapeur » de Jules Verne, livre que je possède mais que je n’ai pas encore lu.

23 lignes, c’est effectivement très peu pour lister la série des devinettes niveau Carambar à base de nonsense pachydermique :


- Comment fait-on entrer quatre éléphants dans une 2CV ?
- Comment sait-on que des éléphants sont passés dans votre réfrigérateur ? (On ne dit plus frigidaire, non parce que c’est une marque mais parce que ça commence comme « Frigide Barjot et Christine Boutin sont dans un bateau dont je n’aime pas bien la destination. Pétain coup, Joe Krapov, t’es tout pâle ! »)

La solution est dans la chanson et la série presque complète des devinettes est ici.

Les derniers éléphants que j’ai fréquentés sont ceux du groupe Sttellla dont j’ai repris la chanson homonyme mais je vous épargne la réécoute. Quoique… 

le_retour_du_jedi_segolene

Bien qu’habitant en Bretagne et natif du Pas-de-Calais, je ne m’arsouille jamais au point d’apercevoir des éléphants roses, sauf quand je prends des nouvelles du Parti socialiste où ils vivent en troupeaux qu’on appelle courants et mettent de l’argent à gauche pour l’avoir devant eux bien que la Suisse et Singapour soient plutôt à droite sur la carte. Pour résumer sur ce point, disons qu’il y a des éléphants d’Asie(bao) et des éléphant à fric et chantons gaiement « Sur la route de Penzac flouze flouze Cahuzac ! ». Cet animal à défenses d’y voir plus avant sert aussi de mascotte au Parti républicain aux Etats-Unis mais j’ai assez causé de politique comme ça cette semaine. A la longue ça risque de rendre cette chronique fort amère, comme on dit dans les cités.

Avant que la limite des 23 lignes ne soit atteinte ou dépassée, mentionnons en vrac « Un éléphant ça trompe énormément » d’Yves Robert, la comptine « Ah les crocodiles », le roi Babar, Elmer le roi de carreau(x), la couverture des œuvres de Rudyard Kipling dans la collection Bouquins : Toi aussi tu seras un homme avec une PAL ou même des CAL demain : Piles A Lire, Caisses A Lires devant lesquelles pour l’instant je me fais porter PAL. Il y a aussi les joueurs de bowling dans le grenier du Concombre masqué et les musiciens de John Lennon sur l’album Live in New-York city : Elephants memory

Et maintenant, tous en rang par deux, enfants de la jungle ! Ecoutez sagement « La patrouille des éléphants » par le seul type à Rennes qui ose chanter du Georges Brassens avec la voix de Guy Béart ! 

 


P.S. Les éléphanteaux ne se lèvent pas tard alors que les zélés fêtards ne se lèvent pas tôt. C’est ce que semble nous dire la chanson d’Antoine « Un éléphant me regarde » et nous évoquer « Effervescing elephant »  de Syd Barrett, membre fondateur du Pink Floyd. Pink ? Du rose du titre au pink de la fin, la boucle est bouclée.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Participation de Sebarjo

 

 

L'effet éléphant

Elmer_lelephant

 

Sans faire d'une mouche un éléphant, je peux vous assurer que lorsque l'on me pose une devinette sur ce mammifère (laissez papy faire!), je me trompe rarement. J'en connais des centaines. Par exemple, comment fait-on pour mettre quatre éléphants dans une 2 CV (elle date un peu celle-là, on dirait plutôt dans une Twingo ou une C1 aujourd'hui ! Mais peu importe, la réponse est la même !), combien de temps faut-il pour mettre un éléphant dans un frigo, comment empêche-t-on un éléphant de passer par le trou de la serrure, pourquoi un éléphant ne passe-t-il pas à travers le chas d'une aiguille, pourquoi les éléphants se peignent ils les ongles en rouge ?... etc... etc....

Mais un jour, alors que j'étais assis sur un Elmer  que ma fille avait laissé traîner là (c'est la jungle chez moi), tout engoncé dans mon fauteuil comme un pachyderme en train de rêvasser, je fixais le plafond de mon living-room, semblant y entrevoir des éléphants roses. Alors que j'étais en première phase digestive, enfermé dans ma tour d'ivoire et me sentant donc comme un être sans défense, SOUDAINEMENT ! Surgit mon fils qui, tel un éléphant dans un magasin de porcelaine, m'interrompit :

- Dis papa, j'en ai une bonne.

- Ah... Encore une devinette trouvé sur l’emballage d'un carambar !

- Ah non, celle-là c'est une bonne ! Une colle sur les éléphants !!!

- Alors, vas-y ! Je connais tout sur cet animal ! Et je retiens tout, avec ma mémoire...d'éléphant !!!

(je me marre tout seul tandis que mon fils fait une mine consternée)

- Bon... Quand tu auras fini de barrir en voulant rire...

- Eh oh ça va... Bon allez vas-y...

- D'ac. Que prend un éléphant quand il rentre dans un bar ?

-...

- Alors ?

- …Euh... attends attends, je sais... euh...

- Alors ? Alors ? Monsieur l'incollable on reste coi ???

- Attends, je te dis ! … Eh bien hmmm... Mais bien sûr, j'ai trouvé  ! (triomphant) Un thé éléphant !

the_elephant

- (Ironique) Wouah ! Comment t'as fait pour trouver tout de suite ???

- Boah fastoche comme je te...

- Pfff. N'importe quoi, c'est pas du tout ça !!!

- Ah ? Alors euh...

- Ah ! Ah ! J't'ai baillé hein  ?

- Oui bon ça va... Hey !!! Ça y est je sais ! Il ne prend rien ! Parce qu'il est écrit dans le bar : Défense de boire avec sa trompe !

- Alors là... T'y es pas du tout !!! Bon allez, tu donnes encore ta langue au chat ???

- Attends, j'essaie un dernier truc : une Elephant beer ?

elephant_beer

- Pff. De pire en pire !!!

- Bon allez okay, tu as gagné, vas-y dis-moi !

- Tu donnes ta langue ?

- Mais oui puisque j'te l'dis !

- En fait il PREND de la place !!! Et aucune boisson, espèce de bois-sans-soif !!!

Et il me plante là, me laissant complètement abasourdi...Ah ! On peut dire qu'il m'en fait voir de toutes les couleurs ! Me voici bariolé comme Elmer et complètement égaré... Comme le bébé éléphant de Dick Annegarn !

 


 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Le défaut de la cuirasse (Anémone)

Une peau épaisse
Pour se protéger
Des duretés.
Le cuir du dur à cuire.
Carapace qui garde éloignée la douleur,
Mais tient aussi à distance
De l'amour et de la confiance.
L'épiderme de l'éléphant
Fait deux centimètres.
Mais ses plissements le rendent délicat,
Accueillant divers hôtes indésirables.
La cuirasse de l'homme
Qui semble le préserver
Peut se lézarder.
Formation de fissures non observables.
Et voilà que l'armure se crevasse,
Laissant plus à nu que jamais
Le manque d'équilibre et l'état instable.
Le plus dangereux étant cependant
Que trop bien étanche
Elle tienne prisonnières
Des humeurs morbides.
Implosion un jour inévitable.
Une telle protection
N'est pas toujours flagrante.
Tout au plus une allure rigide,
Quelque chose qui semble en souffrance.
Ce qui est naturel pour un éléphant,
Symbole toujours favorable
De fécondité, de force, d'abondance,
N'est pour notre espèce pas applicable.
Quand je regarde avec tristesse
Ceux qu'on appelle hommes-éléphants,
Je me demande quel mal extrême
Les a faits ainsi naître.
Et j'en appelle à une guérison suprême
Pour l'humanité entière.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :


On joue à quelle heure?‏ (titisoorts)

ti

(cliquez sur la photo)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Les éléphants vont à la foire… (Prudence Petitpas)

 

pru1La petite famille est dans la voiture depuis moins d’une heure… papa roule vite, les enfants se plaignent d’avoir mal au cœur, maman ne cesse de se retourner dans la crainte d’en voir un régurgiter ce déjeuner, elle se maudit de ne pas avoir donner du solide ce matin, un bon fromage blanc avec quelques céréales aurait mieux valu que ce bol de lait qui pourrait bien déborder pendant la route. Mais quand on est une maman, on ne peut pas penser à tout ! Les enfants commencent à pleurer, ils en ont déjà marre de la route, la phrase rengaine arrive déjà en tête du hit parade des formules fétiches des enfants :
   -    Maman c’est quand qu’on arrive ?
   -    Dans un quart d’heure, vingt minutes, répond maman !
C’est la réponse automatique à cette phrase que les enfants posent inlassablement tout au long du chemin et qui reçoit depuis plusieurs années la même réponse… mais là, les enfants n’ont pas d’humour, les virages leur ont enlevé toute envie de sourire à cette petite phrase qui d’habitude donne lieu à des tas de petites histoires rigolotes… les enfants commencent vraiment à en avoir marre, ils veulent rentrer chez eux et ne tiennent plus du tout à aller voir leurs grands parents qui tout à l’heure, à l’évocation de ce moment à passer chez eux, leur était si chers…
   -    Ils habitent trop loin nos grands parents, finissent-ils par lâcher !
Alors maman doit trouver très rapidement une idée pour calmer ses chérubins, surtout que papa commence à s’énerver et menace de s’arrêter distribuer quelques fessées pour faire taire ces râleurs en herbe…
Et d’un coup, maman se met à chanter, elle entonne la chanson qui fait rire, celle que les enfants adorent, et ne ménageant pas son ardeur à chanter fort elle commence :
Les éléphants vont à la foire


Mais que vont-ils y voir ?
Un gai babouin
Qui dans l’air du matin
Peignait ses cheveux de lin.
Le singe tomba du banc
Sur la trompe de l’éléphant
L’éléphant fit atchoum
Et se mit à genoux
Mais qu’advint-il du singe ????


Et les enfants en cœur, se mettent à reprendre en canon cette chanson en criant à tue tête :
   -    du singe, du singe, du singe, du singe, du singe…
Sans s’arrêter pendant que maman recommence le refrain…
   -    Les éléphants vont à la foire….. Mais que vont-ils y voir….
Et du coup l’habitacle de la voiture devient un lieu de concert non stop, avec trois petits bouts qui oublient que leur ventre gargouille, que la route est longue, que les grands parents habitent loin et chantent de tout leur cœur….
   -    Du singe, du singe, du singe, du singe….
Papa ne dit rien, il soupir un peu, espérant que ce capharnaüm va s’arrêter enfin, mais il connait bien sa femme pour savoir qu’elle en a d’autres dans sa besace… d’ailleurs la voilà qui entame :
   -    Un éléphant se balançait sur une assiette de faïence,
        Comme ce jeu l’amusait, avec un autre il recommence…
Et les enfants de reprendre alors :
   -    deux éléphants se balançaient sur une assiette de faïence…
        Comme ce jeu les amusait avec un autre ils recommencent…
L’ambiance est à la joie, à la chanson, à celui qui chantera le plus fort… papa se concentre sur la conduite, il a un peu ralentit l’allure… il regrette fortement de ne pas être sourd aujourd’hui … il envoie quelques grimaces  crispés à maman, qui elle lui renvoie des sourires  francs et se prend au jeu des chansons…
   -    Une autre maman, crient les enfants…  pas de problème, elle en connait plein…
   -    Un éléphant se balançait sur une toile… toile…toile… d’araignée…
Et sur chaque chanson rebondit la suivante … en parlant d’araignée, maman continue en chantant celle tant aimée des petites têtes blondes…
   -    Le pape est mort…


Un autre pape est appelé à régner…
Araignée ? Quel drôle de nom,
Pourquoi pas libellule ou papillon,
Ce serait plus mignon…


Les enfants s’éclatent et maman aussi… toutes les chansons de son enfance lui revient en trombe
   -    En voilà encore une, lance-t-elle joyeusement


Ah l’escargot…
Quelle drôle de p’tite bête…
C’est rigolo ce qu’il a sur sa tête…
J’ai vu, j’ai vu
Le p’tit trou son derrière
J’ai vu, j’ai vu
Le p’tit trou de son … OOOOOOOOOOhhhhhhh


Les enfants sont hilares et du coup le temps passe à toutes vitesses…
Seul papa connait un vrai moment de solitude et maudit ses parents d’habiter si loin !
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Participation de Droufn

Il m'est arrivé de me tromper de parcours, d'heure, d'idée, de vêtement, d'adresse... Il m'est également arrivé de tromper ma femme, de me tromper sur ma forme, de tromper ma propre vigilance, de me tromper dans l'eau... Mais ce qui m'a le plus marqué dans tout ça, c'est de me tromper dans le dosage en huile pimentée sur ma pizza hier soir. Là vraiment j'ai pris cher. J'en ai les sourcils tout fondus ce matin.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

J'ai comme un doute... (Walrus)

Les trois éléphants rouges

Des éléphants en tôle ?

J'espère que les murs sont solides !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

Les cancans du bush (EVP)

Petit éléphanteau revient en pleurant de la mare :

-  Bou houhou…, les petits Hippopotames se sont moqués de moi, que j’étais gros et que j’avais ce nez tellement ridicule !

Maman éléphant caresse de sa trompe éléphanteau et lui dit :

-  Viens, retournons à la mare mais il ne faudra surtout pas bouger ni émettre le moindre son.

Les deux pachydermes furent si immobiles et silencieux qu’on les prit pour de gros rochers. Ils entendirent alors :

Les crocodiles se moquaient des hippopotames :

-  Regarde leurs petites oreilles ridicules sur leur gros corps !

Les gazelles se moquaient des crocodiles :

-  Regarde ces pattes ridicules et cette gueule démesurée !

Les lions se moquaient des gazelles :

-  Regarde ces Mc-Do en puissance, incapables de se défendre !

Les hyènes se gaussaient des lions :

-  Regarde ces soi-disant rois, on leur pique leur casse-croûte dès qu’ils ont le dos tourné !

Les singes se moquaient des hyènes :

-  Regarde comme elles sont moches avec leurs pattes inégales !

Et tous se moquaient du serpent :

-  Regarde cette bête maudite qui rampe sans pattes.

Et le serpent se moquait :

-  Regarde ces andouilles à deux pattes à qui il suffit de dire qu’en mangeant une pomme ils deviendront des Dieux !

Tu vois, dit maman éléphant : Tous se moquent d’un autre parce qu’il est différent. Alors va ton chemin d’éléphant, fièrement et sans écouter les quolibets !...Euh…Quand même méfie-toi de ces bêtes à deux pattes, tellement sottes qu’elles sont capables de te tuer pour te prendre tes dents !!

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :