05 mai 2012

Se sont embarqués

(Dommage que ce logo soit déjà pris, il vous irait comme un gant)

Accents2

Walrus ; Venise ; Vegas sur sarthe ; MAP ;

 Lorraine ; Anémone ; EVP ; Joye ; Lise ;

Joe Krapov ; Célestine ;


 

 

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


ORAISON FUNEBRE (Célestine)

ACTE I, scène 2

Des jeunes femmes se trouvent réunies au chevet d’un homme qui vient de mourir.

Chacune découvre avec stupéfaction qu’il était un Don Juan invétéré et qu’il les a toutes trompées.

 

 

DOLORES, (éplorée)

Caramba ! yé souis désespérée ! Ma…il était l’hombre de ma vida ! Comment a-t-il pou mé faire oune sose pareille ? Loui qué y’aimais tant ! Hijo de puta !

 

FRIDA, ( ironique)

Ach, fous plaissantez, che zuppose ! C’était moi, bien zür, la fraulein dé za fie ! Il m’avait temantée en mariache !

 

MATHILDE, (éclatant de rire)

Alleï ! Mais Albert était belge, une fois, savez-vous ! Je n’sais pas vous dire comment je l’aimais, ce grand nigaud, j’en ai encore les kiekebiche !

 

CERELISE MILLEBOIS

Taésez-vous danc, tabarnak à deux étages ! c’t’homme-lo, vous dzites ? c’tait l’miein ! Aussi vrai qu’man paère a tzué l’plus gros caribou d’l’ proveince !

J’suis en calvaère, ça vous pouvez m’croère !

 

NABOUNDA

Ouuuuh !!!La la la la la dis donc mais qu’est ce que c’est que ces manières ? Qu’est ce que vous faites là, présentement, à côté de mon bien-aimé ? Ouuuuh ! Mais ça ne va pas se passer comme ça, là, dis donc ! Vous allez me faire le plaisir d’aller planter votre manioc hors de ma vue, ou je vous embroche !

MARGARET, flegmatique

Je cwains que nous ayons été jouées paw cet affweux manipioulateur,  miladies ! Je pwopose à vous

d’aller bwoiwe oune tasse de tea et de le planter là ! Il ne méwite pas que nous nous déchiwions !

Ce n’est qu’un howwible macho ! A mort le tywan !

TOUTES, ensemble

Mais il EST mort !

MARGARET

Ah oui, tiens, c’est vwai …pff, même pas mal !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

Quelques divagations chez le chapelier fou (Joe Krapov)

L'accent circonflexe est tellement un accent à couper au couteau que  qui le coupe en deux se retrouve avec un accent grave et un accent aigu !

L'accent circonflexe a plusieurs noms. Les enfants des écoles primaires l'appellent chapeau. Il existe cependant plusieurs sortes de chapeaux.

Sur le â de Cléopâtre le chapeau s'appelle une tiare.

Sur le ô de trône, ce qu'on voit c'est une couronne.

Sur le â de pâte une toque de cuisinier.

Sur le ô de patenôtre une mitre d'évêque.

Sur le a de hatif, vous étiez tellement pressé de brasser de l'air que le chapeau s'est envolé et son nom aussi.

Sur le â de « se faire porter pâle » le chapeau est un képi de deuxième classe à la visite chez Courteline. Ca peut aussi être un calot de soldat Chveïk (ca se lave à sec, Jaroslav !) et ça me fait penser que l'accent circonflexe à l'envers sur le r de Dvořák vous oblige à prononcer son nom "Dvorjak".

Sur le â de âne, le chapeau s'appelle un bonnet d'écolier.

Lorsque règnent les duègnes sévères, on comprend que l'heure est grave pour les midinettes ibères et que l'accent l'est aussi.

Et maintenant, des nouvelles de la crise aiguë :

On appelle éphéméride (effet mes rides) un truc qui sert à marquer sur les traits (ou d'un trait) le passage des années.

On appelle épée l'instrument tranchant avec lequel Alexandre le Grand résoud l'énigme du nœud gordien et Saint-Georges de Lydda... Non pas aujourd'hui, j'ai pitié !

Même s'ils se ressemblent beaucoup, il ne faut pas confondre l'accent aigu et l'apostrophe dont l'animateur immortel, M. Bernard Pivot, déclarait encore il y a peu que sur le ï de coït il y a deux points qui s'envoient en l'air ! Merci Bernard !

Revenons au cirque Cornflakes :

Sur le û de brûler, le chapeau s'appelle casque de pompier (pyromane ?).

Sur le ô de Ventôse, Pluviôse et Nivôse c'est un bonnet phrygien.

Sur le ê de pimbêche le chapeau est bien souvent un petit bibi prétentieux.

Sur le ô de Côte d'Azur, le chapeau de paille, ma biche, est souvent d'Italie.

Née en 69 avant Jésus-Christ, Cléopâtre dormit quelquefois tête-bêche avec son Jules coiffé d'une couronne de laurier.

Qu'il y ait un chapeau sur le ô de "ôter son galurin en entrant dans une église" me semble assez contradictoire.

J'ajouterais bien aussi que sur le â de zouâve le chapeau s'appelle une chéchia mais faudrait voir quand même à pas trop déconner, ma e-réputation en souffrirait peut-être jusqu'au pied du pont de l'Alma !

Le saviez-vous ? Les accents ne servent parfois à rien d'autre qu'à embrouiller le peuple sur les règles d'orthographe et de prononciation. Ainsi on écrit « pèlerinage » mais on prononce « pèlerinage » et on écrit « réglementation » pour prononcer « règlementation ».

A part ça monsieur et madame Toidlà-Keujmymette ont un fils. Comment s'appelle-t-il ?

Umlaut ! Bravo Angela !

120501 A 089

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Au delà du trait (Lise)

Quand les mots fatigués de cette étrange fuite
Où ils passent figés dans une morne suite
Viennent à se réveiller pour tenter d'exister.
 
Ils sortent de nos bouches comme transfigurés
Par un petit détail à peine déposé
Qui du bout de la langue semble les emporter.
 
Vous dirais-je qu'en parlant il m'arrive de chanter
Perpétuant les accents de toute une contrée
Pour que vive le verbe au delà du trait.
 
Ami, écoute là, la Musique est en toi
Toute entière portée par le son de ta voix
Qui vibre et se souvient d'où tu viens.
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Un accent (Joye)

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :


Les Accents (EVP)

 

L’accent aigu n’est pas du tout incongru.

Il parle et chantonne à mon oreille,

Depuis les calanques de Marseille.

Il me dit les vacances et les rires pointus :

 

«  Té ! Vé le pépé qu’a trop tété, la mémé va se le tanner ! »

 

L’accent grave est plein de componction.

C’est celui, snob, des dames de Versailles.

Il me parle de vertu et de saintes épousailles,

Accent des bourgeoises à perles et à chignons.

 

«  Chère Mère, vos problèmes m’exaspèrent, c’est galère ! »

 

L’accent circonflexe est un petit chapeau,

Il habille d’un rien les voyelles coquettes.

Accent des belles campagnes en goguette,

Il me parle fourrage et greniers et silos.

 

« En hâte, je suivis ce bellâtre qui devînt acariâtre et verdâtre ! »

 

Chantez, sonnez, carillonnez, charmants accents,

Vous dites si bien qui l’on est, d’où l’on vient.

Et ne vous cachez plus sous le seul habit parisien,

Soyez fiers au contraire et restez biens vivants !!

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Détournements d'accents (Anémone)

 
 
Lorsque je commençai l'exercice, je me rendis compte tout de suite combien l'objectif que je me donnais serait difficile.
Du moins c'est l'impression que j'eus au premier abord. Je ne savais pas encore que je me trompais.
J'ignorais qu'au contraire j'avais choisi une consigne sans relief, peu originale et bien trop rudimentaire pour ne pas pouvoir facilement la respecter.
Certes, il me fallait sans cesse louvoyer. Changer mon projet. L'affiner. Modifier constamment presque chaque composante.
Mais, un pas puis un autre, j'y arrivais. Un pari en somme que j'envisageais bien de gagner.
Toujours trouver l'alternative. Une gageure? Oh, pas si ardue finalement. J'allais y parvenir et remporter l'exploit sans effort, haut la main.
Trop simple, me dis-je. Vaincre sans danger, c'est triompher sans gloire.
Tel n'est pas mon propos ni mon destin: je convoite victoire plus remarquable, plus insigne prouesse, plus grand aboutissement.
En un mot comme en cent: plus brillant record, plus rare performance. Je nourris et je berce davantage d'amour propre et d'ambition.
J'entretiens plus de perspectives, et d'un plus haut niveau.
Complètement énervée en résumé par ce qui dût bien m'apparaître tout à coup comme fainéantise éhontée, bêtise et velléité, j'arrêtai en un éclair de me tâter, pour détruire d'emblée toutes précédentes données. Les ayant renversées avec fermeté, détournées, culbutées, sans nul égard pour leurs réactions bêtes et effarouchées, j'étais prête sans traîner à pénétrer la réussite et à m'en délecter, jusqu'à l'apothéose, la fête, l'apogée, dans ses plus hétérogènes variétés.
J'ai remarqué à ce moment précis que j'avais, de nervosité, plusieurs fois d'affilée éternué. J'étais comme en état d'ébriété. Légèrement affolée par les nuées d'échappées envisagées, qui se présentaient à ma vue comme réifiées.
Préférer à ma volonté première son opposé fédérait à l'expérience bien plus d'exubérance, d'émerveillement, de découvertes, débouchant sur de frémissantes félicités. Jamais je n'avais tant exulté. J'allais être comblée et me réjouissais déjà sans modération de la filière exploitée.
Inopinément émancipée, j'avais férocement décidé, sans plus flâner ni me repaître d'oisiveté, de goûter au succès suprême et véritable.
De prétendre sans gêne déplacée à une plus éblouissante et distinguée percée.
Me jetant avec énergie dans la mêlée, je désirais éperdument, avec allégresse et vivacité, des résultats non plus évanescents, mais éclatants, étincelants, extrêmes et osés défiant toute législature et tout procès, voire dépassant les lois de la gravité.
Il ne m'agréait plus d'éternellement les différer. J'avais assez postposé. Pas d'opportunité d'étendre ma réflexion: déjà j'étais sortie des allées coutumières et étriquées et j'étais entrée en compétition.
Le but le plus élevé que je m'étais fixé était créer un phénomène époustouflant: ériger un échafaudage échevelé, qu'on évente à satiété dans l'intimité des chaumières comme dans les lieux très fréquentés, et en toutes contrées aux qualités si démesurément diversifiées. Evénement sans précédent, révélé discrètement en début de soirée au coin de l'âtre, aussi bien que dans de grandes envolées, en matinée à la criée, aux cérémonies, aux conférences... bref partout où de la société était momentanément rassemblée.
Lancé à toute volée sur cette déclivité escarpée, le défi avait soudain cessé de paraître éminemment aisé.
Les visées avaient muté, inévitablement plus serrées devant l'immensité des tâches exigées à exécuter. Tout en préservant aux résultats escomptés une espèce de fraîcheur non écornée, il fallait découvrir, sans que cela semble drôle ou inadapté, des succédanés autorisés à suppléer aux modèles surannés datant du Moyen-âge ou de l'Antiquité. Que d'embûches!
J'ai commencé alors, énormément et sans y être préparée, à hésiter devant les quantités effrénées de difficultés prêtes à se hérisser.
J'ai douté, ébranlée, de mes capacités. Apeurée, anéantie même, effrayée plus qu'à peine, émue à tel degré qu'il m'en venait des suées. J'ai sans arrêt tergiversé. N'allais-je pas me prendre allègrement un râteau, une bûche? N'avais-je pas caressé une chimère? Et comme la chèvre âgée qui avait présumé de ses réserves et de sa résistance, j'ai lutté jusqu'à la nuit tombée et déployé crânerie, héroïsme et témérité. Comme si j'avais joué dans une pièce de théâtre où aucun spectateur n'aurait réservé. Esseulée et livrée aux éléments contraires. Jusqu'à la nausée.
J'ai éprouvé dans cet état combien je me sentais isolée. Dans l'impossibilité de déléguer. Impressionnée par mon inexpérience et ma naïveté. N'avais-je pas bâti là des châteaux en Espagne? Je n'allais tout de même pas enrôler un nègre. Une chose était réelle: cela n'allait pas être du gâteau ni d'une gaîté particulière. Plutôt une hérésie. On en avait placé sur le bûcher pour des délits plus bénins.
Moi qui étais si sûre de bien me connaître, j'étais sans préambule confrontée à l'obéissance sacrée à de nouvelles règles, âpres et épineuses.
Dépourvue entièrement de toute idée d'où par mes pas je serais menée.
Dénuée de présages sur ma destinée. J'étais sidérée.
Hébétée, je tâtonnais et trébuchais, telle un bébé éléphanteau qui vient de naître lâché dans un marché. Evoluant parmi les échoppes installées de tous côtés. Parmi les objets précieux à souhait.
A l'avance je me sentais brisée, éreintée, exténuée, épuisée. Persuadée d'avoir exagéré dans ma volonté d'épater mes congénères par un déploiement incontrôlé d'activité. J'avais mal évalué les étapes, calculé le bénéfice de manière erronée. Effrontée que j'étais dans ma quête! C'était là que le bât avait blessé.
Alors je n'ai pas tardé et me suis concentrée. Premièrement, j'ai élaboré dans la dignité une stratégie péremptoire sans réfutation qui eût pu être envisagée. Nullement démontée en définitive, j'ai ébauché pour débuter une prière assez développée, espérant quelle fût exaucée, afin d'être touchée par la grâce.
Pour me sentir rassurée, rassérénée, j'ai également relativisé et je me suis morigénée: en cas d'échec je me suis à l'évidence persuadée de l'impossibilité d'être amenée à comparaître. Nul châtiment n'était à la clé. Pas d'échafaud. Ni d'enquête, ni de procédure, ni de requête. Je ne serais jugée sous aucun prétexte et par aucun prêtre et je ne risquais ni mes diplômes liés à ma spécialité, ni aucun blâme vociféré avec cruauté, intolérance ou néfaste sévérité. Je n'allais pas être attachée, ligotée, emmenée à la Salpêtrière ou à la Santé. J'ai donc réfréné mon anxiété.
Il devrait se lever tôt, celui qui prétendrait être mon maître et me prendre en défaut. Son trône n'était pas prêt.
Et si par une disgrâce inexpliquée, personne ne me faisait l'aumône d'une appréciation agréable, si je n'étais pas complimentée en réaction appropriée à mes mérites incontestés, si nul ne se répandait en récompenses ni ne se pâmait de délectation, mon âme ne devrait pas pâtir du manque de goût de certaines créatures peu éveillées, dépossédées de la plus élémentaire sensibilité. Devant tant de désinvolte calamité, de réflexions inconsidérées pétries de pensées se prétendant éclairées, d'identités déréglées, je devais être édifiée et ne point montrer de crédulité. Je ne devais pas la trouver saumâtre ni me sentir reléguée. Moi qui n'avais jusque là pas éprouvé d'infériorité, pourquoi aurais-je interprété contre moi quelque décision hâtive édictée sans perspicacité?
J'avais d'ailleurs renoncé au désir insensé d'éveiller l'intérêt de quelque élève. Et j'envoyais paître les ânes bâtés (pas seulement les mâles, soit précisé ici entre parenthèses) de caractère pénible et acariâtre, qui prônent la bêtise et ne savent que bâfrer ou proférer des vérités éculées. Quand ils ne se mêlent pas de rédiger d'écoeurantes épîtres qu'ils donnent en pâture à une foule éplorée. Assemblée de déchets de l'humanité sur laquelle je m'étais méprise et que j'ai de façon bien injustifiée déifiée pendant tant d'années écoulées, alors qu'elle ne dévore, mâche et digère que des denrées étonnamment avariées (et en réalité prémâchées).
Il ne sera pas écrit qu'Anémone, héroïne véloce et futée, eût capitulé (ou capitulât) devant les élucubrations singulières, étranges et alambiquées de quelques têtes écervelées. Nul ne m'avait jamais dicté ses préceptes. Il n'était pas né ni près de naître, celui qui aurait commencé.
Je m'étais méfiée de moi-même, m'étais montrée perturbée par l'appréhension de ne pas entraîner derrière moi en les traînant à mes guêtres que des apôtres. Mais nul n'avait étêté mon édifice. Personne n'avait étouffé ma créativité. J'étais sauvée. J'avais gagné et j'étais fière, sans humilité mensongère. Emule du coureur qui émerge, fiévreux, dressé sur son vélo, de la conquête méritoire d'une crête. Peu importaient le mépris, l'imbécillité, l'incompétence. J'avais triomphé de mes démons. La chèvre n'avait pas cédé, pas décédé, devant la bête affamée qui avait revendiqué de faire bonne chère et réclamait de la chair fraiche pour que fût calmé son désir brûlant. Elle sortait de l'arène tête bien levée et triomphe assuré, appuyée aux fûts des colonnes, prête pour des salves déchaînées.
Quelles que soient les réactions à proximité, j'aurais donc réalisé mon rêve. Ce n'était guère compliqué. Je n'étais pas vénale. Nul appât du gain ne venait gâter ma démarche, ce qui élève le coût de l'effort. Je n'avais pas non plus, par piété exacerbée, sacrifié a des divinités assoiffées. Je n'avais entamé aucun pèlerinage et avais terrassé moi-même les malédictions rencontrées. Tant pis si ma ténacité n'était pas couronnée et si je ne pouvais prétendre à être éditée. J'aurais tout de même d'une certaine manière accouché en bonne mère d'un bébé prospère et en bonne santé, à défaut que ce pauvre môme eût, comme tout être est en droit de l'espérer sur cette planète, un père présent, prévenant et attentionné.
Là où j'aurais en suivant ma première idée fait de viles courbettes, je me répandais dès l'instant en de narquoises et élégantes révérences dirigées vers les irrévérencieux eux-mêmes: voilà qui est appelé savoir récupérer les événements. Savoir ouvrir une fenêtre pour aérer à point nommé quand l'air se raréfie inéluctablement
J'ai révéré alors la sagacité vénérée qui m'avait insufflé tant de lucidité. J'avais assurément évité les pires extrémités. 
Face à l'éventuelle dèche, au mépris, aux déceptions, à l'adversité, je ne connaîtrais pas la frénésie du désespoir ni la désillusion amère. Secrètement éblouie par la précieuse multiplicité de tous ces accents déchirants émis avec tant de fierté, j'éprouverais à l'intérieur de moi-même une plénitude équilibrée et une sérénité jusque là ignorées. Véritable régal à déguster sans modération mais avec ô combien de délicatesse inégalée... Ô voilà que je me sens légère, libérée, sans chaînes, comme si j'avais très agréablement lévité pendant une partie de la journée. Ou médité seulement?
 

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

L'accent (Lorraine)

  

Mon ami hollandais est le beau-frère de mon ami flamand . C’est simple. Mais pourtant le premier affirme que beau-frère se dit « zwager » ; le second prétend qu’il s’agit de « schoonbroer » ; moi je ne dis rien, je me contente qu’ils soient mes amis.

 Ils acceptent d’ailleurs que je leur parle en français, ce qui est heureux, car je ne connais pas leur langue, étant uniquement francophone. J’ai bien essayé, mais je n’ai pas l’ »accent ». L’accent guttural pour dire « jongen » (garçon ), me manque, je dis « jonjen » alors qu’il faut prononcer « yonguen » et ainsi de suite. Heureusement, nous sommes amis au-delà des prononciations et eux, ils ont eu le courage d’apprendre le français !  Donc, entre nous, point de chamailleries. On s’accepte tels qu’on est.

 

Les légers frottements surgissent parfois entre eux. Leur langue, pourtant si proche, contient des particularités et quand je demande un jus de fruits, Hans m’offre un « vruchtensap » que rectifie aussitôt Guido en me présentant un « fruitsap ». Je bois l’un ou l’autre sans sourciller. Quelquefois, dans le feu de la conversation commencée en français ils continuent dans leur langue. J’en profite pour passer une quiche au micro-ondes, ou plus exactement dans le « magnétron » cher à Hans, ou dans le « microgolfoven » que Guido surveille du coin de l’œil.

Quand nous avons enfin eu un gouvernement, Hans a exprimé sa sympathie en applaudissant à la création de ce « kabinet », qu’aussitôt Guido qualifia de « regering ». Parfois, ils me fatiguent un peu. Puisqu’ils parlent tous les deux le néerlandais, ce devrait aller tout seul, non ? Mais voilà, l’un parle le néerlandais des Pays-bois l’autre le néerlandais de Belgique. Et chacun avec son accent ! Qui diffère, bien entendu…

Vous avez dit « Tour de Babel » ?...

 

LORRAINE

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Mnémo-accent-technie (MAP)

Petite aide mnémotechnique à l’usage des oublieurs d’accents

 

Pour se réaliser

un rêve se doit

d’être chapeauté

d’un accent

circonflexe

qui l’aide à décoller

comme un petit

hélicoptère !

 

Pour être

de toute beauté

il faut mettre l’accent

aigu

sur le « E » final

petite touche

qui parfait

« l’œuvre » 

comme si l’on

se poudrait le nez !

 

Pour  bien pratiquer

le solfège

la règle veut

un accent grave

car ce n’est pas si facile

de démêler bémols et dièses

disséminés sur la portée

ou de sauter de clé en clé !

 

 

Ce serait très mal

croyez moi d’oublier

le joli tréma

qui couronne

vos ascendants !

Point de querelle

de famille !

Oh mes aïeux 

Oh non, pas ça !!!

 

Mais oui les accents imagés

peuvent devenir vos amis

Vous ne pourrez plus vous tromper

en leur inventant une vie !

 

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

L'ortograf pour les Nuls: (Vegas sur sarthe)

Aujourd'hui: Les accents

Songez qu'un texte sans accent serait comme un Pagnol sans bartavelles, un Rostand sans Roxane, un Cousteau sans mérou, un Vivaldi sans allegro, un Jacques Villeret sans son Glaude, The Voice sans Jenifer (euh non!), Lagerfeld sans sa suffisance, Cyril Lignac sans son gourmand-croquant, Jean Passe et des meilleures.
Lamartine n'a-t-il pas écrit: Un seul accent vous manque et tout est dépeuplé ? Euh... il aurait pu l'écrire!

Sans vouloir en coller partout, parfois avec effroi selon mon examen je vois qu'il n'y en a pas, je ne vois qu'e muets alors qu'il suffirait d'un simple évènement, un duo sucré-salé d'aigu et de grave pour me rassurer.

Rien de plus facile pour construire votre accent aigu:
Pensez au cri d'un goeland découvrant une huître (on parlera de celui-ci plus tard)
Tirez un trait dans l'axe sud-ouest/nord-est (sans blesser le goeland)
Et voilà, votre goéland peut lancer son strident gag-ag-ag!

Rien de plus facile pour créer votre accent grave:
Pensez au cri du cacatoes voyant sa crête de plumes (j'ai dit qu'on parlera de celui-ci plus tard)
Tirez un trait dans l'axe nord-ouest/sud-est (sans déplumer le cacatoes)
Enfin, votre cacatoès peut çà et là pousser son rauque et sonore raa-aach!

Construire votre accent circonflexe? Encore plus facile:
Jules Renard - en moins exotique que votre goéland et votre cacatoès -  l'appelait joliment l'hirondelle de l'écriture.
Songez par exemple au Pense-bete d'un honnete reveur dévetu
Imaginez votre goéland poursuivant votre cacatoès (c'est un moyen mnémotechnique parmi d'autres).
Eurêka! Voilà votre honnête rêveur toujours dévêtu mais chapeauté pour la câânicule.
Notons que l'exercice fonctionne tout aussi bien avec un trouble-fête bêcheur même en tête-à-queue ou un aumônier criant grâce sous la voûte d'un château! 

Maintenant que vous savez le construire, je peux bien vous dire que nous l'avons échappé belle lorsqu'il fut question de l'éradiquer malgré les coups de gueule des Bernard Pivot, Philippe Sollers et autres Jean d'Ormesson.
Imaginez-vous que si: Je mis un fût au pied d'un mur et attendis qu'il fut mûr... je serais - comme le maçon et sa cédille - encore en train d'attendre!

Aïe! C'est inouï, mais j'allais oublier le petit dernier... celui qui fait deux gros yeux bizarroïdes au caïman, à la cataracte de l'aïeul et à Caïn dans sa tombe, celui qui fait deux gros poings au caïd qui coïncident sur le i ou de l'oïdium au bonzaï.
Appelons-le simplement tréma et n'en parlons plus, pas besoin de vous en faire un naïf dessin ni un laïus inutile.

Vous voilà à présent maîtres des accents, c'est à vous d'en jouer car n'est-ce pas un jeu après tout?
Pierre Dac disait bien: C'est quand les accents graves tournent à l'aigu que les sourcils sont en accents circonflexes !          

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :