Défi 162 (Adrienne)

T comme télépathie ?

Je finissais ta phrase. Tu finissais ma pensée. Nous disions le même mot au même moment.

Tu avais une envie. Je la faisais mienne. Nous n’avions pas de heurts.

J’ébauchais un geste. Tu le rejoignais. Nous marchions au même pas.

***

Mais ce n’était pas de la télépathie

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Transmission de pensée (Vanina)

TransmissionPensee_Vanina_web

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

Le Sâr Rabindranath GPS (Joe Krapov)

 

... qu'à envoyer des baisers à l'assistance publique. Bonsoir, mesdames, bonsoir, mesdemoiselles et bonsoir, messieurs !"

... et surtout à remercier infiniment la délicieuse Joye qui nous TRANSMET ici chaque semaine (et ailleurs tous les jours) ses PENSEES les plus amicales.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

consigne #162 (Zigmund)

transmission de pensées/ la fleuriste et le grossiste
-dites donc monsieur Blaise, c'est pas très sérieux tout ça
 ma commande du mois dernier je l'attends toujours
 -Ah Rose, pourquoi refusez vous de m'appeler par mon prénom, Pascal, il ne vous plait pas mon prénom ?
- Ma commande , Pascal je l'attends , Il s'agit quand même d'une grosse quantité ...vous n'imaginez pas la campagne de pub qui va avec ...
-  je "pensée" donc je suis ?, travaillez moins , pensez plus ?,
- ces pensées sont spéciales disiez vous. Semées dès  cet automne,  elles fleuriront et  élimineront les mauvaises herbes (particulièrement celles de petite taille) en mai prochain c'est bien ce que vous m'avez promis ?
-oui Rose, mais j'ai été débordé par les commandes ...tous les fleuristes en voulaient ...mais ça y est , les graines sont là . Rose, c'est d'abord à vous que je vais transmettre mes meilleures pensées...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


Paradis sur terre (Sebarjo)

Enfer et damnation

au Paradis sur Terre

 

Ce soir-là, j'étais assis paisiblement dans mon salon au coin du feu – comme un bellâtre auprès de l'âtre - car le froid tourbillonnant de l'automne arrivait enfin en cette fin d'octobre. Je feuilletais une revue et lisais quelques articles sur l'actualité théâtrale.

Quelle ne fut pas ma surprise d'y croiser le nom de Johnny Hallyday ! Me serais-je trompé de chroniques ??? Je ne lisais pourtant pas une revue people et encore moins un vieux Salut les copains...

Non. Johnny qui chantait alors, il y a déjà presque trois décennies, Quelque chose de Tennessee, jouait dans une pièce de ce Monsieur Williams. Il fallait croire que lui-même avait aussi un petit quelque chose de Tennessee...

Ma curiosité fut piquée à vif, comme l'hêtre qui brûlait en face de moi le fût par une belle flamme... C'était comme si on avait allumé le feu soudain. Moi qui n'écoutais plus Johnny depuis Noir c'est noir, c'était plutôt une sensation assez étrange.

Certes, la critique n'était pas très bonne... Néanmoins, je ne pus m'empêcher de me rendre, dès le lendemain au théâtre Edouard VII, pour assister à ce spectacle. A mon grand désespoir, je ne pus qu'y réserver une place pour une représentation qui aurait lieu dans deux semaines seulement.

La pièce avait un succès fou, c'était salle comble chaque soir. Complet. D'ailleurs, je n'avais jamais vu autant de blousons noirs faire la queue dans un théâtre aussi classique. Y'a bien eu Renaud à Bobino (il disait qu'on l'aurait pas mais on l'a eu... !) mais là, c'est Edouard VII, l'antre de Guitry. La place forte du Théâtre bourgeois et gentilhomme, des cocottes entretenues et des cocus sous-entendus...

Je passais quinze jours languissants. Pour patienter, j'écoutais Le pénitencier quarante-cinq fois par jour. Ca tournait en rond. J'étais comme un prisonnier dans sa cellule grise, comme un autre que moi-même.

Le grand soir finit par arriver. Et moi aussi. Une demi-heure en avance. Du haut des colonnes qui soutenaient le théâtre Edouard VII me contemplaient ces lettres lumineuses rouge vif :

 

UN PARADIS SUR TERRE

 

Elles s'affichaient dans la nuit parisienne un peu humide et me narguaient, me faisant un peu plus trépigner d'impatience.

Enfin, je pus m'installer. Un peu en avance. Au cinquième rang, fauteuil d'orchestre. Presque au milieu. La vue était complètement dégagée. Impeccable. La soirée s'annonçait plutôt bien. Après quelques minutes interminables, le rideau rouge vif se leva. La scène était noire. Un film défilait. Mais ils n'allaient tout de même pas nous rediffuser D'où viens-tu Johnny ? Car pour moi, la vie avait commencé depuis bien longtemps !!!

C'était une intro. C'est ça le théâtre aujourd'hui. Même chez Edouard VII...

Puis soudain, une silhouette apparut et la lumière fut. Johnny ! Il regardait la salle et j'eus l'impression qu'il me fixait, droit dans les yeux !!! Je fus comme hypnotisé. Je ressentis fortement et intérieurement la transmission de ses pensées. J'avais cette sensation étrange d'être Johnny ! Un rocker comme celui des yéyés. Ah que ça fait mal quand même ah que de devenir Johnny ! La preuve car une fois debout, je me mis à déclamer cette chanson d'amour :

 

(Les paroles de la chanson sont ici !)

 

Puis j'essayais d'arracher les fauteuils qui m'entouraient comme au bon vieux temps de l'Olympia. Ce soir-là, par un phénomène étrange, je crois que j'avais quelque chose, non pas de Tennessee, mais de Johnny !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Va tout droit ! (Martine27)

Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, il y a quelque chose qui m’énerve au plus haut point ! L’automobiliste devant vous, qui sachant où il va, ne juge pas nécessaire de mettre son clignotant pour mettre au parfum ceux qui ne sont pas au courant de sa destination. Comme disait mon oncle d’un air aimable « le clignotant c’est un gadget ? ».

Il faut croire que cet échauffement de la bile a déclenché en moi une réaction fort étonnante.

Il y a quelques jours, je suivais l’un de ces malotrus. Il avait déjà tourné à 5 reprises devant moi, sans daigner prévenir.

Nous étions arrêtés à un feu rouge au bout d’une route en T, en gros, il fallait tourner à gauche ou à droite, pas d’autres alternatives. Bien sûr, les clignotants de cet  !£$¤ restaient muets, enfin pour être plus exacte, ils ne me faisaient pas de l’œil !

Bref, j’ai senti monter en moi une bouffée de chaleur et je me suis mise à penser fort, mais très, très fort « va donc tout droit imbécile ». Et juste en face il y a en tout en pour tout une grosse benne à ordures devant un mur bien solide.

Eh bien le croirez-vous ? Au moment où le feu est passé au vert, la voiture a foncé direct dans la benne et l’a éventrée. Véhicule et conducteur se sont retrouvés ensevelis sous les sacs poubelles.

Bon, dans la mesure où le  !£$¤ était en prime en train de fumer et de téléphoner, je me suis dis que la voiture avait échappé à son contrôle. Bien fait ceci dit !

Seulement, voilà ! Depuis, j’ai renouvelé l’expérience. A chaque voiture sans clignotant arrivant à ce type croisement je me suis amusée à penser bien fort « va, devant » enfin bref, j’ai testé !

Incroyable mais vrai, à chaque fois, vlan dans le mur, la vitrine, la barrière, enfin le truc en face.

Et depuis je peux vous dire que je m’éclate, la voiture qui me double lorsque je suis sagement à 50 là où c’est limité à 50, zou, dans le fossé. Celui qui me refuse la priorité hop, dans le décor !

Il me faut maintenant aller essayer mon nouveau pouvoir sur l’autoroute ! Je sens qu’à 130 à l’heure les sorties de route vont sûrement être un peu plus spectaculaires qu’en ville.

Je vais devoir adapter mon plan de carrière. Soit je propose mes services à quelques garagistes situés à des points stratégiques, soit, je me mets à la disposition des pouvoirs publics qui veulent que les limitations soient respectées.

Avec une bonne couverture médiatique indiquant que rôde sur les routes une télépathe capable de prendre le contrôle de votre esprit et donc de votre voiture en cas d’infraction, il y a des chances que ça en calme quelque uns et pour ce qui est des plus récalcitrants, des récidivistes, eh bien ma foi, tant pis pour eux s’ils doivent embrasser un arbre ou un poteau n’est-ce pas ? Ne vous en faîtes pas, dans la mesure du possible je vais essayer d’éviter les dommages collatéraux, mais comme le dit le proverbe « on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs » !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Chez les enfants. (trainmusical)

Un matin dans la cours de l'école, ptite Zoe bavarde avec sa cop Emma.
- M'énerve le maître.
- Moi aussi, il nous gronde chaque fois que nous parlons ensemble pendant la leçon.
- Surtout que c'est important ce qu'on a s'dire, mais lui comprend pas.
- Et puis au premier rang, toujours ce Charles-Antoine qui ne fait que de rigoler.
- Oh oui un lèche-botte celui-là, toujours heureux quand le maître nous fait la morale.
- Dis donc, le maître on l'embête?
- Ouiii, je pensais la même chose.
- Avant la leçon, on lui mettra sur sa chaise de l'eau sans qu’il le voie.
- Il va pleurer quand il sentira au derrière son tout beau pantalon clair mouillé, Hi Hi Hi.

Au même moment, pti Louis qui parle avec le pti Luca:
- J'aime pas le maître, il fait que de gronder.
- Mon non plus, ce connard m'interdit de gribouiller des dessins sur la porte, c'est po juste. Faut lui faire un sale coup.
- Moi il m'a confisqué mon Nintendo 3DS. Ce salaud de Charles-Antoine m'a dénoncé!
- Oh celui-là, chaque fois que le maître arrive, il lui fait un sourire.
- Moi suis d'acc pour un sale coup contre le maître, déjà un moment que j'y pensais, mais faut pas se faire choper.
- Ouais, avant qu'il vienne, on lui met de la colle sur son bureau, comme ça il aura sa belle veste de snob toute sale.
- Ah Ouuuuaaais, ça c'est bon.

L'après-midi, le maître entre en classe avec son cartable de luxe. Il s'assied... se retient subitement... avec ses bras sur le bureau... Il devient fâché... Regarde le premier rang et crie:
- Ça te fait rire?
- Mais non monsieur, je suis content que vous soyez assis devant moi.
- DEHORS  CHARLES-ANTOINE !!! JE VAIS TE MONTRER CE QUE C'EST DE FAIRE DES IMBÉCILLITÉS ET DE TE MOQUER DE MOI! JE COMPRENDS MAINTENANT POURQUOI TU RIS TOUT LE TEMPS, CROIS-MOI TU SERAS PUNI CHEZ LE DIRECTEUR!

Charles-Antoine qui n'y comprend rien à rien sort en pleurant.
Ptite Zoe et sa cop Emma se regarde en souriant, elles ont certainement la même pensée.
Pti Louis et le pti Luca également et ils se marrent sous cape.

Vous saisissez, chers Défiants, à quel niveau se trouve ou ne se trouve pas la transmission de pensée?

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Défi 162 (Mamido)

Mamido162

Transmission de pensée ? Intuition ? Préscience ?...

 

  • Quand les pensées de ma fille ont cheminé avec les miennes et qu’on prononce ensemble les mêmes mots, au même moment ?
  • Quand je me dis qu’il y a longtemps que je ne n’ai pas appelé ma mère et qu’à ce moment-là, le téléphone sonne dans mes mains et c’est elle, au bout du fil ?
  • Quand je pense toute la journée à une amie, que je n’ai pas vu depuis longtemps et que je la rencontre, au coin de la rue ?
  • Quand je vais ouvrir la porte d’entrée sans raison particulière et qu’il y a derrière quelqu’un qui s’apprête à sonner ?
  • Quand, dans ma vie d’avant où j’étais instit’, je me disais tout d’un coup : « Tiens, il y a longtemps que tu n’as pas été inspectée ! » et que soudain, l’inspecteur se matérialisait à la porte de ma classe ?


J’ai dit ma fille, ma mère, une amie mais ça peut être aussi mon fils, mon mari, mon frère, ma belle-sœur, des amis ou relations… les situations sont elles-mêmes interchangeables : ma fille au téléphone, ma mère derrière la porte, des propos identiques prononcés avec mon mari…


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Télépathie (pour de bon) (EVP)

-          Pierrick! C’est toi mon vieux ?
-          Ah, salut Constant.
-          ….(Ben mon salaud, il est superbe, musclé, mince bronzé…Ça lui fait quel âge ?…)
-          48, bientôt 49 ans en fait.
-          Euh…Dis-moi, qu’est-ce que tu deviens, ça fait au moins deux ans…Ta femme, tes potes, ils ont dit que tu avais pété les plombs et que tu avais tout lâché d’un coup.
-          Oui, je suis devenu brutalement télépathe après une grosse fièvre.
-          …( Ben dis donc, il est complètement à l’ouest le pauvre.)…On se prend une bière ?
-          Pour la bière oui, et je suis forcément à l’ouest de quelque chose
-          Et là, ça va ? tu rentres à Paris ?
-          Juste pour liquider quelques affaires et je repars à Rapahitarohoto, une île de Micronésie.
-          …(Taré, complètement branque le mec avec sa situation, son fric et la femme qu’il avait)…Vraiment ? Pour de bon ?
-          Tu sais, télépathe au début, c’est dur. Quand tu sais exactement ce que pensent tes amis, tes collègues et même à quoi rêve ta femme quand tu lui fais l’amour, il y a de quoi avoir envie de partir.
-          Tu déconnes là…Tu peux réellement deviner ce que je pense ?
-          Pas deviner, je sais.
-          …(Merde ! Ce serait génial, hier au poker, je les aurais tous plumés, on pourrait se faire des c…en or, quel crétin !)…Et Rappapatruc là c’est comment ?
-          Idéal, ils ne savent pas mentir, ils pensent exactement ce qu’ils disent, ils ne se servent que très peu d’argent, et leurs coucougnettes, elles ne sont pas en or, juste à l’air et à l’aise. Dans leur tête il y a juste : Dodo, miam-miam, crac-crac et aussi qu’est-ce qu’on pourrait faire aujourd’hui pour rigoler.
-          …( Moi je dis qu’il bluff…Avoir un don pareil et pas s’en servir, quel couillon !)…On remet ça ?
-          Non merci, j’ai vraiment hâte de repartir !


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :