24 septembre 2011

Bon, on ne va pas la faire longue (Walrus)

... Ni s'arracher les plumes pour un l !

Une ballade, c'est une balade en chanson.

Je sais, c'est con, mais que voulez-vous, on ne se refait pas...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :


Bal(l)ade ou L'échappée (Vanina)

#160_Bal(l)ade2

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Il y a ... (MAP)

Il y a BALADE et BALLADE n’est-ce-pas !

Puisque le thème est ainsi donné, il faut bien que j’en parle !  Mais qui a eu cette fichue idée de défi !!! Comment ça c’est MOI ??? Oh, mais ce devait être dans un moment de bizarroïdeté  comme il m’arrive parfois (pas très français ça, mais j’aime bien !) !!!  

Donc je me BALADE avec un seul « L » et je chante une BALLADE avec deux « L » !!!

Comment s’en souvenir  ???

……………………………………………………………….

Tiens, une idée, avec un petit jeu de mot :

« Il fait seul « L »SOLEIL aujourd’hui c’est le moment de faire une bonne BALADE !!! »

 Eh bien le voilà le truc mnémotechnique qu’il nous faut !!!

……………………………………………………………….

Voyons pour la BALLADE maintenant ! « BALLADE = Poème … ou chanson à danser … !!!  Musique

Double sens, donc deux « L » !!! Hé, hé, hé ! On ne peut plus se tromper !!!

De toute façon Poème ou Chanson tous deux donnent des ailes !

YES, YES, YES !!!  Zélé trouvé la solution !!!!!

…………………………………………………………………

Quand je relis ce que j’ai écrit là, je me dis quand même que j’exagère !!! M’enfin, tant pis !! C’était mon petit moment de folie !!! Hi, hi, hi !!!

Allez, je vais quand même essayer de me rattraper :

 

BALADE

et une petite chanson que j'aime bien ....

http://www.ina.fr/art-et-culture/cinema/video/I05185589/bourvil-chante-balladin-chanson-du-film-le-capitan-d-andre-hunebelle.fr.html

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Kind of champs (PHIL)

J’aurais pu écrire ça et j’ai écrit autre chose. Les défis du samedi, c’est ainsi. Soit l’inspiration se met en branle dès la consigne lue. Soit il faut la cajoler, lui dire des mots doux, la prendre dans le sens du poil, et alors une nuit nait l’idée du texte. Soit encore il n’y a rien à faire. Le terrain est aride et la plume stérile. Et même le clavier. Il arrive d’ailleurs qu’on le sache dès le départ. Dès la consigne lue. Comme cette histoire de mêler ballade et balade. Ça ne me fait pas rire du tout. Je ne vois pas, non. Je n’ai aucune envie de mêler promenade et chansonnette. D’abord j’aime bien marcher en silence, afin de pouvoir m’imprégner des bruits de la nature. Ou de la bagnole à la rigueur, en admettant que la balade soit motorisée. Bref cette consigne ne m’inspire pas, tu vois, alors que pour la précédente je n’avais eu aucun mal à raconter une ânerie quelconque, à savoir que mon parcours habituel de jogging était honteusement dévolu ce dimanche-là à une sortie en vélo tous terrains, ce qui fait que… je ne vais quand même pas raconter la même histoire sans intérêt.

À chaque fois qu’on part se balader en auto, c’est là même chose, on se bat pour savoir quelle radio écouter. Moi je préfère la radio qui cause, celle qui enculture les gens (et oui je m’arroge le droit d’inventer des mots), à moins qu’elle ne rabâche indéfiniment la dernière aventure de DSK ou du petit Nicolas. D’autres préfèrent meubler l’habitacle avec des scies d’autrefois, des ballades émoussées passant en une boucle entrecoupée de magnifiques perles publicitaires. Inutile de dire qu’en ces instants je maudis l’invention de l’autoradio. Mais c’est de ta faute, aussi, clame mon épouse. Tu n’avais qu’à pas oublier les cd. Ah c’est sûr, kind of blue aurait eu une autre allure que les Champs Elysées de Joe Dassin.

J’avais le disque, dans le temps. Avoué-je. Elle n’en croit pas ses oreilles, mon épouse. Kind of blue ? Mais nan, dis-je, celui là on l’a maintenant. Dans le temps je n’écoutais pas de jazz, j’écoutais des ballades et des chansonnettes, comme celles du bon vieux Joe.

N’empêche qu’il vaut mieux avoir oublié les cd que les cartes routières, il faut bien l’avouer. Encore que… Vous savez pourquoi je doute ? Parce que récemment nous sommes allés, mon épouse et moi, en vacances en Crète. Parce que là-bas nous avons loué une bagnole, oh une toute petite, hein, afin d’arpenter en toute quiétude les routes délabrées de l’île. Il faut parfois savoir prendre des risques. Nous avons quand même pris quelques précautions. Peu avant le départ, lors d’un passage à Paris, nous avons acquis une carte routière de la Crète. Avec les noms des lieux écrits en alphabet normal et en alphabet grec, ai-je demandé. Oui oui, j’ai ce qu’il vous faut, s’est écrié le libraire. Et de me vendre aussi sec un machin hors de prix, soigneusement plié dans une protection de plastique. Légère consternation quand même lorsque j’ai religieusement déballé ma carte flambant neuve à la maison. Les noms et légendes en alphabet dit normal étaient aussi en allemand. Pour les noms des bleds, on s’en fout, d’ailleurs on apprendra vite qu’il y a pour chaque lieu une dizaine d’orthographes différentes. Mais pour la légende. Et cette consternation passagère n’est rien avec celle qui m’accablera lors de la dure confrontation avec la réalité. Les routes crétoises sont comme le cours de la Loire, fluctuantes. Il existe même, sur la carte, une superbe nationale à quatre voies qui te permettent d’aller d’ici à ailleurs en moins de temps qu’il en faut pour le dire. L’ennui c’est que sur le terrain la route en question, ou du moins la portion qui m’intéresse, n’existe pas. Seule une vague excavation en rase campagne permet d’imaginer que là sera son point de départ. De quoi y perdre son latin sur un air de sirtaki ou de n’importe quelle ballade qui vous sied. Mais rassurez-vous, nous nous sommes néanmoins baladés avec le plus grand plaisir.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Baladins Bal à dindes ! (EVP)

 

J’ai mis deux ailes dans mon dos
Pour sauter les p’tits ruisseaux.
J’ai mis deux Do à ma musique,
Celui du bas, celui du haut.
Pour chanter la gamme en clique
Et pépier comme les z’oiseaux !

 Ma balade n’a que mes pieds,
Pour courir dans les sentiers.
Dans les flaques j’fais des clapots,
Fleurs magiques à mon chapeau.
Je fredonne dans ma p’tite tête
Une ballade sans queue ni tête.

Deux ailes pour chanter
Un seul L pour marcher,
Je me chante ce p’tit refrain
En balade sur les chemins,
Et je rêve comme un coquin,
Au bisou de mon p’tit béguin !
Tsoin, tsoin !!

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :


Ballade pour une balade (Ristretto)


Je ne suis pas analphabète
et réclame votre indulgence,
car j'ai déjà assez l'air bête,
de dire ici mon ignorance
sur la  petite différence
entre poème et promenade.
J'écris pour faire pénitence
une ballade pour une balade


Dès aujourd'hui je me résous
à réapprendre mes leçons.
Bijou, caillou, chou ou joujou
les faux amis, les exceptions..
Et c'est avec application
que pour ne plus rester en rade
je fredonne cette chanson
une ballade pour une balade   


Dorénavant je suis sereine,
lettre seulette ou soeurs jumelles,
C'est fini les calembredaines !
A petits pas Il va vers Elle.
Les mots s'envolent avec deux ailes.
J'écris par défi, par bravade,
cette petite ritournelle
Une ballade pour une balade.


Amis lecteurs, riez en choeur
de cette piètre galéjade !
Je vous offre de tout mon coeur
Une ballade pour une balade..

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Ballade à Joe (titisoorts)

L'autre jour, j'avais le baladeur sur les oreilles en balade, j'écoutais une ballade. Je m'baladais dans la rue, je ne savais pas quelle heure il était. J'avais perdu ma montre. Après beaucoup de problèmes cardiaque, j'avais le coeur ouvert à l'inconnu. Fier d'être là, je me sentais plus vivant, j'avais envie de dire bonjour à n'importe qui. Pourtant, j'ai toujours été réservé, à qui, je ne sais pas, à n'importe qui et ce fut toi. D'ailleurs, je ne savais pas quoi dire, mes mots avaient du mal à sortir, alors, je t'ai dit n'importe quoi. Je ne connaissais pas la force de la communication, il suffisait pour te parler, pour t'apprivoiser. Je ne vous ai pas dit ou j'étais, je me promenais à Paris ce jour là, au Champ-de-Mars, ah non d'ailleurs c'était aux Champs-Elysées. Il y avait du soleil, ou sous la pluie, peut-être à midi ou minuit, je vous l'ai dit j'avais perdu ma montre. Il y avait des vendeurs à la sauvette, des tours Eiffel, du parfum, des sacs, il y a tout ce que vous voulez aux Champs-Elysées. Toi, l'infirmiere, tu m'as dit " j'ai rendez vous dans un sous-sol avec des fous. Ils se prennent tous pour Hendrix, ils vivent la guitare à la main, du soir au matin". Alors comme je ne savais pas quoi faire et plutôt curieux, je t'ai accompagnée. On s'est retrouvé dans un karaoké, on a chanté puis en boîte, on a dansé. Je ne devais pas être dans mon état normal, on n'a même pas pensé à s'embrasser. Je commencais à être ivre, on était où déjà, ah oui, aux Champs-Elysées. Au soleil, sous la pluie, à midi à minuit, j'avais toujours pas de montre. Au sous-sol, il y avait, du shitt, de l'exta, de la dure, il ya tout ce que vous voulez aux Champs-Elysées. Enfin ce n'est  pas moi qui le dis, c'est la ballade de Joe. 

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

L'une et l'autre font les pieds (Vegas sur sarthe)


Marcher dans les sentiers boueux
avoir des ampoules aux orteils
les plans à la mords-moi-le-neud
où l'on prend des coups de soleil
à chercher de maigres groseilles
des pissenlits pour la salade
et risquer le dard des abeilles
Moi j'aime plutôt la ballade.

Porter un sac ahurissant
à vous tuer le bas du dos
sur un K-way envahissant
bossu comme Quasimodo,
ça tient du stage commando
du pas léger d'un plantigrade
quand l'allure va crescendo
Moi j'aime plutôt la ballade.


Prince, va t'en par les chemins
reviens les pieds en marmelade,
tu peux bien finir sur les mains
Moi j'aime plutôt la ballade.

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Défi 160 (Flo)

flo160

Ce défi non plus je ne voulais pas le louper. La partition chante toujours parce que toi seul m’appelles « flotte bellotte ». Avec un « L » puis deux « LL ». Pour être encore plus belle tu m’as conseillé de ne plus mettre de chiffres dans mes dessins et d’y apposer seulement la signature en bas et à droite.

Pourtant ces chiffres je ne peux pas m’en passer. Automatiquement je fais un détour à 160° contemplant les appartements de Simone de Beauvoir avec un regard pour l’Oise et Olivier qui trouvait le temps un peu long. Forcément sur ce chemin je me replonge dans «  un et deux » et, dans l’erreur commise du «  une et autre moitié ne formant qu’un ».

A l’inverse ce sont dans ces Alpes Maritimes  que ton entièreté prend toute sa place dans mon cœur et que ta présence renforce mes pas. J’aurai chanté avec toi « dansons la carmagnole, vive le temps, vive le temps » «  dansons la carmagnole, vive le temps, vive le temps ».

Quand soudain dans un bruissement d’ailes surgit un papillon livre à pattes noires. Miro regarde Flo interrogatif. Big Ben sonne les 60’. La valse à 4 temps reprend. Zoom arrière, return. Je vous ai compris. Non c’est non. No means no. Pas d’échec. Juste un petit tour encore une fois  rien qu’avec toi.

Changement d’angle. Que ce soit ce 5ème jour du printemps passé avec toi dans ce 160ème numéro, ou la fin des 24 défis depuis leurs  premières  parutions, mon fil à 38 printemps et Mont Regard des 60 tissent toujours la même  toile avec des ballades en Oh griffonnées pour l’occasion.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

Participation de Droufn


Boi! je suis balade debuis drois jours abec beaugoup de vièvre, abors vous groyez bien.. Snif!

gue si j'abais deux L à disbosition, ben je m'enbolerai chez le toubib.. (tiens là ça marche)

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :