02 mars 2013

Ben y en a du monde en cabane !

Ceci n'est pas la consigne mais la liste des participants

cabane

Cavalier ; Venise ; Vegas sur sarthe ; Prunelles ;

Ristretto ; Sandrine ; Prudence Petitpas ; EVP ;

Flo ; Walrus ; Vanina ; KatyLJoye ; MAP ;

titisoorts ; tiniak ; Joe Krapov ; Anémone ;

Célestine ;

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :


Participation de Célestine

c1

 

Alois

 

-Mon papi Alois, il habite dans une maison qui a la tête en bas. Elle est accrochée à la terre par le toit, avec des câbles très solides.  

-N’importe quoi ! Et alors, tout tombe à l’intérieur ? Et lui, il marche au plafond ?

-Mais non, lui aussi, il est à l’envers. Il s’assoit sur le balcon et il ne tombe pas. La dernière fois, nous avons bu l’apéritif, du jus de coton avec des haridelles fourrées au manioc. On a écouté le vol des loupiotes et des escarmouches, c'était géant! et on a respiré l’odeur des guimauves qui sont encore en boutons. Tous les matins, au lever du soleil, il  attrape les graines de  micocouliers avec un filet à libellules. Et il va les planter en haut de sa maison.  Il dit qu’il a vaincu la loi de la pesanteur ! Il est trop fort!

-C’est un savant, ton Papi ?

-Oui, maman dit qu’il était tellement intelligent que son cerveau a éclaté en petit morceaux comme un sablé aux amandes. En fait, il a juste attrapé une maladie. Lui, il dit que ce n’est pas grave. Mais tout le monde est triste. Ils disent que c’est la maladie des Amers. 

-Ah? 

-Oui, même que mamie dit qu'avec un prénom pareil il était "prédestiné".

-Ah bon ? C'est quoi prédestiné?

- Je sais pas. Mais en tous cas moi je sais que je rigole bien avec mon Papi. Dimanche prochain il m'emmène à la pêche aux esperluettes. Et ça, c'est giga cool.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [69] - Permalien [#]
Tags :

GRAINES DE CABANES (Anémone)

                             Graines de saule
             Qui se dispersent

             Poussent en rameaux menus.

             Leurs branches accueillent
             Oiseaux, insectes,
             Chaque jour un peu plus.
            
             Quand leurs tiges graciles
             Seront tressées en cōnes
             Que serons-nous devenus?

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags :

Le targui des étoiles (Joe Krapov)

1
Ma cabane au Sahara
Est devenue aérostat
Nacelle de la montgolfière
Qu’est la Terre

Petit prince abandonné
Me voici à piloter
Sous le toit
De ma cabane au Sahara

Elle s’en va
Légère dans les étoiles
Le simoun
Gonfle ses jolies voiles

2
Ma cabane au Sahara
C'est mon Led Zeppelin à moi
La vie libre qui me plait
Balloté

Les richesses de la planète
Tout autour de moi volètent
Il suffit
Que je tende mon épuisette

Mais je rêve d'y emmener
Celle qui voudra me suivre
Viens avec moi si tu veux vivre
D’aventurières destinées

3
Jusqu’au bout de l’univers
On ira se mettre au vert
Sur le toit de ma cabane
Au Sahara

Sur les anneaux de Saturne
Nous f’rons danser nos cothurnes
Au grand bal
Des rigolos d’Aldébaran

Je te dirai
Le nom des nébuleuses
Je t'apprendrai
Des chants de Bételgeuse

4
Ma cabane au Sahara
Tant que tu y resteras
Ce sera le paradis
Ma chérie

A quoi bon chercher ailleurs
Je sais bien que le bonheur
Il est là
Dans ma cabane au Sahara.

  

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

L’Enfant-Sage (tiniak)


Ecoulé de la nuit aqueuse, orange et douce
où tu suçais ton pouce à l'abri des regards
te rêvais-tu déjà sage et humble vieillard
choyant de ton jardin les arbres et les pousses ?

Nourri de floralies sanguines et charnelles
encore ivre du miel de ton premier séjour
tu t'offres comme un fruit gorgé de bel amour
dont tu tiens fermement le fanal éternel

Feras-tu basculer le monde sur ses bases
par cette vive extase où tu nous as plongés ?
Soyeuse pandémie, ton cri de nouveau-né
saura-t-il inspirer de symphoniques jazz ?

Avec toi rejaillit des forces oubliées
cette vitalité que renferment les pierres
la valse des marées, les orgues du désert
et le puissant mystère agitant les sommets

Ni la peur, ni la mort ne te sont étrangères
mais volent, papillons aux frêles coloris
que le simple revers de ta main sans souci
égayera, nuées aux reflets parcellaires

Tu es, possiblement, le prochain bâtisseur
du Rêve confondant l'esprit et la nature
s'y fera d'aujourd'hui la nouvelle aventure
dans un règne de joie, d'amour et de bonheur

S'il se peut que ton nom soit la somme de tous
(ceux qui furent gâchés, ceux qui furent meurtris)
le premier qui l'entende ait aussitôt compris
qu'enfin raison prévaut que signe ta frimousse

Aucune fée sur toi, ni prodige, ni sort
que l'ample densité de ton pas sur la terre
que la mélodie née du souffle salutaire
à quoi se rallieront les vents de tous les bords

Garant d'aucun autel, sans maître sur le dos
pour la légèreté d'être sans avantage
l'ombre de la sagesse étalant son partage
et de rive en rivage apaisant l'air et l'eau

Défi du samediEnfant, vois comme dort à tes pieds le futur
aussi timidement que ton sourire aux anges
retourne au vieux Chaos ses pelures d'orange
avant d'y ajouter son carré de vert pur

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :


jardin des delices‏ (titisoorts)

C'est un endroit à l'envers
est-il en liberté ou prisonnier
y a t' il décidé des idées ?
son paradis ou son enfer

une cabane en suspend
ou avant ou pendant
en l'air ! cela surprend
et qui se détend,un géant

une vie sans gravité
et sans austérité
comme l'aide end
dans le jardin d'aide haine

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Hé,hé,hé ! (MAP)

Dites donc

Rien vu

Moi je l ai vue

Hé

 

 

 

 

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Il ya de la rhum-bar dans l'air (Joye)

la cabane samoane

de Paco Rabanne

sentait la banane

(la cabane)

(pas Rabanne)

(quoique…)

a mis noséane...

sur le tapis de raban(n)e

pour l’odeur d’banane

(pas de Rabanne)

(banane !)

(quoique…)

 

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

L’école buissonnière et la cabane secrète (KatyL)

J’avais à peine 8 ans , mes parents venaient d’acheter à Triel (dans le 78) la mercerie des parents de Dany SAVAL, c’était une belle boutique avec beaucoup de trésors, rubans, dentelles, fils et tissus, coton à broder…. j’adorai ce magasin.

k1    k2     k3                      

Nous étions situés pas loin de la gendarmerie où mes parents avaient des amis, et moi, dans cette famille j’avais Roland mon grand complice/admirateur et mon 1er amoureux.

Attenant au magasin la maison et un grand jardin, et tout au fond, une cabane, que mon père avait aménagée en chambre d’amis pour l’été, nous avions le droit de jouer sur la terrasse, sous l'auvent, mais pas de rentrer dedans et de salir cette belle cabane. D’ailleurs la clé avec porte-clés à fleurs était suspendue dans le magasin sous l’œil vigilant de ma mère et du nounours gardien. k4

 

Avec Roland sa sœur et son frère nous jouions  mon frère, ma sœur et moi chez eux, mais plus souvent dans le jardin de chez nous, car jouer dans une gendarmerie n’est pas facile, et surveillés par les gendarmes, des gosses ne peuvent pas faire des bêtises !! C’est navrant !

Un jeudi après-midi Roland et moi complotions tous les deux : « et si demain nous n’allions pas à l’école, nous ferions semblant d’y aller et nous reviendrions  dans mon jardin en passant par derrière, pour aller dans la cabane (je prendrais la clé la veille sans me faire voir) et nous nous cacherions dedans sans rien dire aux grands, surtout tu ne dis rien à ton père je ne veux pas aller en prison » ! « Oh mais non me dit-il » !

Le lendemain tous les deux, en passant devant le cinéma de quartier pour faire le grand tour nous vîmes que cette semaine-là, ils jouaient : « Parlez-moi d’amour » avec DALIDA. Tout un programme ! Nous espérions bien aller voir ce film.

Nous arrivâmes à la cabane sans nous faire voir de quiconque, et j’ouvris la porte qui nous était toujours interdite.

Et je fus très surprise de voir combien elle était belle et bien aménagée.

Roland et moi nous installâmes sur le lit à côté d’un nounours qui était en déco « il s’appelle Barnabé » dis-je. Je suis si contente de le revoir.

k5k6k7k8

La cabane             la chambre d’amis           un coin de balcon       la Terrasse

Nous passâmes notre journée tranquillement, à rire, à dessiner, à papoter, à rêver, j’avais dans mon cartable des biscuits des bonbons et du chocolat et lui deux pommes et un casse-croûte, une bouteille d’eau, un vrai dîner d’amoureux !! Nous étions ravis, aux anges, comme chez nous ! Nous ne pensions pas un seul instant que tout le monde nous cherchait et l’école et les parents, nous étions bien installés tous les deux au secret.

Il me prit la main j’en fus toute chavirée, il trouvait ma main adorable et il y compta 5 doigts les plus jolis de la terre, et là il me dit : «  Plus tard tu voudras bien te marier avec moi, on aura 3 enfants et on sera heureux ? » je dis «  Oui » !

Lorsque tout à coup un brouhaha et des cris se firent entendre, on nous cherchait, je pris peur.

Nous rendant compte de notre bêtise, il me dit : « t’en fais pas je dirai que c’est moi et tu n’iras pas en prison » je me sentais tout à coup très mal, mon père entra le premier, me saisit par le col de mon corsage et les parents de Roland arrivèrent derrière pour lui attraper les oreilles !

Il se défendit en disant : « de me laisser tranquille que c’était lui qui avait eu l’idée » je dis : « non c’est moi qui ai  eu l’idée la première il ne faut pas le mettre en prison » ! Chaque parent remporta son bien en furie et nous nous regardions en sachant qu’on allait passer un sale quart d’heure ! Le gendarme (son père)  nous fît un sermon et dit à Roland la honte d’avoir un fils qui le montrait  en mauvais père à la gendarmerie devant ses collègues ! Quant à moi n’en parlons pas !! « Petite dévergondée et tout le toutim !! » Mon père me mit une fessée au martinet ! Mais je regardais mes doigts et je me disais dans ma tête : «  ne pleure pas tes doigts sont les plus beaux de la terre et tu te marieras avec Roland ! » mais le martinet laissa quelques traces quelques jours.

Le chat vint me consoler et se blottir contre moi toute la nuit.

Malgré les punitions nous gardions tous les deux un souvenir inouï de notre escapade. Bien des années après j’y repense avec plaisir et serais prête à le refaire, mais je ne sais plus où est Roland. Depuis longtemps il a disparu de ma vie à cause de divers déménagements, mes parents et eux se sont perdus de vue,  il doit être un jeune papy et ne plus penser à cet épisode de la cabane secrète !

Mais qui sait un jour en voyant une cabane il repensera à la petite Katy aux nattes blondes ??

                                               katyL et l’école buissonnière

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :

Le cas BANE (Vanina)

Il était une fois, le pays de la confusion. Certains l’appelaient tête-bêche, d’autres sens dessus dessous tout en pensant « sans » dessus-dessous. Bref, un pays où différencier le haut du bas, le ciel de la mer, les nuages de l’écume, la lune du soleil était presque impossible. Seul repère, l’horizon était toujours plan, ou bien était-ce la planète qui était plate !

235_ciel-mer


La maison de monsieur Bane, ou était-ce un temple volait ou tombait, on ne pouvait le dire. Suspendue aux branches d’un arbre et accrochée à ses racines – à moins que ce ne fût à leurs reflets dans l’eau…-. Bref, c’est de là que monsieur Bane aimait faire rire les enfants.

235_BrancheRacine


L’air grimaçant, les cheveux ébouriffés, un joli nœud de foulard au cou, la tête basculée en arrière, monsieur Bane faisait l’âne. Ses singeries lui valaient, de la part des enfants qui esquissaient un large sourire, le surnom de monsieur Bane-Ane.

235_BANE-ane

d’après un dessin de James Hodges

A l’entrée, ou était-ce la sortie de sa maison monsieur Bane hier avait placé un étendard : il était fier car même son nom n’avait ni endroit ni envers !

235_BANE


Le cas Bane n’est pas isolé. Un jour peut-être couchera-t-on sur le papier l’insolite histoire de MAP et Walrus se souciant de monsieur Bane alité…

235_MAP-Walrus_2

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags :