11 juin 2011

Nous ont déjà ...

... fait visiter leur jardin :

JARDIN LOTUS

Joye ; Venise ; MAP ; Vegas sur sarthe ; EVP ; KatyL ; Sebarjo ;

PoupouneTitisoorts ; Adrienne ; Joe Krapov ; Caro_Carito ;

32Octobre ;


 

Posté par MAPNANCY à 00:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


Le jardin (32Octobre)

 

Dans mon jardin qui n’a rien d’extraordinaire, vous trouverez un tombolo.

Eh oui ! vous ne rêvez pas. En effet, une rivière, pardon un ru le traverse.

 

Dans mon jardin que j’entretiens avec beaucoup de soins, il y a un tuc. Mais savez-vous qui l’a élevé ? Non. Normal, vous ne connaissez pas Maud, la taupe, qui en plus de piétiner la prairie construit des tucs un peu partout dans le jardin.

J’ai oublié de vous dire que mon jardin est en Gascogne. J’y vais avec plaisir, je n’y grogne jamais et m’attelle à la besogne avec plaisir. Je vous assure également que je n’y élève aucune vigogne et n’y héberge aucune cigogne. Mais j’avoue que j’y grignote quelques paquets de TUC.

 

Dans mon jardin, il y a un peu de tout. Il a une drôle d‘allure d’ailleurs et je dirais même plus un relief un peu bizarre pour la région. On peut y voir un croissant qu’un jour un Iranien a appelé barkhane. La Gironde n’est pas loin, mais ce réchauffement climatique modèle le paysage et me joue des tours aussi.

 

Dans mon jardin que je voudrais être extraordinaire, je rêve d’éléphants, de lions et de guépards. Un rêve… mais grâce à mon jardinier aux mains d’argent, le modelage d’une petite colline que je me suis appropriée au moins en esprit a permis qu’elle ait l’air d’un kopje.

 

Dans mon jardin au bout d’un chemin un peu trop raviné aux dires de mes rares invités, j’ai créé des chemins et y ai planté des pancartes pour évoquer des pays lointains. Ainsi un des chemins mène-t-il à Monadnock, pas la plus haute montagne du New Hampshire, non le repaire d’une bande de petits chenapans que sont mes deux petits-fils. Ils y ont construit une maison dans un arbre et se prennent pour des drôles d’Indiens.

 

Dans mon jardin, il y a un potager. J’ai dû y amender la terre. En effet, son sol de type podzol ne me permet pas d’y cultiver tous les légumes que je devrais manger pour avoir une bonne santé, disent-ils. Qu’ils viennent travailler dans mon potager et nous en reparlerons… car les fougères y prennent trop de place à mon goût.

 

Dans mon jardin fruitier, comme je vous l’ai dit, coule un petit ru. Il a pris pour nom Valat.J’y cueille cerises et abricots.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

Au jardin (Caro_Carito)

caro

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

La chanson de Témiscouata, même pas traduite du borogove ! (Joe Krapov)

J'ai descendu dans mon kopje
J'ai descendu dans mon kopje
Pour y cueillir du monadnock
Gentil tombolo, Mesdames
Gentil tombolo nouveau

J'n'en avais pas cueilli trois tucs
J'n'en avais pas cueilli trois tucs
Qu'un rimouski vint sur ma main
Gentil tombolo, Mesdames
Gentil tombolo nouveau

Il me dit trois mots en podzol
Il me dit trois mots en podzol
Que les valat ne valent rien
Gentil tombolo Mesdames
Gentil tombolo nouveau

Que les valat ne valent rien
Que les valat ne valent rien
Et les barkhane encore moins bien
Gentil tombolo Mesdames
Gentil tombolo nouveau

Des quartzites, il ne me dit rien
Des quartzites, il ne me dit rien
Mais des d'moiselles kamouraska
Gentil tombolo Mesdames
Gentil tombolo nouveau

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Adrienne joue à la marchande des quatre-saisons…

 

Jardiner à la manière de Tardieu

J’étais en train de biner mes podzol quand le tuc d’à côté est remonté l’allée :

- Kopje ! me fit-il de loin. Ça va tombolo ?

- Barkhave ! lui répondis-je en faisant la moue. Les pigeons ont bouffé toutes mes fleurs de podzol !

- Tu veux que je vienne avec mon adnock ? rétorqua-t-il.

- Ton adnock ? rigolai-je. Ça fait bien trop de bruit ! Pas la peine de rameuter tout le valat !

- Comme tu voudras, dit-il.

Il avait l’air un peu déçu que je refuse sa pétoire.

Les enfants naissent dans les choux de Barkhane

J’étais en train de biner mes choux de Barkhane quand la voisine est arrivée.

- Bonjour ! me fit-elle de loin. Tu sais que madame Bolo a accouché hier soir ? C’est un fils, Tom.

- Ah, c’est un joli prénom, dis-je.

- Ahum, rigola-t-elle, ça a mis en verve les enfants… Tom Bolo, tombola, tu les connais.

- Oui, répondis-je en souriant, on a déjà eu des histoires avec les Adnock quand leur petite Mona est née, faudrait pas que ça recommence avec les Bolo !

Jardiner à la manière de Prévert

Une pierre
deux maisons en podzol
trois pelouses bien tondues
quatre courgettes à arroser

Un tombolo pour les chats

Un carré de radis
deux rangs de fèves
trois rangs d’oignons

Une tuc en grosse laine

Un plant de concombre
deux noyers barkhave
trois hérissons

Un valat que je te pousse

Un kopje de thé
deux carrés de chocolat noir
trois graines de monadnock

Mais aucun raton laveur

Jardiner à la manière de Rimbaud

C’est un tuc de verdure où chante une podzol
Accrochant follement aux valats des barkhanes
D’argent. Où le soleil, de la montagne folle,
Luit. C’est un petit tuc qui mousse de pivoines.

Un soldat jeune, kopje ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais monadnock,
Dort. Il est étendu dans l’herbe sous la nue,
Pâle dans son tombolo, mou comme une loque.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :


Pas à fleur de pot (Titisoorts)

Bon là, je commence à en avoir marre. Personne ne me voit, personne ne fait attention à moi.  J'ai pourtant aussi chaud que vous, moi aussi j'ai soif. J'adore lorsque vous prenez soin de moi. Je suis las, dans ce pot de fleur sur ce balcon de fenêtre. Regardes les, les autres en bas en train de boire l'apéro et de grignoter des tucs. Et moi vous m'abreuvez quand ? A çà pour arroser le ricard, ils sont forts mais faut t il que je prie  pour faire pleuvoir? "tombe oh l'eau "pour que je puisse vivre !
Il a fallu qu' il me place sur la fenêtre de la cuisine, mais que vont-ils encore manger, m'envoyer la graisse, me parfumer de leurs odeurs de cuisine. C'est dimanche ce sera : bar, cane ou bien du poulet.  Allez dépêchez vous, j 'ai soif. Remarquez je pourrais m'assécher à Chicago, sur le balcon du monadnock building sur la fenêtre du quinzieme étage, à regarder passer les voitures. Ou bien me dorer la couene dans le parc des Cévennes de valat, un petit coin de paradis.
 D'accord nous ne sommes jamais contents de notre sort, je ne suis pas si mal que cela. Tiens, ils arrivent au dessert, la chance un kopje de ferrero ( une colline de rochers) çà doit être bon le chocolat.
Je me sens toujours aussi seul. Pourtant je ne suis pas la fleur du mal, pas la fleur des morts qui poussent sur un sol podzol, sous les cendres, un aspect de chysanthème. Ces fleurs d'or qui fleurissent les cimetieres à la Toussaint comme pour donner une couleur aux cimetières ternes et dépourvus de joie.
Ah ! oui enfin, je commence à ressentir l'humidité à mes pieds, ha mais non, c'est encore ce chat qui fait ses besoins ! Quelle vie!

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

La main verte (Poupoune)

J’avais gagné ce ficus au tombolo de l’école. A l’époque, j’y effectuais un TUC scandaleusement sous-payé, alors pour me venger, à la kermesse, j’avais piqué plein de tickets pour participer à tous les jeux à l’œil et rafler un max de lots. J’avais été carrément minable au tir à sa barkhane, guère meilleure au chamboule-tout et le petit Kevin venait de bousiller la canne pile quand c’était enfin mon tour à la pêche à la ligne, alors il s’en était fallu de peu que je rentre carrément bredouille. Avec le recul, je me dis que ça n’aurait pas forcément été plus mal, mais au lieu de ça, j’ai ramené mon ficus et je l’ai installé au milieu du salon dans un podzol, que je préfère aux pots de plafond, même si au sol on risque plus de se niquer les doigts de pied en cognant dedans…

J’ai jamais été douée avec la verdure, mais vu que j’avais comme qui dirait volé cette plante à un gosse, je me suis sentie un peu obligée d’essayer d’en prendre soin. Alors je l’ai arrosée. Et arrosée encore. Et encore. Ce qui ne l’empêchait pas de mourir à petit feu. Alors je l’arrosais de plus belle. Mais le seul vrai résultat de cet arrosage intensif fut une bonne grosse inondation chez la voisine du dessous, Mona Machin-Truc, une belge au nom imprononçable que tout le monde surnommait Monadnock-le-Zout, même si en vrai je crois qu’elle était d’Ostende.

 Elle a commencé par s’agacer un peu en découvrant ce qui avait causé la perte de son canapé en cuir et de son tapis persan, mais elle s’est radoucie quand je lui ai expliqué gentiment :

- Voyez vous-même, M’ame Mona ! Je fais kopje peux, vraiment, mais valat le résultat : la seule belle plante que j’arrose, finalement, c’est vous !

 Je ne sais pas si c’est de moi ou de la plante qu’elle a eu le plus pitié, toujours est-il qu’elle a adopté mon ficus et s’est découvert une passion pour la botanique alors, avec l’argent de l’assurance pour le dégât des eaux, elle s’est offert un jardin ouvrier dans lequel elle fait pousser des ficus et des chicons. Quant à moi, je tiens désormais chaque année un stand moules-frites à la kermesse de l’école.

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Mon jardin Sebarjo)

Un petit périmètre de bonheur

 

escholtzias

 

Je ne suis pas géomètre mais pour vous décrire au mieux mon jardin, je suis bien obligé d'avouer qu'il ne représente qu'un rectangle de trois mètres sur deux et qu'il semble aussi ridicule qu'une pièce de podzol perdue dans l'immensité de la taïga.

Pourtant s'il ne garde du lopin que l'harmonie de l'are mini, il en a le charme - non point l'arbre qui ne pourrait y prendre ses aises ! - mais la félicité du plaisir minuscule. Il est amusant et inutile. Plein de vigueur, il est nullement potager et, ouvert à tous les vents, il a tout de la serre barkhane.

Malgré son étroitesse, il regorge de mille richesses, il grouille de vie.

escholtzia_et_abeille1

 

 

 

 

 

 

 

Car mon jardin a ce parfum délicat que les effluves végétaux répandent au-delà de l'inimaginable, malgré la sécheresse de ce printemps précocement estival. Il a la couleur de l'espoir, un orangé qu'on ne verra jamais – et qui ne provoquera aucun suicide ! – dans lequel les abeilles aiment à venir, pour s'y noyer, s'enivrer, y butiner en toute quiétude, s'y laver à la fraîche comme dans une source de valat, tout en roulant leurs yeux ronds comme des billes de tombolo à force de nager dans le bonheur. L'escholtzia y est leur trésor, lui qui s'est approprié mon jardin, ayant apprivoisé mon petit arpent sans s'en repentir. Et depuis, ce quadrila-terre dessiné à la pelle par mes enfants a la couleur des jours heureux.

escholtzia_et_abeille2

 

 

 

 

 

 

 

Oui, l'escholtzia y tutoie la capucine sans souci aucun, plantant sur place les calcéolaires sur leur rocaille et envoyant sur les roses les lilas bleus que les moins de vingt ans ignorent toujours superbement, tandis que le pavot coquelicot se pavane sauvagement au milieu de cette ribambelle cousine.

Mon jardin est orange comme un bleu de paresse, qui s'allonge pour se reposer comme un concombre masqué... Sa forme géométrique s'arrondit pareille au Casimir de l'île et s'élève comme un kopje dans la savane, un monadnock servi sur un plateau et plein de tucs bidule machin-chose dans le genre.

Mon ombre, sous ce soleil de plomb, aime à mimer la cueillette de ces oranges mécaniques, comme si elle leur contait fleurette, comme si elle les caressait pour rafraîchir les gerçures que déposent les rayons du soleil sur leurs pétioles et leurs limbes, ces chaudes émanations lumineuses qui flétrissent leurs pétales coléoptères.

 escholtzia_et_ombre

Je ne peux rien y faire tant il est petit, sinon m'asseoir à ses pieds et rêvasser paisiblement.

Comme il est beau à voir ! Comme il est fier de son éclat !

C'est mon petit jardin. Il sent bon l'écume voisine, au bord du chemin, le long de cette ancienne maison de pêcheurs, havre de nos vacances.



Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

LE BALCON POLYMORPHE (KatyL)


katy1
katy2
katy3

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Des mots bizarres dans mon jardin : (EVP)

 

Mon jardin est un coquin
Qui résiste à tous mes soins,
Lierre et liseron y poussent bien,
Fuchsias et lilas y peinent un brin.

Moi, j’y soigne mes maux de mots
Quand je pense tombola, je dis Tombolo
En juin les rosiers sont si beaux,
J’émiette des Tucs pour les oiseaux.

Ni Barkhane ni badiane dans les lianes
Des Gaudas qui frémissent et flânent
Dans l’air chaud d’un printemps en panne,
D’eau et de fraîcheur tarlatane.

Kopje ? Non c’est Skopje la capitale
De ce pays d’Europe centrale !
Où pousse le Podzol dans le val
Monadnock volat le pétale.

Curieuse consigne ce samedi
Qui fait erreur de géographie
Et faute de conjugaison aussi
De même en botanique, sapristi !!

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :