31 mars 2012

Ont pondu du n(o)euf...

Jouvet

Lorraine ; Venise ; EVP ; Joye ; Vegas sur sarthe ; Walrus ;

Anémone ; Lise ; KatyL ; Joe Krapov ; Célestine ;

Caro_Carito ; SklabeZ ;

 

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


« La routine, quoi ! » (SklabeZ)


Quoi de neuf ?

 
Rien de spécial ! La routine, quoi ! 
 
Ici, tout comme chez nos amis américains, les campagnes électorales mobilisent les attentions de chacun. Campagnes éclipsées, non sans répercussions, par deux tragédies, Toulouse chez nous et Trayvon Martin outre-Atlantique. Ces courses à la Présidence et ces deux « faits divers » étant suffisamment relayés par tous les média, je ne m’étendrai pas.
 
De l’actualité je retiens deux événements qui sont passés presque inaperçus.
 
Industrie BESSON Mazak 20120328 2
 
Le premier concerne le Salon de l’Industrie, qui comme tous les ans à cette époque, se tient au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte. Contrairement au Salon de l’Agriculture, haut-lieu médiatique s'il en est, aucun des candidats à la présidentielle n’a daigné s’y rendre. Aucun candidat et aucun politique non plus ! 
J’exagère un peu en disant cela, puisque le ministre de l’Industrie y a certes fait son apparition et fréquenté quelques allées. Ce que je trouve désolant c’est qu’il a passé le plus clair de son temps sur le stand d’un grand constructeur de machines-outils japonais, ignorant du même coup ses concurrents nationaux. Désolant !
 
France ! Ton industrie et tes emplois foutent le camp ! Et, à droite, comme à gauche, tout le monde s’en fout !!!

 
Ce jeudi 29 mars, avait lieu au Sénat, sous les ors de la République, la cérémonie de remise des prix aux meilleurs apprentis de France. La médaille d’or de la catégorie « pressing » a été attribuée à une jeune Roumaine de 18 ans, Cristina Dimitru.

 
Cristina Sénat Meilleure apprentie 1Cristina est une sans-papiers. Arrivée à Nantes en 2005 avec sa famille Rom, elle a longtemps vécu dans une caravane, sans eau, ni électricité. Bien que travaillant régulièrement dans des entreprises de maraîchage, ses parents ont vu échouer toutes leurs demandes de régularisation. Ses conditions de vie étant très dures, Cristina a tout misé sur l'école, au lycée professionnel Léonard de Vinci de Nantes, où elle a obtenu, en juin 2011, son CAP. Lycée qui l’a ensuite présentée au concours des meilleurs apprentis de France : « C’était très dur au début, j’ai travaillé deux fois plus que les autres »  
Elle peut être fière du travail accompli puisqu’elle est maintenant Meilleure apprentie de France.
 
Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, Cristina a appris hier jeudi que la préfecture de Loire-Atlantique allait lui remettre un titre de séjour lui permettant de résider et travailler en France. « Je suis vraiment contente ! Mon avenir va être un peu plus rose », se réjouit-elle.

Réconfortant ! Mais tant reste encore à faire, ne perdons pas espoir.

Quoi d'autre ? Rien de spécial ! La routine quoi ! 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

A propos du rien : (Caro_Carito)

Rien
 
Des pétales clairs
Coule le fleuve d'Héraclite
Un prunier à terre

Caro187
Ogata Korin
Fleurs de prunier blanches
1710-16
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

Quoi de neuf ? (Célestine)

 




Quoi de neuf ? Une dentelle de petites choses .
Chaque matin, sur le rebord de la fenêtre, le parfum du chèvrefeuille 
qui monte dans l'air vif et chatouille les narines, enivrant comme une absinthe.
Chaque jour,  se voir dans le miroir comme si c'était la première fois.
Les étoiles au levant pâles et fatiguées après une nuit de fièvre. 
Une  étincelle dans son regard, là, en buvant son café,
la mèche qui tombe sur son front, so sexy...
et ce battement bizarre de mon cœur  que je ne connaissais pas. 
Quoi de neuf ? Beaucoup de choses, vraiment, quoi qu'en disent les grincheux.
Des robes qui virevoltent,  des jupes en vichy rose sur l'asphalte bruni par la pluie.
Cette odeur de printemps aux terrasses de bar, chargée de phéromones.
Les coques des bateaux fraîchement repeintes. Varech et goudron.  La marée apportant chaque jour des effluves étranges, des saveurs inconnues, des idées de partir.
Quoi de neuf ? Ah mais...oui ! des électriciens qui rétablissent le courant entre les gens,
des opticiens qui changent leur regard, des peintres qui leur dessinent des sourires.
Tout regarder autrement, tout entendre, tout goûter, tout sentir, avec ce sentiment exaltant et pénétrant que les molécules d'air que l'on respire n'ont jamais encore 
traversé nos poumons. Se sentir neuf après la lecture d'un poème, devant un bébé qui sourit.
Quoi de neuf ? Mais tout, mon ami, vraiment tout quand on sait regarder la vie avec une audace d'enfant.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

Quoi de neuf ? Pérec ! (Joe Krapov)

DDS 187 drapeau_canada_1_Ca se passe dans un paradis sur la terre, une contrée de grands lacs, de forêts profondes. Le gibier abonde, on peut le suivre à la trace dans la neige, poser des collets, tirer le caribou ou, plus original, l'orignal au fusil. On commence à situer ?

On récolte la sève sur le tronc des érables pour en faire du sirop et la feuille de cet arbre a fini, elle aussi, par coller au drapeau. La région est vaste, peu peuplée, sauvage au possible et pourtant, la perfection n'étant pas de ce monde, Georgette Pérec est bien en peine.

A l'inverse du sieur Juvet – rien à voir avec Louis ! -, elle se demande : « Où sont les mecs ? ». Ces pleutres se calfeutrent : ils s'avèrent incapables de remédier à l'état de siège. Il est impossible en effet de sortir de Silène de Mont-Louis, leur village, car un monstre sanguinaire terrorise les passants sur la route menant à la bourgade. Il ne réclame ni brebis ni fille de roi, il dévore tout le monde, ce gros insecte rançonneur, les entrants comme les sortants.

- A grand mal, grand remède ! Prenons notre destin en mains nous-mêmes, les filles ! a déclaré Georgette Pérec. Le moment de mettre fin à la vie de ce tourmenteur sur pattes est arrivé !

L'aimable Canadienne enfile sa canadienne et prend sa canadienne car il lui faudra bien plus d'un jour de route pour atteindre l'ennemi.

DDS 187 aiguiser- Tu vas camper au bord du lac ? lui demande son amie Madeleine Basdelaine. Caaalice ! J'irais bien avec toi mais j'suis ben trop molle du genou ces temps-ci !

- Crisse de Tabarnac ! Je m'en vas l'assassiner, ce dragon ! J'ai entendu une jolie tune d'un nommé Daniel Lejeune dans mes écouteurs. Ca dit ceci : « Je sais une ville au nord de l'Ontario. J'ai là des souvenirs de jours paisibles et bienfaisants. Si jamais j'ai besoin de me ressourcer, je retourne vers elle de manière à renaître. » Moi aussi, Madeleine, je rêve de voir cette ville et des tas d'autres endroits du monde où l'on s'amuse sûrement beaucoup et pour cela, ben, il faut nous débarrasser de c'tenflure de maringouin géant !

- Je t'admire Georgette, mais comment vas-tu faire pour venir à bout de c't affaire ?

- Je vais d'abord affûter mes outils et je l'amadouerai en lui balançant l'air du gars Daniel. Il m'écoutera et pis au moment où lui aussi se sentira « désemparé et sans aide » je lui collerai un grand coup d'ma cognée en gueulant « Timber » ! D'ordinaire j'sus contre la violence mais là, t'avoueras, elle est nécessaire. Comme le maudit gouvernement ne veut pas s'emparer du problème, c'est à nous de le régler, non ?

DDS 187 090819_030


Ainsi fit-elle. Elle se mit en route et parvint face au monstre dans le milieu du troisième jour de son périple. Le gros diptère était au milieu du sentier en train de se taper une broue avec une paille.


Georgette posa sa guitoune, entama sa tune, la bête l'écouta puis, comme un ouragan, la routarde lui monta au pif et, vengeresse, lui planta le fer dans l'antepronotum, lui coupa la somite et la culicida du Gregor Samsa du démon clamsa ! Un coup d'aiguille et le dommage était causé, la cause gagnée et morta la vaca !


***


Depuis ce jour, grâce à la courageuse Georgette Pérec, les maringouins de cette partie du Canada où l'on parle encore le français ont tous rapetissé, ne voulant pas connaître le sort réservé au clone de la bestiole pragoise par notre personnage de maîtresse-femme. Ils sont maintenant tout petits et, pour tout dire, inoffensifs. De plus on trouve auprès de tout bon dépanneur de l'endroit de la crème efficace et des voiles de tulle à se mettre par-dessus la tête pour se protéger des bibittes.

En souvenir de Georgette Pérec, de sa force d'âme, de son regard bleu vosgien et de sa victoire sur le maringouin géant, les générations suivantes ont inventé la journée internationale de la femme. Le 8 mars de tous les ans, on a désormais pour coutume là-bas d'offrir à sa porteuse de brassière d'amour, à sa blonde ou à son agace-pissette préférée une brassée de mignonnes fleurs bleues dont j'ai oublié le nom. Je sais, je n'aurais pas dû. Ce sont peut-être des « Forget-me-not » ? Ca justifierait mon trou de mémoire !

Cette jolie légende aurait pu bien se terminer mais c'était sans compter sur Groscouillu Joliesgosses, le dieu des coupeurs de bois du Canada et des porteurs de pourpoints en tissu écossais et bonnets de castor.
Pour se venger de l'outrecuidance féministe de Georgette et de ses pareilles, pour réparer l'outrage du ravalement de la gent masculine de la région au rang de lopettes indéfendables, Groscouillu Joliesgosses dota les auteures interprètes féminines de ces coins-là d'un organe vocal à faire trembler les épicéas. Cadeau empoisonné ! Du coup on ne comprend même plus, tant elles gueulent, les paroles de leurs bluettes !
Depuis-ce jour, moi-même, je préfère le maringouin de Silène au baragouin de Céline. Comme je dis à mon épouse dans notre vieille automobile : "C'est Dion, tourne le bouton ".

DDS 187 je me souviens


Pour se souvenir davantage encore de Georgette Pérec, « je me souviens » est devenu la devise de cette partie du monde et Mme Marie Travers, dite la Bolduc, a composé et interprété une gaudriole intitulée « Les maringouins ». Si ça vous dit de la turluter avec moi et d'entendre mon ruine-babines à fausses notes, c'est ici !

 

 

P.S. Les lecteurs assidus et les lectrices perspicaces auront deviné qu'il s'agissait ici de « 99 dragons : exercices de style. IX, Lipogramme ».
Ce texte a en effet été écrit sans utiliser les lettres H,K,Q,W,X,Y et Z.
Quoi de neuf ? Pérec !

P.S. La photo de Georgette et Madeleine a été fournie par Joye qui est un peu leur voisine !


 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :


Quoi de neuf (KatyL)

katy187

la poésie et la peinture m'accaparent
les oiseaux et le soleil m'accompagnent.
je vais au gré des chemins à la campagne
la lumière dans les yeux pour compagne.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :

Avec du vieux, je fais du neuf (Anémone)

Manifeste pour le droit aux fêlures
et la reconnaissance des failles

 
 
Avec joie je récolte
Les pots cassés,les assiettes,
Les tasses ébréchées,les plats,
Les débris,les fragments,les miettes.
Pour une brocante?
Point du tout.
Par amour des choses en mauvais état?
Pas tout à fait.
Parce que je les répare?
Je crains que l'on s'égare.
Pour un jeu de chamboule tout, alors?
(Chez nous on appelle ça "ménage de Caroline")
Pas exactement.
Pourtant en effet, je les démantèle plus encore.
Les morceaux de miroirs me portent bonheur.
Le rustique du grès épouse la fine porcelaine.
La terre se mêle à l'or.
Je sépare, je brise et je réunis,
Comme si je rassemblais les parties de moi-même.
Avec du vieux je fais du neuf.
Quoi de neuf aujourd'hui?
Un couple de paons échappé à une mort certaine
Dans une déchetterie
Embellira le jardin.
Pour lui j'ai recréé un chemin de pierre.
Dans la vasque où il trône, je ferai couler l'eau
Et flotter le lierre.
De leur union naîtra peut-être un oeuf.
Ou plusieurs.
Et d'avoir été à deux doigts de disparaître,
De ne pas pouvoir s'unir,
De ne pas se connaître,
Ils éprouveront plus richement l'ampleur

De leur plénitude.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Nihil novi sub sole (Walrus)

C'est une question de point de vue, bien sûr.

Mais j'aime bien l'Ecclésiaste...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :

La gazette de Montmirail (Vegas sur sarthe)

"Alors quoi de neuf, Jacquouille?"
"Messire Godefroy, si je n'craignois pas de me répéter j'vous répondrois trois que multiplie trois..."
"Quand on se fait appeler la gazette de Montmirail on devrait avoir de bonnes et fraîches nouvelles à me narrer!"
"Messire, j'ai ouï dire que les anglois ne disent pas nouvelle mais niouze!"
"Alors dis-moi les niouzes Jacquouille"
"Et ben, pour l'an de grâce 1123 notre bon château de Montmirail a reçu son 13 780 000ème visiteur, Messire"
"Bien, j'ai grand plaisir à esgourder cette niouze"
"Mais la bande des Instouchables en a vu passer 18 389 000"
"Mille quenouilles! Comment ont-ils fait ça?"
"Messire, on dit qu'ils ont un grand noir, un Sarrasin d'apparence qui se reproduit plus vite que le bouc à la lune montante!"
"On ne respecte plus rien, Jacquouille... vivement qu'on lui pèle le jonc comme au bailli du Limousin!   Et à part ça, quelle niouze?"
"Euh... la tévéa sur les oeufs de caille vient de passer à 21.2%, Messire"
"Montjoie! Je veux bien estre transformé en cul de nonne si le petit intendant vote cet impôt avant l'hiver!!"
"C'est qu'il est petit mais teigneux, Messire Godefroy..."
"Qu’on le pende et qu’on le passe à la questionnette du Frère Ponce! Il n'est point dit que je débourseroi plus pour m'empiffrer plus de ma potion magique préférée"
"Oookkkaaayyy, Messire"
"Abrège Jacquouze, quelle nouille? Fichus anglois! Je voulois dire Abrège Jacquouille, quelle niouze?"
"Messire, au dernier sondage ipsos des douves il semble que le centre s'esfondre"
"Le centre s'effondre dis-tu? Et à quelle famille appartiennent les maçons?"
"Un nom estrange, Messire... la famille Modème"
"Bourses molles! Qu'on change cette merdasse avant que mes fossés ne débordoient!
 Et pas une seule bonne et fraîche niouze, Jacquouille?"
"Messire, aujourd'hui Milady Gaga fêste ses 26 printemps! Je le tiens d'un hérault qui l'a twitté tôt ce matin "
"Et de quel blason seroit cette Milady?"
"On la dit de souche ritale, descendante des Germanotta"
"Morte couille! ça sonne plutôt teuton ce Germanotta... et est-elle de bonne naissance à desfaut d'avoir de beaux teutons? Hahaha"
"Elle aurait estudié les bonnes manières en compagnie des Hilton, Messire!"
"Les Hilton? Ces marauds qui font réussissement en chambre d'hôte? Et comment est fagotée cette pucelle?"
"Pouah! Un laideron en armure de cuir, plumes et quartiers de bidoche, Messire. On ne peut la manquer tant ça puire à trois lieues!"
"Humm... J'irois bien trousser cette gueuse et lui donner jouissance, et par Belzébuth Que trépasse si je faiblis!"
"Euh... Vous estes Godefroy Amaury De Malfète, comte de Montmirail, d’Apromont et de Papimcourt, fils d’Aldebert de Malfète et de Thibaude de Montfaucon esgalement dit Le Hardi mais si vous ne tenois point à mourir comme un pesteux, je vous conjure d'éviter cette femelle"
"Va au diable Jacquouille, de toutes tes niouzes celle-ci me réjouit le fessard et je m'en vais de ce pas faire mon lavement et niquer la gueuse!"
"Quel bin's"

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

NON, RIEN (joye)

kwa de neuf

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :