25 février 2012

Ont poussé l'escarpolette

 

Balancoire

Venise ; Vegas sur sarthe ; Lorraine ; Lise ; KatyL ; Walrus ;

Adrienne ; EVP ; Lilou ; Mamido ; Sebarjo ; Anémone ; MAP ;

Vanina ; Titisoorts ; Captaine Lili ; Joye ; Joe Krapov ;

SklabeZ ;

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :


Un si beau portique (SklabeZ)

C’est le bonheur parfait. Plongé dans une douce béatitude, il se laisse bercer. Ah ça oui ! Il peut être content de lui ! Il vient de terminer l’installation du portique au fond du jardin.  Un grand portique avec corde lisse, corde à nœuds, anneaux, échelle de corde et deux balançoires.

Pour le moment ses enfants sont encore petits, et pour les anneaux, on verra plus tard… seulement s’ils ont des dispositions pour la gymnastique.

Le portique, avec tous ses agrès, est magnifique. À peine terminé et les derniers réglages effectués, il s’installe sur une des balançoires, pour la tester.

C’est qu‘il s’est beaucoup investi dans ce projet, il y a consacré beaucoup de temps et d’argent, bien plus que ce que lui aurait coûté un ensemble tout fait dans une jardinerie ou une grande surface.

Le lent mouvement alternatif de son corps, de part et d’autre de son centre d'équilibre le plonge dans un calme paisible.

Les yeux mi-clos, il se remémore les différentes étapes du projet.  La patience pour la recherche et l’achat des tubes métalliques. La constance dans mes visites obligées chez le ferronnier du coin pour fabriquer les manchons destinés à réunir les montants du portique. Entre deux âges, cet artisan, une éternelle gitane maïs au coin du bec, avait toujours une histoire salace à raconter. Son auditoire était à son image et tous les désœuvrés du quartier se donnaient rendez-vous chez lui. Grosse et grasse rigolade assurée, son atelier ne désemplissait pas.

L’humiliation, quand s’attaquant à la fabrication des crochets en tire-bouchon pour fixer des agrès, ce grossier personnage, a cru bon d’amuser la galerie en lançant à la cantonade : « Et pour les queues de cochon ? On prend modèle sur la vôtre ? »

La douce oscillation a déjà évacué cet affront. Le balancement régulier le berce et des images apparaissent dans son esprit.

Il n’avait jamais fait de balançoire auparavant. En tout cas il ne s’en souvient pas et ce n’était pas son genre, un vrai truc de filles ! Ce n’était pas son genre, surtout pas, il avait même une certaine aversion pour ce jeu, aversion venue on ne sait d’où.  Pourtant il commence à entrevoir le va et vient d’un jeune garçon sur une escarpolette. L’image est floue mais se précise, ce jeune garçon lui ressemble étrangement. Il a ses propres traits. Mais c’est moi, se dit-il ! Près de lui un autre jeune garçon. Lui aussi voudrait bien faire de la balançoire et essaie de lui prendre sa place. Il est très coléreux et ne peux attendre. Alors de dépit, il lui cède le siège et commence à le pousser, assis sur la planchette et les mains accrochées aux cordes le petit frère est aux anges. Il commence à le pousser doucement d’abord, puis un peu plus fort, de plus en plus fort, et encore plus fort. Le vertige le gagne et son petit frère ne rit plus. La bouche ouverte, les yeux perdus, il est comme pétrifié.

Soudain il glisse de la planchette, ses petits bras ne sont pas assez vigoureux pour qu’il se rétablisse. La balançoire se vrille… les cordes l’enserrent dans un baiser mortel.
Plus rien ! Il se rappelle juste du pimpon, du clignotement bleu de la belle voiture des pompiers, ses parents en pleurs.

Il s’arrête tout net, saute de sa planche et entreprend immédiatement le démontage de son portique, de son beau portique.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

Nul ne part à l’assaut du ciel s’il risque des fesses mouillées (Joe Krapov)

DDS 182 balançoire enneigée sous verreUn blanc caftan de neige a couvert le jardin,

Brisant dans son élan l’énergie écolière :

Pas de car, pas d’école et la maman, geôlière,

Doit supporter les cris de son petit gredin.

 


C’est Noël ! Il a hâte, la mauvaise graine,

D’aller geler son linge au frais de la glacière,

D’être roi des Lapons, d’emplir sa gibecière

De cristaux et de cabrioles dans l’arène.


 

- Mange tes céréales avant de t’en allerDDS 182 balançoire enneigée

Brûler tes calories, criailler comme un geai,

Sur cet écran trop blanc accomplir ton carnage ! ».


 

Pas, bonhomme, glissade au milieu des allées…

Seul trésor épargné par le petit sauvage :

La balançoire, encore un peu immaculée.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

Où sont les neiges ? Downtown ? (Joye)

 

Balançoire du temps de jeudi

Dicte-moi, ici dans mon country,

Un beau texte, ou something-something,

Fleuri, ou tout comme,

D'une beauté plus que littéraire,

J'ai trop passé de temps avec ma cousine,

(Celle qui vit dans l'état de Maine),

Ou à la Riviera, ou peut-être à mon étang,

Pour balancer un texte sur cette jolie swing...

Mais où sont les neiges ? Downtown ?

 

Où dénicherai-je un texte sur cette Héloïse

Dont les frères ont distingué le cochon de l'Abelard -

(Ils l'ont fait sans Denis, ça a dû saigner !)

Ou bien quelque chose sur la reine d'Iowa

La prof de français qui ne mourra jamais

(She'll just go in Seine, the old bag)

Pour balancer un texte sur cette jolie swing...

Mais où sont les neiges ? Downtown ?

 

Et puis il devra y avoir

Une reine blanche comme la neige

Blanche Neige - dictes-moy, pourquoi dit-on

"Blanche Neige"

et pas

"Neige Blanche" comme nous

les anglophones faisons

à la françoyse

(françoyse, ça en jette, ne trouvez-vous pas ?)

Mais où sont les neiges ? Downtown ?

 

Prince, l'artiste de Minneapolis,

Où se trouvent pas mal de balançoires

Que ce refrain ne le malmène, mais :

Où sont les neiges ? Downtown ?


Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

Haïku, d'hiver (Titisoorts)

             

        tu m'ouvres les bras
        va et vient de l'enfance
 
           aïe cul, j'ai froid

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :


Il fait si froid, sans toi (Vanina)

Vanina182Cela fait 12 ans maintenant que je reviens ici chaque hiver, à la date anniversaire.
Chaque année, au mois de février, sous la neige, j’observe, en silence, notre balançoire. Et je te vois, je t’aperçois, le teint si pale, comme si tu naissais dans cet air glacé, et pourtant tu sembles détendue, sereine.
Malgré tout, à chaque visite, je repars un peu plus transie.
Laure ma sœur, tu avais 4 ans. Comme moi, tu as vieilli… tu as tant grandi.
Je me souviens de ce jour où du haut de mes 7 ans, en grande sœur que je suis, j’ai voulu te faire plaisir. Tu étais assise sur la balançoire, et tu riais en réclamant « plus haut ! »
J’ai inspiré profondément et j’ai poussé de toutes mes forces. Je n’ai jamais compris pourquoi là-haut tu as tout lâché…
Je t’ai vu planer, tu riais. Mais arrivée au sol, ta tête a heurtée un caillou. Une tache rouge s’est répandue sur le blanc immaculé des flocons fraîchement tombés. Le silence a envahi le jardin. Je suis restée là, comme toi, figée.
La suite ? Je ne m’en souviens pas…
Mais cela fait 12 ans maintenant que je reviens ici…

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :

Recette (MAP)

Recette

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

Par tous les temps de la vie (Anémone)

 
Se balancer au printemps,
Même avec menace de grésil,
C'est facile.
Mais se balancer en hiver.... 
Il faut être audacieux, inconscient,
Ou vraiment téméraire.
 
Se balancer en été,
Il n'y a qu'à se laisser pousser,
C'est aisé.
Mais se balancer en hiver...
Il faut du désespoir, beaucoup de chagrin,
Ou autant de colère.
 
Se balancer en automne
Avec aux branches comme sur le sol
Des couleurs d'arc-en-ciel,
Quelle merveille.
Mais se balancer en hiver...

C'est devenir inventif et libre,
Facétieux et léger.
Pareil à la neige.
Semblable à l'air.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

Quoi ? (Sebarjo)

 

?


Parfois (souvent) je pose des questions à la limite de l'absurde, du genre

« Est-ce qu'un ascète assis est plus fort qu' un assassin en quat' quat' ? »

(ou pour les matheux : A7A6 > 1A5 (4 X 4)


Ou encore : « Sans indice, dites-moi combien y'a -t'il de O dans une paire de ciseaux ? »...

Alors on en a assez ! On m'envoie des «Mais on s'en balance » !

Et si j'insiste, on devient méchant et on me balance des « laisse tomber la neige »...

Ne vous étonnez donc pas, il fallait bien que ça arrive !!!



Balancoire_sous_la_neige



Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

La balançoire (Mamido)

 

Mamido182

La balançoire, l’escarpolette … Mots au parfum d’enfance, réminiscence de sensations éminemment vertigineuses, premiers émois du corps et du cœur…

La sensualité est au cœur de ces objets où l’on retrouve la sensation du bercement maternel, où l’on éprouve pour la première fois une griserie et un vertige équivalent à celui du sentiment amoureux ou de la liberté.

Cette impression que l’on va s’envoler, que le cœur va s’échapper de notre cage thoracique ! Le premier des manèges, le plus primitif et le plus merveilleux …

Le romantisme au jardin dans le plus agréable des accessoires pour courtiser :
« Poussons, poussons l’escarpolette
Poussez pour mieux me balancer… »

C’est ce que déclare la belle dans l’opérette « Véronique ».

Tandis que dans la chanson de Montand, « une demoiselle sur une balançoire se balance à la fête un dimanche… » et ses « jambes blanches sous son jupon noir » affolent le garçon qui croit qu’elle a des ailes et désire l’épouser.

Mais finalement, dans l’opérette comme dans la chanson, ce que semblent préférer à la perspective de l’amour les deux jeunes filles c’est le plaisir quasi hypnotique de se balancer…
« Si ça me fait tourner un peu la tête
Tant pis ! Je veux recommencer
. » déclare l’une.

Tandis que l’autre ne fait que répondre aux proposition de l’amoureux transi : « J’vous remercie mais j’préfère retourner là-bas » insensible aux cadeaux, aux compliments, aux baisers et même à la demande en mariage !

… Est-ce que de nos jours, à l’heure d’internet et de facebook, il est possible d’imaginer que l’on puisse encore draguer sur les balançoires ?!

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :