19 novembre 2011

N'y ont vu goutte hier...

Joye ; Venise ; Lilou ; Tracy C ; Vegas sur sarthe ; Walrus ;

KatyL ; EVP ; Mamido ; Célestine ; Lorraine ; MAP ; Sebarjo ;

Joe Krapov ; 32Octobre ; titisoorts ;

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


Bateau galère‏ (titisoorts)

bateau naguère bateau d'enfer bateau galère
bateau j'en bave bateau épave bateau d'esclaves
 
bateau y croire bateau d'espoir bateau mouroir
bateau piaules bateau vérole bateau people
 
bateau dingo bateau labo bateau robot
bateau c'est beau bateau sous l'eau bateau Cousteau
 
bateau au port bateau j' m'endors bateau ténor
bateau mythique bateau apologique bateau Pen Duick
 
bateau fierté bateau vanité bateau soldé
bateau partance bateau déchéance bateau le France
 
bateau frégate bateau régate bateaupirate
bateau de fées bateau rêvé bateau papier


 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Baptême (32Octobre)

69943174[1]

Enfin, la liberté !

Pas trop tôt.

Vous avez raté la cérémonie de mon lancement.
Je suis sûr que vous ne me croirez jamais.

Camille est monté sur le toit… au risque de se rompre le cou… m’a déposé délicatement dans la gouttière… m’a donné une petite poussée… j’ai eu peur… j’ai piqué du nez… pardon de la proue dans un tunnel, noir et sans fin…

Et me voilà ! Même pas froissées mes voiles.

Je suis Fringuant, le petit navire de Camille.

Camille, il a passé son après-midi à me fabriquer moi et mes collègues…

Attention ! Il va falloir que je me pousse… ils arrivent !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

Comment se centon après un naufrage ? (Joe Krapov)

Nous étions deux, nous étions trois, nous étions trois marins de Groix. Il y avait parmi nous John Kanak, ex-capitaine de Saint-Malo qui f’sait la pêche au cachalot. Il a trois filles qui font la peau, la première à Valparaiso, la deuxième à Rio d'Janeiro, la troisième à San Francisco. Le deuxième d’entre nous s'appelait Jean Quemeneur. C'était le fils d'une demi-sœur à la fameuse madame Lareur, la grande Hortense, celle qui tenait un caboulot "Aux gars d’ Dinard et Saint-Malo" en face la caserne du dépôt à Recouvrance. Et moi bien sûr qui ai été gabier sur « La Fringante » : je m’appelle Jean-François Denantes.

Etait-ce chez Ti Beudeff, était-ce ailleurs ? J’ai la mémoire qui flanche, j’me souviens plus très bien. Toujours est-il que c’est dans une taverne qu’on s’était fait enrôler par un bosco qui nous avait saoulés.

Quittant ses genêts et ses landes, quand le breton se fait marin pour aller aux pêches d'Islande, voici quel est le gai refrain que le pauvre gars fredonne tout bas : « Faut sept jours pour faire une semaine, les s’maines, les mois font les années et la vie est toujours la même, je deviens fou rien qu’d’y penser. »

Un jour le temps se fit très gros sur les flots de la mer d’Iroise. Le vent qui souffle de partout accorde son biniou. La mer a dû boire un coup d'trop, elle qui ne boit que de l'eau ! Elle saute à tort et à travers, la chemise à l'envers.

Pour l’occasion Long John Silver a pris le commandement des marins. Et vogue la galère ! Tiens bon, oh matelot ! Adieu la bamboche et les filles au sang chaud ! Le vieux qui nous mène à du vice plein la peau : il dresse les bordées à coup de barre de guindeaux sur la route de San-Francisco. Serre les voiles ! Tout le monde en haut ! Pique la baleine, joli baleinier !

Mesdames et messieurs, prenez vos mouchoirs, versez quelques larmes. C'est une triste histoire, le mariage secret  de la mer et du vent ! Et le navire roule et tangue,  et se jette sur les brisants de l'île d'Ouessant. Ah ! Matelots, sur le voilier, voilà le moment de prier car on entend les mâts qui craquent sous les lames qui nous attaquent.

Or ça ! C’était pourtant un fameux trois mâts, fin comme un oiseau hissé haut que la « Marie-Joseph » ! La grand-vergue est en ivoire, les poulies en diamant, la grand-voile est en dentelle,
le mât d’origamisaine en satin blanc. Les cordages du navire sont de fils d'or et d'argent et la coque est en bois rouge, travaillée fort proprement. Amis il faut rendre hommage aux voiliers, aux charpentiers qui ont fait d’la belle ouvrage ! Buvons la tasse à leur santé !

Car voilà que maintenant y’a cinq marins sur la mer loin de leurs amitiés ! Quand y r’viendront à terre, Jef, nous les ferons danser. Mais pour l’instant, brassons bien partout carré ! Tout au fond de la mer les poissons sont assis et le bébé requin a très bon appétit ! Et vire, et vire donc façon Laure Manaudou mon gars sinon t’auras pas d’vin dans ta gamelle. Et vire, et vire donc façon Alain Bernard mon gars sinon t’auras pas d’vin dans ton bidon.

J’ai quand même eu la force, avant de sombrer, de brailler :

Du rhum, des femmes et d'la bière nom de dieu ! Un accordéon pour valser tant qu'on veut ! Du rhum, des femmes c'est ça qui rend heureux ! Que l'diable nous emporte on n'a pas trouvé mieux !

Adieu chers camarades, adieu, faut se quitter. L’tonnerre de Brest est tombé, pas du bon côté.
Tout s'est écroulé ! Dans c'qui reste de Recouvrance n'logerait pas un Sarko ! Et Fanny ma connaissance est morte dans son bistrot

***

A c't'heure je suis retraité, maître timonier, aux Ponts et Chaussées. J' n' ai plus rien en survivance sinon que dans mon sac de matelot j’ai mis tout c’que j’avais de plus beau. J’y ai mis l’harmonica qu’j’avais acheté à Malaga. Quand je vais faire flotter mes bateaux de papier, que je souffle dans mon « ruine-babines » mes chansons d’autrefois en suivant le ruisseau, sa musique me rend philosophe et je me dis en repensant à ce naufrage d’autrefois : « Encore heureux qu'il ait fait beau et qu'la Marie Joseph soit un beau bateau ! ».


 

110814_C_080

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

Se faire mener en bateau (de papier) (Sebarjo)

Le jour se lève
Encore sur l'hiver
J'étais en plein rêve
Cette grisaille me désespère.

Je me suis réveillé trop tôt,
C'était bien, j'étais un bateau
De papier voguant sur les eaux
d'un modeste caniveau
Qui m'emportait jusqu'au ruisseau
Qui m'emmenait à une rivière
Qui me jetait dans l'océan
Et au large, les haubans !

Mais le jour s'est levé
Toujours sur l'hiver
Je crois que j'ai rêvé
Comme cette grisaille me désespère.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


Y'avait ... (MAP)

Y’avait un bateau bleu

tout petit, tout léger

en papier plié

qui aimait  s’arrimer

près de la  cheminée

sur mon toit haut perché !

 Bateau 2

Tout joli, tout fragile

il n’osait se lancer

dans la vie maritime

Allait-il y sombrer ?

Pourrait-il y voguer ?

La vie c’est pas facile !

 Bateau 2

Un oiseau de passage

hirondelle d’été

lui tint un beau langage

lui décrivant la mer

ses vagues, ses marées

aux reflets irisés.

 Bateau 2

Et la pluie s’en mêla

lui parla des sirènes

des trésors engloutis

des galets si polis

qui roulent sur les plages !!!

Le voilà qui tangua !

 Bateau 2

On n’y voyait plus goutte

il se laissa glisser

sur le rideau de pluie

qui l’entraîna tout près

de la pente-cascade

qu’il dévala sans cri !

 Bateau 2

Y’avait un bateau bleu

tout léger, tout fragile

-adieu mon tout joli-

qui acceptait enfin

-son ancre étant levée-

de vivre en liberté !

Bateau 2


Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

LE VOILIER FOU (Lorraine)

  

Voilier battant

Vent de tempête

Le fil du temps

Part en goguette

 

Brume effeuillée

A l’horizon

Tu te déchires

Comme un haillon

 

Voilier maudit

Le long des landes

Tu nous prédis

La sarabande

 

Longeant les prés

Narguant les routes

Dessus la mer

En avant toute !

 

Où est le temps

Voilier miteux

Où tu pavanais

Tes déroutes ?

 

Les heures ont fui

Et sur la mer

On entend le bruit

De l’orage

 

Demain nous irons sur la plage

 

 

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Pliage (Célestine)

 

Paul, ne serait-ce point que tu t'ennuies, que dirais-tu d' un pliage?

Tu vas voir, c'est enfantin ! Je vais t'apprendre à fabriquer un bateau en papier !

Ah! Les bateaux voguant , antiques caravelles

vers Cipangu naissant , lontaines balancelles...

1-Présenter une feuille de papier verticalement

Vertical est le mât, mais sous les alizés,

parfois les mouvements de l'eau le font pencher...

2- Plier la feuille en deux sur le côté long

le long des côtes, là où le sable blanchi

étend ses plages immenses et vierges, à l'infini

3- Replier la feuille en deux sur le côté long pour en marquer le milieu

au milieu de la mer, l'océan en furie

les mouettes ont disparu à l'horizon qui fuit

4- Rouvrir la feuille , côté plié vers le haut

le haut du mat où la vigie en criant ho !

terre ! terre ! là bas, souquez donc, matelots !

5- Rabattre un coin de la feuille vers le milieu

Une feuille de bananier trouble mon calme

cependant que je dors dans mon hamac de palmes

6- Rabattre l’autre coin vers le milieu

l'autre coin se rabat pour m'éventer le corps

quand les pétrels piaillent et que je dors encor

7- Plier la base de la feuille vers le haut

Pliés les cocotiers sous le vent des moussons

Échevelés et fous tels de mauvais garçons

8- Retourner la feuille, puis plier l’autre base vers le haut

Retourné, le bateau se couche comme un fût,

Comme une pauvre carapace de tortue

9- Ouvrir le pliage par l’intérieur

L'intérieur de la grotte où se cache un trésor

attire les pirates au regard de condors

10- Plier sur les autres côtés pour obtenir un carré

Un carré d'as dans chaque manche ils vous regardent

ils vous mesurent, ils vous estiment : prenez garde !

11- Rabattre le coin du bas vers le haut

Prenez garde que leur épée ne vous transperce

du bas jusques en haut, et pour quelques sesterces

12- Retourner la feuille et rabattre l’autre coin vers le haut

Retournez au bateau, votre vie en dépend

Souquez souquez marins, pour sauver votre sang

13- Ouvrir le pliage par l’intérieur 

Ouvrir les yeux sur des horizons incertains

et prier pour qu'il y ait d'autres lendemains

14- Replier pour obtenir un carré

Obtenir les faveurs de Neptune au jusant

Rendre le corps des hommes morts à l'océan...

15- Déplier le bateau

Déplier la grand-voile , abandonner la terre...

16- Plier la base du bateau pour qu’il tienne bien droit

Homme libre, toujours tu chériras la mer...



As-tu compris ? Paul ! Mais non, tu n'as rien écouté !

Je te préviens, je ne redirai pas mes explications !

Mais si, Sophie, j'ai tout compris...

 

(Vrai -faux extrait des Petites Filles Modèles de Sophie Rosptopchine...)

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Bateau de gouttière (Mamido)

69943174[2]

 

Bateau de gouttière…

 

 

Mamido

 

 

 

 

Des mains du petit enfant,
Par un jour de grand vent,
Petit bateau de papier
S’est un jour envolé.

Petit bateau en l’air
A chuté sur le toit.
A travers la gouttière
A glissé jusqu’en bas.

Se retrouve sur l’eau,
C’est mouillé, pas très chaud,
Voudrait bien remonter
Mais ne sait pas grimper.

Et face à la gouttière
Voilà qu’il désespère…
Ne veut pas se noyer
Qui viendra le sauver ?

C’est l’enfant qui accourt
Et vient à son secours,
Heureux et rassuré
De l’avoir retrouvé.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Le bateau de papier (EVP)

Mon petit bateau de papier
A quitté le petit ruisseau du caniveau,
Mon petit bateau de papier
Navigue au gré de mes rêves trop beaux.

Il fait escale à présent sur la rivière
Et s’étonne à l’embouchure de la gouttière.
Sont-ce là les chutes du Zambèze ?
Ou l’antre d’une dragonne Népalaise ?

Il m’emporte loin de ce triste soir
Et de la pluie froide sur le trottoir.
Mes genoux écorchés oublient la ruelle,
Mes doigts gourds et à mon nez, la chandelle.

Capitaine de mes songes aventureux
Je m’imagine sous d’autres cieux.
Mers turquoise, palmiers, sable d’or,
Au fond d’une grotte, bien sûr, le trésor.

De mon île enchantée, maman sera la reine,
De l’or, des bijoux, pour guérir sa peine,
Plus jamais elle ne sera abandonnée,
Elle et moi, dans la douceur des Alizées.

Mon petit bateau de papier,
Gît, tout ramolli sur la grille d’égout,
Plus de petit bateau de papier,
Reviennent la tristesse et le dégoût.
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :