Défi 177 (Droufn)

Je me suis calé dans le petit coin de la fenêtre, entre le rideau et le radiateur. La rue était blanche et givrée, immobile, vide. Petit à petit mon esprit s'est vidé de ses pensées, la réalité s'est figée, les atomes sont devenus silencieux, la matière inerte, je n'osais plus bouger. J'avais froid et peur mais j'étais bien. Une peur agréable, douce et anesthésiante. Au bout d'un long moment, une de mes paupières trop légères en ce milieu de nuit a bougé, mon cœur s'est remis à battre, les atomes à circuler. Je suis retourné me coucher, l'âme en paix, mais les pieds froids. J'ai dormi.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Night fever Célestine)

Célestine177

23h 00  Je ne dors pas. Je crois que j'ai encore le temps. Tout le temps.
23 h10  Oh la, faudrait quand même que je me bouge ! Mais j'ai les neurones engourdis papr la fatigue de la semaine.
23 h 20 On dirait que les brumes de mon cerveau se dissipent, entreverrai-je une issue ?
23 h 30  Une espèce de frénésie m'agite soudain, mais les doutes m'assaillent...et si je me trompais tragiquement ?
23h 40 Je dois foncer, là, il n'est plus temps d'atermoyer et de me perdre en conjectures !
23h 50 Un étrange sourire flotte sur mes lèvres. Et moi je flotte entre deux eaux, heureuse...
23h 55 Plus un bruit, dans la maison endormie, mais moi, j'ai de moins en moins sommeil
23h 56 Encore quelques minutes et je fais le grand plongeon...
23h 57 Le plus difficile : mettre la dernière main, peaufiner les détails
23h 58 Quelle excitation! et si...et si...oh my God ! c'est ce que dirait Joye n'est-ce pas?
23h 59 Je ne peux vraiment plus reculer, il faut y aller, ma vieille !
0h 00 Je clique en tremblant,  samedi-défi, ça y est, mon message est parti
0h 01 Enfin, j'ai tout le reste de la nuit pour lire vos insomnies !...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

À demain, mon amour (Berthoise)

La nuit quand tout le monde dort, je ne dors pas. J'attends. J'attends que l'agitation s'apaise, que les respirations se calment, que les rêves s'éveillent. Alors, quand tout se fige, quand plus rien ne bouge que les poitrines qui montent et descendent au rythme du souffle, alors je me lève sans bruit. Je quitte la chambre à pas légers. Je me vêts avec soin, je me pare de mes plus beaux atours. Je sors. Je rejoins mes amants. Je rejoins celui du moment.

Sous la lune complice, dans la fraîcheur qui pince mon visage, je vole à travers les rues, la ville, la campagne pour retrouver celui du moment.

J'offre mon corps à ses caresses, j'offre mes caresses à son corps. Je soupire, je geins et me pâme sous ses baisers. Quand nos jeux se tarissent, je rentre au château. Je me glisse sans un bruit dans le lit conjugal. Il est chaud, doux, accueillant. Je me colle contre le corps paisible de mon mari endormi. Il pousse un soupir et m'enlace. Je m'endors enfin rassasiée dans la tiédeur sereine de notre couche, tout en haut de la tour. En me dévêtant, j'ai laissé au pied du lit, ma paire de souliers aux semelles usées par ma course nocturne.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

Une aventure de Pleine Lune et Rayon de Soleil (Vanina)

Vanina177

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :


extrait du journal de Monsieur Mon-Lapin-Pour-Dormir (Sable du temps)

 

La nuit, lorsque Elle ne dort pas, Elle rêve … qu'Elle dort, d'un sommeil empli de rêves ...
Ses insomnies sont plus sereines, ce qui n'a pas toujours été le cas !
Elle a longtemps compté les moutons :
- «  C'est d'un fastidieux, d'un ennuyeux  - m'avait-Elle dit  -  nul et répétitif ! Faut dire que pour pimenter l'affaire, je compte les pattes ! S'ensuivent alors, des opérations arithmétiques assommantes. Et puis tu as toujours le benêt de service qui a oublié son portable ( si si, les nuits de campagne pleine de moutons, c'est possible, parfaitement ) qui fait demi-tour et repasse la barrière … et hop moins quatre ! ... Enfin benêt, peut-être pas tant que ça, moins Panurge que les autres, dirons-nous, un original, ou simplement l'exception qui confirme la règle . Pendant ce temps-là, passe l'handicapé, victime d'une mine antipersonnel ( si si les nuits de campagne pleine de moutons c'est possible, parfaitement ) avec une patte et demie en moins et alors là, le problème se corse … on tombe dans le décimal et le cauchemar … éveillé  ( humour, ah ben oui !) »
Une histoire à dormir debout ? Que nenni
Adieu veau vache cochon mouton, barrière et prothèse de hanches.
Elle a ensuite troqué la gent ovine pour un sablier (allez savoir pourquoi!!!) et décidé de compter les grains de sable, au passage du haut vers le bas. Oui, parce que dans l'autre sens, convenons que l'exercice n'est pas évident et pas nécessairement propice au sommeil. Comme somnifère on a trouvé plus efficace :
 - « Le problème, avec les grains de sable  - m'avait-Elle expliqué -  c'est qu'ils se ressemblent tous, ils se grimpent les uns sur les autres, se bousculent et se précipitent  dans le vide à une vitesse folle comme si le temps leur était compté , zut y' a pas le feu au lac quand même ! En fait, ils sont suicidaires et moi, nulle en maths, voilà ! »
L'expérience a tourné court et il était temps d'envisager une solution plus … enfin moins … !
Elle a parlé de grand ménage de printemps, repeindre la maison et tomber quelques murs, j'ai proposé, lecture, yoga et méditation transcendantale.
Puis lorsqu'Elle a sérieusement envisagé de s'essayer au somnambulisme  -  c'est une idée rigolote, non ?  - pour « voir comment ça fait, et s'occuper un moment », j'ai dû menacer de la quitter.
Je devenais inutile, bon à rien, moi, censé être l'ami qui calme, qui comprend, qui endort, le faiseur de rêves, l'envoyé de Morphée.
Et  depuis  …
… La nuit, lorsque Elle ne dort pas, Elle rêve … qu'Elle dort d'un sommeil empli de rêves … éveillés ! Paradoxal non ?.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Moutons dodo (titisoorts)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

préhistoire du Net (Zigmund)


Longtemps je me suis couché à point d'heure, regardant des films à la télé, lisant, ou tapotant l'ordinateur.
Il fut un temps où les ordinateurs n'existaient pas...
Puis, quand ils ont existé,  ils occupaient une pièce...
Et Internet ? Dis Tonton Zigmund ça existait Internet quand même ? ...
Pas vraiment....
Du temps où la poste et les télécommunications  appartenaient à tous,  il y avait un truc qui s'appelait Minitel. Ça ressemblait à un ordinateur très moche, pas plat du tout , avec un clavier pourri et avec deux couleurs : noir pour l'écran, et blanc pour les lettres. C'était fait pour remplacer l'annuaire papier mais après quelque temps certains journaux ont ouvert des messageries. Il  y en avait de toutes sortes  mais ça pouvait coûter cher...
A cette époque, je me retrouvais célibataire, et avec des copains on avait trouvé les codes pour entrer sans payer  sur la messagerie du journal libération.
C'était comme un fesse bouque mais en bien plus lent,  pas question d'images, et on y rencontrait le pire comme le meilleur. Sur la page d'accueil, s'affichait la liste des "connectés" où je repérais mon  propre pseudo  "Wolfgang" suivi de mon numéro de département  XY.
J'y passais des soirées entières...
Une nuit, vers 4 heures du matin,  je me suis réveillé en sursaut. La maison était vide,  très vide, même le chat  (Wolfgang) était parti en vadrouille...
J'ai d'abord tenté de me recoucher et de me rendormir...impossible
Puis j'ai allumé la télé...bof ! , mis un film dans le magnétoscope mais impossible de me concentrer...j'en tremblais de rage.
Pour la première fois de ma vie je testais l'insomnie, la vraie, celle pour laquelle les patients mendient un traitement. Moi qui avais toujours traité  ce type de demande par un mépris ou une incompréhension (sans l'exprimer bien sûr), moi qui pensais sans pitié des trucs comme "yzonka", c'est pas grave, c'est du temps gagné pour lire, yaka s'occuper et le sommeil reviendra, je comprenais enfin  et je tombais de haut ...
Alors après plusieurs tentatives, j'ai allumé le Minitel et j'ai fait le code du serveur à la recherche d'une voix amie dans la nuit.
Sur la page de garde s'affichait un seul et unique nom : Wolfgang XY et mon message qui tenait en ce seul mot : "insomnie".
 J'ai attendu un peu, puis j'ai écrit comme on lance une bouteille à la mer : "ben alors où vous êtes passés ??? "
Dans mes pires cauchemars,la  fin du monde ressemble à ça ...
 
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

Reflet (Brigou)

 

 

Parfois, sortant d’un rêve, j’ouvre les yeux. Je me lève sans déranger le sommeil de celui qui partage mon lit. A tâtons je me dirige vers la salle de bains. Je pousse la porte, allume la lampe au-dessus du lavabo. Délicatement je prends un verre en opaline blanche et le place sous le robinet d’eau froide.

J’aime ce verre il appartenait à ma mère. Je ne sais plus à quelle occasion mon père lui avait offert. On y voit dessus, écrit en rond, le mot AMOUR.

Quand j’ai fini de boire, je m’attarde, m’approche du miroir et j’observe mon reflet. Avec mes mains je me couvre les joues et la bouche et je ne vois plus que mes yeux. C’est alors le regard tendre et bleu de maman que j’aperçois !

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Quand je ne dors pas (MAP)

 

Chanson pour endormir son enfant 

  Les moutons

Quand je ne dors pas

Maman dit tout bas :

« Compte les moutons ! Compte les moutons ! »

Je réponds tout haut :

« C’est mieux les gâteaux ! »

 

Quand je ne dors pas

Maman dit : « Allons 

Compte les moutons, compte les moutons ! »

Je réponds  : « Mais non

C’est mieux les bonbons ! »

 

Quand je ne dors pas

Maman dit : « Allez 

« Compte les moutons ! Compte les moutons ! »

Je réponds : « Tu sais

C’est mieux les jouets ! »

 

Quand je ne dors pas

Maman dit très fort :

« Compte les moutons, compte les moutons ! »

Mais je n’aime pas quand Maman crie fort

Alors je dis « OUI ! » et puis je m’endors !

.......................

Petites filles, petits garçons

dormez sans comptez les moutons !

 

 

N.B. Cette chanson a été écrite par ma chère Maman et j'en ai composé la mélodie.

Je ne peux vous en faire écouter qu'un  petit extrait car j'ai un peu de mal avec micro et magnéto 

 ... et cela a été enregistré  à l'époque sur K7

Accompagnement guitare par Jacques Klein.


En cas de panne d'Onmvoice, voici le fichier mp3

compte_les_moutons2 

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :